Question (pas si) con White passing,racisme... Je suis perdue!

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par ElectraHeart, le 11 octobre 2015.

  1. ElectraHeart

    ElectraHeart
    Expand Collapse
    Guest

    Hello,

    Je me pose des questions,je suis même pas mal paumée depuis quelques temps...
    J'ai appris que j'avais un "white passing privilege" grâce à des militant-es américain-es. Cela signifie avoir des origines non blanches ( en l'occurrence,je suis métisse,franco-algérienne ) mais avoir un privilège blanc,si j'ai bien compris. Physiquement,personne ne "devine" jamais que je suis métisse : ma peau est très pâle,j'ai les yeux verts,les cheveux lisses,bref,pour celleux qui ne le savent pas,je suis blanche un point c'est tout,je n'ai aucune origine particulière... Mais mon nom de famille est celui de mon père ( donc algérien ) et j'ai un prénom un peu "connoté" malgré qu'il soit dans le calendrier français,donc je pense ne pas être si privilégiée que ça malgré tout,car sur mes CV,je ne mets jamais ma photo...on ne lit que mon patronyme..

    Donc,je ne sais pas si c'est normal,mais je me sens perdue comme ça depuis mon enfance ( on m'a toujours repetée que j'avais de la "chance" de faire blanche,que mon coté "arabe" ne se voit pas,sans savoir que je ne l'ai jamais très bien vécu et que ça me blesse. J'aurais voulu que cela se voit,justement )..

    Suis-je seule ici dans cette situation? Comment me définir?...
     
    Ymotana, Lafastod, Shadeluna et 3 autres ont BigUpé ce message.
  2. Luso

    Luso
    Expand Collapse

    Coucou @Astoria.G

    Alors j'ai l'impression que tu ne comprends pas totalement le concept du white-passing, notamment dans les privilèges qu'il en découle; mais globalement oui le white passing c'est lorsque quelqu'un qui est racisé (un métisse par exemple) par son physique peut se faire passer pour une personne blanche: c'est bien ton cas puisque tu l'écris toi-même: ceux qui ne connaissent pas tes origines ignorent que tu n'es pas réellement blanche sinon métisse. Ce que les gens essaient de t'expliquer en te disant que tu avais de la "chance" que tu aies gagné au loto de la génétique en tirant "blanc" plutôt qu'"arabe" c'est justement un des pans du white passing: tu bénéficies des privilèges qui vont avec la couleur de peau "blanche". Tu ignores sans doutes ces privilèges puisque pour toi ce sont des choses normales, du banal quotidien qui ne se voit pas affecté par des propos/actes racistes. L'exemple typique c'est qu'on ne remets jamais en question ta nationalité française car tes origines sont moins visibles que si tu étais plus typée donc tu n'as probablement jamais eu la question "tu viens d'où ? - (Réponse au pif: de Normandie) - Non mais je veux dire tes origines". Ou plus globalement tu vas probablement éviter les discrimination raciales puisque tu passeras pour une blanche.
    Ton appellation n'a pas vraiment d'importance en général, puisqu'aujourd'hui la mondialisation et les appropriations culturelles font que les prénoms de tel type ne sont plus cantonnés à une région géographique et transposé à ton physique il peut interpeller certes mais tu ne subis pas de racisme parce que tu as une appellation connotée.

    Je peux comprendre que ça t'ennuie qu'on efface une partie de tes origines, mais au final .. tu ne subis pas la moitié de ce que peuvent subir toutes les filles typées: on ne va pas te prendre pour une voleuse juste parce que tu as une tête d'arabe et j'en passe des meilleures. Ca ne change pas vraiment ton quotidien, puisqu'on ne te ramène pas constamment à ta couleur de peau et à ta différence vis-à-vis de la "norme française" (gros guillemets hein ..).

    Tu n'es pas la seule à être dans cette situation, je n'en fais pas partie mais je connais des filles qui par facilité ne clament pas haut et fort qu'elles ne sont pas autre chose que blanches quand les gens le déterminent à leur place. Après pour savoir comment te définir je ne comprends pas vraiment ta question ..

    En espérant que ça puisse t'éclairer ;)

    Je te conseille d'aller jeter un coup d'oeil sur ce topic: http://forums.madmoizelle.com/sujets/comprendre-le-racisme-ou-le-racisme-101.96587/
     
    #2 Luso, 11 octobre 2015
    Dernière édition: 11 octobre 2015
    Uryuu, Jauneparapluie, AntiopéBagheera et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. Luso

    Luso
    Expand Collapse

    Bah rien ne t'empêche de te rapprocher de la culture de ton père, c'est également la moitié de tes origines; ça n'a rien à voir avec une question de couleur de peau. Je pense que tu as peur de faire de l'appropriation culturelle, or c'est très différent de ton cas, puisque tu ne vas pas utiliser certains codes qui appartiennent à une éthenie/groupe pour en faire quelque chose d'autre: tu ne veux pas te rapprocher de la culture algérienne parce que tu trouves ça swag et tu veux pratiquer le rite de servir le thé (je dis ça mais je ne sais même pas si ça existe c'est juste un exemple grossier) sinon parce que ça fait partie de toi d'une certaine manière.

    Après à savoir si tu es blanche ou métisse .. hum je ne sais pas vraiment te dire; techniquement un métis c'est quelqu'un qui a plusieurs origines mais ça colle aussi pour allemand + français; mais le terme renvoie aussi à une couleur de peau .. :hesite: Peut-être qu'une des filles saura plus te préciser !
     
    ElectraHeart et Oh ont BigUpé.
  4. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    @Astoria.G Je te comprends, moi aussi je me pose ces questions...
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Phetdalla, ElectraHeart, AprilMayJune et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. Moosoo-gali

    Moosoo-gali
    Expand Collapse
    Comme un lapin dans les phares d'un camion

    Je voulais VRAIMENT vous remercier, les Madmoizelles, pour tous vos posts, ici et sur les autres forums sur le racisme, qui m’ont beaucoup parlé :cupidon: Ils ont mis en forme des pensées (vagues) et des impressions (cuisantes) que j'ai accumulé puis mis de côté depuis l'enfance, ou que je n'ai jamais réussi à intellectualiser ( :bave:ngeuh; des concepts tels que le white-passing en l'occurrence), ou que j'ai dû réprimer pour ne pas passer pour la grande victime face à des proches qui ne comprenaient pas forcément. Ils m’ont poussées vers des lectures scientifiques et d’autres plus « profanes » qui m’ont vraiment « nourrie ». Donc ouais, merci, ça fait m’a quand même du bien de vous lire… Je me permets donc d’y ajouter mon grain de sel en même temps que ma gratitude, pour celles que ça peut intéresser (je sais que ça n’est pas forcément le cas du tout donc je place le tout en spoiler, hophophop) :cretin:


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !


    Tout ça me questionne beaucoup en ce moment, et c’est surtout à cause de mon mémoire.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Je vais m’arrêter là parce que je pourrais continuer encore sur le même ton longtemps et que j’ai déjà l’impression d’avoir l’air de me plaindre. Du coup merde je comprends encore mieux toutes les précautions prises par les personnes qui se sont exprimées plus haut… :red:Je précise du coup que je ne suis même pas en train de pleurer sur moi mais voilà, il semble que vous et moi traversions malgré tout une « petite crise identitaire ». Je ne trouve pas que ça relève du whitesplaining (j’emprunte ce terme avec imprudence parce que je le connais encore mal mais ça reste l’idée je crois) d’en parler parce que je ne trouve pas que les problèmes sur la question de l’identité des non-blancs pouvant « bénéficier » du whitepassing sont les mêmes que ceux clairement racisés, et ne sont pas mis sur les mêmes plans ni comme reposant sur les mêmes enjeux. S’il est évident que la posture des premiers est évidemment plus confortable au regard des rapports qu’ils entretiennent extérieurement avec la société, tout simplement parce qu’ils ne subissent pas le racisme comme je le disais plus haut, ce n’a pas l’air d’être forcément le cas dans la façon dont ces rapports sont internalisés ou assimilés, les moments de vie que vous avez partagés avec nous sont parlants… Le racisme n’est pas « subi » mais il est mal vécu et je trouve que c’est justifié, je ne sais pas si la nuance est pertinente

    Je préfère m’excuser par avance si je vous ai fait chier malgré les onglets spoilers, mais vraiment. J’avais vraiment besoin de parler de tout ça et finalement je me suis dit qu’ici, sur un forum, un forum madmoizelle qui plus est, ce serait à la fois plus simple, moins violent et plus enrichissant :fleur:

    Donc n’hésitez pas à me répondre - déjà pour me reprendre si je dis de la merde, et aussi parce que ça m’aidera peut-être dans le cadre de mon taf, et puis dans le cadre plus personnel aussi :)
     
    ElectraHeart, Lunafey et AntiopéBagheera ont BigUpé ce message.
  6. Moosoo-gali

    Moosoo-gali
    Expand Collapse
    Comme un lapin dans les phares d'un camion

    C'est ce que je voulais faire passer à travers la nuance subir/vivre en fait, là dans ton cas tu ne le "subis pas" dans le sens "pas directement", mais tu le vis, toi tu le ressens et tu en souffres, et à travers tes proches. Après j'essayais juste de mettre en forme la différence mais je ne voulais pas avoir l'air péremptoire du tout parce que je ne maîtrise ni les théories ni tout ce qui a été théorisé sur le racisme du tout, et surtout pas te balancer que tu n'avais pas ton mot à dire... j'ai plutôt voulu exprimer le contraire en fait, je me suis peut-être mal fait comprendre :) :bouquet:

    Puis finalement mon gros pavé sur l'identité c'était aussi pour questionner. Avoir par exemple un grand-parent ivoirien et un seul rend-t-il problématique le sentiment de se sentir ivoirien ? Est-il complètement illégitime de se sentir visé si, là encore un exemple, on assiste à une scène raciste envers un ivoirien ? Et du coup qu'est-ce que ça soulève de définir son identité lorsque l'on est un "racisé invisible" comme tu les appelles, si on part du principe que l'identité se construit autour des rapports sociaux/culturels au sein desquels il est engagé, et que un ou plusieurs de ces facteurs est non seulement "invisible" mais aussi la base de rapports de force, de conflits, de réaffirmation ou de réappropriation culturelle...

    Entre nous je ne suis pas partisane du "t'as pas ton mot à dire sur le racisme", tout le monde est concerné, il faut garder en tête quelle place tu occupes dans le système, ou au moins essayer de l'analyser et de la comprendre et de s'exprimer en conséquence - le gros enjeu quoi :)
     
    #6 Moosoo-gali, 26 octobre 2015
    Dernière édition: 26 octobre 2015
    AntiopéBagheera a BigUpé ce message
  7. Moosoo-gali

    Moosoo-gali
    Expand Collapse
    Comme un lapin dans les phares d'un camion

    Oups. :cretin:
     
    AntiopéBagheera a BigUpé ce message
  8. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    @AntiopéBagheera J'ai l'impression qu'il est beaucoup plus difficile pour toi que pour moi de trouver ma place. Je ne voudrais pas que tu te sentes rejetée et je ne vais pas ajouter grand chose à ce qu'à dit @Moosoo-gali mais cette phrase :

    Et oui c'est dur pour tout le monde, ce que tu vis n'est pas plus ou moins grave, c'est différent. Il y a des choses que tu ne vis pas directement mais au final tu te sens concernée. Sur certains points, oui , ta vie est facilitée par ton passing mais tu restes concernée. Avoir un passing, c'est avoir les privilèges des blancs mais aussi certaines emmerdes des racisés. Quand les gens insultent ta famille, j'estime que ça n'est pas à un concept militant de te dire si ça fait mal ou pas.
    Mais pour revenir à ce que je voulais dire, il faut que tu en aies conscience, que tu saches que la vie est plus facile pour toi que pour quelqu'un chez qui "ça" se voit. Mes potes issues d'une immigration plus "acceptable" ne se permettent jamais de me contredire quand je parle du racisme que je subis quand bien même ils ne l'ont pas subi. Ils me font comprendre, par leurs attitudes et leurs discours, que je suis plus à meme qu'eux de comprendre et de parler de racisme. Pareil pour mes potes qu'on prends, à tord, pour des arabes, ils savent qu'à un moment ça passe alors que jamais pour moi.
    Je sais que les "étiquettes" permettent à beaucoup de gens de se sentir moins seul, de mieux comprendre ce par quoi ils passent mais je comprends aussi que c'est très difficile parfois de ne pas savoir laquelle nous va le mieux.
    En tout cas, je trouve ce que vous dites hyper touchant.
     
    Lunafey et Moosoo-gali ont BigUpé.
  9. Lafastod

    Lafastod
    Expand Collapse
    Procrastination en cours.

    Hey, salut, je m'incruste dans la conversation.
    Je me reconnais à 100% dans les témoignages.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Mais voilà, il y a quelque mois de ça, dans un bar, j'ai "tchipé" lors d'une conversation que je trouvé fort déplaisante.
    C'est con, très con, mais des fois, oui, ça m'arrive.
    Et là, un mec sorti de nulle part m'a engueulé. Son argument était que je faisais de l'appropriation culturelle, et que c'était dégueulasse.
    Et je me suis sentie, très, très bête, parce que oui, il avait raison.

    Je ne sais pas où se situe ma légitimité. Je suis complètement perdue par rapport à ça :hesite:
    Et encore maintenant, quelque mois après, je ne sais pas quoi en faire. Est-ce que l'appropriation culturelle est uniquement une question de couleur de peau ?
     
    AntiopéBagheera a BigUpé ce message
  10. pitikoala

    pitikoala
    Expand Collapse

    @Lafastod
    Je ne sais pas si t'as vu mais on a eu un débat là dessus sur le topic de l'appropriation culturelle ( sans solution claire malheureusement... ) si tu veux apporter ta pierre à l'édifice :fleur:
     
    Lafastod a BigUpé ce message
  11. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Idem, j'aimerais bien aussi qu'on puisse parler de nos problématiques (qui sont à la fois différentes des blanc.hes et à la fois différentes des racisé.es), sans qu'on pollue le topic des personnes qui vivent bien pire que nous quoi :ninja:
     
    Endless, Ghost wind et AntiopéBagheera ont BigUpé ce message.
Chargement...