Pas d'euthanasie passive pour Vincent Lambert

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Binjoo, le 16 janvier 2014.

  1. marinette59

    marinette59
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai appris qu'ils allaient prendre une décision aujourd'hui quant au désir d'euthanasie pour son mari de la femme de Vincent Lambert, et le désir de ses parents de s'opposer à cette décision.
    Je ne préfère pas porter de jugement quant à ce cas précis...
    Par contre, c'est vrai que j'ai vu le film espagnol Mar Adentro il y a quelques années et dont voici le synopsis: "A la suite d'un accident dont il a été victime dans sa jeunesse, Ramón ne peut plus bouger que la tête. "Enfermé dans son corps", il vit depuis presque trente ans prostré dans un lit. Sa seule ouverture sur le monde est la fenêtre de sa chambre à travers laquelle il "voyage" jusqu'à la mer toute proche ; cette mer qui lui a tant donné et tout repris.
    Pourtant très entouré par sa famille, Ramón n'a plus qu'un seul désir : pouvoir décider de sa propre mort et terminer sa vie dans la dignité..."
    Il m'avait beaucoup marqué à l'époque. Et depuis, il a achevé d'orienter mon jugement quand même... Je pense que dans des cas particuliers -qui devraient d'ailleurs être étendus en France- il devrait être permis à chacun de disposer du droit de vie ou de mort sur sa propre personne. Dans des cas comme celui de l'homme du film où il est devenu une telle souffrance de vivre depuis des années et où l'envie de partir pour ne plus supporter cette souffrance se fait sentir, la législation devrait aider la personne. Ca devient normal dans ces cas-là d'assister les gens, de les accompagner jusqu'à la mort, justement pour respecter la dignité à la personne. La législation actuelle en France conduit  à des dérives où les proches qui ressentent la détresse des êtres sont obligés d'aider les gens de façon hors la loi. La loi considère ces actes qui me semblent être des actes de délivrance comme des crimes. Je ne peux pas m'empêcher de trouver ça anormal... Il y a des progrès à faire non?
    Bien sûr, la loi qui devra permettre ces actes devra être rédigée avec une attention extrême, de façon éthique et en ayant toujours pour finalité le respect de la personne. Je suppose qu'ensuite, les cas devraient être étudiés malgré tout au cas pour cas pour éviter toutes dérives possibles.
    Mais pour moi ça serait sincèrement une belle avancée...
     
  2. Romuald

    Romuald
    Expand Collapse
    Religiously unkind

    Cette décision me rend  très triste. Je trouve la réaction des parents compréhensible et justifiée par l'amour pour leur fils, mais profondément égoïste puisqu'allant à l'encontre des volontés de ce dernier. 

    Pour celles que ça intéresse, ou celles qui comme moi ont la hantise de se retrouver un jour "enfermées dans leur propre corps", ou qui souhaitent éviter qu'une partie de leur entourage pèse dans des décisions médicales les concernant, quelques démarches rapides et utiles :


    Les directives anticipées

    La personne de confiance


    :fleur:
     
  3. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    On a fait un article sur le sujet ! :fleur: 

    http://www.madmoizelle.com/euthanasie-suicide-assiste-224885

    (si vous voulez continuer la discussion là-bas plutôt !)

    :top:
     
  4. L'imparfaite

    L'imparfaite
    Expand Collapse
    Retour à la case départ

    C'est un sujet tellement délicat...

    Pour moi un débat sur l'euthanasie est absolument nécessaire aujourd'hui (et depuis longtemps) en France, il y a encore trop de flou à l'heure actuelle.

    Personnellement je suis pour l'euthanasie active c'est-à-dire l'euthanasie qui suppose le geste d'un tiers qui administre à un malade une substance létale dans le but de provoquer la mort immédiate. Je pense que les demandes devraient être étudiées longuement et au cas par cas par une sorte de conseil interdisciplinaire composé de médecins, psychiatres, médiateurs, personnel soignant des soins palliatifs, d'avocats etc... Un conseil qui recevrait l'entourage proche c'est-à-dire la famille mais aussi le personnel médical du patient, qui ferait des recherches minutieuses (sur la maladie, le dossier médical, le contexte familial etc...). Ce conseil pourrait donner sa réponse mais ensuite imposer "un délai de réflexion" d'un certain temps. A la fin de ce délai et seulement si la situation du patient n'a pas changé (le patient et son entourage exprime toujours la même volonté, l'état du patient n'a pas évolué) le conseil donnerait son accord. Je suis pour l'euthanasie active qui resterait exceptionnelle, controlée et seulement en dernier recours et sous certaines conditions afin d'éviter toutes les dérives dangereuses possibles.

    Par contre je trouve inhumain et particulièrement lâche l'euthanasie passive qui renonce aux traitements médicamenteux ou à l'interruption de l'alimentation et de l'hydratation artificielle ou à l'administration de sédatifs à haute dose pouvant plonger le patient dans le coma et provoquer sa mort. Pour moi dans ce genre de situation le droit de mourir dans la dignité est bafoué.
     
    #4 L'imparfaite, 18 janvier 2014
    Dernière édition: 18 janvier 2014
  5. Seau

    Seau
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Je ne comprends pas bien, dans quel(s) cas par exemple tu penses cela ?
     
Chargement...