NonAuHarcèlement (scolaire), une campagne salutaire lancée par le gouvernement

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Miss Lu, le 26 octobre 2015.

  1. Miss Lu

    Miss Lu
    Expand Collapse
    Des moutons et des nuages, du chocolat et des pandas.

  2. Manhole

    Manhole
    Expand Collapse

    Il y a un truc que je n'ai pas dû suivre. La journée de mobilisation nationale contre le harcèlement se déroule uniquement sur Internet ou également dans les établissements ? (car si c'est le cas je n'en ai pas entendu parlé dans mon établissement, bon en même temps c'est les vacances mais c'est un peu dommage).
    Sinon j'ai été faire un tour sur le site et parcourut le document "que faire en cas de harcèlement" pour les personnels enseignants... Bon c'est ce qu'on fait déjà mais ça donne peu de pistes nouvelles je trouve :s Parler avec l'enfant victime, les témoins puis l'enfant ou les enfants agresseurs. Ensuite prendre une mesure disciplinaire en fonction de la gravité. Tout ça on fait déjà mais ça marche peu, voir pas du tout :crying: :erf:
    J'ai sans doute eu trop d'espoir de trouver des "solutions miracles".
     
    Forficule, Adios Badmoizelle et lafeemandarine ont BigUpé ce message.
  3. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Ils ont du retard. La journée contre le harcèlement a déjà eu lieu, le 5 octobre. Organisée par l'association "Marion la main tendue". Regardez ici et ici.

    Bon, c'est pas mal de voir qu'ils se mobilisent mais ça va donner quoi?
     
  4. Saperlipopette_

    Saperlipopette_
    Expand Collapse
    But you, if you don't shine, who's gonna shine for you ? And if you don't fight, who's gonna fight for you ?

    Je trouve ça très bien d'organiser des campagnes comme celles-ci, mais je ne pense pas qu'elles aient la moindre efficacité...
    Déjà parce qu'on en entend pas du tout parler : pour l'instant à part MadmoiZelle, je n'ai vu aucun média relayer l'info. Et de manière générale à part dans des contextes et endroits précis, le harcèlement (scolaire ou non d'ailleurs) est un sujet peu abordé dans notre société.
    Ensuite parce que le gouvernement se mobilise oui, mais ça s'arrête là. J'ai l'impression que le personnel enseignant est très peu formé pour réagir au harcèlement scolaire. Depuis le primaire, j'ai toujours vu des enfants victimes de harcèlement autour de moi. Des enfants qui devenaient détestés et moqués par beaucoup, et souvent sans aucune raison. Et les professeurs ont toujours peu réagi à ça. Il y en a (et j'en ai vu beaucoup malheureusement) qui ne s'en souciaient absolument pas, surtout à partir du collège où la relation enseignant-élève est beaucoup moins exclusive. Certains semblaient considérer que ce qui se passait au sein de la classe n'était pas leur problème. D'autres se préoccupaient plus du bien-être de leurs élèves, mais les efforts faits pour changer la situation n'étaient pas suffisants et/ou peu efficaces. En général les enseignants s'entretiennent avec les élèves harceleurs, parfois convoquent leurs parents, mais souvent rien ne change.
    Je connais des gens qui ont passé leur scolarité entière (du primaire jusqu'au lycée, ce qui représente quand même une douzaine d'années dans la vie d'une personne !) à être moqués, critiqués, rabaissés, et je ne peux même pas imaginer à quel point ça a dû leur faire mal. L'impact que le harcèlement scolaire a sur les personnes qui en sont victimes est énorme, et je pense que pour beaucoup ces gens-là ne seront jamais bien à 100% dans leur peau. Toutes ces années, la période qui va de notre enfance à la fin de notre adolescence, est celle où l'on se construit en tant qu'individu, celle où nous sommes le plus fragile et le plus sensible.
    Je pense que le problème vient du fait que les élèves ne sont pas vraiment éduqués à se comporter de manière civile. Nous avons tous une certaine part de méchanceté en nous, et si on ne nous apprend pas à la refouler, elle s'exprime. Je ne pense pas que les élèves harceleurs soient foncièrement mauvais, mais ils ne réalisent sans doute pas la portée de leurs actes.
    Je n'ai jamais vu aucune action de sensibilisation au harcèlement scolaire au sein même des écoles, et je pense qu'il faudrait vraiment commencer par là. Mettre des affiches dans le métro, lancer des campagnes sur les réseaux sociaux, c'est très bien, mais ça n'atteint pas les premières personnes concernées, à savoir les élèves eux-mêmes. Peut-être faudrait-il également mieux former les enseignants, leur faire comprendre que le harcèlement scolaire existe, qu'il est là dans tous les établissements et que beaucoup d'élèves en sont victimes à un moment ou un autre.
    Une fois que nous sommes sortis de cette période de notre vie, nous avons tendance à attacher moins d'importance à ce que les autres disent ou pensent de nous, et s'il y a des conflits nous les réglons de manière plus mature (ou du moins on essaye :happy:). Mais les enfants et adolescents n'en sont pas encore là, et des propos ou actes inoffensifs à nos yeux peuvent faire beaucoup de mal aux plus jeunes.
    Je pousse un coup de gueule et je ne suis sans doute pas objective à 100%, mais j'en ai vraiment marre de voir ou d'entendre parler de harcèlement scolaire. D'après ce que me disent les enfants/jeunes adolescents de ma famille ou ceux d'amis de mes parents, je n'ai pas l'impression que la situation évolue beaucoup dans les établissements scolaires français, et ce n'est vraiment pas normal. Alors si vous êtes profs ou si vous connaissez des profs ou des gens dont les métiers sont en lien avec la scolarité, s'il-vous-plaît parlez-en ! :) Les choses ne changeront pas d'elles-mêmes, et nous ne pouvons définitivement pas laisser ce genre de chose arriver. Les élèves victimes de harcèlement ont besoin de savoir qu'ils ne sont pas tous seuls, et les harceleurs ont besoin de comprendre qu'ils font du mal aux autres et qu'ils doivent cesser d'adopter ce genre de comportements.
    Tous ensemble contre le harcèlement scolaire !! :cheer:
     
    Peace&Love&It;3, MissSophie et lafeemandarine ont BigUpé ce message.
  5. Manhole

    Manhole
    Expand Collapse

    Effectivement on est (généralement vu que les formations dépendent des années, des académies, des matières) mal formés et mal renseignés. Mais je pense vraiment que le problème n'est pas seulement là. A part de vieux enseignants un peu blasé je n'ai jamais vu d'enseignants qui n'en avaient rien à faire (bon et une ou deux autres exceptions). Par contre des enseignants qui ne savent pas quoi faire ça malheureusement oui. Même moi qui fait attention à mes élèves je ne peux souvent rien faire. Je fais remonter l'info, on convoque, on parle avec les élèves. On fait des rappels à la loi, parfois avec intervention de la gendarmerie. On sanctionne (avec une échelle de sanction par rapport au comportement). Malheureusement ça change peu les choses.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Babitty Lapina, DvasssT, Adios Badmoizelle et 6 autres ont BigUpé ce message.
  6. maiapandaaaaa

    maiapandaaaaa
    Expand Collapse

    Je me suis faite harcelée au collège, bon on est pas là pour s'apitoyer hein mais je serais sûrement allée vachement mieux si ma prof de sport qui était aussi ma prof principale avait répondu aux deux lettres que mes parents avaient envoyés.... A la place elle a préféré me convoquer moi seule devant la principale et elle pour que je parle . j'ai rien dit parce que j'étais terrifiée et quand après 10 minutes je me suis tenté à dire des noms on m'a répondu : qu'ils avaient une vie difficile et qu'il fallait passer au dessus de ça parce que j'étais intelligente .
    .....
    Mes parents avaient envoyé la première lettre vers février et j'ai été emmené devant ma principale et la prof de sport en mars .
    À la fin de l'année j'ai craqué en bonne et due forme quand cette prof est arrivée dans les vestiaires et qu'elle a demandé qui se sentait harcelé -les parents dune de mes amies venait d'envoyer une letre-. J'ai tout raconté et elle m'a dit "pourquoi tu ne m'en as pas parlé avant ? " j'ai cru mourir, elle me reprochait de ne pas en avoir parlé pardon ?! Alors que en plus à la fin de certains cours mes amies on est allé la voir et la prévenir ?
    Bref tout ça pour dire que mettre des profs avertis ce serait un bon départ pour lutter contre le harcèlement, et surtout ne pas dire à l'élève que il est plus fort que ça et qu'il faut surmonter ça stoïquement.
     
    Babitty Lapina, Freehug, Adios Badmoizelle et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. MissSophie

    MissSophie
    Expand Collapse
    Oh dear, I do wish I hadn't cried so much.

    J'ai été harcelée pendant toute ma scolarité et encore aujourd'hui (en 2eme année de BTS c'est quand même grave)
    Le harcèlement scolaire est un problème épineux et difficile pour plusieurs raisons. Je ne pense pas qu'on puisse totalement enlever le côté violent, jaloux et haineux de la nature humaine et des enfants en général, bien que l'éducation et l'apprentissage de la tolérance puisse l'endiguer en grande partie. Ce n'est donc pas un problème sans solution mais les solutions vont être différentes pour chaque cas de figures, pour chaque harceleur et chaque harcelé. On peu dire au final que c'est le problème des relations humaines quel que soit le cas. Je pense donc que les solution au cas par cas vont émerger à force d'écoute et de compréhension.
    Bien que je ne pense pas que la nature humaine soit fondamentalement mauvaise, il y aura toujours du harcèlement et de la violence à l'école. Je pense qu'au delà de prévenir la violence entre enfants, il faut savoir la guérir. Les conséquences du harcèlement scolaire peuvent être désastreuses pour un enfant. Une simple écoute peut changer beaucoup de chose dans l'estime d'eux même que peuvent avoir les victimes.
    J'ai moi même essayé de parler aux enseignants, aux CPE de mon collège alors que victime de violences physiques et psychologiques. La réponse de ces personnes était systématiquement la même: "vos histoires personnelles de copines ne me concernent pas". S'entendre dire ça alors qu'on vient de se faire humilier publiquement par une bande de filles qui m'ont tapé à terre et insulté alors que j'étais nue sous la douche, c'est la double peine. Je pense que le fait de voir sa souffrance niée est aussi rabaissant et détruit une gamine autant que la souffrance elle même. A défaut de voir mes bourreaux être sanctionnés pour leurs actes, j'aurais simplement aimé être écoutée, soutenue, qu'on me dise que je ne mérite pas ça, que j'ai une valeur. J'ai accumulé au cours de mes années collège et lycée une haine et une violence intérieure qui aurait pu être évitée s'il y avait eu quelqu'un pour m'écouter, simplement m'écouter. Je pense être plus ou moins guérie aujourd'hui grâce à certaines personnes de qui j'ai croisé la route qui m'ont fait prendre conscience de ma valeur, mais je sais qu'à une certaine époque de ma vie, il y a quelques années encore, que cette violence en moi aurai pu être dangereuse pour les autres, mais surtout pour moi même.

    Quand le chanteur Marilyn Manson à été pointé du doigt comme responsable de la tuerie de Columbine, à la question « Qu'auriez-vous dit à ces jeunes si vous aviez pu les rencontrer avant leur crime », la star a répondu : « Je n'aurais rien dit. Je les aurais écoutés, ce que personne n'a fait »."
     
    #7 MissSophie, 26 octobre 2015
    Dernière édition: 26 octobre 2015
  8. Freehug

    Freehug
    Expand Collapse
    Œil en goguette

    @Manhole : je comprends tout à fait la difficulté des professeurs face au harcèlement. Il est clair qu'il ne faut ni dénigrer leurs efforts, ni ignorer le fait que certains (quelle proportion ça va savoir) considèrent que ce n'est pas à eux de régler ça. Non pas qu'ils s'en foutent fondamentalement, mais il y a cette impression de devoir, en plus d'enseigner, jouer le rôle d'un gendarme, d'un assistant social et d'un psy. Le tout sans formation adéquate et face à des classes surchargées. Là où je veux en venir, c'est que c'est gentil de faire une campagne sur les réseaux sociaux, ça peut en faire réfléchir quelques-uns, mais bon quand les adultes référents sont eux-mêmes dépassés c'est un peu un pansement sur une jambe de bois.

    @MissSophie : Sans doute aussi que certains enseignants ont du mal à prendre les enfants/adolescents au sérieux... Là encore des profs bien formés devant des élèves moins nombreux seraient sans doute plus à même de distinguer des "histoires entre copines" d'une situation de harcèlement.

    Par ailleurs, si on considère souvent que les harceleurs ne se "rendent pas compte", moi je suis à moitié d'accord... Ca arrive aussi dans le supérieur (une copine en 2e année post-bac a vu ses chers camarades créer un blog sur elle avec un contenu que je vous laisse imaginer). Et quand les auteurs sont majeurs j'estime qu'ils devraient être sanctionnés comme les adultes qu'ils sont aux yeux de la loi, au même titre que le harcèlement au travail (qui n'est déjà pas une mince affaire à faire reconnaître).
     
Chargement...