Une campagne WTF culpabilise les jeunes parents

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 8 mars 2013.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Deutsche G.

    Deutsche G.
    Expand Collapse
    I don't give a shit

    Cette phrase me rend plus que perplexe.
     
  3. Azeleen

    Azeleen
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Parce que de manière générale, il y a beaucoup plus de filles issues de milieux peu aisés (en voilà un joli euphémisme !) qui tombent enceintes (parce qu'elles sont moins prévenues, qu'elles ont moins accès à la contraception, etc...) donc dire par exemple "J’ai deux fois plus de chances de ne pas sortir diplômé du lycée parce que tu m’as eu quand tu étais adolescent-e." c'est très con, c'est juste que les mères adolescentes viennent plutôt d'un milieu où les études sont très limitées. Elles auraient eu leurs enfants à 22 ans, ça aurait été pareil. Mais vu que celles qui ont leurs enfants au-delà de 22 ans (âge cité dans la pub) sont issues de "meilleurs" milieux, leurs enfants ont plus de chance de réussir.
    Merci à Captain Obvious pour cette pub ! :clap:
    Ce genre de conneries me tue... ils auraient aussi bien fait d'écrire "Illettrés, si vous faites des enfants avec d'autres illettrés, ils auront moins de chances de réussir scolairement !" Déconne ! (c'est exagéré mais moins hypocrite que leurs pubs...)

    Faut vraiment que j'arrête de faire des longs posts, c'est plus fort que moi... :sweatdrop:
     
  4. versus

    versus
    Expand Collapse
    Guest

    Je ne comprends pas.

    C'est comme écrire en grand : "coucou, ta vie est fichue et t'es une merde ! A bientôt !"

    Très constructif.
     
  5. MarlitaBCN

    MarlitaBCN
    Expand Collapse
    Need to come back home!

    Les adultes ont vraiment l'intention de nous enterrer ou je me trompe ?! J'ai l'impression qu'on fait tout pour nous rabaisser et que c'est dur d'avoir leur soutien. Heureusement, ils ne sont pas tous pareils ! Mais si les autorités ne jouent pas le jeu comment voulez-vous que les jeunes soient crédibles dans notre société ?.. Puis, de toute façon je déteste WTF et toutes ces ONG qui te harcèlent dans la rue et te font culpabiliser parce que même si tu leur dit que tu es étudiant(e) ou au chômage "C'est bon, 5€ par mois c'est pas le bout du monde !" : qui te dit que je ne suis pas à 5€ près dans mon budget mensuel ?!
     
  6. Deutsche G.

    Deutsche G.
    Expand Collapse
    I don't give a shit

    Tu as totalement raison, mais
    -l'inverse est également vrai.
    -je ne parle vraiment que la phrase en elle-même, pas de la réussite des enfants.

    Je parle en connaissance de cause, mon frère et sa petite amie ont eu un enfant très tôt. Ils sont tous les deux enfants de médecins, donc ce n'est pas la pauvreté qui les a fichu là, et pourtant si, depuis qu'ils ont un enfant, même si on les aide, ils sont pauvres.

    Bien sûr que d'être jeune (et donc non diplômé) avec un enfant ça rend pauvre, parce que d'être jeune sans enfant c'est déjà pas la joie financièrement, peu importe ton milieu. Donc on peut avoir une vision critique de cette campagne, mais faire ce genre de phrases (même si on peut la justifier comme tu l'as fait) qui est une contre-verité, je trouve ça moyen.


    (Et pour être un peu HS, j'ai vraiment du mal à croire que les filles de milieu défavorisé gardent leur enfant parce qu'elles sont mal informées. Qu'elles aient moins accès à l'IVG à cause de leur coût ou que ce soit un moyen de s'affirmer - c'était l'une des raisons citées dans une étude socio que j'ai lue - je veux bien, mais le coup de la non-information, sachant qu'à peu près tous les ans tous les collèges ont des journées spé avec des intervenants extérieurs pour ça, ça me rend dubitative).


    Et sinon, je suis mitigée par cette campagne.
    D'un côté, ce qu'elle dénonce, il est vrai, n'est pas l'apanage des parents jeunes.

    Ce n'est pourtant pas pour ça qu'il n y a pas de problème. C'est un peu comme s'il y navait une campagne anti-alcoolisme qui et qu'on disait "non mais soyons cool avec les parents alcoolo, c'est pas les seuls parents à foutre des baffes à leurs gamins".

    La comparaison est un peu (très) poussée mais pour moi c'est un peu comparable, dans le sens où faire un truc qui va impacter la vie de ton gamin en connaissance de cause je trouve ça un peu moyen.
    (Je sais que je vais en choquer plusieurs qui vont me dire que dans ce cas, on n'a qu'à interdire aux sidaiques et aux gens au RSA de faire des enfants). Même s'il y a de l'amour derrière tout ça, il y a une part d'égoïsme.

    Quand je vois un couple très jeune avec un/plusieurs enfants (il y en a beaucoup vers chez moi) j'ai beau trouver ça touchant, j'ai toujours un pincement au coeur en pensant aux enfants, comme je m'inquiète pour mon neveu (qui encore, a de la chance d'avoir des grands-parents plutôt aisés).

    Par exemple, j'ai peur qu'un jour il ne puisse pas aller en classe verte comme ses copains parce que ses parents seront encore étudiants...
     
    #6 Deutsche G., 8 mars 2013
    Dernière édition: 8 mars 2013
  7. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    J'interviens juste là-dessus pour dire que moi qui ai grandi dans un coin pas spécialement paumé (presque 100 000 habitants dans ma ville) et dans un collège, certes en banlieue, mais pas en ZEP, je n'ai eu qu'un cours d'éducation sexuelle dans TOUTE ma scolarité et il a consisté à écrire, pour les filles, ce qu'on pensait correspondre à un "garçon" et pareil pour les mecs. Limite un cours de genre sauf que non en une heure c'était bouclé, salut, à jamais. 

    Donc je me dis que si ça peut arriver en France, dans une ville banale, par manque d'intervenants et/ou par désintérêt des directeurs du collège, aux États-Unis, pays où la religion est forte (on jure sur la Bible au tribunal par exemple...), et où une bonne partie de la scolarité est privée, ça ne m'étonnerait pas de savoir que bien des jeunes ont des lacunes en matière de protection et de contraception :neutral:
     
  8. tyfeine

    tyfeine
    Expand Collapse

    wahou! Ils y vont vraiment trop fort là. Un enfant qui pleure!! Comme si tout ses malheurs venaient du fait que ses parents soient jeune. Personnellement mes parents m'ont eu à 19 ans, j'ai été très heureuse durant toute mon enfance, aujourd'hui ils financent les études de ma soeur et les miennes (et ils ne venaient pas d'un milieu aisé). Alors oui je sais en 20 ans beaucoup de chose ont changés, la vie est plus dure pour les jeunes. Mais quand on fait un enfant si jeune, on les connait les risques, des gens sont là pour vous prévenir que "non ce n'est pas une poupée, ça pas être facile" (de plus en occident le préservatif est franchement à porté de toute les bourses si on est enceinte,soit on le veut quand même un peu, soit on est très étourdie). Du coup je trouve cette campagne totalement inutile et vraiment déplacée .
     
  9. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    WTF c'est le racource de "What's the fuck", c'est une expression anglaise pour dire "qui n'a pas de sens/qui sort de la logique", en gros.
    Donc ce n'est pas le nom d'une ONG, c'est juste une façon de dire que cette campagne est débile et étrange.
     
  10. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    D'autant que de nombreux états favorisent l'apprentissage de l’abstinence plutôt que l'éducation sexuelle.
     
  11. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Bah justement, j'étais en train de faire le lien avec ce que j'ai vu quand je suis allée en échange scolaire dans un lycée de l'état de New York. Il y avait une option du genre sciences sociales/psycho de l'enfant qui consistait soit à s'occuper d'un poupon, soit d'une coquille d'oeuf vide, pour sensibiliser les jeunes aux contraintes de la maternité (en l'occurence il y avait une majorité écrasante de filles). L'initiative était à visée dissuasive, mais l'impasse était totale sur les moyens de se prémunir d'une grossesse précoce.. Comme le problème n'est pas pris à la racine, on pourrait voir ces cours plus comme une mise en garde contre la maternité, que contre la grossesse en elle-même (en gros, on contourne le sujet épineux de la contraception et de l'avortement). Du coup je me demande si à côté de ça il y a quand même des cours d'éducation sexuelle en bio, parce que si ça n'est pas le cas, c'est quand même abusé de culpabiliser les ado qui tombent enceintes, ça voudrait dire que certains ne prennent absolument pas leurs responsabilités! :oo:

    Cela étant, pour parler de la France, je pense aussi que le phénomène des grossesses précoces ne tient pas uniquement à un manque de sensibilisation à l'éducation sexuelle.
    La plupart de mes copines de collège qui sont tombées enceintes vers 16/17 ans étaient elles-même issues de grossesses précoces, leurs mères avaient eu leur premier enfant au même âge. Je pense que selon les milieux, on ne se fait pas la même idée de la réalisation personnelle, et qu'il peut y avoir une sorte de reproduction du modèle familial. Je ne crois pas que ces filles soient moins averties que les autres, donc ça n'est pas un cours d'éducation sexuelle qui changera les choses. Je pense juste que dès très jeunes, leurs perspectives d'avenir incluent une maternité précoce, de la même façon que dans d'autres familles, on se projettera plus dans un schéma études-carrière-enfants. Le truc c'est que quand on met au monde des enfants alors qu'on est mineure et sans diplôme, on s'expose à des conditions de vie très précaires, et la société est ainsi faite que les gamins n'ont pas non plus toutes les chances de leur côté pour y évoluer librement.

    Cela étant, cette campagne de pub me parait complètement déplacée. Déjà parce qu'elle se trompe de responsables, et ensuite parce qu'elle transforme une partie de la population en bouc émissaire, en mode "Encore ces sales pauvres qui nous coutent des sous". Comme si les stigmatiser allait les aider à s'extraire de leur position :facepalm:
     
    #11 Chandernagor, 8 mars 2013
    Dernière édition: 8 mars 2013
  12. Deutsche G.

    Deutsche G.
    Expand Collapse
    I don't give a shit

    Ah, aux USA, c'est bien possible. En France, ça me semblait impossible, c'est bien que tu en parles (moi justement, j'étais en ZEP et on en avait droit mais TOUT LE TEMPS des journées spéciales - avec les fameux "les drogues c'est mal / le don d'organes c'est cool") (je me demande vraiment si le cas de ton établissement est un cas isolé ou non).

    Mais sinon, sans parler de cours d’éducation sexuelle (d'ailleurs je sais pas si on peut appeler ça un cours), niveau protection, avec toutes les campagnes contre le SIDA/IST qu'on voit dans tous les médias, et entre les cours sur la reproduction, qui si je ne me trompe pas est au programme en classe de 5ème (les méthodes de contraception y sont quand même abordées), j'ai l'impression qu'il faut presque le faire exprès (mais je me trompe sûrement).
     
Chargement...