Quand la virilité empêche les mecs d’être écolo

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 3 janvier 2018.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Rédac chef adjointe, lien rédac/forum, adoratrice du sel, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. Calipo

    Calipo
    Expand Collapse

    Facile. Aller randonner dans la montagne à moitié nu avec juste un couteau et son chien (de préférence un husky ou un malamute), c'est être un homme qui aime la nature.C'est viril. ça en jette, tu peux rentrer et dire à tes potes que t'as fait des feux, que tu t'es taillé un super bâton dans la forêt, qu'il faisait noir et froid et que tu as entendu DES LOUPS.

    Aller au supermarché avec des bocaux et des sacs en tissus pour acheter en vrac pour diminuer ses emballages c'est un truc de bonne femme qui mange que des graines atroces. Et du choux. Se renseigner sur la façon de faire le ménage en utilisant moins de produits chimiques c'est de toute évidence une préoccupation de gonzesse (Déjà qu'elle t'emmerde parce que tu fais la vaisselle à l'eau froide sans produit vaisselle, va falloir se calmer quand même). Tout comme faire le tri: si on a une femme ou une mère qui range derrière nous, ben qu'elle aille jusqu'au bout quoi. En plus c'est elle qui a rangé le papier avec les indications pour faire le tri alors comment est-ce qu'on est censé savoir quoi faire?

    Et puis devoir faire un détour pour trouver une poubelle, c'est ne pas être libre si on y pense. C'est se faire dicter sa conduite par la société (et par sa mère). Est-ce qu'un homme, un vrai, se laisse dicter sa conduite? NON. 8)

    Blague à part, il n'y a qu'à aller voir les commentaires masculins sous les vidéos et articles consacrés aux techniques et modes de consommation tendant vers le zéro déchets où à tout le moins vers un mode de vie plus écolo, c'est tout à fait édifiant. Et consternant.
     
    Margay, Kmarlou, Gabelote et 36 autres ont BigUpé ce message.
  3. BarbieDroguée

    BarbieDroguée
    Expand Collapse

    C'est possible de se facepalmer jusqu'à ce que mort s'en suive...?? Au bout d'un moment avec ce genre de conneries j'ai peur que ça m'arrive...
     
    Kmarlou, Vixenju, Naotoo et 7 autres ont BigUpé ce message.
  4. Zélumine

    Zélumine
    Expand Collapse
    Mélange instable

    'tain quand même certains mâââââles sont bizarres hein...
     
  5. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    J'ai envie de dire que c'est pas illogique; le soin, le fait de s'occuper de l'autre, de se préoccuper du futur c'est attribué au féminin. La planète Terre étant une vieillarde comme les autres, s'en occuper revient aux femmes.

    Vivement que le patriarcat tombe et que ces messieurs puissent enfin ressentir de l'empathie
     
    Margay, Kmarlou, AStarShinesBright et 20 autres ont BigUpé ce message.
  6. Trémazane

    Trémazane
    Expand Collapse

    Ma première réaction quand j'ai vu le titre : :oo: (j'voyais pas le rapport entre écologie et genre)
    Quand j'ai eu fini de le lire, j'étais comme Mymy : lasse. Parce que comme le dit @Gringo c'est pas illogique. Mais ça reste usant. J'ai l'impression qu'on n'en finira jamais avec les conneries...
     
    Kmarlou, Lysine_, Vixenju et 4 autres ont BigUpé ce message.
  7. Naria

    Naria
    Expand Collapse

    L'article est super intéressant ainsi que l'étude mais je suis déçue. Je pensais lire au moins une fois l'expression : "avec ma bite et mon couteau je peux sauver la Terre" !
     
    Kmarlou, Mie_*, Maia Chawwah et 7 autres ont BigUpé ce message.
  8. Naotoo

    Naotoo
    Expand Collapse

    D'accord avec @Gringo et @Trémazane .
    Comme d'habitude tout n'est pas si tranché.
    Certains aspects du féminin nous incitent à nous préoccuper davantage de problèmes d'écologie mais certains clichés de la féminité peuvent par ailleurs nous en éloigner aussi (je pense notamment à la consommation de fringues et de produits de beauté chimiques ou à base de graisse de baleines...pas top pour la planète!).
    Je me considère comme relativement préoccupée par mon impact sur l'environnement et par ma santé pourtant c'est mon homme qui m'a fait réagir sur certaines pratiques pour lesquelles il était plus écolo que moi (se soigner naturellement, acheter les légumes en amap). Par ailleurs il a également adopté avec facilité des habitudes plus saines et respectueuses de l'environnement que je lui ai proposé (alimentation avec moins de viande, ménage au vinaigre et savon noir...). Et pourtant quand on l'écoute parler, c'est le bon mec de base ^^ Et je parle de mon mec parce que c'est celui que je connais le mieux mais j'en connais plein d'autres pareil ;)
     
    Mie_* a BigUpé ce message
  9. Arendal

    Arendal
    Expand Collapse

    Quelqu'un a pu lire l'étude d'origine ? Elle est payante mais j'aurais aimé savoir si la méthodologie était correcte et avoir des détails sur les questionnaires donnés aux participants.
     
    Kmarlou a BigUpé ce message
  10. Nunnally

    Nunnally
    Expand Collapse
    Renardeau sous couverture

    Passe via SciHub, la référence Doi du papier en question est 10.1093/jcr/ucw044. Je viens de tenter, le site a l'air down pour le moment, mais il devrait être accessible de nouveau d'ici quelques heures/jours au plus tard (avec certainement un nouveau nom de domaine, mais google te le dira mieux que moi :cretin:)
    SciHub, partenaire officiel de mes recherches en master :top:
     
    Kmarlou, Gressinni et Arendal ont BigUpé ce message.
  11. Madthilde

    Madthilde
    Expand Collapse
    Schtroumpfette contrachiante

    D'un côté effectivement, on voit que l'aspect "écologie" est considéré comme "féminin" et qu'il semblerait que les hommes qui se sentent menacés dans leur virilité tentent une surcompensation en faisant des choix non-écolo, et que donc virilité => anti-écolo.
    D'un autre côté, on peut aussi noter que la même étude montre que si on les confirme dans leur virilité, alors ils font des choix pro-écolo.

    Doit-on en tirer comme conclusion que la virilité est anti-écolo, ou pro-écolo, au final ? :cretin:
     
    Kmarlou a BigUpé ce message
  12. Phrea.

    Phrea.
    Expand Collapse
    "L'intellignance implique certaines responsabilités (je crois)" Un gars cool, 2016

    Il ne faut pas oublier que dans cette étude, c'est la facon dont l'écologie est genrée qui détermine les comportements des hommes (et femmes) : rose/violet filles, bleu/noir garcon. Au final c'est comme des brosses à dents pour hommes/femmes ou n'importe quel autre produit. C'est purement du marketing genré et certain.e.s se conforment aux stéréotypes en vigeur, CQFD (j'ai pas écrit CQFD en 2018, no please)

    Il faut laisser tomber complet ces histoires d'identité(s) "féminine(s))" ou d'identité(s) "masculine(s)". Ca suffit de ces hommes qui brident leur empathie envers les autres ou leurs émotions personnelles sous prétexte de ne pas faire assez "masculin" ou de ces femmes qui ont peur de perdre leur "part féminine" en faisant du sport ou même en prenant du poids : ces personnes s'imaginent qu'elles seront reniées par lesdites communautés féminines/masculines. C'est la même histoire ici, comme disait @Calipo dans le premier post : les participants, dans un besoin de "repère commun", se conforment à "l'écologie pour nous les femmes" ou "l'écologie pour nous les hommes". Je rêve, je rappelle qu'on parle de préserver notre habitat afin qu'il reste vivable.

    Dans une société au genre(s) plus fluide(s) que jamais, au lieu de perpétuer cette recherche aberrante d'identité virile/féminine chez les gens ("entrez dans cette danse et conformez vous à ce qui se trouve entre vos jambes ou vous serez juste marginaux bitches (ou hippies) !") ou de chercher ses (tentatives de) définitions (aussi positives et inclusives qu'elles puissent être), ne faudrait il pas juste chercher à questionner les identités directement : les communautés. Leurs identités propres, ce qu'elles apprécient, leur critères de ralliements, leurs codes singuliers, leurs différences, leurs deal breakers. Des plus petites aux plus larges (communautés), voilà un genre de repère commun plus appréciable car inclusif (par essence) et asexué. C'est à mon sens plus riche en sens (au pluriel) que : tu te sens femme/homme, comment le manifestes-tu ?? C'est une piste de réflexion hein, je peux aussi me gourer, enfin bon.
     
    #12 Phrea., 7 janvier 2018
    Dernière édition: 7 janvier 2018
    Kmarlou, ChansonMuette et just_in_case ont BigUpé ce message.