Témoignage : j'ai été toxicomane

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 3 septembre 2012.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Venom

    Venom
    Expand Collapse
    plus j'ai mal, plus j'progresse.

    Il me semble qu'on peut ouvrir la gélule et sniffer la poudre qu'il y a à l'intérieur. (rectifiez si je me trompe:shifty:)
     
  3. Ahimsa

    Ahimsa
    Expand Collapse

    Témoignage très édifiant. Mais je voulais juste dire que la jeune fille qui rédige ne peut pas dire qu'elle avait tout à fait une "vie basique d'étudiante" en souffrant de TCA et en ayant déjà fait des tentatives de suicide. Lorsqu'on souffre de TCA normalement, la vie est très différente de celle d'une quelconque autre personne au quotidien, on est isolé et en souffrance. Cela suggère une faiblesse psychologique à la base, qui probablement augmente les risques de devenir toxicomane. Bien que personne ne soit à l'abri, bien sûr...
     
  4. philatela

    philatela
    Expand Collapse
    Un lecteur vit mille vies avant de mourir. L’homme qui ne lit pas n’en vit qu’une.

    Oui et d'ailleurs ça m'étonne que les médecins n'aient pas fait plus gaffe à leur prescription en connaissant ce passé fragile... Mais bon quoiqu'il en soit, très beau témoignage qui rappelle que la toxicomanie peut venir de simples médocs...
     
  5. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Dans l'article, il est bien écrit : "Je prenais un morphinique (appelons-le Oxy)", donc ça ne doit pas être le vrai nom du médicament !
     
  6. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Oui, merci de le préciser ! Auto-mutilation et scarification, ça n'a rien à voir !
     
  7. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    Je pense que c'est plus pour dire "ce cliché est faux", en fait.
    Pour dire "les toxicos, c'est pas forcément des marginaux, c'est aussi potentiellement ta voisine d'amphi".
    Enfin, moi je le comprenais comme ça.
     
  8. Miteena

    Miteena
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.


    Moi je ne savais pas, merci :hello:

    Témoignage hyper intéressant, pour rappeller que tout un chacun peut tomber dans la toxico.. Merci et courage à l'auteure ! :hugs:
     
  9. crystalsh

    crystalsh
    Expand Collapse
    Pwet

    Comme Adawen. le dėbut de l'article m'ėxaspère. Mais bon... Bon courage a elle. :fleur:
     
  10. ChezLucette

    ChezLucette
    Expand Collapse

    Bon, j'arrive bien après la sonnette, mais le sujet résonne assez profondément avec ce que je vis...  Je suis sous Oxy depuis plusieurs années pour des douleurs chroniques, et j'ai parfois (souvent) l'idée d'ouvrir une de ces petites gélules et de renifler un bon coup, pour passer une douleur particulièrement costaud, ou au contraire pour pouvoir profiter à fond d'un moment particulier, un anniv, un mariage, une soirée avec mon chéri... Jusqu'à présent, j'ai toujours résisté. Pourtant, je suis déjà dépendante, depuis un bail, de l'oxy (d'autres morphiniques l'ayant précédé), et des benzo. Un jour, mon ordonnance était arrivée au bout ( faut voir le medecin pour une nouvelle tous les 28 jours max), je me suis retrouvée pliée en deux, puis allongée par terre, dans la rue, incapable de respirer... Ma meilleure amie m'a récupérée, emmenée à mon rdv puis à la pharmacie, et dans le 1/4 d'heure, plus de souci ! C'est assez effrayant de se decouvrir dépendante à ce point. je crois que c'est pour ça que je n'ai jamais sauté le pas vers les méthodes d'ingestion artisanales, disons.   Donc merci à @Une MadmoiZelle pour ce témoignage, ça me donne du courage pour ne pas sombrer du côté obscur de la force...
     
    #10 ChezLucette, 4 juin 2014
    Dernière édition: 4 juin 2014
  11. Sombre.

    Sombre.
    Expand Collapse
    Ael/il et accord au masculin

    @ChezLucette j'ai eu aussi des problèmes avec les benzo.

    Avant de prendre des médoc type benzo, j'avais pris des anxio que j'avais très bien supporter, le genre de medoc a ne prendre que quand on sent la crise d'angoisse monter et qui jugule simplement le stress pendant un petit temps. Quand on m'as prescrit de la benzo, c’était sous forme "rapide", pour juguler les crises de la même façon, mais je suis tombée complètement accro, a cette sensation de ne plus avoir peur de rien, de joie factice, comme après avoir bu une bière trop vite. un jour d’angoisse, j'ai louper le réveil et une consultation medicale chez ma gynéco et un rdv avec ma tante qui m'attendais a la gare. Mon père a refuser de leur téléphoner a ma place pour le prévenir. j'ai pris un comprimer pour téléphoner a ma tante, un autre pour le secrétariat de ma gygy, un autre pour dormir, un autre pour me lever... une plaquette entière sur une journée.

    Je ne me souviens pas des deux jours suivant, ni de cette journée. c'est comme si c’était un gros trou blanc, aucune image, mais je sais que j'ai vomis, parler a ma mère, dormis... comme si je lisait une liste sur le papier "10h30 : croiser maman dans le couloir", pas de réminiscence, rien, impossible de savoir ce qu'on c'est dit. C’était ma première surdose, et la dernière j’espère.

    C’était ma dernière plaquette, je n'en ai plus demander a mon médecin qui a fortement désapprouver que je ne prenne plus de traitement, mais j'ai compris que tant que des substances masqueraient mes angoisses, je ne pourrais jamais en guerrire.

    Je sais que j'ai des tendance a l'addiction, je dois toujours faire attention a ne jamais boire un verre d'alcool seule chez moi, a ne jamais trop être tentée de fumer, je me force a toujours suivre ce genre de règles, parce que je ne veux plus jamais me retrouver défoncée, a gober des cachets en pleurant pour que ca s’arrête.

    L'addiction ca va si vite, même des addictions discrètes, perçues moins négativement que celle aux drogues dures, c'est terriblement difficile d'en parler autour ce sois, et donc d’être aidés. Mon copain est au courant, et du coup il y fait attention, attention quand je me sert un verre, je lui demande "je peux me resservir ou ça serais trop?" . Rien que ça ça aide.
     
Chargement...