L'Oréal pour les Filles et la Science, un programme nécessaire

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 15 octobre 2014.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

    ----- Publicité -----
  2. Koutchie

    Koutchie
    Expand Collapse
    Hello toi !

    Oh la la la mais cet article est génial il réunit pleins d'infos pour le sujet de mon TPE "Les femmes et la science, quelle reconnaissance ?" !! En tant qu'élève de S je me sens aussi grandement concernée par le sujet du programme ! ;)
     
  3. Alags-y

    Alags-y
    Expand Collapse

    J'ai un master de chimie, et personnellement je n'ai pas eu à supporter tous ces stéréotypes, c'est peut-être pour ça que je ne me suis pas du tout retrouvée dans l'article. Il est vrai que j'ai déjà eu droit aux bêtises du type "nan mais les mecs ont un cerveau adapté à la réflexion scientifique, contrairement aux filles qui sont nées pour faire des taches simples du genre cuisine et ménage", dites sur le ton de la plaisanterie (très douteuse, d'ailleurs... -_-). Par contre, durant mon cursus universitaire, j'ai connu des gens en licence de maths et physique, et là ouais, apparemment il y avait une grande majorité d'hommes. Ce qui est vraiment dommage, car ce sont des domaines vraiment passionnants, qui méritent beaucoup d'investissement, certes, mais qui valent le coup. Enfin bref, si il y a des filles intéressées par les sciences, qui passent par ici et qui hésitent à cause des réflexions de leur entourage, sachez, que tous les domaines, scientifiques ou non, demandent du travail, mais il n'y a pas de prédisposition naturelle à finir coiffeuse (je n'ai rien contre ce métier hein, je le cite juste à cause de son caractère soi-disant féminin) pour les filles et ingénieur pour les hommes.
     
    Tapioca a BigUpé ce message
  4. Tapioca

    Tapioca
    Expand Collapse
    -

    Je suis d'accord avec toi, je suis ingénieur chimiste et dans mon école c'était 50/50. Certains domaines de la science sont plus "féminins" comme par exemple la chimie, la biologie, l'agronomie, les écoles vétérinaires... J'ai eu la chance de ne pas être freinée dans mes projets d'études, et même encouragée (sauf un prof en terminale qui me disait que si lui n'avais pas supporté la prépa, je ne la réussirais pas non plus...).
    En tout cas je salue ce projet!
     
  5. _Plume

    _Plume
    Expand Collapse

    C'est peu pertinent je trouve, de prendre comme exemple les études de médecine alors qu'il y a une majorité de filles dans les promo :hesite: Et puis je pense que peu importe, fille ou garçon qui voudra faire médecine, on lui dira que c'est dur...
     
    Madame_Casse-Pieds a BigUpé ce message
  6. hackergirl

    hackergirl
    Expand Collapse
    Singing in the rain

    "Et bien après, seulement 3% de femmes ont le Prix Nobel de Chimie, Physique ou Médecine."
    C'est plutot que 3% des Prix Nobel de Chimie, Physique ou Médecine sont des femmes, non?

    Ce serait intéressant de regarder la progression de ce chiffre plutot que la proportion depuis le début du prix nobel.
     
    Madame_Casse-Pieds a BigUpé ce message
  7. Black Phillip

    Black Phillip
    Expand Collapse

    Il y a quelque chose qui me gène dans le fait que l'initiative vienne de L'Oréal. C'est bien, mais globalement j'arrive pas à trouver ce genre d'actions sincères quand elles proviennent de grands groupes comme celui-ci, on va pas leur faire des bisous non plus.
    En fait, je trouve que ça sent le coup marketing à plein nez, et même si ces initiatives sont bien, je me demande si ils les auraient prises si il n'y avait pas d'intérêt promotionnel pour l'entreprise. En fait je trouve ça hypocrite. Et si c'est pas fait sincèrement ça ne peut pas être fait correctement je pense.
    Leur "engagement", leur "fondation", dans le fond j'y crois pas.
    Et je trouve le : "L'Oréal pour les filles" assez drôle. Si on le valait tant que ça pour eux, ils commenceraient par mettre moins de trucs cancérigènes hyper dosés en toute quiétude dans leurs produits.
    C'est peut-être pas le grand groupe le plus horrible du monde, et peut-être qu'ils font des trucs pas mal avec leur fondation ou le choix de leurs égéries, mais ça reste quand même un grand groupe qui a pour intérêt l'argent, pas les filles, on me le fera pas croire.

    Et puis leur opération "coiffeurs contre le SIDA", je la trouve trop facile et trop légère compte tenu des moyens qu'ils ont. C'est pas une vraie implication selon moi.
    Après je peux aussi critiquer presque chacune des initiatives de la fondation en disant pourquoi je les trouve totalement hypocrites mais ça va être chiant alors je vais m'abstenir.

    Bref, à part mon pessimisme (objectif j'en suis sûre), j'ai trouvé l'article super intéressant.
     
    youp et TheRealTryphon ont BigUpé.
  8. EurekaChocolat

    EurekaChocolat
    Expand Collapse

    Je trouve bien qu'on veuille pousser les femmes à choisir une voie scientifique (je m'y destine ^^) et je pense bien que notre éducation joue un rôle majeur dans ce choix mais il faut aussi prendre en considération les études qui ont été faites sur les différences des cerveaux hommes et femmes. Je n'ai pas fait de longues études sur ce sujet mais d'après ce que j'ai lu, les hommes seraient naturellement plus enclins à penser "logiquement", suite à leur long passé de chasseurs, ce qui expliquerait une tendance à se spécialiser dans la science. Après je ne dit aucunement qu'une fille n'arrivera pas aussi bien dans ces domaines (j'espère bien >.<) mais l'article devrait prendre en compte cela pour être plus réaliste... Si ca se trouve je suis une pigeonne et ces différences n'existent même pas et j'ai été bernée et puis je dis de la merde :/
     
  9. Nélissanne

    Nélissanne
    Expand Collapse

    Black Phillip et TemoriTiger ont BigUpé.
  10. Black Phillip

    Black Phillip
    Expand Collapse

    Les enfants ne devraient pas être une problématique féminine. Enfin, ça l'est malheureusement parce que les rôles sont distribués de telle sorte que la plupart du temps se sont les femmes qui s'en occupent. Mais par exemple, mettre une crèche dans l'entreprise de la maman c'est encourager cette répartition des rôles. Donc pour moi ce ne serait pas une solution.
    Pour moi le slogan "faites des sciences vous en êtes capables" n'est pas réducteur du coup, puisque les femmes en sont effectivement capables et tu le dis toi même. Il ne devrait pas y avoir de traitement différent entre hommes et femmes en rapport avec les enfants (bon à part en ce qui concerne la grossesse et l’accouchement c'est évident). Pour le reste, je trouve que si des aménagements sont faits en entreprise et au niveau du travail ils doivent être faits de la même façon pour le père que pour la mère. Histoire de ne pas creuser un peu plus les inégalités dans ce domaine.

    Après peut-être que c'est ce que tu disais et que j'ai mal compris je sais pas :lunette:
    Je suis plutôt d'accord avec ce que tu dis, mais je réagissais juste sur ce point là.
     
  11. ValouSestra

    ValouSestra
    Expand Collapse
    Je suis toujours faimtigay.

    Bizarrement, je n'ai jamais souffert de ces problèmes, et les filles de mon entourage non plus.
    J'ai pris la filière S au lycée, en première et terminale nous étions 26 filles pour 9 garçons.
    Encore aujourd'hui, je suis en deuxième année de bio, et nous sommes une majorité de filles, et il y en a également dans des filières soit disant "désertées" par les filles.
    Nos professeurs également sont représentés par des femmes dans la même proportion que les hommes, par exemple.
    Alors je pense que cette tendance a beaucoup diminué.

    Et je confirme, j'ai pas mal de neurophysiologie, et les cerveaux des hommes et des femmes fonctionnent de la même manière, le fait que les filles aient des résultats moins bons en moyenne que les garçons résulte du fait qu'elles se sentent moins en confiance du fait de ce stéréotype "je suis moins douée". (La aussi, ce phénomène a été prouvé de nombreuses fois, et a été aussi appliqué au fait que les élèves immigrés/enfants d'immigrés soient moins bons car moins en confiance).
    Mais comme je l'ai dit plus haut, d'après ce que j'observe au quotidien, ça tend à sérieusement diminuer.
     
  12. Lulilule

    Lulilule
    Expand Collapse

    @Dalhousie Dans la pratique, aujourd'hui, les hommes aussi ont à concilier leur vie professionnelle et leur vie de famille. J'ai déjà eu pas mal de collègues embêtés parce que "ah bah non, cette semaine c'est moi qui garde les enfants pendant les vacances" ou parce que "le petit dernier est malade et la maman travaille". Les choses évoluent, et c'est plutôt rassurant. Même si il y a -surement- encore du boulot.

    Je pense que j'ai eu de la chance dans mon parcours d'une certaine façon, parce qu'aucun de mes professeurs n'a jamais douté que j'étais capable de faire les choses et qu'on m'a poussée à aller vers les disciplines scientifiques. On était trois filles à se suivre dans la même classe depuis le collège et à être plutôt douées dans toutes les matières. Finalement, l'une d'entre elles avait choisi L au lycée, et la dernière s'était tournée vers les langues à l'Université, et ce malgré les "encouragements" de nos professeurs. Non pas parce qu'elles "doutaient" d'elles, mais parce qu'elles avaient un vrai projet professionnel derrière, et qu'elles savaient que des études scientifiques ne les aiderait pas à atteindre leurs buts.
    Je mets des guillemets à "encouragements" parce que ces professeurs ont été très insistant. Après coup, je pense qu'au final, en tant que fille, aujourd'hui, quand on "réussit" à peu près bien à l'école, on subit une pression qui n'a rien à voir avec celle que peuvent subir les garçons. Quand j'étais au lycée, je ne savais pas ce que je voulais faire, et finalement, j'ai été vers les sciences parce qu'on m'y a poussée. Rétrospectivement, je me demande si, si plutôt que de m'entendre dire "Oh, avec tes notes il faut que tu ailles faire une prépa !" par tout mon entourage, on m'avait plutôt posé la question "Qu'est-ce que tu veux faire après ?" j'aurais fait les mêmes choix ?

    Ces campagnes de pubs "les filles faites des sciences" sont donc -à mon sens- à double tranchant. Pour moi le problème se situe en amont, et le message n'est pas le bon. Le message devrait être "Les sciences ça nous concerne tous" et l'information devrait être ciblée autant pour les filles que pour les garçons, avec des thématiques qui -au final- concernent effectivement tout le monde (concilier vie professionnelle et vie de famille, faire face aux clichés et aux à priori, choisir ses études... etc.).