Lettre ouverte à Emmanuel Macron, chef des armées 

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 23 mars 2018.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Fab et Daydream ont BigUpé.
    ----- Publicité -----
  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    @Clemence Bodoc Il a déjà été interpellé par une lettre ouverte, restée sans réponse, comment croire que celle de Mad sera plus efficace ?

    Accessoirement, il serait temps de faire le deuil de cette soi-disant grande cause du quinquennat, ça n'a jamais été que de la poudre aux yeux.
     
    Naty-chan, Cline39, BouletteRose et 8 autres ont BigUpé ce message.
  3. Naria

    Naria
    Expand Collapse

    Je tiens à témoigner car il me semble que toutes les armes/écoles ne sont pas à mettre dans le même panier.
    Quand j'avais 19 ans, j'ai suivi une préparation militaire Marine Nationale qui m'a beaucoup apportée. Dès le début de la prépa, on nous a annoncé sur un ton très dur : ici il n'y a pas d'homme, il n'y a pas de femme, il n'y a que des marins.
    Pour dormir lors des périodes sur bases, nous étions séparés, dans des ailes distinctes avec interdictions d'aller chez les autres. Et avec ça on ne rigolait pas !

    Ensuite j'ai fait mes 5 ans d'engagement à servir la défense pendant les vacances d'été (oui, pas 3 mais 5 ans ! Quelle chance pour payer ses études ^^) dans un état major avec surtout des hommes et en poste embarquée. A aucun moment quelqu'un a eu une réflexion ou un geste déplacé, au contraire, les hommes plus vieux étaient assez protecteurs et les plus jeunes savaient ce qu'ils risquaient s'ils osaient mal se comporter. J'y ai appris le métier de secrétaire militaire et j'ai adoré travailler pour une grande cause, surtout que j'étais appliquée et que l'on m'a confié des choses intéressantes.

    J'ai terminé mes études et je suis arrivée dans la fonction publique territoriale où je me suis prise comme une claque, le harcèlement et les remarques sexistes.

    Maintenant : 1) c'était pendant une PMM puis une période de réserve 2) j'étais chez les secrétaires pas les fusiliers 3) à une période déjà il y a 10 ans où on se demandait si les armes étaient réellement ouvertes aux femmes et s'il n'y avait pas mieux à faire comme rendre mixte les sous-marins 4) où il venait d'y avoir des histoires et que l'Etat Major n'avait vraiment pas envie de laisser passer des agressions au risque de faire fuir des candidates prêtes à s'engager 5) c'était un milieu que je connaissais bien avant d'y arriver.
     
    Naty-chan a BigUpé ce message