Trop de femmes dans l'enseignement ?

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 8 septembre 2011.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    En 1954, 65% des enseignants du primaire étaient des femmes. Aujourd'hui, elles composent 82% de l'effectif et dépassent les 90% dans le privé !

    Si on en croit Le Figaro, "l'entourage" de Nicolas Sarkozy juge qu'il y a "trop de femmes enseignantes" et qu'il faut tendre vers "davantage d'équilibre" sur ce point.

    Pourquoi ? Parce que "beaucoup de femmes viennent à l'enseignement pour des raisons d'équilibre de vie. Elles prennent beaucoup de mi-temps, ce qui pose des problèmes d'organisation. Nous voulons des professeurs investis à 100%, mieux payés mais plus présents dans les écoles" explique-t-on dans ce fameux "entourage".

    Pour le formateur Jean-Louis Auduc, auteur de "Sauvons les garçons!", les dangers de cette sur-féminisation de l'enseignement sont bien réels, surtout pour les jeunes mâles qui ne rencontrent plus de modèles masculins auxquels ils peuvent s'identifier pendant leur scolarité.
    Selon lui, cet état de fait pourrait expliquer la moindre réussite des garçons à l'école, en particulier celui des jeunes issus des milieux défavorisés qui sont aussi souvent les plus attachés aux stéréotypes sexuels traditionnels.

    Ce matin sur Europe 1, le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a pris le parti des femmes enseignantes contre "l'entourage" de Nicolas Sarkozy : "j'ai la faiblesse de penser que les femmes ont un certain sens de la pédagogie, de l'autorité, et donc je considère que cette polémique est absurde" a-t-il dit.

    Fin du débat ? Pas sûr ! Il pourrait rebondir lors de la discussion relative à la réforme du statut des enseignants annoncée comme «primordiale» par notre président en juin dernier...

    Qu'en pensez-vous ? Ce débat est-il effectivement absurde ? Y a-t-il ou non trop de femmes dans l'enseignement ? Si oui pourquoi et en quoi est-ce gênant pour les élèves ?
     
  2. Charuru

    Charuru
    Expand Collapse
    En construction...

    j'ai entendu parlé de cette idée selon laquelle la sur-représentation des femmes dans l'enseignement ferait que pour les garçons réussir serait égal à être une fille, une mauviette. Mouais pour moi c'est de la psycho de comptoir.

    Et alors dire que c'est parce que ca leur permet d'avoir un meilleur équilibre et pas par vocation, la je suis moyennement convaincue. Ca m'étonnerait que des personnes veuillent enseigner juste pour leur faciliter leur vie de famille ou alors je suis vraiment trop naïve.

    Je crois que si les femmes sont sur représentées et notamment dans l'enseignement maternel et primaire c'est surtout parce qu'à mon avis une proportion de femmes se sentent plus à l'aise avec les jeunes enfants par rapport aux hommes qui sont je pense plus enclin à avoir envie d'aller vers des enfants plus âgés.

    Comme Anourocéphale, du moment qu'ils/elles sont diplômé(e)s et compétent(e)s le reste je m'en contrebalance
     
  3. Sonea

    Sonea
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement.

    C'est le même entourage qui voulait faire retirer les livres de SVT? :d C'est vrai que c'est LE problème le plus important de notre système éducatif ça, ils ont pas des débats plus utiles à lancer? (Je ne parle même pas des clichés pondus dans l'article)
     
  4. Erin.

    Erin.
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Non et puis après y a t-il trop de femmes en sciences humaines ? Et pourquoi pas assez dans le milieu du batiment ? Trop de mecs ingénieurs et trop de femmes caissières ? Bon, si on part par là, c'est sans fin ! Comme Neïa, je pense que c'est avant tout une passion, peut importe le sexe de l'instituteur/trice.

    Ce paragraphe me désole "Pourquoi ? Parce que "beaucoup de femmes viennent à l'enseignement pour des raisons d'équilibre de vie. Elles prennent beaucoup de mi-temps, ce qui pose des problèmes d'organisation. Nous voulons des professeurs investis à 100%, mieux payés mais plus présents dans les écoles" explique-t-on dans ce fameux "entourage"."
     
  5. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Dans l'enseignement secondaire, on dénombre 59% de femmes profs, soit dix points de plus qu'en 1954.
     
  6. Andrinople

    Andrinople
    Expand Collapse
    Provençal Le Gaulois

    :v: Un million de big up. Tu m'ôtes les mots de la bouche. Idem pour l'ajout de @Alecto
    On pousse pas mal les femmes à intégrer des secteurs "où elles pourront s'occuper des enfants" et c'est vrai que quand on voit les galères dans le privé pour les modes de garde, on comprend que quand on ait envie d'avoir une famille nombreuse, si le métier de prof et celui de X ou Z nous tente on soit influencée par les conseils et par certaines facilités. A contrario, je ne pense pas que l'on agisse de même avec les hommes qui ont envie d'avoir une famille nombreuse.

    Le problème est moins dans l'enseignement en lui même que dans le système (congé parental = 500€ les 6 premiers mois, puis nada.) Qui s'arrête ? Pour des raisons financières, souvent celui qui gagne le moins. Et qui gagne le moins dans la majorité des cas ? La femme.Et pourquoi sont-elles moins payés ? Bah, tout le monde sait que c'est moins rentable, moins investie, trop émotif et que ca va pondre une femme. Et elles sont moins payées. Le "100% investis" LOLILOL c'est du foutage de gueule et une méconnaissance de la situation. Parmi ces femmes à mi-temps, combien aimeraient avoir un temps plein ? Combien ne le peuvent pas pour des raisons d'organisation ?

    Ce qui faut changer avant tout, ce sont les mentalités et réfléchir aux raisons qui font qu'il y a une majorité de femmes dans l'enseignement, pas mettre des quotas débiles pour qu'il y ait "moins de femmes" et leur taper sur le coin de la gueule.
     
Chargement...