« Quand la nuit devient jour », un roman bouleversant et réaliste de Sophie Jomain

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 18 mai 2016.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    #1 Clemence Bodoc, 18 mai 2016
    Dernière édition: 18 mai 2016
    Babitty Lapina a BigUpé ce message
  2. hatalide

    hatalide
    Expand Collapse

    Je crois que tu as voulu dire dans le titre un roman et non un romain ; )
     
  3. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    argh merci beaucoup !
     
  4. Mali26

    Mali26
    Expand Collapse

    Je viens de terminer un roman avec le même thème, "Avant toi" de Jojo Moyes, et qui était très, très bien. C'est l'histoire de Will qui est tétraplégique et veut mettre fin à ses jours et donne 6 mois à sa famille, durée pour laquelle est employée Louisa, une aide-soignante qui aura pour mission de lui redonner l'envie de vivre. C'était très réaliste et on prend conscience de pas mal de choses, que ce soit pour la difficulté d'un "tetra" à réaliser des taches simples (on croit savoir mais en fait non) que sur notre approche de la vie et de la mort. Je reste vague car c'est difficile à décrire et je ne peux que vous conseiller de le lire :)
     
    Letes Nuv, Babitty Lapina et Clemence Bodoc ont BigUpé ce message.
  5. Castor Lapon

    Castor Lapon
    Expand Collapse

    Wow, je pensais pas dire ca un jour mais je suis d'accord avec ces opposants à l'euthanasie sur "la condamnation des victimes de violence" (je sais plus si c'est ça exactement). Je suis un peu bouleversée par tout ça alors je suis désolée mais je trouve ça choquant que les médecins aient" autorisé" ça. Peut être que si je connaissais plus en détails l'histoire de cette femme je penserais autrement mais je ne comprends pas comment ils ont pu donner un tel avis alors qu'elle a répondu au moins un peu à une thérapie intensive.
    Et puisque j'en suis à donner mon avis et même si le sujet me concerne bien particulièrement donc que je réagis un peu trop avec mes tripes, pour moi il y a une différence fondamentale entre vouloir mourir parce qu'on est atteint d'une maladie incurable et particulièrement pénible et vouloir mourir parce qu'on est en dépression. Personnellement j'ai voulu mourir à un point pas possible, des centaines de fois j'ai espéré mourir dans mon sommeil ou même d'un accident ou d'un AVC mais c'était un symptôme de ma dépression ça n'est pas "réel", et pourtant je me reconnais totalement dans l'extrait cité parce que j'avais l'impression que c'était mon corps avant mon esprit qui avait décidé de laisser tomber et de ne plus se battre. Maintenant que je vais mieux je prends conscience de toutes les fois ou mon corps justement faisait ce qu'il fallait pour que je reste en vie.
    Alors oui se battre contre la dépression c'est très dur, crevant, ça prends un temps incroyable (à commencer par le temps pour trouver un bon thérapeute, perso ça m'a pris 7 ans), mais vouloir mourir sans être malade, juste vouloir mourir ça n'existe pas, et la dépression ça se traite et même ça se soigne.

    Je suis désolée si mes propos paraissent durs à certain-e-s, ce n'est pas mon intention mais ça fait vraiment écho à ce que j'ai vécu et vis toujours et c'est lourd de sens pour moi.
    Et je suis désolée si je flood étant donné que je suis pas trop à parler du bouquin là, d'ailleurs je n'en avais jamais entendu parler.
     
    Kerne, Samburu, Kristeva et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Khyra

    Khyra
    Expand Collapse

    Je n'ai jamais lu cette auteure (j'ai en revanche entendu beaucoup parlé d'elle) mais en voyant le titre et le résumé, j'ai craqué. Verdict d'ici quelques semaines (j'ai des emprunts à lire avant). :)
     
    Clemence Bodoc a BigUpé ce message
  7. Sweetberry

    Sweetberry
    Expand Collapse
    Roule une pelle à la vie

    Wow ça donne envie de lire ça même si ça me fait un peu peur. J'ai peur de la dépression mais je pense qu'il est important de ne pas oublier que la vie n'appartient qu'à celui qui l'a vit.
    C'est assez récent que l'on enferme ou fait payer les gens qui veulent ou ont tenté de se suicider (aux US je crois bien qu'il y a une amende pour "ceux qui se sont loupés"). Comme si les corps n'appartenaient plus à leur "âme". Nos corps ne nous appartiennent plus, ils sont propriétés des autres et/ou de la société. C'est peut-être ça le plus terrifiant.
     
    Nastja, velma et Clemence Bodoc ont BigUpé ce message.
  8. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    @Joldottir : je me permets de te rassurer sur un point : ce n'est pas parce qu'elle souffre de dépression que le personnage de Camille veut mourir. (Quand bien même, je me garderais bien de juger ses motivations. Je trouve intéressant d'y réfléchir et d'être amenée à les comprendre, alors que mon caractère et ma « rage de vivre » me placent aux antipodes de ce personnage !)

    Pour le reste : :hugs:
     
    #8 Clemence Bodoc, 19 mai 2016
    Dernière édition: 19 mai 2016
    MiniMinette a BigUpé ce message
  9. Mali26

    Mali26
    Expand Collapse

    Je viens de me rendre compte que mon précédant commentaire fait un peu trop pub et que je n'ai pas parlé de l'article :lalala:
    En vrai c'est parce que je suis d'accord tout le long et que j'ai eu cette réflexion avec le livre dont je parle précédemment donc c'est vrai que j'ai voulu en parler spontanément.:red:
    En tout cas c'est un très bel article, j'aime beaucoup que tu ai relié le livre à l'actualité, ça peut paraître évident mais trop de gens (à mon goût), quand on parle de quelque chose qu'on a lu dans un roman, coupent court en disant que c'est de la fiction et non la réalité. Pour moi, la fiction est le reflet de la réalité et on apprend, comprend presque toujours quelque chose.
    Bref, quoiqu'il en soit encore un article de qualité de la part de Clemence! :vieux:
     
    Clemence Bodoc a BigUpé ce message
  10. Hina

    Hina
    Expand Collapse
    tout le temps faim

    On peut vouloir mourir sans le filtre de la dépression et je pense aussi que certainnes dépressions sont incurables. J'ai été soulagé de lire que l'euthanasie a été accordér a cette jeune femme. J'avais moi meme cherché un moyen de mettre fin a ma vie sans que cela ne soit trop violent pour mes proches alors j'avais consulté plusieurs sites ou je pourrais demander l'euthanasie mais c'est tres sensible quand il s'agit de maladie mental ( ce que je comprend ).

    Tout au long de ma vie j'ai souvent eut des dépressions sévere qui m'ont semblé impossible a guérir mais les doctors m'ont identifié avec le trouble de la personnalité limite et puis j'ai fais une thérapie et je prend des médicaments qui fonctionnent tres bien pour moi aujourd'hui.
    Mais si j'etais née un siecle plus tot ? si j'etais née a une époque ou ces solutions n'existaient pas encore ( la thérapie qui aide vraiment le trouble que j'ai n'a été crée que vers 1980 ) ? Je ne pense pas que la vie mérite d'etre vécu dans ces conditions.

    Donc en ce qui concerne les problemes mentaux et les depressions je vois vraiment ca comme des cancers, nos corps sont differents et nous ne reagissons pas de la meme maniere, et nous n'avons pas encore des remedes a tout, donc oui pour moi il y a des dépressions incurables.

    Maintentant pour moi la vie est tres supportable, je ne suis pas en depression et j'ai autant de mauvaises émotions que de bonnes mais pourtant j'ai toujours un veritable désamour pour la vie. Je me sens toujours condamnée a vivre et en attente que ma peine se termine et si demain je pouvais cesser de vivre sans faire de mal a personne je le ferai sans hesiter. Mais c'est impossible alors je continue a faire des choses plaisantes en attendant.


    Et parce que des gens avec des dépressions sont peut etre en train de me lire et peuvent se dire "moi j'ai sans doute une dépression incurable !" Il existe enormement de thérapie efficace comme la thérapie cognitive-comportementale et la thérapie dialectique mais y a en a encore plein d'autre ! donc il faut juste trouver ce qui vous convient le mieux :)
     
    Carabinacitron, Nastja et velma ont BigUpé ce message.
  11. Kerne

    Kerne
    Expand Collapse
    Just wanna have fun

    Non mais c'est profondément choquant.

    Putain tout ce que le libéralisme produit de pire: un hyper individualisme poussé à l'extrême et toujours justifié par l'argument des droits de l'homme "au nom de quoi limiter ma volonté, puisque mon corps m'appartient et j'ai des droits fondamentaux?".

    Non mais le concept de LIEN et de SOLIDARITE, ça vous parle!!!??

    Bien sur que si on appartient à la société et aux autres, nous ne sommes pas des atomes séparés les uns des autres, autonomes et sans aucunes attaches contrairement à ce que la doctrine libérale voudrait faire croire.

    Si des liens réparateurs, si des activités épanouissantes, si la volonté des autres à lui faire comprendre qu'il y a des choses belles et intéressantes à vivre avaient été proposés à cette jeune fille, jamais elle n'aurait souhaité mettre fin à ses jours.

    La dépression n'est pas comparable à une maladie physique incurable, où la, ok, on peut concevoir l'euthanasie, puisque la personne ne peut techniquement pas profiter de la vie.

    Il est révoltant et intolérable de ne serait-ce qu'être effleuré par l'idée d'une solution sédative plutôt que d'agir avec le bon sens: solidarité et sollicitude.
     
  12. MiniMinette

    MiniMinette
    Expand Collapse

    J'ai lu le bouquin et partagé à ma mère après avoir lu cet article, et je me suis vraiment régalée. Merci pour le conseil, surtout que le sujet me touchait énormément et très profondément !!!
     
    Clemence Bodoc a BigUpé ce message
Chargement...