Une slameuse indienne se moque des clichés sur les règles

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Naya Ali, le 19 juin 2015.

  1. Naya Ali

    Naya Ali
    Expand Collapse

  2. candyclown

    candyclown
    Expand Collapse

    Alerte coquille! "...les mensutrations sont considérées comme un handicap.." La phrase est déjà en gras, je ne peux pas mettre double gras sur le mot incriminé...
    Sinon bonne initiative, qui va dans le sens d'enlever l'idée que le corps des femmes est objet de tabous, voir un objet tabou tout court.
     
  3. the-spare-key

    the-spare-key
    Expand Collapse
    I have done nothing wrong ever in my life.

    Pendant mon stage en Inde, j'ai travaillé avec une association qui faisait des serviettes hygiéniques lavables pour les femmes de milieux défavorisés et du coup je me suis un peu penchée sur le sujet : traditionnellement les femmes utilisent des morceaux de vieux saris qu'elles plient pour absorber, et ensuite elles les brûlent et les enfouissent. Le problème c'est que les serviettes hygiéniques sont arrivées (subventionnées par le gouvernement indien) mais que comme c'est toujours considéré comme impur, eh bien les filles du pensionnat avec lequel je travaillais sortaient la nuit pour brûler ou enterrer leur serviette, sachant qu'en plus ça contient plein de produits chimiques, etc. Donc c'est dangereux pour les femmes et ça crée une quantité de déchets énorme. Certaines ONG ont travaillé avec des villages très reculés pour fournir des cups aux femmes mais le problème c'est que tous les dispositifs internes sont très mal vus, surtout pour les adolescentes (parce que mettre un tampon ou une cup équivaut à perdre sa virginité). L'entreprise que j'avais contacté fabriquait des serviettes hygiéniques à partir de coton issu de vieux morceaux de sari, comme la tradition, et de coton recyclé pour les couches absorbantes. Elle avait même développé un modèle plié qui ressemblait à ce que les femmes indiennes confectionnaient elles-mêmes traditionnellement. Elle employait des "self-help groups" (des groupes de femmes issues de milieux très défavorisés qui bénéficient d'un programme de micro-crédit mis en place par le gouvernement indien) pour coudre les serviettes et avait lancé un programme "pad for pad" qui permettait de fournir gratuitement des serviettes hygiéniques aux jeunes filles pauvres en passant par les écoles ou les internats, c'est celui que j'avais mis en place avec mon pensionnat, et l'association avait aussi envoyé une femme pour donner un cours sur la puberté, etc. C'était super intéressant et ça permettait de comprendre pas mal de choses : les filles étaient très gênées de toucher les protections (propres hein) et se lançaient, mais en même temps elles avaient énormément de questions.

    Désolée pour le gros pavé mais je voulais rebondir sur ce chouette article. ^^ (Ah, l'asso s'appelle EcoFemme et sur leur site il y a plein de liens intéressants sur les règles, le problème des protections hygiéniques en Inde, etc., si vous voulez allez voir.)
     
    yuyunaâ et Alegria. ont BigUpé.
Chargement...