Live test : quel rapport entretient-on avec les villes où l'on vit ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 15 novembre 2011.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    Plus on aime moins on remarque les incivilités, mais je dirais aussi plus on connaît moins on les remarque.

    Quelqu'un venant d'une petite ville ou d'un village va être frappé par les incivilités à Paris, parce que n'étant pas habitué aux défauts des grandes villes. C'est tout de suite ce qu'il va remarquer.
    Moi qui vient d'une ville moyenne de banlieue parisienne j'en suis consciente mais je les remarque peu parce que Paris, banlieue, même combat. Et je pense que je n'aimerai pas particulièrement Paris ça serait la même chose.

    Des vitres brisées, des personnes qui urinent, je ne sais pas, je ne fais pas attention. Spontanément je dirai que j'en vois très rarement, mais peut-être suis-je habituée ? Je ne pense pas parce que les rares fois où je vois une personne uriner sur la voie publique ça me marque.

    Pour le test, j'ai donc pris la ville de Paris puisque j'y vis depuis 2 ans. J'ai une moyenne de 5,3 / 6 à la partie 1 et de 3,2 / 6 à la partie 2.
     
  3. Leshayaa

    Leshayaa
    Expand Collapse
    Par principe, je n'en ai pas.

    J'habite à Paris. En fait j'ai toujours vécu à Paris, pour tout dire je n'ai JAMAIS déménagé. Pas une seule fois. Je suis dans le même appart', dans la même chambre de toujours.

    Donc on pourrait dire que je suis un peu attachée à cette ville quand même, et au confort qu'elle peut apporter (y'a des magasins partout, un Ed en face de chez moi, toujours un truc ouvert quelque part, de l'animation...) mais y'a aussi des désagréments (pollution, beaucoup de gens, toujours pressé...) bref y'a des pour et des contre, et au final je suis étonnée de mon score: 4,4 aux 2 parties (même moyenne)!

    Je suis pas hyper attachés à cette ville alors que j'y ais toujours vécu, au même endroit en plus, pour dire, les petits que je vais chercher à l'école sont dans la même maternelle et la même primaire que moi!
    Et j'en perçois les incivilités, je vois les ordures qui trainent, les dégradations, les tags,... ça me désole d'ailleurs. Quel gâchis. Que les gens peuvent être cons parfois! Mais du coup je pense que ça participe au moyen score de la partie un, je voudrais m'éloigner un peu de tout ça (même si pas trop quand même!)

    Bref, article intéressant et qui fait réfléchir, une fois de plus! Bravo Justine, surtout que ça doit te prendre un certain temps tout ça! :top:
     
  4. Lenwha

    Lenwha
    Expand Collapse
    Mais nous, on était aussi silencieux que deux morceaux de tofu.

    J'habite en banlieue parisienne et je vais régulièrement à Paris depuis mes 15 ans (j'en ai 21, actuellement). J'y fais mes études.
    Certes, je n'y habite pas mais je ne me considère pas non plus comme habitante de ma ville vu le peu de temps que j'y passe. Je suis dans ma ville, seulement pour faire des devoirs et dormir. Je sors, je vais en cours, je vois mes amis et mon copain sur Paris.
    Je connais d'ailleurs mal ma ville, et je dois aller au centre-ville une fois par mois à tout casser.

    Bien que j'ai plus d'attache pour Paris car c'est là où je me suis sentie grandir, ce n'est pas pour autant que je l'aime et que je perçois moins les incivilités.
    Certes, j'aime Paris pour certains de ces quartiers, pour la "diversité" des boutiques/bars, pour les lieux culturels, pour une certaine ambiance (qui dépend des quartiers, et encore).
    Je suis sans cesse choquée de l'incivilité. Choquée de voir la personne en face de moi qui jette son papier en croyant être discrète alors qu'il y a une poubelle juste en face, choquée de voir les déchets qui s'amoncellent, les gens jeter leur cigarette dans la rue après l'avoir grillée, des bousculades, les gens qui crachent, et aussi d'être sifflée et compagnie... Je ne m'y habitue pas.

    Je n'ai pas été élevée de façon à avoir un radar pour détecter les incivilités, mais voilà, chacune de ces incivilités me révoltent. Je ne le montre pas, je ne soupire pas pour me plaindre ou quoique ce soit (parce que les gens qui soupirent pour se plaindre de quelque chose, je ne les porte pas non plus dans mon coeur), c'est un sentiment de résignation.

    Je ne dis pas être parfaite, cependant, je jette mes papiers dans une poubelle, je ne crache pas par terre, j'évite au maximum de bousculer les gens et je m'excuse si c'est le cas, même si on est impoli avec moi, je fais toujours en sorte d'être souriante et poli, de ne pas montrer mon agacement, je ne veux pas que ce comportement que j’exècre prenne le dessus sur moi. Car je crois naïvement que la politesse et le sourire peuvent se communiquer. Je ne veux pas tomber dans cet engrenage malsain.

    Puis, je suis allée au Japon (Je m'y intéresse depuis 6 ans surtout pour la littérature, la culture, les notions d'esthétisme, la cuisine, la sociologie, l'histoire et la langue) . Et c'est là où je me suis sentie le mieux. Cette ville m'a déstressée, non pas parce que j'étais en vacances, mais parce qu'il y avait du respect. Des sourires polis à chaque contact. Il y a beau avoir plus de monde qu' à Paris, les fois où je me suis fait bousculée se comptent sur les mains et si c'était le cas, mon interlocuteur et moi nous excusions avec une légère courbette la courbette montrant tout de même un signe de respect envers l'autre, on prend la peine de s'abaisser pour l'autre. Même si il n'y aucune poubelle pour les papiers (il y a des poubelles pour les cannettes, bouteilles...), il n'y pas de déchets par terre. Les gens sont plus calmes, et ça influence beaucoup.
    Là, je parle surtout de Tokyo. J'ai aussi vu Kyoto (très propre aussi) et Osaka (un tout petit moins propre, mais pas de quoi crier au scandale).

    Tout ça pour dire que je ne me sens pas Parisienne, ni même habitante de ma propre ville.
     
  5. Chatterton

    Chatterton
    Expand Collapse

    J'habite Gennevilliers (je fais mes études à Paris mais j'ai décidé de respecter scrupuleusement la consigne, j'habite bel et bien à Gennevilliers)

    Eh bah...

    Partie 1 : 1-2-1-1-1-2-1
    Partie 2 : 6-2-4-3-6-3

    VA PTETR FALLOIR SONGER A DEMENAGER, hein.
     
  6. Purple Mind

    Purple Mind
    Expand Collapse
    Geek et vernie!

    Intéressante cette analyse... J'habite dans un patelin à 10km d'Albertville en Savoie, j'ai donc choisi cette ville:

    PARTIE 1
    1 – A l’extérieur, on voit Albertville comme une ville de prestige: 3 (oui parce qu'il y a eu les JO en 1992, mais non parce que ça reste une petite ville)
    2 – Je me sens vraiment chez moi à Albertville: 6 J'y suis née, la plupart de mes amis et ma famille sont là, je ne vis pas loin... oui, c'est "ma" ville :)
    3 – Cette ville est comme une partie de moi-même: 6 Oui car elle comporte la plupart des lieux où j'ai grandi et passé du temps (et encore aujourd'hui alors que j'en suis partie quand je faisais mes études)
    4 – J’ai vécu tellement de choses à Albertville que je suis devenu intimement lié à la ville.
    6, pareil que pour le 3
    5 – Cette ville m’est très familière.
    6, énormément
    6. – Je connais tellement bien Albertville que je reconnaîtrais la ville sur une photographie prise à n’importe quel moment: 4, c'est pas sûr avant le XXe car la ville a beaucoup évolué depuis le début... par contre c'est marrant je ne pense pas que ça dépende de la connaissance de la ville, je suis sûre que je reconnaîtrais plus vite Paris que ma propre ville!
    7 – Albertville joue une part importante dans mes projets d’avenir.
    4, je ne souhaite pas y rester mais je ne veux pas m'en éloigner trop non plus! (Annecy would be fine)

    PARTIE 2
    Dans votre vie quotidienne, lorsque vous marchez dans votre ville, vous pourriez rencontrer :
    1 – des vitres brisées: 1 Très, très, très rarement
    2 – des personnes qui urinent: 1 Jamais vu
    3 – des ordures et détritus:3 En centre ville, pour le reste c'est une ville assez propre
    4 – des personnes qui bousculent: 2 A part le samedi aprem, et encore
    5 – du vandalisme: 3 Déjà vu des voitures brûlées et il y a pas mal de tags, mais rien de très impressionnant
    6 – des personnes buvant de l’alcool:2 Rarement

    Donc partie 1: 5, partie 2: 2

    Albertville comme beaucoup de villes de vallée en Savoie est pour les touristes un peu "la ville avant de monter en station", mais elle a ses animations et son identité propre, ainsi qu'un très bon cadre de vie qui en font une ville agréable à vivre... et puis j'ai vécu tellement de moments dans ma ville natale :) Même si c'est pas la ville dans laquelle j'ai envie de vivre plus tard (envie de bouger et puis ça reste une ville où il y a pas non plus beaucoup de trucs à faire) j'y suis fortement attachée! Mais je suis attachée d'une façon ou d'une autre à toutes les villes où j'ai vécu, même quand j'étais au Pays de Galles je me sentais chez moi!
     
  7. Colibri87

    Colibri87
    Expand Collapse
    Amoureuse

    J'habite à Besançon. Personne ne connait, ceux qui connaissent la prénomment affectueusement le "trou du cul du monde". Pourtant ....
    Partie 1 : 2 - 6 - 6 - 6 - 6 - 5 - 4
    Partie 2 : 2 - 1 - 1 - 2 - 2 - 4

    Vous savez ce qu'ils vous restent à faire les madmoizelles^^
     
  8. linaya

    linaya
    Expand Collapse

    J'habite à Montpellier.
    Moyenne partie 1: 3.4
    Moyenne partie 2: 2.5
    J'ai un problème identitaire ayant toujours vécu dans le sud mais étant la seule de ma famille à y être née.

    Sinon je m'excuse mais je pense etre la voisine du dessus qui braille qu'elle a foundé l'amour dans une hopeless place ...
     
  9. Whouhouhou

    Whouhouhou
    Expand Collapse
    Vsio budet khorosho !

    Le partie du test "Incivilités" me laisse perplexe...

    C'est effectivement probable qu'on les remarque moins dans une ville qu'on aime, mais c'est quand même pour une part aussi un critère objectif.

    • Je peux vivre dans une petite ville proprette et très civilisée que je déteste par ce que je m'y ennuie à mourir. Objectivement c'est nickel. En pratique, à la limite ça me ferait presque détester encore plus cette ville !
    • Je peux vivre dans un grande ville sale, avec des gens qui urinent et attaquent à la bière à 8h du mat', et l'adorer parce que ça bouge, et juste parce que je m'y sens simplement chez moi. C'est pas parce que j'aime cette ville que je ne vois pas ses défauts : je m'en accommode.
    (ouais, c'est du vécu...)

    Il faudrait comparer les réponses de gens vivant dans a même ville / le même quartier pour percevoir à que point le rapport qu'on a avec sa ville influe sur la perception qu'on en a...
     
  10. Tree Hugger

    Tree Hugger
    Expand Collapse
    T'aimer un peu pour vaincre l'automne.

    J'ai choisi Nantes, que je considère comme "ma" ville, bien que je n'y ai vécu que deux ans.
    Partie 1 : moyenne 5,1
    Partie 2 : moyenne 2,2
    (J'y peux rien, je suis amoureuse de cette ville, qui est si belle et agréable à vivre !)

    Pour Rennes (ma ville natale, j'y suis restée 19 ans) :
    Partie 1 : 4,6
    Partie 2 : 2,3
    (C'est assez représentatif en fait...)

    Et Metz, jolie ville dans laquelle je vis depuis presque 3 mois :
    Partie 1 : 2,57
    Partie 2 : 2,83
    (J'aime bien, Metz. C'est joli et agréable, mais les points montrent bien que je ne m'y sens pas (encore) chez moi...)

    Bref, c'est une étude intéressante !
     
  11. Purple Mind

    Purple Mind
    Expand Collapse
    Geek et vernie!

    Moi c'est l'inverse je préfère une petite ville tranquille quitte à devoir bouger pour sortir qu'une ville sale, bruyante et polluée (quelle horreur, vive l'air pur de la montagne!) mais qui bouge... Après le fait que mes amis soient quasi tous là ça aide, je pense que si j'avais pas mes amis ici je préférerais être dans une ville qui bouge. Je suis peut être une mémé avant l'âge, mais je n'aime pas les grandes villes. Je pense aussi que l'endroit où on a grandit conditionne pas mal... Enfin, le souci quand même, c'est le manque de concerts... genre quand on veut voir un gros groupe international il faut souvent aller à Lyon voire Paris. Enfin je me plains pas non plus on a quand même pas mal de groupes de rock nationaux qui passent (ex: Shakaponk ce week end)

    Le must pour moi c'est les moyennes villes: assez propres, relativement calmes et avec plein de trucs à faire, c'est pourquoi j'aimerais vivre à Annecy (qui en plus est magnifique!). J'y vais très souvent, je n'y ai jamais vécu, c'est une ville chère, mais je sens que j'adorerais habiter là bas.
     
  12. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    Merci bien :)
    En fait, personnellement je pense qu'il s'agit plus d'une question d'identité que d'attachement "conscient", finalement (ouais, je contredis les auteurs KESKYA), c'est peut-être pour ça que malgré tout les défauts qu'on peut trouver à nos villes, nous gardons des scores assez élevés à cette échelle. Sans doute aussi que puisqu'elle fait partie de notre identité, la critiquer reviendrait à attaquer notre propre estime de nous-même ?


    En habitante d'un pays alors ? Ou d'une planète ?
    Je comprends ce que tu veux dire ceci dit, j'ai un peu le parcours inverse (beaucoup de déménagements et de vadrouille), mais j'arrive à la même conclusion : je ne parviens pas non plus à m'identifier à une ville en particulier... Si ce n'est que l'accent du sud-ouest me rassure :d



    Haha :)
    En réalité, les étudiants sont des individus un peu à part niveau territorialité et identité spatiale... C'est peut-être du fait d'une situation un peu "entre parenthèse", en transition, d'une identité en pleine mutation...


    Je suis la voisine du dessous qui braille tout et n'importe quoi, JE NE JUGE PAS (huhu).

    C'est généralement la question posée dans ce type d'études : pourquoi des personnes résidant dans les mêmes villes, effectuant les mêmes trajets ne perçoivent pas les mêmes choses ? J'ajoute des liens en fin de commentaire si vous voulez en savoir un peu plus :)

    Classe :) En vrai, M.L. Félonneau était l'une de mes professeurs à l'université, j'ai bu chaque mot de chaque cours (comme dit plus haut, je mets des liens de ses études en fin de commentaire) !




    Un p'tit "pour aller plus loin" pour celles que ça intéresse :
    - Des extraits d'un livre de Marie-Line Félonneau : "l'étudiant dans la ville : territorialités étudiants et symbolique urbaine"
    - Un p'tit pdf-séminaire de M.L.F, toujours : identité topologique et perception environnementale
    - Un rapport de l'Observatoire de la Vie Etudiante : http://www.ove-national.education.fr/medias/files/publications/vie___tudiante_et_territoires.pdf
     
Chargement...