Trois raisons qui font que j'aime la mode autant que je la déteste

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Elise S., le 16 novembre 2017.

  1. Elise S.

    Elise S.
    Expand Collapse

  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    Contrôler ses réflexes, c'est comme se vanter de sa modestie.

    J'ai jamais aimé le concept de mode. Ça sert à quoi sinon instrumentaliser le panurgisme pour se faire du fric ?
     
    Syehl, LaBeletteMasquée, just_in_case et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Sylves

    Sylves
    Expand Collapse
    Une étoile, une étoile

    J'aime la mode de loin, j'adore feuilleter les livres chronologiques sur les "modes" regarder les tenues créées les trouver extravagantes, drôles, fascinantes, désirables, fantaisistes, ridicules, indécentes :jv:sans rien y connaître du tout... c'est un "bon" défouloir dommage qu'il ne reste pas bon chez certain.e.s.
     
    bloodborne195 a BigUpé ce message
  4. LunaaaD

    LunaaaD
    Expand Collapse

    La mode, mon dieu mais c'est ma vie. J'ai grandi la dedans parce que ma mamie avait son propre magasin de vêtement pour enfant, et ma mère est responsable de boutique pour une grosse marque. Je déambule dans les rayons depuis toute petite, et j'ai souvent aidé ma mère en étant un peu plus grande. Vers 9/10 ans j'avais mon petit carnet je dessinais des collections sur des thèmes fantastiques. L'année dernière j'ai fait une MANAA pour pouvoir rentrer en BTS design de mode. J'ai défoncé la man mais j'ai été prise nulle part à mon grand désarroi. Mais eh, je vais pas me démonter pour autant, d'ailleurs j'attaque mon projet pro dès que je rentre d'Angleterre.
    Bref, j'adore la mode et son univers, j'adore apprendre, faire un moodboard, définir les couleurs et les matières, inventer. C'est tellement vaste comme domaine. Les créateurs sont tellement fascinant (Alexander McQueen!!!). Mais effectivement, y'a aussi pleins d'aspect que je trouve affreux. Faire du fric à tout prix, payer les gens une misère pour fabriquer un t-shirt que tu vas vendre une fortune, polluer l'environnement sans se questionner sur les conséquences, les gens qui prennent le melon pour rien et qui te regarde de haut...
     
    Sylves, justinetttte, Ada or ardor et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. Linckane

    Linckane
    Expand Collapse

    J'ai eu la chance de ne pas me retrouver dans des environnements toxiques comme ça pendant mes stages mais je vois tout à fait le genre de personne, des camarades, entre celui qui se prend pour une princesse (et non, le talent n'exige pas que l'on soit insupportable) et celle qui est une véritable imposteur et langue de vipère, glandeuse au possible en cours et rentrée à ESMOD avec l'argent de papa en présentant un dessin A MOI à son entretien.
    J'ai l'impression qu'on retrouve plus ce genre de personne dans le luxe et la haute couture, c'est très prestigieux mais extrêmement ingrat parfois.
    En tout cas j'ai une admiration incroyable pour les belles pièces, l’artisanat, les matières du luxe, et j'ai toujours une pensée pour la personne qui a fait ces choses là derrières, la tisseuse qui a fait ce tissu au métier à tisser, cette brodeuse qui a orné toute cette matière, cette modéliste qui a su interpréter ce vague croquis et lui donne sa forme parfaite, cette couturière qui a assemblé chaque pièce à la perfection, etc... (j'accorde au féminin car ce sont des métiers très majoritairement féminins).
    En fait je pense plus à ça qu'au design et à la création, je sais pourtant que le processus de recherche est dingue et que certaines idées sont du génie ou simplement magnifique. Mais ce domaine me concerne moins, c'est surement pour ça que j'y suis moins sensible.
     
    Sylves, Denderah, Rose Cantel et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Rose Cantel

    Rose Cantel
    Expand Collapse

    @Linckane d ailleurs est ce que tu aurais une expérience de l école esmod car elle m'intéresse ^^
     
  7. PetitTapir

    PetitTapir
    Expand Collapse

    Je n'ai aucune connaissance du milieu de la mode mais j'y trouve, d'après ce qui est raconté, pas mal de résonnances avec le monde du cinéma dans lequel je fais mon chemin depuis quelques années.
    Je pense que cela fait totalement partie de l'apprentissage de ces métiers que de découvrir notre manière propre de l'exercer en restant fidèle à ce que l'on veut être. En ce qui me concerne, tout plutôt que devenir une "meuf du cinéma" hypocrite, autocentrée, tueuse d'adversaires... je n'en suis de toute façon pas capable. Parfois c'est décourageant de rencontrer les personnes qui ont exactement le comportement qu'on cherche à éviter. Mais c'est une bonne piqûre de rappel, un petit post-it "rappelle-toi que tu ne veux pas pratiquer ton métier de cette manière et accroche-toi à ce qui te semble juste". Et quand tu tombes sur les personnes qui bossent comme toi, ça donne tellement d'espoir et de courage :)
     
    #7 PetitTapir, 17 novembre 2017
    Dernière édition: 18 novembre 2017
    Kounette, LunaaaD et Coahoma. ont BigUpé ce message.
  8. Elise S.

    Elise S.
    Expand Collapse

    @PetitTapir ce que tu dis es d'une justesse. Le post-it, c'est exactement ça <3
     
    PetitTapir a BigUpé ce message
  9. Linckane

    Linckane
    Expand Collapse

    @Rose Cantel Pas du tout, je n'ai fais que du public et c'est pour moi le meilleur apprentissage. Déjà je sais que mes diplômes sont reconnus (bon pas ma formation actuelle car c'est une FCIL mais ma formation est assez rare de toute façon).
    Une amie a fait une visite dans une école privée Formamod pour la formation lingerie et a été assez surprise de découvrir que les machines utilisées sont... Des machines familiales, idem pour une amie qui est dans une école privée de mode à Lyon, et en tombant sur des photos d'esmod dans mon fil d'actualité sur facebook j'ai pu voir des machines familiales également.
    Ca s'explique par le type de moyens, une école publique étant financée par l'état elle aura les moyen d'offrir à ses élèves des machines professionnelles pour s'exercer. Et chaque machine a sa spécificité donc il faut vraiment apprendre à maîtriser le plus de machines possible (j'ai eu l'impression de devoir réapprendre à coudre quand j'ai commencé à travailler des matières élastiques !).
    Ensuite en voyant ces même photos d'esmod (Lyon) j'ai été vraiment choquée de voir le nombre d'élèves dans une classe, et mon amie dans son école privée c'est pareil, ils sont très nombreux, alors qu'en bac on était 20 au max et la classe séparée en 2 groupes pour les cours professionnels, et sinon des classes de 10 ou 12, et c'est vraiment chouette d'être un petit groupe de travail, ça permet au profs d'être plus présents pour nous guider.
    Et j'ai aussi entendu des choses comme quoi il fallait tout payer dans le privé, y compris son mannequin (de type stockman à 500€ j'entend !), même si dans le public on paie aussi notre matériel type ciseaux, réglet, etc (ou prête) hein.
    Finalement on paie plus le réseau quoi.
    Après si t'es plutôt axée design que modélisme le privée c'est peut être bien aussi, mais de toute manière je ne connais qu'un seul côté, l'autre c'est des "on dit" "j'ai vu sur une photo" donc je ne suis pas des plus objective ahah. D'ailleurs si quelqu'un a fait une école privée dans la mode, ça m'intéresserait de savoir comment c'est de son côté à elle, si elle est d'accord ou non avec ce que j'ai cité.
     
  10. LunaaaD

    LunaaaD
    Expand Collapse

    @Linckane pour les écoles publiques tu es passée par APB ou tu as envoyé directement ton dossier? J'ai voulu aller en publique cette année (pas trop le choix hein) mais j'ai été choqué qu'aucune école ne me demande un dossier plus complet ou au moins un book. Evidemment j'ai été refusée partout, sachant que mes notes comprenait ma première année en BTS audiovisuel y'a 5 ans (lol) et mes notes de MANAA. L'avantage des écoles privées c'est que tu as la chance de montrer ce que tu fais (même si évidemment iels te prennent tout de suite si tu poses le chèque sur la table).
    Et pour avoir fait ma MANAA dans une école privée (Lyon), effectivement on devait tout payer et on était 30 par classe. En tout j'ai dû dépenser 6200€ rien que pour l'école, plus de 300€ de matériel (et encore c'était avec 25% de réduction...) plus à peu près 50/70€ par moi pour avoir du matériel un peu plus spécifique. Pour les cours de mode on avait même pas le droit de récupérer les chutes de tissus des BTS pour te dire, il fallait tout acheter nous même! Et évidemment on avait ni machine ni mannequin à disposition puisque c'était pour les BTS.
     
    Linckane a BigUpé ce message
  11. Linckane

    Linckane
    Expand Collapse

    @LunaaaD Pour mon bac pro c'était après le collège donc procédure classique avec les voeux, le BTS j'ai postulé sur APB, sur APB ils demandaient notes appréciations et lettre de motivation et comme j'ai fais mon BTS dans le même lycée que mon bac pro ils savaient déjà que j'étais sérieuse. Mais pour mes autres voeux (MANAA et BTS dans d'autres villes) je me suis vu refusée malgré un bon dossier.
    Ma formation actuelle ça se passait pas via APB mais voici ce qu'ils demandaient:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    La première fois que j'ai postulé après mon BTS je n'ai pas été prise mais après une année sabbatique j'ai retentée et j'ai enfin été acceptée ! Après le BTS j'ai aussi postulé pour une licence pro qui demandait un dossier papier avec une fiche à remplir, plein de documents chiants (et aussi 5 timbres... Imaginez le nombre timbres gratos qu'ils ont récupéré des centaines de candidatures !) et le classique CV, LM, diplômes et bulletins, après ça ils font une sélection de 40 élèves pour passer un entretien, j'ai été retenue pour l'entretien, j'ai passé un test de culture générale, un test de mode (une transformation de patronnage et une gradation), et puis un entretien oral de 20 minutes pour lequel on apporte une ou deux créations de mode avec un dossier technique, évidemment ils ne sont pas tendres et vu mon aisance à l'oral je n'ai pas été retenue ! Une fille de ma classe a été retenue sauf qu'elle n'a pas trouvé d'entreprise pour faire l'alternance donc l'école l'a lâché...
     
    #11 Linckane, 17 novembre 2017
    Dernière édition: 17 novembre 2017
    bloodborne195 a BigUpé ce message
  12. Zoug

    Zoug
    Expand Collapse

    @Linckane j'ai fait une école privée de mode. Déjà pour être admise, y a pas photo: signez le chèque. Je me rappelle il y avait un questionnaire à télécharger et une silhouette à dessiner. J'ai envoyé le tout, j'étais prise.
    Pour bien me décider j'ai du demander un RDV avec la directrice qui m'a convaincu et BIM c'était parti pour deux ans.

    Pour ce qui est des fournitures, c'est vrai. Rien n'est fourni. Absolument rien. Après on peut s'en sortir pour pas trop cher. Perso j'ai du dépenser un peu moins de 600€ de fournitures pour deux ans tout en faisant toujours ce que je voulais. La débrouille ça marche (en revanche désolée Maman pour les coups de ciseaux dans les rideaux pour les échantillons hahaha)
    Pour ce qui est des machines je trouve ça quand même scandaleux, que certaines écoles apprennent sur des familiales. Dans les maisons dans tout les ateliers tu ne verras que des industrielles. De ce côté là je n'ai pas eu à me plaindre, on nous a formé sur des bonnes vieilles Japsew et Juki. On nous fournissait les Stockman à l'école. D'ailleurs nos professeurs nous l'ont dit, à moins de vouloir devenir modeliste ou d'être riche il n'est pas nécessaire de réaliser un tel investissement.

    Pour ce qui est des classes, nous on a commencé à 124 et on a finit à 37. Personne n'a été renvoyé les gens partaient d'eux même. Je ne pense pas en revanche que payer un école revient à payer un réseau. Le réseau c'est à soit même de se le créer. Pour une note positive, tout ceux de ma promo bossent. Mais je ne dirai pas que c'est grâce à l'école pour autant.
     
    bloodborne195 a BigUpé ce message
Chargement...