Riad Sattouf donne ses précieux conseils pour se lancer dans la BD

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lucie Kosmala, le 19 décembre 2017.

  1. Lucie Kosmala

    Lucie Kosmala
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. ToutPetitSmaug

    ToutPetitSmaug
    Expand Collapse

    Hello, merci pour ces conseils. Qui sont carrément décourageants pour moi, qui dessine souvent et qui envisageait d'en faire un peu mon métier. Mais non je n'y pense pas 24h/24, j'ai aussi une vie à côté, des préoccupations, d'autres loisirs. Je ne suis donc pas "passionnée à 200%", et on me dit d'abandonner tout de suite... C'est une secte, les passionnés ? En tous cas ça me plombe ^^'
     
  3. Hildetrude

    Hildetrude
    Expand Collapse

    Salut,
    C’est un adage très répandu dans le milieu le « soyez motivés à 200% et vous serez mal payé mais c’est pas grave parce que vous êtes passionné ».
    C’est vrai que la BD c’est long et assez difficile, et c’est aussi super gratifiant quand on finit par trouver son public (notez que si ça n’arrive pas, vous n’êtes pas forcément en cause ^^ parfois c’est simplement une question d’opportunité, de chance, ou d’effet de mode…)

    Je ne crois pas que dire aux gens de laisser tomber s’ils ne sont « pas assez motivés » soit un précieux conseil. En tant qu’illustratrice pro, ancienne étudiante dans une école relativement réputée dans le milieu de l’illustration / BD, je peux dire que j’ai quelques camarades de promo qui sont tombés dans la dépression et l’indigence à cause de ce type de « précieux conseils », à accepter n’importe quel type de contrat sous-payé et à culpabiliser de ne pas toucher un crayon pendant une journée entière (oulàlà).

    Je pense que c’est une recette qui marche pour certains, mais pas pour tout le monde, aussi le conseil qui m’a aidée quand je me suis lancée dans l’illustration est celui-ci : « Faites-le d’abord pour vous, et si vous souhaitez en faire un métier, apprenez comment fonctionne le marché. »