Qu'est-ce que la décroissance ? - Le Petit Reportage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 29 mars 2013.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Steffie

    Steffie
    Expand Collapse

    Aux Madmoizelles qui ont envie d'en savoir plus, je conseille les livres de Paul Ariès qui en parlent très bien
     
  3. CieMyrtille

    CieMyrtille
    Expand Collapse
    oulala c'est doux

    Cet article est bien écrit, je suis contente qu'on parle de décroissance sur madmoizelle.
     
  4. maw maw

    maw maw
    Expand Collapse
    v.v. qui a gardé son déguisement 

    Merci pour cet article, j'ai la flemme de développer plus mon vague point de vue sur la décroissance mais c'est un sujet super intéressant.
     
  5. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Merci Madmoizelle pour cet article.

    Selon moi, la décroissance n'est pas une option, c'est une obligation, une nécessité capitale pour espérer continuer à vivre sur cette planète. Comment le dit si bien la citation, une croissance infinie dans un monde fini, c'est une totale absurdité, je trouve ça grave que la plupart de ceux qui dirigent ce monde ne comprenne pas ça. Jusqu'où va-t-on aller ?!!

    Je reviendrais surement commenter un peu plus tard.
     
  6. Yoow

    Yoow
    Expand Collapse
    Un bel dì vedremo

    C'est encore une pensée méconnue (ou volontairement cachée ?) et c'est bien dommage. Sans approuver et m'y convertir corps et âmes maintenant, je trouve ça intéressant.

    Mais, il y a quelques mois, une amie libertaire m'a donné un numéro de La Décroissance (elle a arrêté de le lire depuis un moment). J'ai feuilleté, puis lu, et ce journal m'a fortement intriguée : oui j'y voyais des idées et des sujets intéressants, mais ... parfois les propos m'ont parus bizarres. J'avoue avoir oublié pourquoi (ça fait plusieurs mois maintenant), mais ce journal ne m'a pas laissée une bonne impression.
     
  7. Apaloosa

    Apaloosa
    Expand Collapse

    Juste une petite chose pour compléter ce merveilleux (<3) article : les tenants de la croissance sont en réalité de gros arnaqueurs.

    La croissance de la richesse n'existe pas, dans la mesure où tout l'argent produit est en réalité emprunté, et donc destiné à être détruit une fois restitué, par une écriture comptable. La croissance n'est donc rien d'autre qu'un accroissement généralisé de l'endettement. Normal qu'à un moment la machine se grippe ! Et pas la peine de baver devant les fameuses économies émergentes aborant fièrement une croissance à deux chiffres, il finira par leur arriver la même chose qu'à nous, une fois qu'elles auront terminé leur "transition économique" (je pense qu'en certains points, on peut rapprocher ce phénomène de celui de transition démographique).

    Dans toute cette histoire, ce sont les banquiers qui tirent leur épingle du jeu, car ils récupèrent des intérêts qu'ils n'ont jamais prêté, et qui sont en fait issus de la dette de quelqu'un d'autre.

    Mais bon, je pense que cette mini-vidéo sera beaucoup plus claire que moi, et en plus elle a un côté assez ludique :surprised: : Comprendre la dette publique
     
  8. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Hélas... :mur:

    Sinon pour les filles sur Facebook qui sont intéressées par le sujet, plusieurs pages donnent pas mal d'infos sur un peu tout ça, la décroissance, le travail, le revenu de base, etc (pour moi tous ces paramètres sont complémentaires) donc en voici quelques unes :

    Le travail à tout prix ?

    Devenir autonome, agir localement, penser globalement

    Revenu de base - Allocation universelle

    Les Indignés (s'il n'en fallait qu'une, prenez celle là ;))
     
  9. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    La croissance illimitée sous entend de produire toujours +, or pour produire toujours plus, il faut des matières premières. Le pétrole, pour ne citer que lui, est en "phase descendante" au niveau de la disponibilité. Rien que par rapport à ça, en sachant que le monde entier tourne au pétrole, cela ne pourra pas continuer bien longtemps.
    Par rapport par exemple à l'agriculture (qui nourrit la planète), à l'heure d'aujourd'hui, on est capable de nourrir TOUS les êtres humains et pourtant "on" continue à vouloir produire +, toujours +, alors que les terres sont fatiguées (et pourtant 1 milliard d'individu souffre de la faim de manière mortelle = mauvaise gestion des ressources et de la production).

    Plus on produit, plus on pollue. Croissance infinie = pollution infinie aussi.

    Le développement durable c'est bien (et encore, quand il est bien fait et c'est extrêmement rare), mais ce n'est pas suffisant.

    Pour ce qui est des pays en développement, il est certain qu'il est totalement injuste de dire "bon allez, on stoppe tout, les pays du Nord sont déjà bien industrialisés, ça devrait aller, les pays du Sud bah... débrouillez-vous hein allez quoi c'est pour le bien commun". Je ne suis pas d'accord pour dire que la croissance bénéficie aux pays pauvres (mais ce n'est que mon avis, comme tout ce post d'ailleurs, sujet à critique et débat ;)). Selon moi la croissance bénéficie à une infime partie des gens qui vivent dans les pays pauvres, ceux qui sont capables d'investir ou de consommer (et c'est loin d'être le cas de la majorité de la population humaine).

    MAIS le problème, c'est que si tous les pays en développement, ne serait-ce que la Chine, l'Inde et le Brésil (pays émergents), arrivent au même niveau de vie que les Occidentaux, on court droit à la catastrophe. Nous sommes trop nombreux sur Terre pour pouvoir tous vivre de la façon dont vit un Français moyen, et encore + un Américain. C'est pour ça qu'on est dans un mauvais système. Il faut penser au fait que notre système actuel est directement hérité de la révolution industrielle, qui a eu lieu durant une période où tout était à reconstruire, où tout le monde avait du travail car tout était à refaire, mais qu'aujourd'hui on n'est plus dans cette configuration.

    En fait pour moi, il ne faut pas penser la décroissance comme un système où on arrête tout, mais comme un nouveau mode de fonctionnement opposé au principe du capitalisme (et... de croissance infinie...).

    Ce sujet me tient vraiment à coeur mais en même temps j'ai beaucoup de mal à exprimer ce que je pense :erf:
     
    Jean-Patate a BigUpé ce message
  10. B.

    B.
    Expand Collapse

    Je ne cite que cette partie parce que je pense être d'accord avec toi sur l'ensemble.
    Il est possible d'envisager éventuellement (je prend des pincette avec cette hypothèse) Le "déclin" des pays occidentaux n'est pas strictement impossible. Je suis nulle en économie, je n'en ai jamais fait et ça me dépasse largement, mais il y a peut-être une sorte de "balance".
    Il est sûr que si les pays émergents continuent d'émerger et que les pays occidentaux restent en relative croissance (en écartant le climat de crise, parce que si on l'inclut dans les paramètres ça me dépasse encore plus) on fonce à la catastrophe.
    Mais les pays occidentaux (ou la triade) ne sont pas à l'abris du déclin parce qu'ils sont au "sommet". Par exemple Espagne et Portugal étaient au top au XVII (pas très sure du siècle) alors qu'aujourd'hui ils ne sont plus considérés comme grosses puissances économiques...


    Sinon pour en revenir à l'article j'ai été vraiment contente d'avoir des infos sur la théorie (qui est très bien expliquée et que je ne connaissais pas)
    Mais un peu déçue de voir qu'on ne parle pas de la façon dont la "décroissance" se vie au quotidien. Tel quel ça parait impossible à mettre en oeuvre alors qu'au quotidien c'est la vie de pas mal de gens (du moins j'en connais un quelques uns, et ayant pas un entourage de 40 000 individus j'imagine que c'est pas si rare), qui ne militent pas toujours "activement" (genre "racolage") mais qui l'appliquent au quotidien. Sans forcément se rattacher au "mouvement décroissant" d'ailleurs - mais dans ce même constat que les ressources ne sont pas infinies et qu'on peut se passer de la consommation à tout va.

    En tout cas merci Laystary pour toutes ces infos :fleur:
     
  11. nallou

    nallou
    Expand Collapse
    Guest

    Je tenais juste, moi aussi, à dire un gros gros merci pour cet article  ! Je suis en terminale ES et on est en plein dans les chapitres sur la croissance économique et sa compatibilité avec le développement durable/la soutenabilité . Mon prof est génial mais malheureusement il a un peu tendance à formuler bizarrement ses phrases et j'avais pas compris grand chose de ce que j'avais noté dans mon cours. Par contre là c'est très clair et en plus il y a même des références et des citations que je vais pouvoir utiliser si jamais je suis interrogée sur ce thème.

    Merchiii ! =D
     
  12. Lolli

    Lolli
    Expand Collapse

    Merci pour cet article!

    Si ça intéresse certaines personnes, il y a d'autres pistes liées à des idées comme la décroissance ou le revenu de base.

    Vous pouvez vous renseigner sur le MEBR par exemple, Modèle économique basé sur les ressources
    Le MEBR constitue un changement complet de paradigme, c'est son point fort et son point faible à la fois : il faut trouver des moyens de transition (le revenu de base étant pour moi une des meilleures options à l'heure actuelle)

    http://fr.ekopedia.org/Mod%C3%A8le_%C3%89conomique_Bas%C3%A9_sur_les_Ressources
     
Chargement...