Où en est le Vasalgel, le futur de la contraception masculine ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 8 février 2017.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Specialista

    Specialista
    Expand Collapse

    J'avais déjà vu ça. C'est très prometteur, j'espère que ce ne sont pas de vaines promesses :)

    Dans notre cas ce serait très adapté, car je ne peux pas prendre la pilule ou me faire placer de stérilet pour des raisons médicales.
    La ligature, j'y ai pensé, mais je préfère éviter les cicatrices. Mon homme a vaguement envisagé de se faire stériliser lui, mais n'étant pas sûr à 100% de ne pas vouloir d'enfant plus tard, il a mis l'idée de côté.
    Si c'est efficace, indolore et réversible, ce serait juste incroyable **
     
  3. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    @Specialista Je suis stérilisée (depuis 3 ans) par ablation des trompes faite par endoscopie. Je n'ai pas de cicatrice et pourtant, je cicatrise très très très trèèèèèès mal (je me suis écorché les genoux en septembre, j'ai toujours les traces). Je ne saurais même plus dire où je suis sensée les avoir ces cicatrices. Donc, si c'était ton principal frein, tu peux être rassurée de ce côté-là :)
     
    Specialista et Maud Kennedy ont BigUpé.
  4. kanaée

    kanaée
    Expand Collapse

    Hello,

    j'étais persuadée d'avoir vu ça sur madmoiZelle mais je n'arrive pas à remettre la main sur l'article auquel je pense. À savoir un article, qui explique que non, les hommes n'ont pas que le preservatif et la vasectomie comme moyen de contraception. Il ya aussi des caleçons chauffants et des injections hormonales par piqûres à intervalles régulier (si mes souvenirs sont exactes, tout les trois mois). Ce serait juste de le rappeler non ?

    Sinon, super cet idée ! Bon par contre dire qu'il sera dispo sur le marché en 2018, ça j'y crois pas trop. S'ils en sont encore aux études sur primates, la commercialisation pour les humains n'est pas tout à fait pour demain, et 2018 c'est quand même plus ou moins demain. Mais c'est super prometteur ! Contente de voir qu'on avance sur ce sujet. :d
     
    Lis a BigUpé ce message
  5. Roxane E

    Roxane E
    Expand Collapse

    Les injections hormonales n'ont pas passé l'une des étapes de test (je ne sais plus laquelle mais celle qui consiste à tester sur un petit panel de gens), car certains des hommes ont estimé que les effets secondaires étaient insupportables (et vu que c'était les mêmes effets grosso modo que la pillule chez la femme ça a fait rire jaune beaucoup de monde). Donc ce n'est pas commercialisé si je me souviens bien, ils sont repartis en R&D pour atténuer ces effets secondaires.
     
    Petite Chaussette, Lis et lafillelabas ont BigUpé ce message.
  6. Tératogène

    Tératogène
    Expand Collapse
    In love. Making progress.

    Ça, c'est faux, par contre... La Coupe D'Hygie en parle très bien dans un de ses articles (au cas où pour la précision, j'apprécie ce blog parce qu'il est net et transparent et se range très volontiers du côté des "femmes" lorsqu'il y a injustice avérée (et fréquente, qui plus est, comme il le souligne)).
    Si le sexisme est ultra-présent dans le domaine médical (malheureusement), il ne faut pas pour autant être biaisé dans tout ce qu'on voit :fleur:
     
  7. Roxane E

    Roxane E
    Expand Collapse

    @Tératogène merci pour la source, j'avais eu pas mal de mal à vérifier l'info à l'époque. J'avais retrouvé la publi que j'avais lue assez rapidement, et j'avais trouvé dedans les mêmes effets secondaires cités dans les différents articles de presse qui avaient parlé de ça, donc je m'étais dit que c'était bon. Mais c'est vrai qu'il faut aussi regarder les fréquences et la sévérité. Et c'est assez difficile de comparer finalement, car la pillule contraceptive n'en est pas à ses débuts, donc elle a un historique de versions derrière elle. Avec quoi comparer du coup ? La première mise sur le marché ? Mais bon les règles ne sont plus vraiment les même niveau éthique, contrôle etc... La dernière mise sur le marché ? On se doute qu'elle s'est beaucoup améliorée depuis. Comparer quelque chose qui sort toujours de la recherche fonda pour entrer dans la recherche appliquée avec quelque chose qui fait partie du paysage de la recherche appliquée depuis longtemps, c'est aussi compliqué. Bref, pas simple. Mais néanmoins ta source a l'air plutôt fiable, donc merci. Ca m'arrive de dire des bêtises, j'aime bien qu'on les corrige, histoire de pas les transmettre. :fleur:
     
    Tératogène a BigUpé ce message
  8. Poptarts

    Poptarts
    Expand Collapse
    Cracra Stardust

    J'ai lu l'article et j'ai pas pu m'empêcher de penser "Oh les pauvres mecs qui vont devoir se faire cette injection".
    Alors que tout le monde trouve ça normal, d'installer des stérilet en deux trois coup de pinces...Moi la première, ni une ni deux, quand j'ai su que c'était possible pour moi, j'ai foncé chez le gynéco pour prendre rendez-vous en me disant, trop cool, j'aurais pu à prendre la pilule tous les jours.

    C'est une réaction qui me rend carrément triste, de me rendre compte que moi même, de manière inconsciente, je donne plus de valeur au corps d'un mec. On a tellement l'habitude d'entendre parler de l'importance de la bite d'un mec, sa taille, sa puissance, qu'instinctivement je me suis dit "Une injection dans la bite, non c'est trop radical, et si c'était définitif ?"

    Ca paraît peut être logique comme questionnement, mais je ne me suis pas posé ce genre de question pour ma propre contraception au final, pas eu autant de doute. Peut être parce qu'on a plus de recul ? N'empêche que j'ai pas hésité à la prendre, et que (j'espère que ça va changer et dites moi si j'exagère) je vois mal un mec foncer comme je l'ai fait pour prendre rdv chez son médecin pour se faire cette injection. "Une bite c'est trop précieux".
     
    mapplethorpe, ben quoi ?, Maus et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    @Poptarts Alors comme ça, de prime abord, je me suis fait à peu près la même réflexion que toi mais pas du tout dans le sens "une bite, c'est trop précieux" mais "putain, ça doit faire mal". Toi, tu n'a pas hésité pour le DIU, d'autres ont cette crainte-là de la pose douloureuse. J'ai lu des hommes (sur un forum childfree) qui étaient très intéressés par ce gel, qui voyaient avant tout un moyen d'éviter un enfant qu'ils ne veulent pas, d'autres voyaient l'aspect douloureux en premier. La faible tolérance à la douleur, ça n'a pas de sexe.

    Après, je pense (mais c'est qu'une hypothèse de ma part, à vérifier auprès des concernés) qu'il peut y avoir une "peur" plus ou moins consciente de perte d'érection du à la douleur/au gel qui en freine certains sur le principe. Pour quelqu'un pour qui la pénétration est une part importante de la sexualité, ça peut faire peur. C'est à prendre en compte dans l'information sur cette technique, comme pour n'importe quelle contraception.

    Et puis il peut y avoir d'autres résistances qui "s'expliquent pas". Cette technique ne nous intéresse pas mon cher et tendre et moi puisque je suis ligaturée mais si nous cherchions une contraception, je serais réticente à ce qu'il le fasse. Et je ne saurais même pas dire pourquoi ! (s'il me parlait vasectomie, j'aurais moins de réticence mais je m'assurerais qu'il a bien conscience qu'il y a persistance d'une gêne/douleur à plus d'un an de l'intervention chez certains patients et qu'il prend sa décision en connaissance de cause)
     
    lafillelabas a BigUpé ce message
  10. eleantine

    eleantine
    Expand Collapse

    Sur Montpellier, ils réalisent des essais cliniques sur une pilule masculine, je ne connais pas les détails mais je connais un homme qui a participé aux essais et en gros, le principe est qu'au moment de l'éjaculation théorique, le sperme au lieu de se déverser à l'extérieur directement, va se déverser dans la vessie et être éliminé avec l'urine quand l'homme ira aux toilettes. En fait l'homme a son orgasme, mais rien ne sort.

    D'après moi c'est vraiment une révolution si ça fini par être mis sur le marché ! Je ne sais pas si je ferai un jour 100% confiance à un homme pour la contraception mais en complément d'une contraception hormonale pour moi, c'est certain que si le mec prend ça, adieu les "attends, sors, je bouche avec la main, je cours aux toilettes me vider et vas-y que j'en ai pour deux heures à mettre du papier dans ma culotte", pouvoir après l'acte, rester au lit tranquille un moment, profiter de l'instant, une révolution je vous dis !

    Je vais essayer de me renseigner voir si je trouve un article scientifique officiel à vous transmettre.
     
    #10 eleantine, 9 février 2017
    Dernière édition: 9 février 2017
    Poptarts et Anémona ont BigUpé.
  11. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    @eleantine Je suis dubitative quand au principe de cette pilule ... Comment est-ce mécaniquement possible qu'une dose d'hormone empêche une éjaculation "hors pénis" ? :confused: Quand bien même... je suis pas convaincue de la fiabilité de la méthode... des spermatozoides peuvent très bien rester dans le conduit et sortir même sans éjaculation:hesite: Bref.... je suis curieuse de voir un papier officiel :lunette:
     
  12. eleantine

    eleantine
    Expand Collapse

    @Nyxi
    Il semblerait que ça s'appelle l'éjaculation rétrograde : c'est un effet indésirable du traitement de l'adénome bénin de la prostate qui provoque une infertilité, donc je pense que c'est cet effet indésirable qu'ils essayent de reproduire pour en faire un moyen de contraception.
    http://www.allodocteurs.fr/sexo/tro...requente-du-traitement-de-ladenome_11961.html
    Et ce ne sont pas du tout des hormones par contre !
    Citation du lien ci-dessus (= pas un article scientifique donc ça vaut, ce que ça vaut hein...) "Certains médicaments utilisés en psychiatrie, mais également certains traitements de l'hypertension (notamment la guanethidine) sont également susceptibles d'entraîner une éjaculation rétrograde durant la durée du traitement.
    À noter enfin que certains médicaments destinés à traiter les adénomes de façon non chirurgicale (les alpha1-bloquants) peuvent également produire ces effets."

    Ça vaut ce que ça vaut, à prendre avec des pincettes mais en tous cas l'études sur Montpellier a vraiment lieu et a priori ils essayent de développer un moyen de contraception non hormonal donc (pas d'EI des hormones) qui mettrai en jeu l'éjaculation rétrograde. Ça serait réversible puisque ce n'est que pendant la durée du traitement.
     
    #12 eleantine, 9 février 2017
    Dernière édition: 9 février 2017
Chargement...