Veille Permanente Sexisme

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par Faye, le 15 juin 2013.

  1. Shadeluna

    Shadeluna
    Expand Collapse
    J'peux pas, j'ai licorne

    LovelyLexy, Spill, Jeannedarkh et 7 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. Tératogène

    Tératogène
    Expand Collapse
    That's absurd. I'm always negative.

    :hello:
    Ça ne rentre pas uniquement dans un contexte de sexisme médical, mais je le trouvais intéressant de le poster ici. Voici un lien documenté et argumenté qui explique pourquoi la pilule contraceptive n'a pas (plus) besoin d'être soumise à prescription médicale.
     
    severuspotter, Nouanda, Manea et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Calli

    Calli
    Expand Collapse
    My mind holds the key

    A mes yeux, le féminisme, c'est la lutte contre les discriminations faites aux femmes. Et j'ai l'impression qu'on l’aseptise pour qu'il puisse plaire aux hommes et qu'ils daignent enfin se sentir concernés.
    Pendant des années, quand j'expliquais mon engagement féministe aux hommes, je me sentais obligée de dire "je lutte pour l'égalité entre hommes et femmes" dans cette idée de pas faire "extrême", "égoïste", de bien faire "égalitariste" bref pour ne pas coller aux clichés sur le féminisme. Maintenant, c'est fini : je lutte contre les violences sexuelles envers les femmes, en France et dans le monde, je lutte contre les discriminations envers les femmes au travail, contre les discriminations envers les femmes dans le sport... Pas que les violences envers les hommes ne m'attristent pas, elles sont terribles, oui ! Mais pourquoi je devrais automatiquement me tourner vers les violences envers les hommes quand je me tourne vers les violences faites aux femmes ? C'est ça que je trouve égoïste : je m'empare d'un sujet terrible qui touche inégalitairement les sexes, mais par contre, je devrais me forcer à mener mon combat égalitairement, pour les femmes et pour les hommes, parce que quand on parle féminisme à ces messieurs et à beaucoup de femmes, faut ramener le sujet... Aux hommes ! (c'est vrai que les hommes on les entend pas assez !)
    Dans la réalité, de toute façon, oui, les féministes femmes s'occupent des hommes victimes de violences. Pourquoi ? Parce que y a aucun groupe d'hommes qui s'y colle efficacement. Donc les féministes, qui sont dans le care, que les viols sur les hommes révoltent bien (les féministes harpies qui détestent les hommes c'est bien un mythe et il suffit pour ça de militer sur le terrain), hé bah elles s'en occupent. Mais même au sein des assos féministes... Y a aucun homme bénévole ! Pour y être, j'ai rencontré deux hommes qui ont tenté : un mec génial, super allié, et un mec affreux en plein mansplaining qui nous a coupé la parole une réunion entière, a été clairement irrespectueux et qui s'est jamais repointé après. Wow ! Et le pire, pour l'anecdote, c'est qu'on a s'est même pas énervées, alors que le gars était juste infâme et l'archétype du gros macho. Je peux vous dire que dans le milieu militant où y a des hommes, quand un militant est freinant, irrespectueux, on le lui dit. Bref.
    Alors quand je parle féminisme à des hommes on me répond toujours en se regardant le nombril "ET LES HOMMES HEIN POURQUOI VOUS VOULEZ PAS LES LIBERER" mais quand il s'agit d'agir, je croise DEUX HOMMES sur une centaine de femmes militantes dont un homme clairement là pour être infect envers les femmes.
    Mais en vrai... Je les comprends ! (D'agir moins, pas de se regarder le nombril, ça c'est clairement chiant). Ça prouve juste qu'ils se sentent moins concernés par le féminisme. Parce que les inégalités entre les sexes touchent clairement plus les femmes que les hommes. C'est juste... Un effet normal ! Les gens qui agissent pour une cause sont majoritairement ceux qui se sentent concernés.
    Donc comme dit @Anna Stesia , clairement, on débat des heures pour rien. Le groupe homme, en masse, ne s'intéresse pas vraiment à la lutte féministe, et ça se retrouve dans le militantisme. Je connais quelques mecs (teeeellement peu !) intéressés par le féminisme en soi, genre pour la culture, et pour pas faire de conneries. Et ça c'est super cool ! Mais dans les chiffres non, sur le terrain, on les retrouve pas, et je pense pas qu'ils se bougeront en masse pour, comme les femmes le font déjà depuis des années.

    Edit : J'ajoute que ce qui me saoule aussi c'est que les hommes ont l'air plus intéressés par être inclus dans le terme "féminisme" pour pas y être inexistants plutôt que par le fond du problème : réfléchir à leur rapport au consentement, à la place qu'ils laissent aux femmes au sein de leur entreprise... C'est ça le problème, c'est ça l'important ! Le féminisme aurait même pas besoin d'exister si cette réflexion était faite ! C'est pas une étiquette genre "ouais dans l'idée je suis pour l'égalité !" à se coller pour pas se sentir exclu, c'est aussi agir selon cette idée. Du coup je me dis que j'accorderais plutôt le terme féministe aux hommes qui agissent. Même si j'ai du mal à me décoller du terme allié.

    Post sponsorisé par la rancœur après plusieurs années de féminisme :d :top: :facepalm:
     
    #26608 Calli, 9 mai 2018
    Dernière édition: 9 mai 2018
    MedusaQueen, LovelyLexy, Nana29 et 44 autres ont BigUpé ce message.
  4. Tératogène

    Tératogène
    Expand Collapse
    That's absurd. I'm always negative.

  5. Shadeluna

    Shadeluna
    Expand Collapse
    J'peux pas, j'ai licorne

  6. Jeannedarkh

    Jeannedarkh
    Expand Collapse
    L'oignon fait la force !

    @Tératogène Bah déjà, première réaction : pas d'ordonnance = pas de remboursement ?
    Et j'ai lu l'article, mais je reste quand même sceptique : selon moi la pilule, étant donné qu'il en existe pléthore, doit quand même être au moins lors de la première prise encadrée (prise de sang et Cie).
    Je suis peut-être réac, je sais pas, ça me fait un peu flipper le côté automédication... J'ai partagé ça aujourd'hui sur mon fil d'ailleurs
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    LovelyLexy, Sloppy, Manea et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Ocytocine.

    Ocytocine.
    Expand Collapse
    Just something I can turn to Somebody I can kiss

    J'ai pas réussi à savoir si dans les pays où c'est fait ça concerne les deux grands types de pilules, ou juste les microprogestatifs (qui eux, ont peu de contre indications, sont déjà utilisés en vente libre avec la pilule du lendemain) :hesite:

    Je sais pas si je suis pour une vente totalement libre des pilules (des micro oui, des oestro non), mais déjà des ordonnances de plus de 1 ans, ou un renouvellement possible pendant 3ans par le pharmacien avec un questionnaire par exemple
    (surtout que prendre la pilule, c'est pas donné à tout le monde, faut les explications derrière, et j'ai un peu peur que certains balancent "attendez le premier jour des règles :vieux:" par exemple :lunette: ou ne disent rien .. :lunette:)
     
    Grumpy Bunny, Manea, Spill et 14 autres ont BigUpé ce message.
  8. Lilou la licorne

    Lilou la licorne
    Expand Collapse
    Wit beyond measure is man's greatest treasure.

    Je trouve ça intéressant ces histoires de pilules parce que ça s'inscrit à la fois dans des questions profondément féministes et dans le rapport des patient-e-s aux professionnels de santé, à la confiance qu'iels ont en eux etc, qui est un débat tout à fait actuel n'est-ce pas :lunette:.

    Je souscris à l'argumentaire proposé par @Tératogène . Bien évidemment, je pense qu'il ne faut pas prendre la pilule "à l'arrache", mais vu le nombre de fois où elle est justement prescrite à l'arrache... Personnellement on ne m'a jamais rien expliqué (mais bon ça va moi je suis du genre à lire la notice en entier ; en revanche j'ai déjà vu dans une émission une jeune femme expliquer qu'elle croyait qu'il ne fallait prendre de comprimé que les jours où il y avait rapport sexuel :fear:). J'ai l'impression qu'en l'état actuel des choses, la pilule souffre d'une sorte de dilution de la responsabilité, comme si les médecins laissaient le blabla posologique aux pharmaciens, qui eux-mêmes partiraient du principe que le médecin a fourni des explications en amont. Et du coup, personne ne dit rien :lunette: (poke @Ocytocine. ). Si au moins ça devient clair que c'est aux pharmaciens de la délivrer, peut-être qu'ils le feront en informant ?
    Et puis, les médecins étant rémunérés à la consultation, ils ont théoriquement plus intérêt à speeder lors des RDV, alors que le pharmacien a peut-être davantage la possibilité d'expliquer les choses (je pense aux cas de première contraception ou aux changements de contraception).

    Mais @Ocytocine. c'est sûr que même sans aller jusqu'à laisser la pilule en vente libre comme le doliprane, ne serait-ce qu'assouplir les règles que tu évoques ça changerait déjà bien la vie des utilisateurices.
     
    LovelyLexy, Silure_, Grumpy Bunny et 17 autres ont BigUpé ce message.
  9. Nouanda

    Nouanda
    Expand Collapse
    Bon ben moi je vais manger des gâteaux.

    Je voulais juste te remercier d'avoir partagé ce lien ! En lisant les premières lignes je me suis aussi dit que c'était quand même risqué de prendre la pilule sans ordonnance car c'est pas des bonbons non plus, mais en fait le simple argument relevant le fait que les gentes sont plus attentives à leur corps et donc aux effets secondaires d'une pilule, que le corps médical (coucou les gynécos qui refilent en priorité les pilules venant de labos avec qui ils sont partenaires) me semble tout à fait pertinent ! Après, bien entendu, toute personne doit rester libre de consulter un médecin pour tout ce qui est prises de sang, vérification du taux de cholestérol, etc... après des années de pilule pour évaluer le parcours après des années de prise de pilule, mais en effet, ça reste stupide de devoir faire la course aux médecins tous les trois, six mois, même un an, juste pour obtenir une prescription, alors qu'on vend des médicaments bien plus douteux en pharmacie. Bref, merci encore pour l'article ! :)
     
    LovelyLexy, Manea et Thinocephale ont BigUpé ce message.