vade retro sex toyas !

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 28 avril 2011.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Après un petit coup de mou sans doute lié au scandale des curés pédophiles, les pères-la-morale catholiques sont de retour ! En pleine forme !

    La Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC) et l'association CLER Amour et Famille s'attaquent à l'une des boutiques de l'enseigne "1969 - Curiosités désirables" qui propose à Paris et à Marseille, ainsi que sur le net, des accessoires visant à "pimenter votre vie sexuelle, nourrir vos fantasmes et découvrir de nouvelles sensations dans un esprit convivial, sexy et terriblement gourmand". Des sex toys quoi.

    La boutique en question, à la vitrine chic et discrète nous dit le NouvelObs, est située près du Centre Pompidou, au 69 de la rue Saint-Martin, soit à 90 mètres de l'école élémentaire et du collège Saint-Merri.

    Problème : la loi sur la protection de l'enfance de 1987, réformée en 2007, interdit "l'installation à moins de 200 mètres d'un établissement d'enseignement, d'un établissement dont l'activité est la vente ou la mise à disposition du public d'objets à caractère pornographique".

    Et pour nos catholiques militants, pas de doute, un sex toy, c'est du porno.

    Les deux associations ont donc porté plainte et réclament chacune 10.000 euros de dommages-intérêts, ainsi qu'une condamnation pénale pour le propriétaire des lieux.

    "Mais si on ferme ce magasin, cela signifie qu'on ne peut plus avoir de vente de sex toys à Paris ! Il y aura toujours un établissement scolaire situé à moins de 200 mètres d'un tel magasin", constate Me Richard Malka, l'avocat du fondateur de l'enseigne.
    "Paris serait la première capitale occidentale à interdire la vente des sex toys ! Tant qu'on y est, pourquoi ne pas interdire Sonya Rykiel et La Redoute qui elles aussi commercialisent ce genre d'objets?" interroge-t-il avant d'enfoncer le clou : "entre les gens qui lacèrent des tableaux et ceux qui cherchent à interdire les sex toys, on assiste à une tentative insupportable d'immixtion du religieux dans la société".

    Le procès aura lieu le 29 juin prochain...
     
  2. Leech

    Leech
    Expand Collapse
    Have less. Do more. Be more.

    Bah, tout est une question de définition de vocabulaire autour du mot "pornographique" là. Si il y avait marqué "à caractère sexuel" j'aurais mieux compris mais là... Je trouve que c'est vague comme terme, ça englobe un peu tout et n'importe quoi selon les ressentis de chacun :neutral:.

    Sinon, j'aime bien la boutique 1969 moi :cretin: (même si la plupart des trucs coutent quand même assez chers, mais bref, j'suis hors sujet).

    Edit : ha, et il y va pas un peu fort l'avocat quand il dit que la France va interdire la vente des sex toys :stare: ? Là il s'agit d'un magasin précis, pas des magasins de toute la France entière hein...
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Cette boutique est trop tentante pour les prêtres allant faire leur marché à l'école élémentaire ? :cretin:
     
  4. Karbankoojay

    Karbankoojay
    Expand Collapse
    Bam pam thank you ma'am...

    :yawn: :yawn: bien vu!

    Je suis d'accord, tout le problème repose sur le sens qu'on veut donner à pornographique. Par exemple pour moi, la pornographie se rapporte à l'obscénité d'un acte et non juste à l'exposition d'un objet qui s'utilise dans le cadre de la vie sexuelle
     
  5. Ymotana

    Ymotana
    Expand Collapse
    Bouffe du bokoblin au petit dej'

    Mais, si la vitrine est sobre et n'affiche pas de caractères sexuels, il est où le problème ? Les enfants passent devant sans savoir ce qu'il y a l'intérieur, non ?
    Bon ok, après si y'a des milliers de sex-toys plus ou moins hard je comprends la demande de ces associations.
    Seulement, si on attaque une boutique chic qui ne montre apparemment pas les produits vendus (ne faisant donc pas comprendre aux enfants l'enjeu sexuel) pourquoi on ne fait toujours rien pour les presses qui affichent les premières de magazines érotiques ? Des blondasses siliconées avec des étoiles sur les tétons, écartant les cuisses avec des mots comme "SEXE" écrit en gros c'est moins choquant pour les enfants qu'une boutique à la décoration baroque ? :facepalm:
     
  6. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Erf, et on ferme aussi tous les centres commerciaux/magasins situés à moins de 200m d'une école qui vendent des préservatifs, anneaux vibrants, lubrifiants?

    Est-ce qu'on supprime aussi tous les tabacs qui vendent des revues porno (et là bien porno!).


    pffff
     
  7. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Ben ça dépend. Si la façade est neutre, juste le nom du magasin en devanture, avec lui aussi un nom neutre qui sorti du contexte ne fait absolument pas penser à du sexe (1969 même avec cette calligraphie ne fait pas tilt dans le cerveau d'un gamin sauf s'il a un cousin ado qui commence à l'initier....), non ça ne me choque pas.

    Parce que si personne ne dit rien, les gamins vont juste trouver cette boutique étrange où on ne voit rien dedans, demanderont peut-être ce que c'est, mais une réponse soit mensongère soit vague les satisferont surement.

    Je trouve bien pire les magazines porno chez les buralistes à 3m du petit spirou. Les magasins de cartes postales ou tu trouves de ces horreurs en fond de magasins, juste à côté des trucs diddle. Et j'en passe et des meilleurs.

    Je préfère largement un sex shop où tout est caché et où l'enfant n'est confronté à rien.

    Peut-être qu'un jour j'aurais un sex toy, peut-être qu'un jour mon enfant fouillera consciencieusement ma chambre (même si c'est interdit), et peut-être qu'il le trouvera et viendra me demander ce que c'est:" c'est pour remuscler mon périné après mon accouchement quand tu es né, mon chéri."

    Ca fera sourire les instits. ^^
     
  8. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Le problème est bien là. La justice devra trancher et nous dire si, en 2011, un sex toy est un objet pornographique, ou non.
    J'ajoute un sondage au sujet
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Pourquoi mêler les musulmans à cette affaire ?
    Ce sont bien des militants catholiques qui veulent la fermeture de cette boutique. Il y a quelques dizaines d'années, certains parmi leurs prédécesseurs se battaient contre la prolifération des boutiques de lingerie et leurs vitrines jugées dangereuses pour l'édification de la jeunesse.
    Tout change parce que rien ne change comme disait l'autre...
     
  10. Gustave

    Gustave
    Expand Collapse
    Sushi rolls > gender roles.

    Sans parler des affiches de magazines porno à l'extérieur des kiosques à journaux (et donc en pleine rue, à proximité de n'importe quelle école dans Paris). Ça, ça m'a toujours laissée... perplexe.
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    "Ne jurez pas, Marie-Thérèse, ne jurez pas !"
    Nan mais l'amalgame ne se fait que dans la phrase, j'ai eu une éducation catholique avec un prêtre formidable, et je ne pense pas être la dernière des andouilles et les filles qui m'ont lues non plus, donc je sais très bien que les prêtres ne sont pas tous des tripoteurs en puissance, merci ;)

    Autrement, d'autres ont dit ce que je pensais.
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je comprends l'action des associations. Ca me choque quand même qu'un sex shop soit situé si près d'une école, je considère qu'on n'a pas à leur mettre sous le nez des objets à caractère sexuel. Âprès, c'est au cas par cas, si la vitrine ne montre aucun sex toys et que les enfants ne peuvent pas entrer dans la boutique, ça me dérangerait moins. Ca sera intéressant de voir la réponse des juges et de savoir qu'est ce que la justice, au regard de l'évolution des moeurs considère comme pornographique.

    Et je ne vois pas le rapport entre cette action en justice les scandales sur les prêtes pédophiles ou encore les gens qui détruisent les tableaux. Ces associations utilisent un moyen tout à fait légal pour faire valoir leurs revendications. C'est facile de mettre tout le monde dans le même sac.
     
Chargement...