L'UMP enterre le Front républicain

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 13 juin 2012.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    21 avril 2002, 20 heures.

    Les Français, abasourdis, découvrent que Jean-Marie Le Pen accède au second tour de l'élection présidentielle. Lionel Jospin, le candidat socialiste, n'obtient que 16,18% des voix contre 16,86% pour le chef du Front national.

    L'ensemble de la classe politique, à l'exception de Lutte Ouvrière (extrême-gauche), appelle alors à la constitution d'un Front républicain pour faire barrage au Front national et appelle à voter Jacques Chirac.

    Le 5 mai 2002, celui-ci est élu président de la République avec 82,21 % des voix...

    Dix ans plus tard, à l'issue du premier tour des élections législatives marqué par une forte poussée du Front national (13,6% des voix), le bureau politique de l'UMP décide l'enterrement du Front républicain en refusant de donner des consignes de vote en cas de duel FN-PS et en demandant à ses candidats de se maintenir dans les triangulaires.

    C'est le ni-ni. Ni PS, ni FN; bref, pour l'UMP d'aujourd'hui, socialistes et frontistes, c'est blanc bonnet et bonnet blanc.

    Dans une interview accordée aujourd'hui au Télégramme de Brest, Marine Le Pen exulte : "le mur anti-FN a implosé" dit-elle, "ne serait-ce qu'avec la consigne donnée par l'UMP qui a enterré ce qu'ils appelaient le Front républicain".

    Le patron de l'UMP, Jean-François Copé justifie sa position par les alliances qu'il prête au PS avec le Front de gauche qualifié de parti extrême. "Quel est le sens d'appeler à voter pour le PS qui, lui, s'allie avec l'extrême gauche de Mélenchon ?" a-t-il demandé lundi matin sur Europe 1. Car pour lui, "le Front national comme le Front de gauche proviennent des mêmes extrêmes et du même populisme". Quand le leader du Front de gauche "dit que Fidel Castro n'est pas un dictateur, qu'il n'y a pas de prisonniers politiques à Cuba... Cela mérite un petit débat, non ?" a-t-il ajouté.

    Défendant la stratégie du "ni-ni", Alain Juppé a accusé Jean-Luc Mélenchon d'entretenir des "relations sulfureuses" avec des personnalités se disant "antisémites", comme le compositeur grec Mikis Théodorakis, voyant là un motif pour le PS de "s'expliquer" sur ses alliances avec l'"extrême gauche". Mikis Théodorakis "affiche aujourd'hui sa foi antisémite", a déclaré l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac sur France Inter. Avant d'ajouter : "C'est un copain de M. Mélenchon" et "cela ne gêne pas le PS".

    A l'UMP, seul François Fillon, l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy, s'interroge à voix haute sur la pertinence du parallèle entre le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon et le Front national, qui justifie toute la stratégie de l'UMP. C'est "une bataille qui n'est pas gagnée dans l'opinion" a-t-il dit.

    Pour l'historien Didier Fischer, le "ni-ni" de l'UMP ne peut qu'accroître ses liaisons dangereuses avec le FN. Dans un article publié par le Nouvel Observateur, il constate que "la voie a malheureusement été tracée en plus haut lieu depuis cinq ans. Du débat sur l’identité nationale à celui sur la viande halal, l’ancien président de la République aura contribué à préparer le terrain de ces liaisons dangereuses. La stratégie de respectabilité engagée par Marine Le Pen a fait le reste."

    Et ce n'est certainement pas un hasard si Nadine Morano, fidèle parmi les fidèles de Nicolas Sarkozy, est l'une des premières à franchir le pas en s'affichant dans Minute, un hebdomadaire qui prône depuis longtemps une alliance entre la droite et l'extrême-droite.

    [​IMG]


    Le Front républicain est donc mort et enterré.

    Reste à savoir désormais si Marine Le Pen parviendra dans les mois ou les années qui viennent à faire exploser l'UMP en ralliant à sa cause toutes celles et ceux qui penchent déjà dangereusement de son côté.

    Et ils sont nombreux : selon un sondage Ipsos/Logica Business Consulting réalisé jusqu'à la veille du premier tour des législatives, 66% des électeurs UMP sont favorables à un accord de désistement mutuel entre l'UMP et le FN lorsqu'il s'agit de battre un candidat de gauche.

    Et toi madmoiZelle, que penses-tu de la nouvelle stratégie de l'UMP ? Parviendra-t-elle à maintenir son unité actuelle ? Le Front national finira-t-il par réussir à la faire exploser ? Souhaites-tu ou redoutes-tu que ce parti réussisse à accéder au pouvoir à court ou moyen terme ?
     
  2. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    Euh, honnêtement, ça fait plus de 5 ans que je trouve que l'UMP penche de plus en plus à droite.
    Qu'on voie un candidat UMP se désister pour le FN contre le PS, ça ne m'étonne pas le moins du monde. Pas plus que ça ne m'étonne de voir Nadine Morano draguer les électeurs FN (y avait qu'à la voir dire "ouiiii Monsieur Alliot, on est trop d'accord avec vouuus" entre les deux tours, c'était pitoyable).

    Plus ça va, plus l'UMP devient de l'extrême-droite puante. Le FN n'a plus le monopole de la xénophobie, de l'islamophobie, de l'anti-droit des femmes. À force d'aller chasser sur les terres empoisonnées du FN, l'UMP s'est contaminé. Alors, franchement, que l'UMP éclate et qu'une partie aille au FN, ça ne m'étonnerait pas une seconde.
    Si j'étais mauvaise langue, je dirais qu'aujourd'hui, c'est le PS qui représente la droite républicaine...

    Quant aux insinuations sur le Front de Gauche, c'est vraiment minable. Jamais on ne s'alliera avec le PS, quand même, on est de gauche nous.:taquin: (désolée, mais là je préfère en rire, parce que les accusations sont tellement ridicules, du niveau "bouuuuh sales communistes, vous avez un couteau entre les dents et vous mangez des enfants." que ça vaut ptêt pas le coup que j'explique pourquoi c'est du caca.)
     
  3. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    A Hénin-Beaumont, l'échec sans appel de Mélenchon a montré toutes les limites de l'invective généralisante.

    Si je lance des débats de cette nature, c'est pour initier un dialogue argumenté entre mads de bords politiques différents.
    L'UMP rassemble de nombreuses familles de droite. Parmi elles, des démocrates chrétiens, des radicaux, des gaullistes qui sont loin de correspondre au terme "d'extrême-droite puante".

    L'une des caractéristiques majeures de notre site, c'est le rejet des amalgames, la recherche d'échanges fructueux, même s'ils sont passionnés.

    Tu es libre ici de porter la parole du Front de gauche, mais je souhaite vivement que tu le fasses dans le respect des valeurs de MadmoiZelle.

    Merci d'avance !
     
  4. Apprentie-Diva

    Apprentie-Diva
    Expand Collapse
    Fuck that shit, I am in holidays !

    Azeban : Vilaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine, je me reconnais comme sympathisante PS et je me considère à gauche, non mais !! :vex: ( :fleur: )

    Bon, il est inutile de souligner la bêtise crasse (du Copé quoi) de comparer le FN et le FdG , je résumerai juste ma pensée en considérant que le FdG est un parti au valeurs républicaines,démocratiques selon moi. Le FN, c'est le chantre de la peur, du rejet, et de la haine.


    Et puis Nadine, bon, on connait ses histoires, ma réaction est plus du genre " Enfin elle est franche avec elle-même ! ", parce que concrètement, là tout de suite je tombe pas de ma chaise.
    D'ailleurs, ya eu un précédent récent, il est où ce cher Longuet d'ailleurs ?
    C'est Zemmour et Buisson qui doivent être contents :d
     
  5. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    Pour moi, l'échec (relatif, faut voir le nombre de voix qu'il a gagné depuis la présidentielle !) de Mélenchon à Hénin Beaumont montre au contraire que les méthodes crasseuses marchent, entre les tracts anonymes et, pire, les couteaux dans le dos du PS. Mais bon, c'est pas le sujet je crois. (au passage, je ne comprends pas trop l'intérêt de me rappeler un "ah ah vous avez perdu là haut" quoi. C'est bon, hein, c'est pas super cool de venir retourner les couteaux que le PS a planté dans nos dos quoi...)


    Par ailleurs, mon message était sans doute mal exprimé et peu argumenté, je m'en excuse et vais essayer de mieux dire tout ça.
    Quand je dis que l'UMP devient de l'extrême droite puante, je parle de l'attitude et des propos d'un certain nombre de cadres du parti, et du fait que ce n'est pas condamnéepar le parti lui-même. Je me suis mal exprimée, et j'aurais du préciser que je ne considérais pas que tous les gens de l'UMP étaient d'extrême droite, c'était clair dans ma tête et je ne pensais pas qu'on interpréterait ça comme un "tout les gens de l'UMP sont d'extrême droite" et encore moins "tous les électeurs de l'UMP sont d'extrême droite". Ce n'est pas mon propos, ce n'est pas mon opinion.
    Mais je continue à penser que l'UMP, dans les propos de ses ténors, et dans la non-condamnation de ces propos, tend vers l'extrême droite puante. Sans amalgamer tout le parti à cela, la ligne du parti dérive à mon sens de plus en plus à droite, et on entend de plus en plus de discours d'extrême droite tenus par des membres de l'UMP.
    Quand Nadine Morano dit partager les valeurs du FN, elle n'est pas exclue du parti,
    Quand Maryse Joissans, députée d'Aix en Provence, dit la même chose, elle n'est pas exclue non plus,
    Quand Vanneste tient des propos ouvertement homophobe, l'UMP attend la n-ème récidive (où il a ajouté le négationnisme) pour l'exclure,
    Combien de personnalités connues de l'UMP sont allées parler dans Minute ?
    Entre les deux tours, Nicolas Sarkozy s'est déclaré défavorable à la délivrance anonyme d'une contraception pour les mineures, ce qui aurait été un bond en arrière de plusieurs décennies pour les droits des femmes.
    Je m'arrête là. Je peux continuer sur l'immigration, l'islamophobie, les pseudo-débats sur des sujets aussi importants que la viande hallal auquel je n'ai toujours rien compris, mais ça me déprime à chaque fois de lire ça.

    Bref, autant je suis d'accord qu'il y a à l'UMP des gens qu'on ne peut décemment pas caractériser d'extrême droite puante (je pense à De Villepin, je pense à Jouanno, etc. (liste non-exhaustive, hein, je cite les premiers que j'ai eu en tête)). Autant, ce n'est pas la ligne majoritaire du parti (et limite, une explosion permettrait d'exister aux gens de droite républicaine, ce qui ne serait vraiment pas plus mal). Et autant, j'ai du mal à classer les démocrates-chrétiens de Christine Boutin parmi les personnes qui partagent des valeurs avec moi. Je tiens quand même à rappeler que Christine Boutin s'oppose à l'avortement, au droit du sol, veut rétablir le service militaire, supprimer la Halde pour "rétablir la liberté d'expression", veut que l'Europe reconnaisses ses "racines chrétiennes". Ce n'est pas forcément la pire extrême droite puante qui soit, hein, elle a aussi d'autres idées moins craignos, mais nombre de ses propositions me semblent dangereuses.

    Bref, pour résumer tout ce que je vient de dire :
    -la ligne officielle de l'UMP, tend de plus en plus à droite, et on retrouve des propos d'extrême droite dans le parti, qui ne sont pas condamnés,
    -Il y a un certain nombre de personnes parmi les ténors de l'UMP qui sont de droite républicaine,
    -Je ne connais pas assez l'électorat UMP pour le juger. Je connais en tout cas des gens de droite qui ont été dégoûtés par l'extrême droitisation de Sarkozy. Je pense qu'une partie de l'électorat UMP n'est pas satisfait de cette extrême droitisation et est déçu du choix politique à droite.
    -J'ai tendance à penser qu'un éclatement de l'UMP avec reconstruction d'un vrai parti de droite républicaine qui ne jouerait pas avec la haine, ça serait une bonne chose pour la démocratie. Ne serait-ce que pour les gens de droite qui ne se reconnaissent pas dans le virage à l'extrême droite.


    Enfin, bien que je ne cache pas ma sympathie pour les idées du Front de Gauche, je n'ai certainement pas la prétention de porter sa parole, hein ;)
     
  6. La_Guincheuse

    La_Guincheuse
    Expand Collapse
    Reine de Glace

    Je suis absolument d'accord.
    Ce matin, aux infos, ils parlaient de la circonscription de NKM où le FN demande à voter PS pour la contrer.
    ET tout ce que le socialiste a trouvé à dire c'est " toutes les voix sont bonnes à prendre."
    Vous m'excuserez mais ça ne vaut pas mieux que Morano.
    Ils sont prêt à tout pour avoir leur siège et leur petit bout de pouvoir, j'avoue que je suis un peu dégoutée, gauche et droite confondues.
     
  7. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    D'abord merci d'avoir développé tes arguments !

    J'avais oublié l'existence de Christine Boutin et de son Parti Chrétien-Démocrate !

    Ce n'est évidemment pas à elle que je pensais en citant la famille démocrate-chrétienne, mais bien à ceux des héritiers du Centre des démocrates sociaux qui sont à l'UMP (Pierre Méhaignerie par exemple).
    François Bayrou a présidé ce parti dans les années 90.
     
  8. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    Oh non, quoi, me forcez pas à défendre le PS quoi, j'aime pas faire ça^^
    Pour le coup, c'est un peu méchant d'en vouloir au PS pour le non-désistement de la candidate dans le Vaucluse.
    Le PS a demandé à cette candidate de se désister, la décision de ne pas le faire n'a pas été soutenue par le parti. Ils vont d'ailleurs se pencher sur son cas et sur une éventuelle sanction dans les jours qui viennent, d'après ce que j'ai lu. Par ailleurs, le suppléant de cette candidate a appelé lui-même à voter pour le candidat UMP au nom du front républicain.
    (et personnellement, le fait que ce soit une Le Pen ne change rien pour moi. Le problème n'est pas qu'elle soit la nièce de sa tante et la petite-fille de son grand père, le problème, ce sont ses idées et ses valeurs, qui sont selon moi contraires à celles de la République. Les autres candidats du FN qui défendent les mêmes valeurs sont à mon sens tout aussi dangereux qu'elle.)

    Aussi, le PS a choisi de maintenir le front républicain. Mais sachant que l'UMP l'a refusé, il aurait pu se poser la question de le maintenir malgré cela ou non. Honnêtement, je n'ai pas de réponse idéale à cette question... entre un UMP républicain et un FN, évidemment il faut voter pour le républicain, mais entre un UMP qui se revendique des valeurs du FN et un FN, ça ressemble quand même à choisir la peste ou le choléra.

    (OK pour le démocrate chrétien qui a deux sens apparemment, si c'est des gens de centre-droit, je les mets évidemment pas dans le panier des extrême-droitisants)
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Nadine Morano piégée par Gérald Dahan (à écouter sur Sud Radio)

    «Moi, je trouve que Marine Le Pen a beaucoup de talent», avoue-t-elle à celui qu'elle croit être Louis Aliot à l'autre bout du fil. Lorsque le faux Aliot - alias Dahan - lui demande s'il est possible qu'ils trouvent tous les deux un arrangement pour un candidat FN en mauvaise position, Morano répond : «Ecoutez, Mr Aliot, vous êtes très sympathique. Il faudrait qu'on parle de ça à un autre moment, parce que là, je suis en train de faire campagne (...) Ils vont nous foutre dans une merde comme jamais (NDLR: elle parle des socialistes). Parce que la droite et la gauche, c'est pas pareil. Ils vont nous mettre le droit de vote des étrangers (...) J'ai pas envie que ça devienne le Liban chez moi », dit-t-elle.
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Ghost Town
    Réponses :
    9
    Affichages:
    4760
  2. Fab
    Réponses :
    4
    Affichages:
    187
  3. Denis
    Réponses :
    79
    Affichages:
    17611
  4. Pomi
    Réponses :
    10
    Affichages:
    1464
  5. Reiyel
    Réponses :
    8
    Affichages:
    1562