Pourquoi les personnages de méchants fascinent-ils ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 17 octobre 2017.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    L'optimisme, c'est sauter d'un immeuble et se dire «jusqu'ici, tout va bien» à chaque étage.

    On dit aussi que pour faire un bon film, il faut avant tout un bon méchant. Mais au fond, c'est quoi un bon méchant ?
     
    Alien_or a BigUpé ce message
  3. Gargouillette

    Gargouillette
    Expand Collapse
    Je fais confiance.

    Pour apporter un autre son de cloche : personnellement ils ne me fascinent pas du tout, les méchants dans les films :scream:
     
  4. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    Ca dépend des méchants, il y a les anti-héros qui auront une rédemption (et que je supporte le moins) et les "vrais" méchants qui le resteront. Si je devais dresser une courte liste de ceux et celles que j'ai bien aimé (films et séries):

    Anti-Héros:
    - Regina Mills (OUAT)
    - L'équipage du Raza: Two, Three, Four, Five & Six (Dark Matter)
    - Magnéto (X-Men)
    - Crowley (Supernatural)
    - Meg (Supernatural)

    Méchants:
    - Russel Edgington (True Blood)
    - Katherine Pierce (TVD)
    - Aneela (Killjoys)
    - Delle Seyah Kendry (Killjoys)
    - Weyon (DS9)
    - Gul Dukhat (DS9)
    - Commandant Nieman (Dark Matter)
    - Killgrave (Jessica Jones)
    - Gloria (Buffy)
    - Azazel (Supernatural)
    - Eric (People of Earth)
    - Tate Langdon (AHS)
    - Bloody Face (AHS)

    Et probablement pas mal d'autre :) j'ai remarque que quand l'antagoniste était une femme, elle était souvent plus assumée au niveau de sa sexualité: que ce soit au niveau des vêtements que de l'attitude. C'est assez énervant, une femme qui a une sexualité ne se pliant pas aux normes du patriarcat n'est pas une méchante: elle est méchante parce qu'elle tue des gens et fait des plans diaboliques!!
     
    Cornélie, Ymotana, Kaus Australis et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. Pau La

    Pau La
    Expand Collapse

    @Tu as raison
    Je suis d'accord avec ce que tu as dit : je pense aussi que les méchant.e.s nous servent d'exutoire, iels font tout ce qui est réprouvé par la société, et même si c'est poussé, ça reflète en plus ou moins grande partie nos pulsions (plus ou moins) enfouies.
    Personnellement, je pense aussi qu'iels possèdent une certaine forme de liberté que nous n'avons pas, dans leur manière d'agir, consciemment et sans scrupules. Je pense qu'iels éveillent ça chez moi : ayant tendance à culpabiliser beaucoup et facilement et ayant toujours peur de faire (du) mal, je leur envie ce détachement (je crois).

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Je sais aussi que les méchant.e.s juste stupides ne m'amusent pas vraiment, ils ont même plutôt tendance à me faire soupirer de désespoir et me donner envie de partir faire autre chose. Par contre celleux qui sont intelligent.e.s, cyniques (et drôles si possibles) m'amusent carrément. Quand lea méchant.e représente ce que serait le héros serait s'il avait choisi une autre voie, je trouve ça vraiment intéressant (par exemple Moriarty et Sherlock dans la série Sherlock, bien que ce dernier ne soit pas réellement un héros) : c'est un peu comme un double maléfique, une vision de ce qu'aurait pu être un personnage si ses choix avaient été différents.
     
    Tu as raison a BigUpé ce message
  6. Pau La

    Pau La
    Expand Collapse

    @Tu as raison
    Moi je me refais le film pour savoir comment j'aurais fait si c'était à moi de vaincre lea méchant.e, et surtout quand il y a un personnage qui fait un truc stupide dans un combat méchant.e(s)/gentil.le(s) je CRITIQUE en disant que ce que j'aurais fait (en mieux évidemment), surtout si le héros est un plein de bons sentiments. Oui c'est ridicule et immature :yawn:
     
    Alien_or a BigUpé ce message
  7. Polaire

    Polaire
    Expand Collapse
    :hello:

    Pau La a BigUpé ce message
  8. Pau La

    Pau La
    Expand Collapse

    @Polaire
    Justement c'est ce que j'essayais de dire, pas très clairement je crois. Elle fait ce qu'elle veut sans faire le mal autour d'elle, contrairement aux méchant.e.s qui font ce qu'ils veulent en détruisant ce qui les entoure. Juste pour dire qu'avec les mêmes possibilités, tu peux faire tellement de choses différentes.
    Et j'avoue que les personnages de Bottero sont aussi des modèles pour moi.
     
    Polaire a BigUpé ce message
  9. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    L'optimisme, c'est sauter d'un immeuble et se dire «jusqu'ici, tout va bien» à chaque étage.

    Il y a aussi une catégorie de méchants que j'aime bien: ceux dont je peux comprendre les motivations, presque au point d'être de leur côté (Samuel L. Jacskon dans Kingsman, par exemple). À vrai dire, je n'aime pas trop les films bassement manichéens, où les méchants agissent de façon totalement gratuite, juste parce qu'ils sont méchants (un exemple extrême: Invasion USA avec Chuck Norris).
     
    Pau La a BigUpé ce message
Chargement...