Séropositifs depuis des décennies, voici à quoi ressemblent nos vies

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 1 décembre 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    #1 Esther, 1 décembre 2017
    Dernière édition: 1 décembre 2017
    ----- Publicité -----
  2. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    Très bon article qui couvre pas mal de points, ça m'a fait plaisir de lire ça ce matin :happy:
    Même si le début de l'article et globalement le VIH dans les années 90 c'est :tears:
    Je connais plusieurs personnes qui suivent ou ont suivi la même formation que Nathalie pour devenir patiente experte en maladie chronique, ça se développe énormément et je trouve ça super positif pour le suivi, le soutien,etc. Ça et la recherche qui avance bien sur le sujet, on est encore loin d'un vaccin ou d'un "remède" mais les traitements avancent, sont moins contraignants/plus efficaces/etc même si bien sur c'est pas la panacée. Comme pour d'autres maladies chroniques j'ai bon espoir que d'ici 50 ans on pourra guérir de tout ça, j'espère vraiment voir ça avant de mourir :happy:

    Il y aurait beaucoup à dire sur les campagnes de prévention (je trouve par exemple qu'on insiste vraiment pas sur le dépistage alors que le dépistage est clairement un moyen de prévention de l’épidémie), sur la sérophobie...
    Je trouve ça fou que des gens aient peur d'être au contact de séropositifs, ne voudrait pas embrasser quelqu'un dont la charge virale et indétectable et à côté de ça ils baisent sans capote. Est-ce que ça relève de la simple ignorance? Il y a encore beaucoup à faire malheureusement.
     
    ChansonMuette, Sinistre Lombric, Lady Stardust et 8 autres ont BigUpé ce message.
  3. Gia_Juliet

    Gia_Juliet
    Expand Collapse
    [I]" A woman blushes to hear what she is not afraid of doing. "[/I]

    Dites, pourquoi un coup d'un soir est encore considéré comme qqch de "pas sérieux"?
    C'est un-e être humain (ou plusieurs) que vous avez en face de vous, pas un/des objet(s). Et même si c'est sur du très court terme et convenu ainsi dès le départ, c'est quoi le rapport avec le sérieux ou plutôt son manque?
    Tellement pas sérieux qu'on en arrive encore et toujours à des contaminations ou à d'autres formes de violences physiques et psychologiques dénoncées à longueur d'années.
    Coucher, se faire plaisir relativement facilement ne signifie pas devoir faire n'importe quoi ou se passer de "sérieux" ou de ne pas prendre soin de son intégrité physique ou morale et de celles des partenaires d'un soir. Aucune logique.


    Edit: merci beaucoup aux témoignant-es et à Esther pour ce partage! :jv:
     
    #3 Gia_Juliet, 1 décembre 2017
    Dernière édition: 1 décembre 2017
  4. Lilas DUPONT

    Lilas DUPONT
    Expand Collapse

    J ai une maman infirmierz qui a commencé comme menagere dans les hopitaux et aide soignante. Le debut du sida elle a vu des horreurs.. des médecins qui ne voulaient pas entrer dans les salles des infirmières qui ne voulaient pas serrer la main a des patients mourants.. bref bien des horreurs
    Ce temoignage m a donne envie de pleurer mais surtout quand j entends dans mon entourage des amies qui ne se protege pas parce que ca ne leur arrivera pas..
     
    ChansonMuette, Communicating et MissDodo ont BigUpé ce message.
  5. AuroreT

    AuroreT
    Expand Collapse

    Peut-être que tu peux partager cet article à tes amies ? Elles ne le liront peut-être pas mais au moins cela plantera peut-être une petite graine qui germera dans quelques temps et les aidera à se poser des questions.
    En tous cas ça doit être difficile d'entendre ça de la part de personnes qu'on aime... Perso, ça me rendrait complètement dingue !
     
  6. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    Plais-moi ou crève.

    Lire ça alors que j'entends des messages de prévention depuis ma plus tendre enfance, il y a vraiment de quoi désespérer.:hesite:
     
  7. Lilas DUPONT

    Lilas DUPONT
    Expand Collapse

    Je leur avais déjà raconté des anecdotes que ma mère me racontait mais après tous je ne suis pas leur mère ni soeur. J'avais déjà fait mon boulot d'amie depuis bien longtemps