Que cherche-t-on en faisant la fête ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par DariaMarx, le 14 septembre 2011.

  1. DariaMarx

    DariaMarx
    Expand Collapse
    ♥ la tecktonik

  2. De_La_Pulpe

    De_La_Pulpe
    Expand Collapse

    Très intéressant.

    Je distinguerais cependant le "faire la fête" et "passer une soirée entre amis" (= les VRAIS amis).
    Passer une soirée entre amis, c'est comme dans l'article dans le garage. On se connait vraiment bien, on a des vrais échanges, on se fait des confidences, on se soucie vraiment de l'autre, on prend du plaisir à être ensemble, se comprendre et rire parce-qu'on est sincère, parce-qu'on ne fait pas tant semblant que ça...Il y a cette sensation de liberté qui est réelle tout simplement parce-qu'on s'AIME vraiment! On est pas des faire valoir les uns pour les autres.

    Ca devient différent quand on fait vraiment la fête...
    Fire la fête (= avec les collègues par exemple ou des amis + les amis d'amis etc) c'est aussi et avant tout un code social : le jeu des apparences. C'est se rassurer sur son capital séduction et son capital coolitude.
    Prouver et se prouver qu'on est dans le coup, qu'on est "in", qu'on est "hype", qu'on sait s'éclater nous, qu'on n'est pas des coincé(e)s !
    Alors on exagère ses éclats de rire, on se réjouit de la jupe qui remonte sur la cuisse qd on croise les jambes l'air de rien, on remue les cheveux façon Fructis, on s'enfile le plus de verres possibles pour montrer comme on tient bien l'alcool et comme donc on est "trop délires top cool". Parfois, c'est la nouvelle mode, on smack ses copines filles parce-que c'est le summum de la libération de la femme et surtout ça excite les garçons. "Haha on est des folles nous!"
    Finalement on s'amuse pas tant que ça dans le fond, mais on le mime à la perfection alors on s'auto-convainct. Et puis à la fin on a tellement bien joué son rôle qu'on a l'impression que oui c'était super génial. Oui on a bien tenu notre séance de boost d'égo à gesticuler dans tous les sens genre "je m'éclate et je me fous du regard des autres" tout en ayant en réalité toujours un oeil dans le coin qui vérifie l'effet (désir, admiration, valorisation...)que l'on produit auprès de ses congénères.

    En fait, c'est pathétique. C'est un jeu de dupes. C'est du superficiel, du vide à l'état pur.
    Je trouve que rien ne démontre plus la misère intellectuelle et affective de l'humain occidental qu'un jeune qui fait la fête très régulièrement.

    Mais bon je suis une jeune avec un esprit de vieille, c'est pour ça :d
     
  3. Ellis

    Ellis
    Expand Collapse

    J'ai 20 ans, et j'ai tendance à ne plus trop faire la fête "de moi même". J'ai commencé à sortir assez tôt (ma première boîte parisienne, c'était à 13 ans) et je suppose que ça a simplement fini par me lasser, tout ce bruit, ces faux semblants, cette nécessité pour beaucoup de se déchirer la gueule... aujourd'hui, j'ai plusieurs soirées "boulot" dans le mois, où je vais par obligation sociale et professionnelle et où je réussis tout de même à m'amuser parfois. Mais en dehors de ces soirées, et des soirées genre "post-partiels", nécessaires pour évacuer la pression, je fais surtout des apéros / dîners tranquilles avec mes potes. Ca ne me viendrait plus à l'idée d'appeler des gens un vendredi soir pour aller en boîte. Je trouve ça sans intérêt.
     
  4. Dig_a_pony

    Dig_a_pony
    Expand Collapse
    Chabada pouet pouet

    De_La_Pulpe, j'ai longtemps pensé comme toi (et je le pense encore en fait), mais j'ai finalement trouvé un aspect supplémentaire aux fêtes : un aspect physique. J'aime bien les fêtes. Pendant longtemps j'ai refusé ça, maintenant ça me gêne moins. Même si je partage ton opinion, j'y trouve un vrai défouloir physique en fait. Pour moi l'intérêt principal d'une fête se résume à ça : se lâcher physiquement, danser, éprouver les limites de son corps, être sur le fil du rasoir, entre l'euphorie et la maladie, se donner un prétexte pour libérer ses bas instincts, évacuer toute cette rage qu'on accumule dans notre vie quotidienne ordinaire, où on passe trop de temps à attendre, à s'emmerder, à s'encombrer de contraintes... Je vois la fête comme un punching ball momentané... et il arrive parfois qu'on y tisse aussi des liens insolites, inattendus.

    Rien ne vaut une bonne soirée entre amis cependant. :)
    Mais avec ses amis parfois on se réfrène car on a peur de blesser, des conséquences, de ce qui se dira le lendemain :P tandis que dans une fête, c'est dyonisiaque, on peut se lâcher sur son prochain qu'on ne reverra jamais. :cretin:
     
  5. Annie D'Astrée

    Annie D'Astrée
    Expand Collapse
    Blurry mind // Neat goals


    Je suis pas d'accord avec ce que tu avances. Tout ces travers que tu dépeins c'est exactement moi, à la seule différence que ces choses, la fête, les sorties, danser n'importe comment, c'est quelque chose que je fais parce que ca me ressemble, aucun rapport avec une vulgaire superficialité doublé de narcissime et de profond désir de plaire. Je ne dis pas que mon comportement en soirée est à encourager, je ne le porte pas avec fierté, je ne le revendique pas, c'est juste ce que je suis. Pourquoi diable faire la fête est (pour beaucoup de gens) une activité qu'on ne peut pas apprécier pleinement au même titre que se balader ou faire de la pâtisserie? Quand ma coloc prefere se coucher avec un livre, on se dit a demain pendant que je trottine sur mes talons rejoindre mes amis. Et on se respecte, pas de jugement. Après tout sii c'est ma façon de garder l'équilibre cela me regarde.
    Tu dis qu'on feint le bonheur dans ce genre de situation mais si cette notion de bonheur de s'applique pas à toi sache qu'elle peut l'être pour d'autres. Comme dirait Musset, qu'importe le flacon, pourvu qu'il y ait l'ivresse...
    Moi si on m'enleve la fête, bien sûr qu'il me reste des choses, c'est pas le plus important au final mais c'est un plus, un plus avec option fous rires-amis-expériences-rencontres, pourquoi y renoncer? Et si on me parle d'alcool je dirais qu'un de mes plus proches amies est musulmane pratiquante , totalement sobre, et que je n'ai jamais rencontré quelqu'un autant motivé à sortir et danser. Chacun cherche son ivresse.
    Tu sembles être pleine de préjugés, est-ce une expérience personnelle, des gens que tu as plus ou moins connus qui t'ont poussé à ce raisonnement?
     
  6. De_La_Pulpe

    De_La_Pulpe
    Expand Collapse

    OOh c'est vrai que ça peut être tout simplement un défouloir, une sorte de transe pour tout évacuer, comme une séance de sport intense ou on lâche tout. Ca libère, limite ça enlève les toxines :d C'est bien ça. Mais dans ces cas là on ne fait la fête que de temps en temps, pas tous les week-ends genre "je ne vis que pour ça" (ou alors c'est que faut revoir le reste de sa vie pour en avoir autant besoin - et en général c'est ça la réalité de ceux qui ont besoin de faire la fête tout le temps - une fuite dans le narcissisme pour ne pas regarder au fond-)

    Bidouce, si mes dires sont des préjugés et bien je les assume. Pour autant des préjugés incluent que l'on porte un jugement sans avoir expérimenté...Or ce n'est pas le cas.
    Mes expériences parisiennes et montréalaises, sont celles que j'ai décrites avec les filles qui explosent de rire toutes les 3 minutes d'un rire forcé pour montrer comme elles sont folles et top cools et tous ces gens qui se bourrent la gueule, juste pour se bourrer la gueule...(et encore une fois si l'on a besoin d'être complètement déchiré pour s'amuser c'est qu'il y a un VRAI problème).

    On a besoin de superficialité pour s'amuser, décompresser, il FAUT de la superficialité pour vivre heureux, je ne dis pas, mais franchement les fêtes de "djeuns" c'est quand même beaucoup du m'as tu vu... c'est ça que je dénonce, pas le fait de danser avec ses potes, mais tout ce qu'il y a autour.

    Donc oui désolée, si tu es une de ces filles qui ne peut pas sortir sans rouler une galoche à sa pote Martine devant un parterre de mecs, sans avoir besoin de sentir les regards des autres sur elle devant son déhanché sexy et sans avoir besoin de s'enfiler 10 vodkas pour qu'on admire son "tenage" d'alcool et à quel point elle est libre débridée, sait s'amuser et bin OUI MILLE FOIS OUI pour moi tu es une pétasse. Je ne dis pas que tu es une conne, méchante qui torture les bébés chats, juste que tu es une pétasse.

    Si en revanche tu te contentes de sortir faire la fête pour être avec des gens que tu apprécies, danser et rire sans chercher à séduire toute l'assistance masculine et à rendre jalouse l'assistance féminine de par ta sexytude et ta coolitude à toute épreuve et bien là non je n'ai rien à dire.
    Malheureusement tu ne constitues pas la majorité des fêtards/fêtardes invétérées (je ne parle pas de ceux pour qui c'est de tps en tps ...) qui eux font la fête pour se mater le nombril et qu'on leur mate et qui y vont d'avance en se réjouissant de toutes les photos facebook sur lesquelles ils vont pouvoir apparaitre et se faire valoir...
     
  7. Meema

    Meema
    Expand Collapse
    Winter is coming

    Je suis actuellement en grande école. "Faire la fête" ça nous connait. Les reportages sur les beuveries étudiantes, les clichés sur les jeunes, c'est nous. Et c'est moi. Car oui, je fais partie de ces filles superficielles qui se déhanchent comme une folle jusqu'à 5 heures du matin le verre de whisky à la main. Et qui appelle ses copines le lendemain pour tenter d'expliquer sa soirée. Si je sors, si j'agis comme cela, ce n'est pas dans le but de montrer que je suis "cool" ou pour montrer à tout le monde que je suis heureuse. En soirée, je croise aussi mes amies, on parle de choses sérieuses qui nous arrivent, on pleure, on se déhanche sur le dancefloor, et on rigole encore plus le lendemain.

    Evidemment il y a un jeu qui s'installe: le déguisement le plus trash, le comportement le plus malsain et j'en passe. Je ne dis pas qu'il faut absolument rentrer dans ce jeu. Je vais sûrement en choquer plus d'une , mais moi je m'amuse.
    Je comprend complètement les filles qui ne s'amusent pas en soirée, mais laissez-nous nous lâcher, profiter comme on le souhaite dans la vie. Je ne dis pas que ce comportement est réfléchi, ni même intelligent, mais il ne fait de tort à personne.

    Désolée de ce message sans construction, mais j'étais en soirée avant-hier et toute la semaine dernière *ironie inside*:cretin:
     
  8. De_La_Pulpe

    De_La_Pulpe
    Expand Collapse

    T'as raison Meema si ça t'amuses, continue.
    L'important c'est d'assumer, de l'admettre, c'est tout à ton honneur. Il n'est pas question d'empêcher qui que ce soit de faire ce qu'il veut ;) ^^ Le fait d'en avoir conscience, de l'admettre ça montre justement que t'as du recul et justement que tu te prends pas tant au sérieux que ça, c'est ça qui compte. Ceux pour qui je me dis "ok laisse tomber" ce sont ceux qui se drapent dans leur fierté, n'assumant même pas d'être ce qu'ils sont, se mentent à eux mêmes. C'est de l'hypocrisie et ça j'aime pas.

    En fait ce que je développe, je le développe parce-que c'est quand même chiant ces valeurs inversées qui ont pris le pouvoir. Parce-que si ces gens là qui font les pétasses et les pétards (oui j'invente des mots) le faisaient sans revendiquer quoi que ce soit ça irait très bien. Chacun fait ce qu'il veut. Je dirais même que c'est nécessaire de passer par là à un moment ou un autre :d
    Le pb c'est que tout ce "délire" là, c'est devenu la norme, si tu sors pas de cette manière t'es une pauvre meuf qu'à pas de vie. C'est CA ETRE MODERNE et LIBRE dans notre société et c'est ça qui me fout les boules! Cet espèce d'injonction à se bourrer la gueule, faire la pupute pour être digne d'être un humain de son temps qui a "tout compris à la vie".
    Cette espèce de course ridicule que de plus en plus de gens mènent sur Facebook pour SE FAIRE VALOIR, ça a pris une ampleur considérable et c'est PATHETIQUE mais un truc de fou franchement ! Alors y a pas que les teufs, y a aussi les tours de 3 pays d'Asie qu'on fait en une semaine seulement mais dont on revient avec 2000 photos postées sur FB dés le lendemain et qui montrent visiblement que l'intérêt du voyage consistait plus en l'image qu'il allait pouvoir nous donner, plutôt qu'en son intérêt intrinsèque réel...

    Alors bien sûr, moi je m'en fous (d'ailleurs je suis plus sur FB pour ces raisons), je fais ma vie et tout, c'est juste que bin tout ça, toute cette mentalité à la con, cette injonction à jouir, à être faussement cool et libre ou en fait tout le monde se ment à lui-même et se jauge en permanence et bin ça a une influence générale sur la société, ça participe à cette médiocrité ambiante, la perte des vraies choses importantes , ça incite à se noyer dans le vide, à se disperser dans des trucs futiles et à perdre de vue l'essentiel. Y a rien de pire que de se perdre dans les apparences! Comment on fait pour vivre une vraie relation avec quelqu'un qui est incapable d'être lui même tellement il est embourbé dans son rôle de "djeuns trop cool"?

    Mais tout ça c'est "la faute aux médias" avant tout et aux gens qui réfléchissent pas et suivent le troupeau. On peut rien faire contre les gens qui réfléchissent pas.
     
  9. De_La_Pulpe

    De_La_Pulpe
    Expand Collapse

    Si tout notre "intérêt" tourne autour de la séduction ( et faut pas se leurrer, nous les filles on a toujours ça en arrière-plan 24/24), on est pas une salope (pour moi y a pas de salopes, c'est un mot sans sens lol) , on est juste UNE SOUMISE.
    Parce-que vivre avec pour préoccupation première le regard approbateur/valorisant/séduit de l'autre c'est être SOUMISE, c'est ne pas se suffir à soi même (on ne peut que rarement se suffir à soi-même mais y a quand même des limites), c'est se modeler en fonction de l'autre et de son regard arbitraire.
    Alors quand en plus c'est pour les hommes de manière générale, peu importe qu'on les connaisse ou pas, l'intérêt c'est juste de savoir qu'on PLAIT aux hommes, qu'on a besoin de séduire pour séduire et bien oui on est SOUMISE aux hommes et donc on est à l'opposé du féminisme dont se revendique fièrement notre société.

    Mais ça notre société occidentale nous lobotomise toutes trop pour qu'on en ait conscience. Au contraire, notre liberté réside dans la séduction, OUAA belle inversion des valeurs!

    Le plus drôle, c'est que beaucoup de garçons ont conscience de tout ça mais pas les filles.

    Continuons de nous foutre à moitié à poil et de nous bourrer la gueule, les hommes n'attendent que ça! Comme dit mon mec : "On est fort quand même, on a réussi à vous faire croire que les mini-jupes, les décolletés, les strings, le maquillage etc c'était pour vous que vous les portiez alors que de toute évidence c'est d'abord à nous que ça fait plaisir ! On a réussi à faire en sorte que ce qui vous donne confiance en vous, que ce qui vous plaise, c'est de plaire aux autres, a fortiori à nous, et de vous faire croire que c'est ça la liberté, AVOIR UN CAPITAL SEDUCTION FORT. Et comme ça nous on se rince l'oeil. On vous fait croire que toutes façons vous êtes pas "viables" au naturel, il vous faut plein d'artifices pour être présentable. Toute votre vie tourne autour de la séduction.Y a pas meilleure technique de soumission en fait." Je confirme, d'autant plus avec cette exemple criant que je répète sans cesse mais qui me semble tellement révélateur : ces filles qui se roulent des galoches pour faire bander ces messieurs qui se réjouissent des spectacles lesbiens, tout en étant persuadé d'être au top de la libération de la femme...

    Faire la fête pour la franche rigolade, j'y crois pas UNE SEULE seconde! La franche rigolade tu l'as avec tes amis proches ou alors avec un coup de foudre amical (que tu peux avoir aussi lors d'une fête ceci dit), mais certainement pas avec 15 personnes que tu connais à peine avec la musique à fond que tu t'entends à peine! Ta franche rigolade c'est du flan.

    Oui je donne peut-être l'impression d'être auto-satisfaite, en fait c'est surtout que je suis blasée et désespérée de voir à quel point l'Homme d'aujourdhui, d'autant plus la femme, est enchainée en se croyant libre...se fait enculer en gardant le sourire et même en en redemandant largement.

    Tu parles d'Arabie Saoudite, de 19ème siècle...C'est un peu caricatural mais je vois ce que tu veux dire. Personnellement je me sens plus libre en sortant sans avoir besoin de me faire belle, en ayant assez confiance en moi pour pouvoir m'habiller simplement, je me sens bien plus libre comme ça donc, qu'en me torturant à savoir quel cul ce jean va me faire, si mon décolleté en montre trop ou pas assez, si les autres filles vont faire la grimace (pour ma plus grande satisfaction) en voyant mes longues jambes parfaites sous ma mini-jupe.
    Je me sens plus libre quand je n'ai pas à sentir les regards libidineux des hommes sur moi, ou à supporter leurs dragues bien reulous dont il faut être naïf pour croire que c'est juste parce-qu'ils sont "charmés"...Je me sens plus libre quand je ne me présente pas avant tout dans ma façon de m'habiller et de me comporter comme un être qui se définit par son capital sexuel/séduction et quand les regards des hommes sur moi ne sont pas ceux indécents qui me déshabillent et ne me voient que comme un corps uniquement.

    Mais chacun voit midi à sa porte.

    Pour moi on est libre quand on est réellement affranchi du regard des autres, quand on ne cherche pas à PLAIRE, à ce que les autres nous trouvent bonnes!
    Et ça, chez nous, c'est pas gagné. Notre société tourne uniquement autour de ça. Ca a toujours été ça, à toutes les époques :"que vont dire les voisins" bla bla. Sauf que maintenant c'est sur un autre terrain : celui de notre apparence, de notre sexualité...Et la fête à outrance c'est juste ce qui réunit tout ça.

    PS : j'ai dévié mais pour moi tout est lié. La fête à outrance de nos jours est pour moi ce qui réunit tout ce que je viens de dire. ENcore une fois je ne mets pas du tout dans le même panier, la fête de temps en temps et la fête "non stop"
    PS 2 : Un petit article écrit par des garçons sur le sujet général de la femme "libre" moderne: La femme moderne selon les magazines féminins | Slate
    PS 3 : Et comme je suis arrogante je continue dans ma donnée de leçon : Avant de monter sur tes grands chevaux à chercher à contre-argumenter pour rester bien au chaud dans ta vision du monde, prends le temps de vraiment réfléchir à ce que je dis, OBJECTIVEMENT. Avant je pensais comme toi, je pensais comme la société que la liberté c'est la mini-jupe et tout...Et puis j'ai rencontré des HOMMES justement qui m'ont fait voir les choses différemment et m'ont fait prendre conscience de tout ce que je dénonce.
     
  10. Sweetypepper

    Sweetypepper
    Expand Collapse
    C'est bientot Noel !

    Cette extrait me hérisse le poil.
    Toi même je suis sure que tu aimes être parfois envié, regardé, être au centre de l'attention. Peut être que pour toi ça ne passe pas par la boite/fête peut être que ça passe par ton boulot, tes études ou autres.

    Cette fille qui veut paraître débridée tu la considère comme une pétasse car elle à besoin de prouver qu'elle est cool/ belle ect . Mais partant de ce que tu dit la fille qui passe son temps a se la ramener lors d'une discussion par ses connaissances littéraires ou autre pour prouver qu'elle est intelligente/cultivé est aussi une pétasse. En effet a t elle réellement besoin d'étaler sa culture afin de rabaisser ses interlocuteur et de se faire mousser ?
    Non, pourtant il y en a et on les insultes pas pour autant.

    Tu vois je ne suis pas une fêtarde, je sors parfois quand j'ai pas le moral, quand j'en ai envie rarement plus d'une fois par mois. Mais quand je sors je suis cette fille qui est au centre de l'attention et qui fait sa "pétasse" comme tu dis. Je bois plus que mon meilleure pote et je danse plus longtemps que ma copine Ginette, je ris plus fort, et je drague plus de mec. Et pourtant je ne suis pas une pétasse, je n'ai jamais piquer de mec à personne, jamais trompé, j'ai toujours respecté les autres. Je suis juste une fille normal et j'aime parfois être au centre de l'attention.

    Tout le monde aime être vu et reconnu à un moment ou un autre. Alors pour toi se servir de son corps, de son felling social, de sa communication pour avoir son "moment de gloire" c'est être une pétasse ?
    Pour moi non c'est juste être humaine et savoir se servir de ses atouts
     
  11. De_La_Pulpe

    De_La_Pulpe
    Expand Collapse

    Au fait j'ai pas insulté gratuitement pour le "pétasse", j'ai argumenté ! :d
    Désolée je pratique pas la "langue de bois", j'appelle un chat un chat, selon mes propres définitions bien sûr. Vu qu'on ne sera jamais toutes d'accord sur la définition de pétasse, pour ça que j'ai précisé "pour moi tu es une pétasse" et non pas "tu es une pétasse, mon jugement est sans appel c'est comme ça et pas autrement".

    Vous pouvez me dire que je suis une connasse, si y a des arguments, que je partage votre avis ou non bin vous avez le droit.

    Sweetypepper je trouve que tu as tout à fait raison. Seulement je ne parle pas de celles qui aiment de temps à autre être dans la séduction, être le centre de l'attention comme ça pour décompresser de temps en temps (dailleurs j'ai rien contre celles qui sont le centre d'attention, j'ai quelque chose contre les "comédiennes"...)non non non, je parle de celles pour qui c'est un mode de vie! Et en fait ce ne sont même pas elles que je critique, que je juge dans le fond. En fait à travers elles ce que je critique c'est cette INJONCTION générale à être comme elles, ce retournement de cerveau général qui veut que ce soit ELLES qu'il faut envier, elles qui sont dans LE VRAI, elles qui sont des femmes LIBRES et MODERNES !

    En fait je m'en fous des pétasses, yen a c'est mes copines et tout, moi-même j'ai été une méga pétasse (bon ok à 12 ans...), ça n'a jamais empêché une fille d'être intéressante, drôle et tout ce que tu veux... Ce que je déplore c'est que CET ASPECT soit ce qui soit VALORISE dans notre société.

    Et que du coup pas mal de gens se jettent à corps perdu dans ces représentations et se perdent et NOUS perdent tous dans une société ou les VALEURS sont inversées, ou LE FUTILE devient l'ESSENTIEL, et ou au final, la moitié est sous cachetons... Booon ok je raccourcis un peu mais y a vraiment ça dans le fond!
     
  12. super-flue

    super-flue
    Expand Collapse
    C'est systématiquement débile, mais c'est toujours inattendu

    Pour moi, une soirée avec ma 10aine de vrais amis à jouer au Jungle Speed et autre Time's up et à finir devant un Karaoké Disney et une soirée avec deux autres amies à danser jusqu'au 1er RER : ça se vaut.
    J'ai besoin des deux.
    C'est juste une façon différente de s'amuser, le premier type de soirée apporte beaucoup plus d'amour, c'est l'amitié, on ne sur joue pas, mais le deuxième type de soirée est un défouloir physique, la tête tourne et on se donne à fond en dansant toute la nuit.

    Dans les deux cas, j'ai du mal à refuser de sortir. Il y a toujours cette conclusion qui ramène ses fesses : "c'est pas grave, je dormirai demain au lieu de ce soir"
    (ça fait 1 semaine que je fonctionne comme ça, j'en peux plus, mais je regrette pas !)

    Mes premières fêtes dans les garages, vers 13 ans, étaient trash pour notre age, du coup, je crois que j'ai eu ma dose de trash. Dans ma tête, se bourrer la tronche et glousser en gigotant devant des mecs, ça reste un truc de fille qui veut se prouver quelque chose. Moi je ne le fais plus depuis que je me suis plus acceptée comme je suis. De toute façon, je m'amuse d'un rien, la fête est facile avec moi.

    (c'est pas très structuré comme commentaire, je ne sais même plus ce que je venais à la base raconter :confused: )
     
Chargement...