Qu'est-ce qui empêche les femmes d'aimer les sciences sur YouTube ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mathilde Trg, le 31 juillet 2018.

  1. Marie

    Marie
    Expand Collapse
    Événements & box madmoiZelle
    Membre de l'équipe

    Melc_, Babitty Lapina, MelleJuju et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. MelleJuju

    MelleJuju
    Expand Collapse

    D'abord, bravo pour cette "petite" enquête très instructive.
    Ensuite.... AAARRGH ! pourquoi ne l'ai-je pas vue plus tôt, moi qui suis une énorme consommatrice de contenus Youtube, divers et variés... je totalise un peu plus de 90 abonnements, allant des bêtes chaînes musicales aux TEDx talks, en passant par toutes sortes de sciences sociales ou dures. Chez moi, une petite vingtaine de chaînes seulement d'humour et/ou para-scientifique et/ou lifestyle (nan, parce que des fois, je me demande dans quelle catégorie ça se range).
    Il y en a qui font du binge watching de séries, moi, c'est de contenus Youtube pédagogiques que je me nourris des weekends entiers... Ah, et je complète toujours mes visionnages par des recherches de documentations et la lecture d'articles-sources. Parce que ça sert à ça aussi, la vulgarisation : au-delà de donner le goût de la curiosité, c'est une introduction à la connaissance.
    Et finalement, oui, je me rends compte également qu'il y a peu de Youtubeuses dans ma liste d'abos, mais comme je viens de mettre le nez dans les internettes, il y a de fortes chances pour qu'elle s'allonge.
     
    Dhuoda, Poacée, shigurette et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Melc_

    Melc_
    Expand Collapse
    Je me suis trompée sur ma date de naissance. Je suis en réalité née en 2004.

    J'aimerais rectifier quand tu écris que les professeurs ne peuvent pas utiliser des vidéos YouTube par manque d'écrans. Maintenait, dans pratiquement chaque classe se trouve un vidéo projecteur relié à un ordinateur sur lequel on peut voir YouTube et des vidéos de vulgarisation. Je pense que les profs n'y pensent juste pas où pensent que ce sera le bordel dans la classe.
    Che moi, c'est aussi "l'homme" qui a installé le matériel pour caster les vidéos YouTube. La raison : c'est l'adulte ( mon père ) :rire:
     
    Hedeltrude et Marie ont BigUpé.
  4. Hedeltrude

    Hedeltrude
    Expand Collapse

    Je suis dég d'avoir raté l'enquête ! merci pour cet article fort intéressant ! j'avais déjà pu enrichir la liste de mes youtubeuses de vulgarisation grâce aux Internettes ;)
    J'aime particulièrement la fin de l'article ! Cela dit même si je suis persuadée très fort que tout cela vient de constructions sociales... la situation serait un problème aussi en admettant que ce ne soit pas le cas, l’algorithme bloquant les filles qui voudraient malgré tout apprendre. Donc les arguments de tweet dans l'article sont de toutes façons de la merde.
     
    Marie a BigUpé ce message
  5. Dana Scully

    Dana Scully
    Expand Collapse

    Malheureusement, le problème est quand même bien plus profond que ça, sur la question femmes et sciences...

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    shigurette a BigUpé ce message
  6. MorganeGirly

    MorganeGirly
    Expand Collapse
    Si tu veux avoir quelque chose que tu n'as jamais eu, il va falloir que tu fasses quelque chose que tu n'as jamais fait

    Bonjour @Marie, je trouve ta démarche très louable, pertinente et intéressante donc ce message est écrit en toute bienveillance!

    Je trouve tout de même l'utilisation de mon intervention dans cet article maladroite et un poil déplacée...

    Je cite le passage

    Alors... En fait, je n'ai pas "participé à l'enquête", j'ai donné mon avis sur le forum :erf: Et il n'était pas indiqué dans ton précédent article que participer au sujet de discussion sous l'article signifiait qu'on serait cité dans un second article! En plus avec mon pseudo!
    Je ne suis pas à l'aise avec la mise en avant de mon profil du forum dans des articles à forte visibilité de MadmoiZelle sans que je l'ai décidé, j'ai déjà eu des expériences pas super agréables avec ça... Et en plus, je n'aurais pas parlé nommément de Marion Brill si l'idée c'était d'afficher mon opinion sur sa personne dans un magazine!

    Je pense qu'il aurait été préférable de me demander avant de reproduire mon témoignage :) Je veux bien que tu le laisses, mais je souhaiterais qu'on retire mon pseudo de l'article.

    Ensuite, j'avoue que je trouve un poil maladroit que tu utilises un tout petit extrait de mon message, qui était juste un exemple illustrant le reste de mon propos (parce que je dis pas juste qu'il faut avoir un Doctorat pour faire des vidéos Youtube intéressantes, je dis surtout que j'accorde pas ma confiance au premier venu, que Youtube ne donne pas nécessairement de gage de crédibilité contrairement à d'autres plateformes, et que la vulgarisation est souvent simplifiée jusqu'à l'erreur, j'ai d'ailleurs parlé de journalistes comme sources de confiance, et pas juste de profs de fac), en le présentant comme infondé sans avoir au préalable pris la peine d'en discuter avec moi... Tu le présentes comme biaisé en ayant la "position d'autorité" puisque c'est toi qui t'adresse à des centaines de personnes en montrant mon avis. C'est comme si tu disais à tout le monde que j'ai des préjugés et que j'ai tort de penser comme ça, mais tu n'as pas participé au fil de discussion précédent et donc pas échangé avec moi sur la question, ni même signalé que tu m'avais lue, avant de dire à tout le monde ce que tu pensais de mon avis... Du coup, c'est pas ultra agréable à lire :erf:

    Et donc je me permets de répondre à ton commentaire, il me parait quand même évident qu'un thésard en Histoire ou en astronomie sait carrément plus de quoi il parle qu'un Monsieur Tout le monde qui a juste envie d'en parler! Donc Thomas mon voisin qui fait une vidéo Youtube sur la littérature médiévale, pourquoi pas s'il explique d'où il tient ses infos (interview d'un expert, indication des sources etc.), mais je ne vois pas en quoi c'est "un rejet injustifié de tout ce qui n'est pas académique" que de ne pas faire confiance à tout ce que raconte Judith de Montpellier sur la philosophie grecque antique alors que c'est juste un passe-temps pour elle :dunno:

    Je suis diplômée en Histoire. Je ne considère pas que ça fait de moi une experte ou que ça me met au-dessus de la mêlée, que ça doit être ma chasse gardée ou quoi mais j'ai quand même passé 5 années entières à étudier cette discipline et j'ai donc des outils pour avoir une opinion assez éclairée sur le contenu produits par d'autres gens qui décident de parler de cette discipline.
    Or, il se trouve que c'est pile le domaine où tout le monde se croit légitime de parler à tort et à travers et de se poser en expert après avoir lu Christian Jacq sous prétexte qu'ils sont grave passionnés (sérieusement, TOUT LE MONDE pense avoir des connaissances avancées en Histoire, de nos grand-mères à nos profs de piano en passant par l'oncle Philippe ou le pote d'échecs de Papi), et il y a plein de gens qui y vont de leur petite leçon sur Youtube, dans les magazines ou même des bouquins publiés chez des grands éditeurs, et ça crève les yeux quand on voit leur travail qu'ils colportent certaines informations erronées ou fausses parce qu'ils ont l'illusion de maitriser les techniques de l'historien alors qu'en vrai pas du tout (parce qu'il y a une différence entre avoir des connaissances sur certains faits historiques, ce que n'importe qui peut acquérir, et savoir mobiliser ces connaissances pour en tirer une grille d'analyse, ce qui demande une certaine expertise mais constitue en réalité le COEUR du travail de l'historien).
    Du coup, oui, je pense qu'il y a une raison pour lesquelles certaines choses s'étudient à la fac, et non, je ne pense pas que ce soit une sorte de rigidité intellectuelle que de ne pas être ultra motivée face à une vidéo d'une Youtubeuse lambda qui a décidé de "vulgariser" l'histoire si je ne sais pas en quoi elle est légitime pour cette vulgarisation.

    Je ne dis pas que les Youtubeurs ne devraient pas faire de vidéo s'ils n'ont pas un Doctorat, juste que ce ne sont pas nécessairement des sources très fiables et quelqu'un de déjà un peu expert va logiquement avoir peu d'attrait pour eux. Et je pense que quand on a fait des études supérieures en sciences ou sciences humaines, on devient peu enclins sur les autres disciplines à absorber des informations qu'on sait imprécises. Donc on va peut-être regarder Youtube pour la curiosité ou le divertissement, y compris des vidéos de sciences, mais pas vraiment dans une démarche sérieuse d'apprentissage. Ce n'est pas "un rejet injustifié" comme tu le dis, c'est au contraire un état d'esprit très important dans la recherche d'information, la formation de la connaissance et le développement de l'esprit critique que de bien analyser la valeur des sources.

    Il me parait normal d'avoir une certaine légitimité pour décider d'éduquer les autres sur un sujet... Je trouve que c'est dénaturer mon témoignage que d'en conclure que c'est une forme d'auto-censure des filles de penser comme ça!

    Mais encore une fois, je salue totalement ton initiative et j'espère que tu verras que ce message est écrit en toute amitié :)
     
    #6 MorganeGirly, 31 juillet 2018
    Dernière édition: 31 juillet 2018
    zazouyeah, Annaïck, Margay et 29 autres ont BigUpé ce message.
  7. Marie

    Marie
    Expand Collapse
    Événements & box madmoiZelle
    Membre de l'équipe

    @MorganeGirly Loin de moi l'idée de dénaturer ton propos :erf:
    Je glisse dans tes MP pour qu'on trouve une solution !

    Edit : malentendu réglé :)
     
    #7 Marie, 31 juillet 2018
    Dernière édition: 31 juillet 2018
    MorganeGirly a BigUpé ce message
  8. Mowette

    Mowette
    Expand Collapse

    Je trouve l'article intéressant et la démarche louable, mais la fin me dérange. N'étant pas fan de chaînes de vulgarisation, je soutiens l'idée de "pourquoi ça pose problème ?" Pas dans l'idée "les femmes sont biologiquement différentes des hommes et ne s'intéressent pas à la science", car c'est pas le sujet. Le sujet c'est "les femmes regardent moins que les hommes des chaînes de vulgarisation sur youtube". C'est tout. Elles aiment apprendre, notamment comme vous le dites à propos des femmes plus diplômées que les hommes. Celles qui ne regardent pas aiment peut-être juste plus apprendre autrement (pour des raisons à la fois sociales, certes, mais aussi tout simplement personnelles, et de mimétisme : si ton entourage n'en regarde/parle jamais, tu as moins tendance à en connaître, donc tu vas moins en regarder, à l'inverse si ton entourage est grand fan de bouquins ou même de documentaires arte, tu vas peut-être privilégier ces formats). Qu'on se penche sur le désintérêt des femmes pour les études scientifiques et surtout leur auto-censure, sur l'idée que les sciences dures sont des choses "de garçons", ou encore sur le fait que les femmes aient beaucoup de mal à se faire une place sur youtube, je soutiens absolument ! Mais dire que ces chiffres montrent que les femmes sont (à cause de la société, et non biologiquement) moins curieuses ou se cultivent moins... non, ils montrent qu'elles se cultivent moins sur des chaînes youtube de vulgarisation. Très différent.
     
    Annaïck, Margay, Songi songi et 18 autres ont BigUpé ce message.
  9. Heran.

    Heran.
    Expand Collapse
    La vie est un état stable de non équilibre.

    Je suis totalement d'accord avec @Mowette et peut être que dans l'enquête il y aurait pu y avoir des questions supplémentaires pour évaluer cet aspect. Par exemple nous demander si on consommait de la vulgarisation ailleurs (podcast, articles, ...) ou si on s'informait sur certains sujets sans vulgarisation (je sais pas comment exprimer le propos, mais en lisant directement des publications ou en regardant des documentaires etc). Mes souvenirs du questionnaire sont peut être déjà flous, mais il me semble pas que cet aspect était abordé. :hesite:
    C'est peut être ridicule, mais ca me vexe un poil de lire que l'enquête montre que l'égalité en matière de culture scientifique n'est pas là. Parce qu'au quotidien, dans mes proches, les femmes passent autant de temps à se cultiver que les hommes (peut être même plus). :dunno: Alors oui l'échantillon est pas représentatif vu que mon cercle proche consiste majoritairement de personnes qui ont fait beaucoup d'études supérieures et plein d'autres facteurs, mais j'ai l'impression qu'on (les femmes) se fait cataloguer un peu vite en se basant juste sur Youtube. :shifty: Tant qu'on a pas d'étude sur le temps passé au quotidien par les hommes et les femmes pour se cultiver, quelque soit le média, je trouve ca un peu rapide de dire que l'égalité n'est pas là. Pour le coup la partie sur les inexactitudes/le syndrome de la bonne élève m'a parue bien plus pertinente, peut être effectivemment que c'est une des raisons de cette différence d'audience.

    De manière globale l'enquête et la discussion sur le topic dédié m'avait mise un peu mal à l'aise parce que ca donnait l'impression que les Madz qui regardaient pas de chaines de vulgarisation se justifiaient au lieu d'expliquer simplement pourquoi ca les intéressait pas. Comme si c'était "mal" de pas regarder de vidéo de vulgarisation. Je sais pas trop d'où ca sortait puisque l'enquête/l'article n'étaient pas formulés de manière accusatrice mais en répondant à l'enquête je me suis aussi surprise à me justifier. Alors qu'après coup je me suis rendue compte que certes, je regarde pas de vulgarisation sur Youtube, mais j'écoute pleiiiiin de podcasts au travail (en majeure partie de la vulgarisation), et je m'informe de plein d'autres manières, juste pas sur Youtube. (Et quand bien même je consommerait pas de vulgarisation ou m'informerait sur aucun sujet, bah... c'est pas un drame, ca ferait pas de moi une personne nulle pour tout autant, pas de honte/culpabilité à avoir. :cretin:) Remarquez je suis peut être la seule qui a eu cette impression de justification. :lunette:
     
    Annaïck, Songi songi, Dhuoda et 15 autres ont BigUpé ce message.
  10. Mandorle

    Mandorle
    Expand Collapse
    Sorcière comme les autres

    Je suis complètement d'accord avec @Mowette et @Heran.. Je trouve la démarche très intéressante en soit, mais c'est un peu dommage de faire autantle raccourci entre "on ne regarde pas de la vulgarisation sur Youtube"="On ne s'intéresse pas à la science". ll y a beaucoup d'autres moyens de s'informer (et justement, comme le souligne l'article, les femmes sont plus nombreuses à faire des études supérieures, ce qui ouvre sans doute un peu plus le champ des possibles en termes de possibilité de s'emparer d'une plus grande diversités de source). C'est très chouette qu'on trouve pleins de façons d'apprendre de nouvelles choses, mais si on ne le fait pas via Youtube, au pire c'est pas grave non ? :shifty:

    Et je trouve que la question de la fiabilité est légitime et mérite d'être soulevée :shifty: On parle quand même ici de savoirs universitaires, pas d'expériences personnels et même s'il n'y a pas besoin d'un bac+12 en physique quantique pour faire de la vulgarisation, avoir un minimum d'expertise me paraît tout de même important. Comme @MorganeGirly, mon domaine, à la base, c'est l'histoire et je vois bien qu'en vulgarisation (je ne parle pas spécialement de Youtube hein) on trouve tout et n'importe quoi, à la fois en terme de contenu et de façon d'aborder les sujets, et que parler de méthodologie, d'analyse, etc et pas juste d'anecdotes (ce qui peut être cool aussi), ça demande d'avoir développé une certaine expertise dans ce domaine.
    Je trouve pas ça spécialement infaisable sur Youtube, je trouve que DirtyBiology par exemple a l'air de sourcer bien ce qu'il dit et de toujours hyper problématiser ses vidéos (je trouve d'ailleurs que le cheminement qu'il propose est souvent très bien fait, par exemple le questionnement auquel aboutit la vidéo "A quoi sert un vagin" !). Et encore... eh bien je n'ai pas l'impression de pouvoir en juger tant que ça car je n'y connais pas grand-chose en biologie. Mais du coup, je trouve que ça pose aussi la question de l'esprit critique à avoir sur Youtube : comme la plate-forme n'est pas spécialement fiable, ce n'est pas facile de faire le tri entre le contenu sourcé et celui qui ne l'est pas... et du coup, ça me paraît très important d'avoir une. Ce n'est pas propre à Youtube (y'a du contenu sur France Cul que je trouve pas toujours bon hein :cretin:) mais paradoxalement l'accessibilité et la diversité d'un contenu demande à son public d'être encore mieux armé :happy:

    Après, je trouve que c'est une bonne idée d'aborder le sujet et l'article est intéressant hein !
     
    Annaïck, Dhuoda, Lilou la licorne et 8 autres ont BigUpé ce message.
  11. Arsinoée

    Arsinoée
    Expand Collapse

    Le sujet est complexe et il me semble biaisé de base (et je regrette de ne pas avoir eu le temps de venir compléter mes commentaires sur l'autre sujet) parce que l'article et le sondage ne donnait (s'il en donnait une) qu'une très vague définition de "video de vulgarisation". J'ai vu quand dans cet article "parlons peu mais parlons" est mis dans la catégorie "vulgarisation" alors que je l'y aurait jamais mis (PV Nova, j'ai mis un certain temps avant de savoir pourquoi il y était aussi listé).

    Pour moi, une chaine de vulgarisation, c'est une chaine qui prend un sujet de base académique et qui en explique certains concept de façon à ce qu'une personne lambda qui n'a pas les base puisse comprendre. Ca peut être des sciences dites dure comme des sciences humaines et sociales. Ce qui "compte" c'est que la chaine garde une méthodologie scientifique de recherches (notamment au niveau des sources). Donc j'ai quand même tendance à préférer écouter des gens qui soit, on fait des études dans le domaine (Dirtybiology, C'est une autre Histoire, Horizon Gull, Les revue du monde, La Prof ect) soit s’intéresse au sujet depuis longtemps et pas seulement à travers wikipédia (le sourcing est important).

    Bon, du coup, "Parlons peu mais parlons", c'est plus du "lifestyle" du vloging/sketch que de la vulgarisation. Typiquement parce que les sketch prennent plus de places que le fond.
    Poisson féconds, pareil, j'ai du mal à le classer comme vulgarisateur (ou alors, j'inclu dans la catégorie la chaine Trash ?) parce qu'il fait des top (et perso, j'ai plus l'impression qu'il cherche à faire des vu avec des sujets/titres les plus "putaclic" possible) sur des sujets trop différents les un des autres. Je suis peut-être étroites d'esprit mais une chaine de vulgarisation = une thématique mais ça peut pas être un coup, de l'histoire, un coup de la bio, un coup "les meurtrier les plus prolifiques".

    Après, Youtube c'est déjà un support de niche (oui oui, c'est pas SI regardé que ça par l'ensemble de la population) et la vulgarisation c'est encore plus une niche dans la masse de contenu. Du coup, je ne me questionne pas des masses que l'algorythme de YT me propose pas souvent des chaines nouvelles de vulgarisation alors que je regarde quasi que ça mais que LA fois où je vais regarder (par curiosité du phénomène) une vidéo d'une youtubeuse beauté/lifestyle, il va m'en proposer 3-4 après ==> y'a juste plus de "choix" dans ce dernier contenu que dans la vulgarisation que je regarde (des chaines francophones sur la bio, l'éthologie, la psycho, l'histoire qui "marchent" y'en a pas si tant).

    Enfin, les commentaires sur l'autre sujet m'ont fait remarquer que je ne "consomme" pas les video de vulgarisation comme les autres personnes ayant commenté... et c'est assez... bizarre. Perso, quand je regarde une video de vulgarisation sur youtube je me divertie (mais de façon "productive"), c'est du temps "pour moi", pour me détendre comme je regarderais un docu sur les aztecs sur arte. D'ailleurs, j'ai connu les video de vulgarisation en cherchant des rediff de docu arte. De fil en aiguille, j'ai atterri sur je ne sais plus quelle chaine de vulga d'histoire et du coup, j'en ai cherché d'autres puis sur d'autres sujets.
    Je n'en regarde pas vraiment dans le but spécifique de me cultiver et de me rappeler absolument de tout à la fin. Je prends limite plus ces video comme des apports à ma cultures G ou des moyens de découvrir certains sujets que j'aurai pas connu autrement et que je vais approfondir par moi-même après si j'ai accroché au sujet.
    Bref, je fais une très grosse distinction entre les video youtube et les video des Mooc (et j'en suis pleins des mooc). Les Mooc, je les suis rarement par intérêt pur (par manque de temps, je ne pourrais pas y accorder assez de temps et de concentration pour "juste un sujet qui m’intéresse comme ça"), je les suis pour compléter les connaissances dont j'ai besoins à la fac (et c'est comme ça que je me retrouve à suivre un MOOC de BPM alors que concrètement, j'en ai rien à foutre :rire:).
    Les MOOC c'est des cours, faut être concentré et attentive quand on les bosse parce que justement... on les bosses (et j'ai un défaut d'attention/concentration dû à un trouble psy, donc ça me bouffe beaucoup d'énergie) alors que les video youtube de vulga, tu les regardes et c'est tout. Tu les comprends ou pas, tu les retient ou pas, c'pas grave. Si la video est bien faite, t'as passé un bon moment devant et si la balance forme(montage, jeux d'acteur, blagounette etc)/fond est bien faite, t'as appris en t'amusant. Et c'est cool ! :top:
     
    zazouyeah, Margay, Songi songi et 14 autres ont BigUpé ce message.
  12. Mowette

    Mowette
    Expand Collapse

    Ok je viens de penser à une autre théorie sur pourquoi certaines femmes aiment peut-être moins la vulgarisation sur youtube :lunette: (théorie pas franchement scientifique mais ça peut toujours apporter de l'eau à nos moulins)
    Je trouve que notre société amène plus facilement à la vulgarisation des sciences humaines que dures : on entend parler d'histoire aux infos, pas besoin d'avoir fait d'études particulières pour lire un classique de littérature, et tout le monde est censé aborder les bases de la philo en terminale, par exemple. A l'inverse, et c'est peut-être un ressenti personnel, je trouve que sans bagage préalable, les sciences dures sont moins faciles d'accès. Il est plus difficile de se poser des questions de chimie quand on ne connait pas un minimum la chimie, et il est difficile de comprendre des maths avancées quand tu ne connais pas les théorèmes précédents :lalala:
    Or vous dites vous-mêmes que les femmes sont bien plus diplômées en sciences humaines. Donc si une partie de ces femmes pensent comme moi, elles vont moins chercher de vulgarisation sur les sciences dures qui auraient besoin d'un bagage. Mais si elles sont déjà diplômées en sciences humaines, et qu'une grande partie des sciences humaines sont déjà vulgarisées par la société, elles vont peut-être préférer les articles pointus à de la simple vulgarisation. Voilà :lunette:
     
    Mandorle, Roxeliane, Alix et 5 autres ont BigUpé ce message.