Peut-on « laver » ses mauvaises actions pour se donner meilleure conscience ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 27 juin 2017.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    C'est mignon de vouloir faire du "psychologie magazine", mais si j'en crois vos liens, les études et les expériences se contredisent sur le sujet. Donc faudrait au moins être rigoureuse dans l'exposé de ces infos.
     
    Shadowsofthenight et Lis ont BigUpé.
  3. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    @Gabelote

    Hum, je ne sais pas comment prendre ton message - le ton est plutôt blessant :erf:
    Sur le fond : mon objectif est de vulgariser des études/expériences scientifiques, liées à mon domaine de travail (la psychologie, en l'occurrence).
    Dans tous mes articles, j'ajoute en fin de papier des liens pour celles et ceux qui voudraient "aller plus loin", creuser le sujet, etc.
    Je comprends que tu regrettes que je ne présente pas les avis contraires d'autres chercheurs-es sur l'effet - et, en même temps, les liens sont justement là pour les lecteurs/trices qui voudraient en savoir plus.

    Si tu veux évoquer l'une ou l'autre des expériences, je suis toujours partante pour échanger dans les commentaires :)
     
    lafillelabas, narvali14 et Babitty Lapina ont BigUpé ce message.
  4. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Stupéfiant.

    Aucune référence au geste de Ponce Pilate?

    Edit: je rejoins ma Vdd, l'article est juste un résumé écrit d'une expérience, il n'y a pas d'effort d'interprétation, c'est loin d'être de la vulgarisation; c'est juste raconter une expérience sans aller bien loin.
     
    Shadowsofthenight et Gabelote ont BigUpé.
  5. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @Justine_ je comprend tout à fait que tu sois blessée, et j'en suis désolée, ce n'est jamais agréable de se faire critiquer son travail. Mais c'est parfois nécessaire. Mon message reste le même : par rapport au sujet que cet article aborde (le fameux syndrome de McBeth), et par rapport aux sources données, l'article est incomplet et biaisé. En lisant l'article on a l'impression que ce syndrome est complétement corroboré en l'état actuel des connaissances, alors que ce n'est pas le cas.
     
  6. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    @Gabelote ce n'est pas la critique qui me gêne - au contraire, je peux me tromper :)
    C'est plutôt la forme qui m'a chiffonnée...
    En fait, l'état actuel de cette recherche est plus complexe : certains chercheurs ne sont pas parvenus à répliquer l'expérience, et d'autres encore ont réussi à obtenir des résultats similaires... en somme, ce que l'on sait, c'est que l'on n'est sûrs de rien...
    Ce que je retire de ton message, c'est que pour toi, ce genre d'articles peut aller plus loin et entrer dans des détails plus techniques ?

    @Babitty Lapina merci pour ton message x3, vraiment :)
     
    Nastja et Babitty Lapina ont BigUpé.
  7. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @Justine_ : la forme ? je ne pensais pas être particulièrement brutale dans mes propos. Désolée si c'est le cas.
    Pour moi, quand on lit cet article on en retient "t'as vu, y'a un truc qui s'appelle le syndrome de MacBeth qui fait qu'on se sent moins coupable si on se lave les mains, c'est fort dis donc ! on arrive à transposer l'idée de propreté physique à la propreté morale !!" Alors que ce que les études disent c'est "certains chercheurs ont fait des expériences qui corroborent cette intuition d'un syndrome MacBeth, d'autre n'ont pas obtenu les mêmes résultats, et les expériences menées sont différentes les unes des autres, donc il est difficile d'affirmer que ce syndrome existe ou n'existe pas".
    Sans être plus technique et sans rentrer dans des détails complexes pour des non spécialistes, on peut dire : voilà l'étude initiale qui dit ceci, voici les difficultés qu'ont rencontré les autres études menées sans trouver de résultats semblables, et voici les différents types d'expériences qui ont été faites, voila en quoi elles sont ou non sont pas comparables. En conclusion : ce syndrome est intéressant, il existe, ou peut être pas, mais dans tous les cas, la réflexion sur ce sujet existe.
     
Chargement...