Rap & graffiti : vendre ses oeuvres, c'est aussi vendre son âme ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 21 juin 2011.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Malibu_Stacy

    Malibu_Stacy
    Expand Collapse

    Je suis désolée si mon commentaire va être hors sujet, j'ai pas encore le temps de lire tout l'article mais je me suis plus intéressée au passage avec Kidult et la vidéo.
    Et comme le dit une femme dans le reportage, j'appelle pas ça du graffiti, c'est du sabotage.

    J'ai déjà vu des graffitis magnifiques, vraiment. Mais là, c'est juste nul, laid et franchement irrespectueux.
    Je trouve ça bien d'encourager les beaux graffitis mais ce genre de signatures ridicules, non.

    Je lirai l'article plus tard :)
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai trouvé le mini reportage sur Kidult vraiment passionnant. Et je dois avouer que je rejoins totalement sa vision des choses, de la même manière que je trouve intéressante sa démarche de "taguer" les façades des marques qui utilisent le graffiti. C'est un beau pied de nez, un prêté pour un rendu... Ce qui est important, ce n'est pas le résultat, ce sont le geste et la motivation mais bon va faire comprendre ça aux gens...


    Pour le reste de l'article, le rap largement diffusé permet de donner une visibilité à ce genre. Quand j'étais adolescente, j'ai d'abord écouté la radio généraliste, j'ai découvert que ce type de musique existait et ensuite j'ai fait mes choix, j'ai affiné mes goûts pour me diriger ensuite vers du plus "pointu" et moins médiatisé. En tout cas, l'article me replonge dans une période assez chouette de ma vie, dans laquelle j'étais beaucoup documentée sur ce petit monde, dans laquelle je connaissais des graffeurs même.
     
  4. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Et voilà, toujours le même débat : dès que quelque chose d'un peu "élitiste" (dans le sens pratiqué ou connu par un petit nombre) se démocratise, ça veut tout de suite dire qu'il y perd son âme... :Pff:

    Ben oui, personne ne peut comprendre ou apprécier l'esthétique des graffitis, en dehors des graffeurs eux-mêmes...
     
  5. Malibu_Stacy

    Malibu_Stacy
    Expand Collapse

    J'imagine qu'il a peut-être quelque chose d' "intelligent" derrière ses graffitis, une histoire, un point de vue... Mais pour la personne qui se ballade et voit ça en rue, ben c'est pas la formule contre le sida, c'est juste un surnom sur une vitrine et beaucoup de personnes ne se diront pas "je suis sûre qu'il a fait ça pour luter contre le repéchage élitiste du graffiti fait par les grandes marques".

    Du coup, même si l'intention est intéressante bah je trouve que la façon d'évoquer son opinion n'est pas la meilleure pour faire passer son message :/

    Mais ça c'est de l'opinion et c'est pas un combat total contre le graffiti, pas du tout mais bon, quand je vois ça, je me dis que ça ou chier sur un mur, c'est la même chose...
     
  6. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Super article ! Bien écrit, argumenté, appuyé par des sources... Génial !
     
  7. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

    Je comprend. Pour leur défense, je te re-cite un passage de mon entretien avec le graffeur interrogé dans mon papier (extrait que je n'ai pas fait apparaître dans l'article, pour ne pas l'alourdir) :

    « Les gens nous taxent souvent de petits cons, et c'est probablement le cas pour une bonne partie des taggeurs qui veulent juste foutre la merde dans une ville, une société dans laquelle ils ne se reconnaissent pas. Mais pour beaucoup d'autres taggeurs, la démarche est vraiment intellectualisée. Et si elle passe par des actes aussi forts que le vandalisme, c'est parce qu'on sait que c'est pas gentillement assis sur un plateau télé ou via un fanzine qu'on va pouvoir passer notre message. Y'a quelque chose d'à la fois un peu nihiliste, désespéré et excitant, quand on se réveille en pleine nuit pour partir en session. »

    On est sensible à l'explication ou on ne l'est pas, mais en tout cas, il me semble que ce passage est un bon élément de réponse au point que tu soulèves :)
     
  8. Malibu_Stacy

    Malibu_Stacy
    Expand Collapse

    Oui, je suis sensible à l'explication ;) D'ailleurs en écrivant ma réponse je me disais bien que se faire écouter bêtement, c'était pas utile et ça changerait pas les choses donc oui je comprends bien le point de vue ;) Mais je dois dire que honnêtement sans l'article, quand je vois ce genre de tag en rue, je me dis pas que le mec voulait faire passer un message.

    Et d'ailleurs je pense (sans rien y connaître hein) que pour beaucoup, ils écrivent leur nom ou surnom pour "marquer le territoire" et pas forcément dans l'intention de dénoncer la reprise élitiste du tag. Et qu'après, plein de jeunes tageurs (genre 14 ans) se mettent à écrire leur nom partout pour imiter mais y a plus rien de réfléchi dans la démarche et c'est juste pour recopier.

    Mais je me doute qu'à la base, y a quelque chose de raisonné derrière ça. Comme, au final, pour beaucoup d'initiatives qui sont mal perçues, au début ça a bien une vraie intention autre que celle de faire chier ou détériorer le paysage urbain ;)
     
  9. Croquelicot

    Croquelicot
    Expand Collapse
    It's a TRAP² !

    Chouette article :fleur:

    Concernant TTC, j'ai beau essayer très fort de trouver ça 2nd degré, je connaissais le titre, mais je trouve toujours ça affligeant. Parce que ce genre de morceau, écouté par une bande de gamins de 11 / 12 ans, ça a beau les faire marrer un bon coup, c'est super violent pour leur image de la femme quoi ! Et ce genre de truc s'imprime mine de rien je pense. Ca conforte la catégorisation des femmes : Sainte Vs salope.

    C'était la minute féministe.

    :domokun:

    (J'suis un peu HS en fait mais tant pis hein ? :happy: )
     
  10. Galactica

    Galactica
    Expand Collapse
    Buveuse de lait spacial

    Très contente de lire cet article.

    J'ai envie de commenter sur Kidult.

    Pour moi, il n'est pas mal du tout, mais il a encore du boulot.

    Dans la vidéo, il s'exprime bien, on comprend ce qu'il veut nous dire, son message passe bien. Le problème, c'est qu'il faut voir la vidéo. Son message passe bien mieux à l'oral que par ses actions.
    Certes, quand on partage sa culture du graffiti c'est plus facile à comprendre.

    D'après moi (attention, avis perso tranché) ses actions sont ratées. Et égoistes et renfermées sur elles-mêmes (je ne dis pas que LUI pense comme ça, mais que le résultat visible de ses recherches donne cette impression).
    Pourquoi ? Petit dialogue ou la critique négative va gagner :

    Critique : Ce qui le fait agir c'est la peur qu'on lui "vole" sa culture si personnelle, ce qui le rend différent, ce qui le fait appartenir à un groupe qu'il a choisi. Et cette peur ça fait de "nous"(les autres, ceux qui ne sont pas graffeurs) des "ennemis", des "méchants", ...
    Défenseur : mais là, il s'attaque à des groupes de luxe, pas à nous ! A des gens qui récupèrent sa culture de manière superficielle juste pour vendre ! Il a raison de se défendre !
    Critique : sauf qu'il ne s'attaque pas aux groupe de luxe. Il s'attaque à des VITRNES DANS LA RUE. Donc loin des gens qui créent les objets qui se vendront dans les boutiques, loin des gens qui gagnent des fortunes en "pillant" l'univers visuel du graffiti. En graffant ces vitrines, il s'adresse aux vendeurs employés, aux agents de ménage qui nettoieront, aux clients, et aux passants. En gros, à cause du lieux qu'il a choisis, il s'adresse aux gens en général, et pas aux cerveaux des groupes de luxe.
    Défenseur : c'est bien de s'adresser à tout le monde. Il faut réveiller les gens ! L'art ça sert à ça ! A faire passer des messages à la fois intellectuels et émotifs ! Qui nous font penser !
    Critique : OK, si l'art sert à ça, alors Kidult nous adresse un message extrêmement violent, incompréhensible, mais vaguement militant-mou ("le luxe c'est mal"). J'explique : violent parce que c'est GROS, LAID, la couleur PèTE, c'est ILLEAL, c'est REPOUSSANT, on ne peut pas y échapper si on se trouve par hasard à coté. En gros, ce qu'il fait passer visuellement, c'est une grosse claque dans la gueule. Jusque là, je pense que l'art à tout à fait le droit d'être tout ça. Mais seulement pour une bonne raison. En gros, je veux bien me prendre une énorme claque si ce n'est pas innocent, si je comprends pourquoi. Mais là NON. Sans la vidéo, je ne comprends pas. Les gens ne comprennent pas. Ou plutôt, on comprend "j'écris mon nom en gros youhou je suis un rebelle le luxe c'est le mal". Voilà pourquoi je trouve ses actions ratées.

    (qui me lis encore à ce point ? je suis longue non? archi-chiante ? agressive ?)

    Et pour finir, réconciliation du défenseur et du critiqiue : Mais, c'est vrai que si on se promène dans Paris, et que l'on tombe sur plusieurs de ses traces, il devient de plus en plus intéressant, et intriguant. Et il devrait s'arranger pour renvoyer les passants vers sa vidéo, parce que sans, c'est vraiment pas clair. Je pense qu'il gagnerai beaucoup à s'adresser aux gens normaux, pas qu'aux graffeurs de sa culture, et sans pour cela devenir un "vendu" ou perdre sa dignité, ou de la force de conviction. Je pense que pour l'instant, ce qu'il fait ne parle et ne s'adresse qu'à un petit groupe de personnes qui voient ses graffs, mais agresse tous les autres sans raisons compréhensible. Et c'est dommage non ?

    message personnel à Kidult et à tous ceux qui veulent montrer des "oeuvres de rue"(désolée pour ce mot pas terrible) : adressez vous à tout le monde, et pas qu'à votre petit groupe, parce que la rue est à tout le monde.
     
  11. Irideae

    Irideae
    Expand Collapse

    Faut-il avoir des connaissances artistiques pour pouvoir apprécier une oeuvre? Vous avez quatre heures (Hein? Quoi? Comment ça c'est déjà passé le bac philo?)
     
  12. Galactica

    Galactica
    Expand Collapse
    Buveuse de lait spacial

    Nina : a mon avis, avoir des connaissances sert à avoir une vision plus riche de l'oeuvre, mais on ne l'apprécie pas seulement à cause de ça, il y a une "première impression" qui compte aussi. Et c'est cette première impression qui fait que l'on a envie ou pas de s?intéresser plus intellectuellement à l'oeuvre ou pas.

    (je suis à fond dans l'art en ce moment, j'ai envie de discuter, ce début de discussion m'interesse beaucoup)

    ( et désolée si je donne l'air d'une "madame je sais tout", c'est juste que j'essaye de réfléchir, puis d'écrire, mais c'est impossible d'écrire toutes mes hésitations, ce serai trop long, illisible).
     
Chargement...