Besoin de témoignages LGBT, personnes non-binaires, asexuelles, genderfluid, agenré.e.s...

  • Initiateur de la discussion Mlle C.
  • Date de début
M

Mlle C.

Guest
Bonjour à tou.te.s ! :hello:

Je vous écris parce que j'ai besoin de vous. Je suis actuellement en pleine écriture d'un roman qui a déjà un prologue et quatre chapitres à son actif, et mes personnages sont des adolescents en pleine découverte d'eux-mêmes, en 2005, à l'époque où on parle encore peu de sexualité dès qu'elle sort du cadre hétéronormatif.
Et encore moins des discussions portant sur le genre, les personnes non-binaires, et l'asexualité. Le début de mon roman est ici (il faut avoir un compte Wattpad, gratuit, pour le lire).
J'ai besoin de vos expériences, de vos vécus, de vos ressentis. Je suis moi-même lesbienne, et je suis passée par les questionnements et les doutes, les peurs, surtout celle du regard des autres, mais je n'ai pas envie d'écrire dans le vide ou d'être complètement à côté de la plaque.
J'aurais besoin de vos témoignages, par MP ou bien dans ce sujet si vous avez envie de raconter votre histoire publiquement. Pour information, je ne vais évidemment citer aucun.e d'entre vous dans mon histoire. Ce sont des histoires qui vont m'aider à construire les miennes et à parler des problématiques qu'on traverse sans avoir l'impression d'être à côté de la plaque.
Tout ce que vous avez envie de me raconter est bienvenu, vraiment. Que ce soit les premiers questionnements, les difficultés éventuelles rencontrées avec votre entourage (ou non, d'ailleurs !), la découverte de soi tout simplement...Les peurs aussi, si vous en avez connues (pas forcément. Ca se fait plus simplement pour certains que pour d'autres !)
Je vous serais vraiment très reconnaissante, merci :jv:
 
Dernière modification par un modérateur :
22 Janvier 2010
2 937
17 792
5 744
Ah c'est trop dommage, j'aurai bien aimé les lire moi aussi ces témoignages ! (mais je comprends que ce soit intime). C'est toujours rassurant / éclairant de voir les parcours des autres dans sa propre construction. Là je lisais un bouquin "Se dire lesbienne" et c'était hyper chouette de voir les parcours semblables de filles.
Je raconterai bien mon histoire, mais je suis encore en train de déterminer des choses, alors je sais pas trop :hesite:
 
30 Janvier 2015
1 138
6 768
2 094
@Mlle C.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Finalement on peut résumer les deux à : comme je ne savais pas que ça existait, je suis restée longtemps persuadée que je m'inventais des problèmes pour me rendre intéressante.
 
22 Janvier 2010
2 937
17 792
5 744
@Neyane Oui, j'ai une copine qui a fait son coming-out de lesbienne l'an dernier, et qui me dit "qu'il faut juste tester avec une fille, et puis avec un mec pour voir". Sauf que, ça marche pas comme ça pour moi en fait. Si j'embrassais n'importe quelle fille ça ne m'avancerait pas plus. Du coup oui faut juste attendre de voir ...

Non, elle m'a tragiquement brisé le cœur :gonk: (elle n'est pas amoureuse de moi, et est toujours avec son copain). M'enfin, je n'ai pas l'impression que ce soit très clair pour elle non plus, car chaque fois qu'elle sort avec une fille, elle panique quand ça arrive "aux choses sérieuses" sexuelles (plus que des caresses donc) et quitte brutalement la fille.
 
22 Janvier 2010
2 937
17 792
5 744
@Mlle C. Je sais bien, c'est pourquoi d'ailleurs j'utilise l'expression "faire l'amour". :happy: Mais au-delà de la pénétration, on a pas fait de choses jugées classiquement comme sexuelles, c'était plutôt chaste, c'est ce que je voulais dire.
 
21 Septembre 2015
167
1 652
2 314
Ca se déroule à l'époque contemporaine ton histoire ? En fait, je me demande un truc. Est ce que tes persos tu vas les définir clairement au lecteur ? Je veux dire est ce que tu vas lui dire que c'est un asexuel, un genderfluid ?

Parce que si tu ne le fais pas c'est cool. Cela permettrait de ne pas faire du personnage "l'assexuel de service" et en même temps au bout de trente chapitres le lecteur en vient à ses propres conclusions de lui même (ou alors le perso le réalise). Je pense surtout ça de l'asexualité en fait, parce que je trouve que c'est pas quelque chose ou à 14 ans on se dit "Mais au fait, nondediou, je suis asexuel", donc à mon avis la réalisation si elle vient peut être beaucoup plus lente que tes autres personnages.
 
30 Janvier 2015
1 138
6 768
2 094
@Pazzi D'un côté, il y a l'idée de ne pas en faire le MOGAI de service mais de l'autre... dire les choses et les nommer, c'est important aussi. Je ne sais pas si le contexte s'y prêtera ou pas, mais pour que le lecteur parvienne à ses propres conclusions, il faut qu'il ait connaissance des choses. Et dans le cas de la non-binarité, le spectre ace ou même les orientations bi ou pan, ce n'est pas une évidence.

Enfin, ce n'est pas à nous de choisir à la place de @Mlle C. de toute façon, mais je voulais juste dire que dire les mots n'est pas forcément une mauvaise idée non plus :)
 
18 Avril 2012
3 043
23 998
3 254
[EDIT : olala je fais toujours des gros pavés... désolée XD]

Et puis c'est un peu une convention de la littérature et d'autres médias artistiques de ne pas mettre de terme à une situation, puisque le but c'est plutôt de montrer que de nommer. Et nommer empêche souvent de bien montrer.
On va rarement dire qu'un personnage est dépressif, on va plutôt le montrer et nous le faire vivre de l'intérieur, on va rarement dire qu'un personnage est homosexuel, on va plutôt nous dire qu'il tombe amoureux/est attiré par telle personne, on va rarement dire qu'un personnage est asexuel, on va plutôt écrire une phrase du genre "malgré l'obsession pour les choses du sexe qui colonisait l'esprit de ses camarades, Machin n'y voyait qu'un intérêt limité" (ce qui permet non seulement de nous dire qu'il n'est pas intéressé par le sexe, mais qui en plus permet en une seule phrase de nous faire comprendre ce qu'il en pense et comment il juge la société sexualisé dans laquelle il vit à travers les mots "obsession", "chose" et "colonisait". C'est bien plus que ce que fait une simple étiquette), etc.
Il y a plusieurs raisons à ça je pense. Déjà parce qu'on a pas besoin de mettre un terme sur une situation pour qu'on la comprenne (Zola n'a pas eu besoin de dire que jenesaisplusquelpersonagedel'assommoir était alcoolique, il nous la montré de manière bien bien explicite), ensuite parce qu'il y a une dimension pudique qui fait qu'on ne pose pas les mots dans une œuvre comme on les poserait dans la vie (pour le lyrisme et pour s'obliger à décrire la situation en détail), et aussi parce qu'il y a toujours le problème de la représentation : si un personnage d'une œuvre est par exemple asexuel, il sera considéré comme représentatif par défaut des asexuels (sauf s'ils sont plusieurs). C'est à dire que si on dit "Machin est asexuel" et qu'ensuite on présente sa vie, beaucoup de lecteurs auront tendance à penser que c'est sensé être représentatif, alors que c'est un personnage qui vie sa vie. Ainsi, les personnes qui ne se reconnaîtrons pas dans sa manière de vivre cette caractéristique se sentirons lésés. Par exemple, si on présente une personne qui est asexuelle mais à vécu un traumatisme sexuel, on peut être sûr que ça sera mal perçu par une partie de la communauté asexuelle qui ne se reconnaît pas du tout dans ce vécu et aura peur que les autres lecteurs se disent "on a présenté Machin comme asexuel, donc son asexualité est représentative de l'asexualité et donc tous les asexuels sont des gens traumatisés".
La convention de l'absence des termes descriptifs dans les œuvres de fiction s'explique -je pense- pour toutes ces raisons ^^

Par exemple, dans une de mes histoires deux personnages principaux masculins sont en couple. Je n'ai jamais écrit le mot homosexuel pour toutes les raisons citées plus haut (et parce qu'ils ne se définissent pas eux-mêmes, donc l'auteur ne peut pas les définir). Mais le lecteur le sait parce que tout est explicite, ce n'est pas parce qu'on ne nomme pas que ça existe pas, puisqu'on le montre, et le lecteur a du coup la possibilité de nommer les choses par lui même (certains verront peut-être mes deux personnages en couples comme homosexuels, d'autres comme bisexuels, d'autres comme deux ados qui se cherchent, d'autre comme une amour/amitié, d'autres comme rien parce qu'ils ne fonctionnent pas par étiquettes... du coup ça permet une liberté d'identification du lecteur aux personnages selon son vécu) :)

@Mlle C. Je t'ai envoyé mon témoignage via mp :red:
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes