Ma thèse en 180 secondes, le concours qui encourage la vulgarisation scientifique !

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 16 mars 2016.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Laodicée

    Laodicée
    Expand Collapse

    Je ne suis pas une grande fan de MT180, je dirais même, je trouve que ça dessert le doctorat, pour plusieurs raisons :
    - ça formate beaucoup (beaucoup) trop les doctorant-e-s qui participent au concours (en gros, dans les formations on t'explique que tu dois parler de telle manière, faire des blagues), comme s'il n'y avait qu'une seule manière de vulgariser la recherche;
    - les blagues : Ça me dérange beaucoup qu'on dise aux doctorant-e-s que pour vulgariser leur recherche ils doivent faire des blagues sur leurs sujets (les blagues scato ou sexiste (oui oui déjà vu) par exemple je ne trouve pas ça très pertinent) La recherche c'est super top moumoute, pas besoin de faire des blagues potaches pour que ça soit intéressant :) Surtout quand on voir comment on galère déjà à être reconnu comme de vrais professionnels de la recherche et pas comme des éternels étudiant-e-s (coucou Tanguy!), l'aspect "stand-up" n'aide pas trop;
    - ce concours représente un énooooorme budget qui, selon moi, pourrait être nettement mieux dépensé : actions de valorisation du doctorat (c'est pas qu'on galère à être reconnu comme des professionnels de la recherche, on galère vraiment), aide au développement de vrais formations professionnelles, etc.

    Et sinon, je trouve aussi que c'est surtout un moyen pour la CPU de se faire mousser et quand on voit ce qu'elle fait pour les doctorant-e-s à côté de ça... Baah, c'est un peu se moquer du monde ^^
     
    Ubiquitine, Lolah, Awyren et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Ayrshire

    Ayrshire
    Expand Collapse

    Je me permets d'ajouter une précision à l'article... Normalement les étapes de sélection intermédiaires (qui devraient avoir lieu très bientôt d'ailleurs) sont publiques.

    Par contre ils font pas vraiment de com dessus, alors il faut aller à la pêche aux infos...

    Personnellement je le trouve chouette ce concours. On peut pas dire que la vulgarisation fasse vraiment partie du quotidien d'un doctorant... Je trouve que c'est un bel exercice de présenter sous ce format, même si le format ne plaît pas à tout le monde. A côté de ça il y a un concours de pitch professionnel beaucoup moins médiatisé aux doctoriales début septembre (je crois que je me suis pas trompée dans le nom) qui est beaucoup moins médiatisé et du coup beaucoup sérieux dans sa forme... Mais c'est le format qui veut ça..!

    Edit d'ailleurs concernant ce deuxième concours, il me semble qu'il est organisé par l'ABG, qui est très orientée insertion professionnelles des doctorants, valorisation de la thèse etc... ce qui n'est pas le cas pour MT180s. (Vous avez déjà vu le CNRS se préoccuper du devenir de ses doctorants en dehors des université vous? :rire:)
     
    #3 Ayrshire, 17 mars 2016
    Dernière édition: 17 mars 2016
    Anouk Perry, Awyren et Eriador ont BigUpé ce message.
  4. Awyren

    Awyren
    Expand Collapse
    big-uppeuse de l'ombre :ninja:

    Exact ! Avec le recul, je me rends compte qu'on est touts encouragés à faire le même type de présentation pour MT180. "Bonjour je m'appelle machin, je suis thésard dans tel domaine. Mon sujet s'intéresse à [insérer une problématique du quotidien/ un lien avec l'actu chaude]. petit développement. Petite blague. Conclusion sur la problématique du quotidien." Comme s'il n'y avait qu'une seule formule gagnante ! Du coup, j'ai l'impression que beaucoup de choses se jouent sur le sujet de thèse plutôt que sur l'éloquence du candidat. Cependant (oui, cependant), l'idée n'est pas complètement à jeter. Ca permet une première expérience de la vulgarisation scientifique pour ceux qui n'en ont jamais fait, mais que ça intéresse (très formatée, oui). Et pour avoir participé, je retire quand même des leçons de la formation à MT180 (au delà du formatage pour l'exercice). Je m'applique beaucoup plus à vulgariser et à rendre intelligible ma recherche pour le "grand public".
    Tout cela est très confus, mais en gros, si je devais faire une comparaison MT180 est à la formation qui le prépare ce qu'est le bac à la terminale : c'est un exercice qui demande d'être préparé à un certain formatage, mais dans le fond, on apprend quand même des choses.
    Je suis pas tout à fait d'accord sur les blagues. Je trouve que les sciences et le monde de la recherche font de bons sujets pour l'humour inclusif. Il y a plein de procédés pour faire rire sans passer par la case humour scato/sexiste/raciste/classiste (je grince des dents aussi quand j'entends des blagues/ vannes la dessus dans un exposé de vulgarisation). D’ailleurs, j’ai l’impression que ça vient surtout de personnes qui ne sont pas à l’aise avec l’humour (= c’est pas dans leur caractère d’en faire).
    Là où je suis d’accord, c’est qu’on n’est pas obligés de faire de l’humour pour faire de la vulgarisation efficacement et être intéressant. Et si on n’est pas à l’aise avec l’humour, on ne devrait pas être obligés à en faire. Vulgariser sa recherche, c’est d’abord faire comprendre au plus grand nombre en quoi la toute petite mini (itsy bitsy tiny bikini) contribution que ton travail apporte à la somme des connaissances de l’humanité est passionnante/pourra un jour être utile/répond en partie à un enjeu sociétal [liste non exhaustive]. Et pour qu’on retienne ce que tu fais, la blague ratée ou dégueue, c’est pas forcément le mieux.
    Je suis pas hyper au courant de ça, mais j'ai l'impression qu'il n'existe pas d'alumnii de doctorants (d'association d'anciens, comme dans les écoles d'ingés ou de commerce par exemple), ça pourrait être vachement bien pour ce qui est de l'insertion pro autre que dans l'académique (eh oui, tout doctorant n'a pas vocation à devenir chercheur au CNRS ou à l'université !)
    Bref, j’ai pas envie de dégoûter des personnes de venir voir MT180 ou d’y participer. Venez y assister ! C’est tout public ! Participez-y ! Au-delà de l’exercice, la formation peut vous permettre de déclencher le processus de la vulgarisation à plus grande échelle. (Au pire, vous vous rendez compte que c’est pas pour vous, et c’est pas dramatique ! )
     
  5. shigurette

    shigurette
    Expand Collapse
    N'a pas envie de te faire plaisir

    Alors tout d'abord, les finales interuniversitaires ont lieu très bientôt, le CNRS vient de donner les dates (par communiquer de presse):
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Après je vais donner mon avis de pro de vulgarisation/médiation scientifique sur les points soulever par @Laodicée et @Awyren :
    Sur le formatage : je pense que ça vient plus des formations au concours que forcément du concours lui-même. Bon OK 3 minutes, c'est court et ça complique l'exercicie. Mais c'est plus en formant en donnant une recette à appliquer que ça formate. Plutôt que de former spécifiquement au concours, il faudrait pas faire une formation plus générale de vulgarisation/médiation scientifique? Outre pour le concours, ça aidera forcement le doctorant pour parler de sa thèse/recherche à des personnes qui ne sont pas dans son domaine de recherche.
    Pour l'humour et la vulgarisation : je pense que là c'est lié aux chaines youtube de vulgarisation (genre e-penser) où l'humour fait partie de la formule. Du coup l'humour est la mode dans la vulgarisation (avec en plus l'idée que ça casse l'image du scientifique trop sérieux.se). Mais l'humour, surtout le bon, ce n'est pas à la porter de tout le monde et je pense sincèrement que ce n'est pas nécessaire à une bonne vulgarisation (même en 3 minutes).
    Sur l'humour inclusif : faut pas se faire d'illusion le monde de la recherche académique n'est pas mieux que le reste de la société. Il ne faut pas s'attendre de personne pas forcement au courant des différentes domination (patriacat, racisme, surtout dans leur version les plus sournoises) fassent de l'humour inclusif qui est loin d'être l'humour le plus répendu.
    Bref peut-être plus que de rejetter totalement ce concours, il faudrait revoir les formations faites pour les participants.

    Enfin un dernier point, j'ai l'impression que les universités, le CNRS poussent pas mal les doctorants à faire de la vulgarisation (souvent gratuitement) mais pas franchement les chercheurs plus âgés/en postes. Du coup c'est un truc de plus pour les doctorants à faire à côté de leurs recherches mais ça contera pas pour leur thèse ni pour leur recherche de poste dans la recherche et en plus ça semble indiquer que n'mporte quel chercheur peut faire de la vulgarisation, alors que c'est faux (et que c'est un métier). :facepalm:
     
    Ayrshire et Awyren ont BigUpé.
  6. Awyren

    Awyren
    Expand Collapse
    big-uppeuse de l'ombre :ninja:

    On est d'accord là dessus, le milieu scientifique reste très blanc et masculin (et parfois snob. J'ai déjà entendu un de mes collègues doctorant me dire : "mais pourquoi tu t'évertues à vouloir faire de la vulgarisation ?! La recherche, c'est pas fait pour être communiqué au grand public ! Ils peuvent rien y comprendre !"). Ce que je voulais dire c'est que la science est un très bon support pour faire de l'humour inclusif (et pas que les chercheurs sont le mieux placés pour faire de l'humour inclusif). Alors je me plante peut-être dans ma définition d'humour inclusif ou je fais peut-être un abus de langage, mais pour moi, si on se limite à faire des vannes sur la science, on doit être capable de blesser personne.

    Je suis d'accord sur le fait que la vulgarisation, la médiation, c'est un métier à part entière. Par contre, le fait de savoir communiquer sa science avec pédagogie (et savoir s'adapter son niveau technique à son interlocuteur), pour moi c'est limite indispensable. Je suis dans une équipe de recherche où les travaux menés sont tous très différents. On a un socle de connaissances communes, mais c'est une base. Lors des journées des doctorants (tous les doctorants présentent leurs travaux), on se débrouille pour avoir une communication très claire et déjà faire un pas dans le sens de la vulgarisation. Le sens de la pédagogie et la volonté de faire comprendre au plus grand nombre ce qu'on fait, c'est très mis en avant chez nous. Et je pense que c'est très bien comme ça ! La grande majorité d'entre nous veut quitter le monde académique pour se lancer dans l'industrie. Et à un moment, il y a des entretiens à passer avec des personnes qui n'ont pas forcément de connaissances dans nos domaines ! Le fait de pouvoir expliquer son sujet de thèse à un non-scientifique, j'ai l'impression que c'est plutôt apprécié et ça permet de casser l'image "un peu trop dans sa recherche" du docteur (donc oui, la vulgarisation, c'est utile dans la recherche d'emploi des docteurs. Et encore, je ne parle pas de ceux qui veulent se lancer dans la médiation après la thèse !)
    Et pour les labos qui poussent les doctorants à faire de la vulgarisation mais pas les chercheurs plus âgés : je pense qu'il y a aussi une volonté de certains chercheurs plus âgés de vouloir garder leur "aura". La vulgarisation a la côte chez les plus jeunes chercheurs (certains des permanents que je connais en feraient bien s'ils en avaient le temps ! Mes encadrants m'envient quand je leur parle de certains projets de vulgarisation auxquels je participe !). Du côté des doctorants, c'est comme partout, le marché de l'emploi nous fait comprendre qu'on ne doit plus se contenter d'être des spécialistes dans nos domaines, mais qu'on doit être capable de rendre cette spécialité accessible (c'est mon ressenti de doctorante, pas un point de vue d'expert). Mais c'est un autre débat ! Et puis au-delà du besoin, il y a l'envie de partager la (sa) science ! Mais mon point de vue sur la vulgarisation et les chercheurs, c'est : on devrait quand même être tous au moins sensibilisés à la question, quitte à se faire aider si on a envie de sauter le pas et faire de la "vraie" vulgarisation.
     
  7. shigurette

    shigurette
    Expand Collapse
    N'a pas envie de te faire plaisir

    De façon générale, je suis d'accord avec toi @Awyren et j'espère ne pas t'avoir froisser :fleur:. La question est complexe et je suis contente de pouvoir en discuter.

    Je suis totalement pour la formation des doctorants (des chercheurs et des ingénieurs...) sur la vulgarisation de leur travail (et des connaissances scientifiques en générale). C'est pour ça que je trouve dommage de faire une formation spécial pour le concours MT180s qui donne une recette de comment présenter son travail. Je pense d'ailleurs qu'on ne vulgarise bien que lorsqu'on est à l'aise avec la forme choisie. Un.e thésard.e sera forcement moins bon.ne vugarisateur.trice si on la.e force à suivre une forme précise. De l'extérieur, j'ai l'impression que ce concours est très mis en avant par rapport à d'autres travaux de thésard.e.s pour vulgariser la science et que du coup, on passe à côté d'autres formes de vulgarisation (bon après c'est peut-être un biais dû au fait que j'ai plus d'amis thésard.e.s).

    Je pense qu'il y a aussi un effet générationel (enfin pas que). Mais j'ai l'impression que les universités, le CNRS... mettent en place des actions de vulgarisation de la recherche et se retourne vers les thésard.e.s. Du coup les plus âgés n'ont pas forcement d'espace proposé pour qu'ils fassent de la vulgarisation (à moins de le créer eux-même) et la recherche (et l'administratif) ça prend du temps. Je comprends aisement que les chercheurs ne fassent pas plus de vulgarisation alors qu'un concours similaire à MT180s pour les chercheurs pour être également intéressant (mon HDR en 180s :yawn:, ma demande de fond en rimes...).

    Après sur la volonté de partager sa science, c'est un peu beaucoup ça qui m'a poussé à faire un master de com' scientifique.

    Enfin pour l'humour, je suis d'accord que la science est un bon sujet pour faire de l'humour non-oppréssif. Mais on revient toujours au même problème faire une blague à caractère scientifique facilement compréhessible, c'est dur (je m'en sens absolument pas capable). Alors le plus simple, c'est de rester sur du classique qui est souvent oppressif. Tiens la blague ultra connue "il y a 10 types de personnes dans le monde, celleux qui comprennent le binaire et les autres", elle est compréhensible que si on sait ce qu'est le binaire donc pas totalement grand-public. (En même temps je ne suis pas convaincue que le public de MT180s soit vraiment le grand-public)
     
    Awyren a BigUpé ce message
  8. Awyren

    Awyren
    Expand Collapse
    big-uppeuse de l'ombre :ninja:

    @shigurette : Famelab est un autre concours qui permet aux chercheurs permanents de faire de la vulgarisation. Mais je crois qu'il est encore moins médiatisé que MT180. Le fait que la participation se fasse en anglais freine un peu sa popularité en france vis à vis du grand public ET des chercheurs.
     
    shigurette a BigUpé ce message
  9. Curiously

    Curiously
    Expand Collapse

    Quelqu'un a des infos sur comment se passe le MT180 si on est à l'étranger?
     
  10. shigurette

    shigurette
    Expand Collapse
    N'a pas envie de te faire plaisir

  11. Ayrshire

    Ayrshire
    Expand Collapse

    @Curiously a l'origine le concours vient d'Australie, MT180s en est l'adaptation francophone.
     
    shigurette et Awyren ont BigUpé.
  12. Hannah-Scarlett

    Hannah-Scarlett
    Expand Collapse

    Tiens c'est drôle, je suis en licence de biologie et aujourd'hui on avait justement cours de vulgarisation scientifique. C'est cool qu'on puisse enfin diffuser les sciences
     
Chargement...