Médecine ou Sage-femme?

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Sur la canopée, le 8 juin 2010.

  1. Sur la canopée

    Sur la canopée
    Expand Collapse
    Haydée

    Voilà je sais qu'il y a quelques étudiantes en médecine ici, peut être aussi une étudiante sage-femme, et j'ai besoin de conseils! (attention pavé!)

    Depuis que je suis toute petite je veux être médecin. Mes idées ont évolué mais j'ai toujours gardé en tête que je travaillerais dans la médical plus tard. J'ai passé mon Bac, puis je me suis inscrite en 1ère année de médecine. L'été avant la P1 j'ai beaucoup réfléchi et je me suis aperçue que le recrutement pour les études de sage-femme se faisait par le même concours. Je me suis renseignée sur le sujet et ça a été un peu l'illumination, ce métier semble rassembler tout ce qui me plait dans le domaine (le coté social, l'accompagnement, la grossesse, le fait d'avoir affaire à des gens qui ne sont pas malades (c'est la toute le différence, à mon sens.)) Je me suis donc lancée en P1 dans l'objectif de faire sage-femme.

    J'ai échoué lors de ma 1ère année, pas très loin du but, et j'en ai donc fait une 2e (cette année, donc) Je n'ai pas encore les résultats définitifs mais je suis classée médecine au 1er semestre et avec de la marge, donc je vais probablement avoir le choix de prendre soit médecine, soit sage-femme.

    C'est là que les problèmes arrivent.. Depuis mes résultats de février, on a dû me demander des dizaines de fois "alors, c'est sûr, tu prends SF?", "Tu ne vas pas le regretter?", "Tu devrais prendre médecine c'est mieux" et j'en passe.. (les gens ont un manque de tact assez fabuleux)
    La question qui au début ne se posait pas commence à sérieusement me tourmenter, d'ailleurs aujourd'hui je ne pense plus qu'à ça. J'ai toujours dit que je prenais mes décisions seules mais j'ai reçu tellement d'injections contre mon choix que je me demande si je ne fait pas une bêtise.

    En fait je me suis aperçue que tout simplement je n'ai AUCUNE idée de ce qui m'attends dans une branche comme dans l'autre et c'est précisément ça qui me terrifie. J'ai l'impression de devoir baser ma vie entière sur un choix presque "à l'aveugle". Je n'ai aucune expérience dans le milieu médical, si ça se trouve, il y a une spécialité qui me plairait ou qui me correspond mais je ne le sais même pas!


    Bref, je ne demande pas à ce que l'on choisisse à ma place bien sûr mais j'aimerais beaucoup des avis, des éclairages sur ces deux branches, le parcours, les cotés positifs ou négatifs, ou même des pistes de réflexion qui pourraient me permettre de choisir en étant un peu plus consciente de ce qui m'attends..
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je suis en 4e année de médecine alors je vais essayer de répondre à quelques unes de tes interrogations.

    En ce qui concerne les études de médecine, à mes yeux, même après la p1, ce sont des études longues et difficiles. Bon, certes, en général, la 2e et 3e année sont plus cools mais dès la 4e année, tu commences à préparer l'ECN qui est un concours que tu passes en fin de 6e année et qui te permet de choisir la spécialité que tu veux et la ville de ton internat (du coup, au bout de 6 ans, certains se retrouvent à devoir sacrifier leur spécialité parce qu'ils ne veulent pas changer de ville... alors que d'autres préfèrent déménager parfois assez loin pour pouvoir faire la spé de leur choix).
    Par contre, on ne te lache pas dans la nature dans le sens où dès la 3e année, tu es en stage donc tu as largement le temps de faire le tour des spécialités et savoir ce que tu as envie/pas envie de faire. Et puis la diversité des stages fait quand même que tu apprends à avoir un point de vu plus global (voir plus critique) de l'ensemble du système de soin.
    Au niveau de la rémunération, tu es payé 100 euros par mois en 4e année et environ 200 euros en 5e et 6e année. Puis, quand tu es interne, tu passes à 1300 euros il me semble mais bon, ça veut bien dire que tu ne peux pas être vraiment autonome avant un p'tit bout de temps.
    Puis sinon, ce que j'adore en médecine, c'est le fait que ça t'ouvres pleins de perspectives. Il y a des passerelles, des options pour pouvoir se préparer à la recherche... etc.

    Pour sage-femme, je ne pourrais pas beaucoup t'en parler mais je trouve que tu as pointé quelque chose d'interessant, c'est que tu as affaire à des gens pas malades. J'ai fait un stage en chirurgie plastique où effectivement, c'était le cas et franchement, c'est quelque chose d'extremement reposant.

    Après, je ne sais pas comment tu vois ta vie plus tard mais c'est vrai que j'ai l'impression que les études de sage-femme te permettent de t'installer relativement tôt et d'avoir un métier qui laisse de la place pour ta vie privée (à confirmer hein... mais quand tu vois des internes en médecine bosser facilement 50h par semaine, tu prends légèrement peur...).

    Je tiens juste à rajouter que j'ai vu pas mal de gens hésiter entre médecine et dentaire, et certains, sous la pression, ont choisi finalement médecine (alors qu'ils disaient qu'ils voulaient faire dentaire depuis un an) . Une grande partie le regrette parce que viens un moment où t'as envie de te poser, où t'as pas envie de te dire qu'il faut encore que tu passes un concours, où t'as pas envie de déménager... Bon, dans ma fac, il y a une passerelle qui permet de passer de la 4e année de médecine à la 2e année de dentaire mais c'est quand même 2ans de perdu.
    Après, c'est clair qu'il faut un certain courage pour assumer le choix de sage-femme quand on peut avoir médecine (je me rappelle que mon année, la 3e du classement avait choisi sage-femme, fallait voir la tête des gens dans l'amphi...).

    ps: en me relisant, j'ai l'impression d'essayer à tout prix de te dissuader de faire médecine mais pas du tout, c'est juste que ça reste quelque chose de dur et qu'en s'y engageant, il vaut mieux savoir à quoi s'attendre :small:
    Si tu as d'autres questions... ;)
     
  3. Cory

    Cory
    Expand Collapse
    Femme sage.

    Je suis étudiante sage-femme en fin de 3ème année d'école, et plus le temps passe et plus je suis convaincue d'avoir fait le bon choix ! Comme le souligne DetroitRockCity, les internes ont des horaires de fou (et les médecins hospitaliers facilement aussi), je le constate en stage et souvent je me dis "ouf", vive les 35h :winky:. J'ai bientôt 23 ans et si tout se passe bien, dans un an je suis sage-femme diplômée, c'est assez satisfaisant de penser à son indépendance.

    Les avantages de ces études, à mes yeux... D'abord, il y a l'autonomie qu'on a en stage assez rapidement, après avoir appris en 1ère année les soins infirmiers (prise de sang, perfusion, sondage urinaire, etc...), on commence à pratiquer les examens et techniques obstétricales et les examens et soins aux nouveau-nés, on conseille les mères... C'est très intéressant et gratifiant. Ensuite il y a la diversité de l'exercice, pendant les études déjà, puisqu'en première année tu as des stages infirmiers dans tous les services de la maternité, mais aussi dans des services autres (chirurgie, médecine, bloc opératoire, urgences...), et pendant ton cursus tu vas dans tous les services où tu pourras être amenée à travailler plus tard (tu as 9 x 3 semaines de stages dans l'année, soit 2/3 du temps, pour 1/3 de cours !), et puis pour ton exercice professionnel plus tard, il y a la salle de naissance, les suites de couches, les consultations prénatales, les grossesses pathologiques, le planning familial, l'exercice libéral et en PMI... Il faut savoir qu'on est habilitées depuis peu à effectuer le suivi gynécologique classique de toute femme en âge de procréer (donc frottis, prescription de contraception, pose de stérilet...). Le frottis et la contraception c'était déjà dans nos compétences mais seulement dans le cadre de la grossesse et du post-partum/post-abortum, donc ça nous ouvre des portes, surtout pour l'exercice libéral.

    Ensuite, la formation théorique est large, puisqu'on s'occupe certes de la grossesse tant qu'elle est physiologique, mais il faut savoir dépister la pathologie ! Donc on a beaucoup de cours de physiologie (rénale, cardiaque, neuro, gastro,... etc.), ainsi que de la microbiologie (viro, parasito, bactério), de la pharmaco... A partir de la 3ème année, on commence la pathologie, c'est trèèèès intéressant (surtout quand, pendant deux ans, tu en as vu en stage, là tu comprends tout !). Et puis bien sûr tu as beaucoup beaucoup d'obstétrique, de pédiatrie, de gynécologie, et du droit, encore du droit, des SHS (psycho, socio, économie, tout ça).

    Enfin, certes les femmes enceintes ne sont en général pas des personnes malades, mais tu te rendras compte si tu choisis ces études ou quand tu seras externe, qu'il existe beaucoup de pathologies relatives à la grossesse, à l'accouchement et au post-partum, et qu'en tant que sage-femme tu dois savoir dépister les anomalies et les traiter (en accord avec l'obstétricien). De même, il faut savoir comment agir en fonction des antécédents médicaux et familiaux des femmes. Enfin, c'est toi qui accueilles le nouveau-né à la naissance et tu es apte à pratiquer une réanimation si besoin, parce que tout ne se passe pas toujours comme prévu. En suites de couches, selon les hôpitaux, la sage-femme peut s'occuper de l'enfant également, avec prescriptions et prélèvements de bilans sanguins, de régime alimentaire...

    En ce qui me concerne, je trouve que cette profession touche des domaines qui sont passionnants et même si notre culture médicale générale est moins riche que celle des médecins, je m'en contente tout à fait puisque je fais quelque chose qui me plaît vraiment. C'est complètement personnel et je ne veux en rien dénigrer les études de médecine !! Je suis admirative du courage dont les étudiants en médecine font preuve, notamment parce que la formation est très générale avant l'internat et qu'on ne peut pas laisser nos goûts influencer notre apprentissage, or je suppose que toutes les spécialités étudiées ne sont pas toutes intéressantes pour tout le monde. Pour ça, la P1 est un bon apprentissage.


    Les points faibles dans les études et la profession de sage-femme... Il y a d'abord la reconnaissance... La P1 et 4 années d'école, ça fait 5 ans d'études, mais au final on n'est pas reconnu bac+5... On est peu, et donc il est très difficile de se faire entendre et de faire bouger les choses, mais il ne faut pas se décourager. Le salaire n'est pas mirobolant du tout, on est une des trois professions médicales avec les médecins et les dentistes, et on gagne biiiien loin derrière eux, et derrière les kinés et les infirmières (en terme de cotation d'actes, en libéral). Il y a encore du boulot pour que l'on soit reconnu personnel médical de référence dans le suivi de la grossesse physiologique, alors que c'est notre compétence !! Combien de gens ignorent que la sage-femme pratique seule les accouchements, qu'elle suture, qu'elle prescrit les examens dans le cadre de la grossesse, qu'elle prescrit des traitements, qu'elle prescrit la contraception, qu'il s'agit d'une profession médicale avec un cursus spécifique...
    Pendant les études les conditions en stage peuvent être difficiles, tu n'es pas à l'abri de tomber sur des sages-femmes qui ont oublié qu'elles ont été étudiantes un jour, et puis tu changes souvent de lieu de stage, de service et donc de type d'exercice, il faut savoir s'adapter rapidement au lieu et au personnel, ainsi qu'aux femmes/au couple que tu suis. Dès la première année, tu es amenée à faire des gardes de 12h dans certains stages (en salle de naissance principalement), tu fais des nuits/dimanche/jours fériés... Mais ça te met dans le bain tout de suite, tu sais ce qui t'attends quand tu seras diplômée. Par contre le salaire que l'on touche en tant qu'étudiant est vraiment maigre, déjà il faut attendre la 3ème année pour toucher environ 100? par mois (quand tu vois qu'en 2ème année on compte déjà beaucoup sur toi, et que tu fais des nuits et tout... bah c'est du bénévolat !), et on monte à un peu plus de 200? par mois en 4ème et dernière année. Il s'agit d'un salaire fixe qui ne dépend pas du nombre de gardes ou quoi.

    Sinon, en terme d'évolution de carrière, il y a pas mal de DU intéressants, notamment d'échographie, ça rajoute encore un autre type d'exercice possible. En dehors de tout ce que j'ai précédemment cité, il reste l'évolution en tant que cadre/cadre sup, et enseignante. La reconnaissance de notre bac+5 et la création d'un Master sage-femme permettrait l'accès à la recherche pour notre profession, mais pour l'instant ça reste donc en attente...

    Voilà, j'ai fini :red: J'espère que ces informations t'aideront à te faire une idée, n'hésite pas si tu as d'autres questions.
     
    Taina. a BigUpé ce message
  4. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Des sages femmes que j'ai rencontré aucune ne regrettait son choix, néanmoins il faut maintenant que tu vois ce que tu vas faire de ta vie. Si tu veux des enfants tôt, si tu adores voyager à l'autre bout de la planète, si t'aime l'argent.

    Et comme le dit Cory tu n'as pas forcément de la reconnaissance: les femmes qui ne savent pas qu'elles peuvent s'adresser à la sage femme pour leur suivi de grossesse au lieu d'aller voir un gynéco (enfin moi je l'ai appris en discutant avec l'une d'entre elle), le gynéco qui va peut être te prendre de haut et te considérer comme de la merde.
    Et niveau salaire ce n'est pas représentatif de ton cursus.

    La médecine par contre c'est différent, en P2, D1 tu ne glandes rien jusqu'au moment où tu te rends compte que les exams approchent trop vite. Après tu restes planqué chez toi avec une tonne de bouquin à apprendre par coeur et là tu taffes beaucoup trop.
    Et en temps que médecin, tu as de l'argent mais aussi plein de malade et si tu prends une spécialité genre dermato, tu gagnes hyper bien ta vie mais à mon sens qu'est-ce que tu dois te faire chier...

    Au moins avec sage femme un accouchement ça restera un moment unique, de joie ou de peine, mais toujours riche en émotion. Une verrue ou un psoriasis...

    Moi aussi j'ai l'impression de te déconseiller de faire médecine mais c'est parce que j'ai choisi dentaire pour avoir les avantages de la médecine sans ses inconvénients.
     
  5. Sur la canopée

    Sur la canopée
    Expand Collapse
    Haydée

    Merci beaucoup pour vos réponses très éclairantes! Je pense être sûre de prendre sage-femme maintenant! C'était mon premier choix et je pense que je le regretterais si je prenais médecine sous la pression, ou juste pour le prestige, ce n'est pas du tout ce que je recherche.

    Cory peut tu me donner un ordre d'idée pour le salaire? Ça n'influencera en aucun cas mon choix mais j'aimerais me faire une idée. Merci
     
  6. Cory

    Cory
    Expand Collapse
    Femme sage.

    Le salaire de base au premier échelon c'est 1800? brut, auxquels tu rajoutes les primes de nuit, de week-end... Tu arrives à environ 2000? net. Mais c'est aléatoire en fonction du service dans lequel tu bosses, si tu ne fais pas de salle de naissance à priori y a pas de nuit (du moins dans le public).
    J'ai oublié de te dire aussi que tu peux faire des remplacements pendant tes études, à la fin de la 1ère année d'école tu peux faire fonction d'auxiliaire de puériculture, et à la fin de la 3ème année d'école tu peux faire des remplacements de sage-femme (ou si comme moi tu as ton stage de gynéco en 4ème année, tu peux faire des remplacements en tant qu'infirmière, même si c'est pas officiellement écrit quelque part, dans le privé on t'embauche facilement !).
     
  7. Cory

    Cory
    Expand Collapse
    Femme sage.

    Ah, et si tu as encore le temps avec de faire ton choix définitif, si tu souhaites aller en salle de naissance ou dans d'autres services de la maternité pour rencontrer des sages-femmes et voir un peu ce qui t'attend, tu peux contacter la directrice de l'école de SF rattachée à ta fac en lui expliquant ta situation, elle acceptera sans doute !
     
  8. duforestm

    duforestm
    Expand Collapse

    Bonjour! 4 ans après cette conversation êtes vous devenu sage femme?
     
Chargement...