« Libre », un court-métrage sur les violences conjugales

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Chloé P., le 29 avril 2016.

  1. Chloé P.

    Chloé P.
    Expand Collapse
    Ancienne rédactrice sur la rubrique Devenir Adulte

  2. Poisson-volant

    Poisson-volant
    Expand Collapse

    Je n'ai vraiment pas accroché, et ce dès le début. Certes, la vidéo est très belle, la danseuse est magnifique, la chorégraphie très belle. Mais le discours me bloque complètement: on présente une image des violences conjugales presque cliché (la hache, l'arme sur la tempe). Attention, je ne dis pas que ça n'existe pas: bien sûr que ça existe, et bien sûr que c'est horrible. Mais j'ai peur que toutes les femmes victimes de violence conjugale psychologique, de violences moins flagrantes, qui se voient moins, se disent "oui, mais moi, je ne me fais pas étrangler, mon compagnon ne me menace pas avec une hache, moi, ce n'est pas de la violence conjugale, on passe juste par une mauvaise passe". J'aurais préféré, je crois, un discours beaucoup plus nuancé.
    Je vous invite à lire le tumblr unmug.tumblr.com, qui, si il n'a pas été alimenté depuis longtemps, a le mérite de présenter une vision de la violence conjugale qui puisse toucher un maximum de personnes.
     
    Thémis a BigUpé ce message
  3. Cariboux

    Cariboux
    Expand Collapse
    Ca...Ri... Bouh !

    Le thème et la danse m'ont fait pensé à cette chanson d'Axelle Red que j'aime beaucoup :



    C'est toujours intéressant ce genre de témoignage même si c'est évidemment terrible :\
    D'ailleurs merci à @Poisson-volant pour le post Tumblr très éclairant, après pour ce qui est de la vidéo elle est peut-être voire même sûrement basé sur un témoignage réel et ce serait dommage de le réduire au silence :)
     
  4. Lucky-life

    Lucky-life
    Expand Collapse

    @Poisson-volant Je pense que cette vidéo n'a pas forcément pour vocation de faire réaliser à une personne victime de violences conjugales ou qui y aurait assisté qu'il s'agit effectivement de violences conjugales.

    A mon avis, il s'agit plutôt d'adresser aux personne qui en ont déjà conscience un message d'espoir en leur disant « J'ai subi tant de choses, des agressions très graves, et j'ai pu m'en sortir quand même, ce n'est pas sans issue ! », message qui précise quelles solutions lui ont permis de sortir de l'emprise de son bourreau. :)

    Du coup, pour ce type de message, au contraire ça peut être plus pertinent d'expliquer que dans une situation d'emprise "encore plus violente" (ou du moins plus perceptible) la personne a pu retrouver sa liberté, donc il y a une issue aussi pour "soi".

    C'est en tout cas comme ça que j'analyse ce choix. :fleur:
     
    Eros Thanatos a BigUpé ce message
  5. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    @Poisson-volant Je suis assez d'accord avec @Lucky-life , le but de la vidéo est certainement de donner un message d'espoir, type "si elle a pu se sortir d'une telle situation, c'est aussi possible pour moi, je dois pouvoir y arriver".

    J'y vois également (à tort ou a raison, j'en sais rien) une volonté de faire comprendre l'aspect pernicieux de la chose à des personnes non-concernées mais qui pourraient, même sans le vouloir, compliquer la tâche aux survivant-e-s de violences conjugales avec des discours du type "han iel est con-ne, si son mec/sa meuf le/la frappe, iel a qu'à partir, faut pas être aussi faible, aussi" (c'est d'une idiotie monstrueuse mais malheureusement très courant...), en mettant en avant en avant la progression de la relation (il est merveilleux > la claque > mise en danger de la vie de la femme > il commence à s'en prendre aux gosses), la difficulté que représente le fait de partir (manque de ressources, surveillance permanente, menaces de mort pour le coup très convaincantes...), et le courage, la détermination mis en jeu pour partir ("c'est admirable, quel courage" et pas juste "ah ben c'est pas trop tôt !"). Dans ce cas, on montre que même dans une situation aussi extrême, il ne suffit pas seulement de se dire "oh ben il est pas gentil, salut je me casse", c'est un peu (beaucoup) plus compliqué.

    Ça n'empêche que ce que tu dis est juste, mais je pense qu'il y a différentes problématiques à couvrir et qu'elles peuvent difficilement toutes l'être en même temps. :)
     
Chargement...