« Ça m'inquiète de faire subir ça à mon enfant » : les mères bipolaires témoignent

22 Avril 2022
2
17
4
Personnellement j'ai été élevée par une mère bipolaire et un papa asperger (le super combo oui ! ) avec ma sœur. Je trouve que c'est assez égoïste de faire un reportage sur le point de vue maman, car quand on met quelqu'un au monde on doit avant tout penser au bien être de l'enfant, et là où sont les témoignages dans l'article des enfants de bipolaires ?

Notre enfance a été une catastrophe, entre maltraitance, coups et abandon. Tout ça pour répondre au désir égoïste d'une personne qui ne pouvait pas être une bonne mère à cause de sa maladie. Je ne trouve pas normal qu'on incite des gens qui ont des gros soucis, et qui ont de fortes chance de les transmettre à leurs enfants (voir de bousiller leurs vie) à mettre la culpabilité de côté. On a en devoir, en tant qu'adultes, de se poser la question du bien-être de l'enfant. Et si la maladie ne permet pas de l'assurer, oui c'est nul et injuste, mais il faut surtout chercher à régler la maladie plutôt que d'y aller en mode "on verra bien". Tout le monde n'a pas l'étoffe pour être astronome, président, ou parent.

Nous en voudrons toujours à nos parents de nous avoir mis au monde dans ces conditions, même si maintenant maman est traitée et vit beaucoup plus sereinement, et pour moi ça règle la question puisque j'ai hérité en partie des deux parents : pas d'enfants. Mon père asperger a aussi été catastrophique, empirant forcément la maladie de maman. Ils venaient déjà tous les deux de familles très dysfonctionnelles, donc malheureusement c'est complètement héréditaire et c'est aussi quelque chose dont je leur en veux.
 
16 Septembre 2012
1 967
11 111
5 674
@Agesse Parce qu’à chaque fois que l’on questionne si certaines personnes devraient faire des enfants, les gens vont hurler à l’eugénisme, alors qu’il y a quand même un écart entre eugénisme et bon sens. Certains parents pourraient être de mauvais parents à cause d’une maladie ou condition, ou pire, la leur refiler. Une des amies de ma famille a une maladie qui la paralyse petit à petit, elle ne peut pas se faire à manger ou aller aux toilettes sans aide, et des fois se réveille en hurlant de douleur la nuit a cause de spasmes. Et c’est héréditaire, son père est mort de ça. Et sa fille décide de faire un enfant parce qu’il a un pourcentage de moins de 100% qu’il ait la même chose, parce que YOLO.
Les gens donnent plus d’importance au ‘’droit à l’enfant’’ que l’enfant en lui même, je trouve.
 
9 Mars 2014
4 069
34 000
5 674
lutinreveurblog.wordpress.com
Effectivement être parent est un droit et de nombreuses femmes ayant des handicaps physiques ou mentaux ont été gravement maltraité par notre système, allant de la stérilisation à la culpabilisation.

Je pense que mettre en place un accompagnement spécial pour les parents en situation d'handicap serait une solution même si ce système semble plus ou moins existé.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Oui parce que dire que finalement les personnes souffrant de troubles mentaux ont le droit d'avoir des enfants et ensuite demandé le placement des enfants en question ors qu'il n'y a pas de danger ça revient un peu à décider qui peut élever des enfants finalement.

A la question d'où viennent les troubles mentaux, est-ce que c'est héréditaire ou pas. Ma réponse, c'est que la société dans laquelle on vit est en partie responsable des troubles mentaux. Attention pas totalement. Mais par exemple, dans mon entourage, il n'y a pas une seule femme qui n'a pas vécu de sexisme. Et juste cet exemple, bah ça joue sur la santé mentale. Et on décline tout ça pour toutes les discrimination.
 

Horion

Transmasc nbi il/lui - pas de citation !
18 Janvier 2016
1 301
16 128
3 854
@Neverland90

Je suis d'accord avec toi. C'est complexe comme sujet. D'autant que la maladie mentale ne touche pas tout le monde de la même façon.
Ma mère a un TSA (diag ya pas longtemps), mon père un TSA et une bipolarité (diag aussi sur le tard). J'ai une forme de bipolarité (que des phases dépressives) + un tdah. Ma sœur est bordeline + tdah.
Bref ya personne qui est épargné finalement.
Ouais j'ai eu un manque de tendresse de la part de ma mère étant enfant. Des explosions aussi parfois. Mais elle s'est quand même occupée de moi comme elle a pu (avec un père toxique qu'elle a quitté et précaire un moment dans sa vie).

Ce qui manque c'est surtout un accompagnement. D'autant que si on cumule toutes les stats de toutes les troubles psy, ça concerne bien 1/3 des parents voir plus. Donc au final quasiment tout le monde est touché de près ou de loin. Parce qu'en plus des troubles, la société joue aussi un rôle dans leur développement.

Et il y a des parents maltraitants et violents sans troubles psy.
Alors oui les gens devraient se poser beaucoup plus la question avant de procréer. Mais aussi la société est en partie responsable en ayant peu de prises en charges, avec une société capitaliste toujours plus chères, des heures de travail en ne plus en finir, rien pour lutter contre les abus, le sexisme, etc.

Si on veut vraiment une société sans trauma et des parents qui s'occupent bien de l'éducation de leur enfant, c'est toute la société qu'il faut changer.
 

ShardsofaFox

I'm now becoming my own self-fulfilled prophecy
21 Juillet 2022
462
3 434
204
@Horion Je te cite pas juste merci pour ta phrase qui explique qu'il y a des parents maltraitants avec ou sans maladie psy/NeuroA.

La seule personne de ma famille qui m'a élevée correctement et qui, malgré certaines erreurs, fait de son mieux et me soutient... c'est ma mère : TDAH/BPD.
J'ai moi-même un TDI.... et les personnes qui m'ont fait subir ça n'ont aucune maladie psys ou neuroA, et étaient parfaitement conscientes de ce qu'iels faisaient. Et je peux vous dire que c'était des horreurs. Ma soeur est une personne adorable, elle a des troubles aussi. J'ai plein de comorbidités et pourtant, je suis vue par tout mon entourage comme LA personne fiable qui va être là pour tout le monde, j'ai plus ou moins élevé ma soeur, surtout quand on n'était pas avec ma mère. Alors oui, certes, ma mère a causé des soucis. Mais elle m'a aussi inculqué des valeurs formidables et se bat avec tellement de courage que ça ne peux que m'inspirer. Si elle n'avait pas été là, je me serais retrouvée non pas comme les clichés le disent, entourée de personnes avec des troubles mentaux, mais avec des personnes mal intentionnées, parfaitement responsables de leurs actes et conscients de ce qu'iels faisaient.

Penser que les personnes avec des troubles sont les plus maltraitantes est un stéréotype dangereux, le même que le mythe du vi*leur en cagoule dans un parking. Je ne nie pas vos souffrance, des parents maltraitants, absents, etc., c'est terrible. Mais là, ce que j'ai lu c'est d'une violence inouïe. Je ne répondrais même pas aux commentaires de certaine.s parce qu'après tout, vous avez votre avis. Mais j'estime qu'à partir du moment où vous décidez qui à le droit d'avoir des enfants, qui devrait en avoir, vous êtes un danger. Je sais que cette phrase ne va pas me plaire, mais j'ai lu aujourd'hui que vu mes maladies mentales, je ne devrais pas avoir le droit de me reproduire donc j'estime avoir le droit d'être brutalement franche également.

Je ne fais pas de mon cas une généralité, et je vous encourage à faire de même. Les maladies psy sont difficiles à vivre et oui, parfois on peut se demander si on veut vraiment élever des enfants ainsi et se poser la question est sain, mais quand ça nous concerne. En aucun cas vous avez le droit de décider pour autrui.

Ah et aussi, on ne dit plus Asperger. Même si visiblement vous avez des idées similaires sur les droits des personnes neuroA ou avec des troubles mentaux, on dit désormais personne autiste ou avec un TSA (trouble du spectre autistique).

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

J'ai déjà suffisamment subi dans la vie, je fais un travail de titan pour aller mieux, mes NeuroA et mon BPD ne s'en iront jamais, mon TDI on verra, mais j'apprends tous les jours à mieux me comprendre et à avancer. J'entends la colère qu'on peut éprouver pour des parents qui nous ont fait subir des choses qu'on aurait jamais dû subir, mais avec des maladies mentales on subi déjà suffisamment de choses, je m'habitue à l'idée que, de toute façon, je serai toujours jugée parce que j'ai des maladies mentales et NeuroA et que j'ai envie d'avoir des enfants. On m'a déjà volée mon enfance, or de question qu'on me vole le reste de ma vie. Comme d'autres l'ont déjà dit, le plus important c'est de prendre conscience de ce que l'on a, et de trouver de l'aide comme on le peut. Avec les moyens actuels, c'est déjà un petit peu plus simple qu'avant, et j'espère vraiment que ça va avancer de plus en plus vite. C'est ça, le plus important.

Merci aussi à @Ange en danger dont le témoignage est bien plus utile que les deux ou trois autres qui ont suivi.

Je suis désolée pour les personnes qui ont subi la/les maladie(s) mentale(s) de leur.s parent.s, vraiment, c'est quelque chose d'extrêmement traumatisant. Mais de la même manière que je trouve important d'en parler, j'aimerais qu'on nuance plus la chose et surtout qu'on ne pense pas que ça nous donne le droit d'oppresser d'autres personnes. Avoir vécu des traumatismes ne vous donne pas le droit de décider qui doit avoir des enfants ou non, qui doit vivre en société ou non, comment vont évoluer les personnes que vous ciblez.

Merci de ne pas me citer ou me mentionner, c'est déjà assez douloureux comme ça d'avoir posté ici. Pour les personnes avec des TM, handicaps ou des NeuroA qui ont peut être été blessé.e.s par les messages (ou alors il n'y a que moi, c'est possible) plein de soutien, c'est possible de s'en sortir et d'avoir la vie que l'on désire et non, ça ne veut pas dire que vous allez automatiquement brimer vos enfants si vous en voulez.
Ras le bol d'être stimagisé.e.s en permanence, et si vous avez des problèmes non réglé, cherchez de l'aide au lieu de dicter leur conduite aux autres.
 

Clèves

Risque psycho-social
12 Mars 2018
1 155
19 932
2 564
30
Je serais davantage pour un accompagnement social plus adapté autour des pathologies invalidantes, qu'elles soient physiques ou mentales, et une remise en question globale de notre mode de vie occidental épuisant et extrêmement favorisant pour le stress même chez les personnes qui n'ont pas de troubles mentaux, qu'une volonté de pousser ces personnes à ne pas enfanter. Parce qu'effectivement ça a des implications pas terribles (c'est quoi, les critères qui garantissent qu'un enfant sera bien élevé ? L'argent ? Le statut social ? D'aucuns pensent que l'orientation sexuelle devrait peser dans le droit d'enfanter, on est d'accord avec eux du coup ?) et perso j'ai en effet aucun problème à affirmer que c'est de l'eugénisme.
 
Dernière édition :

Horion

Transmasc nbi il/lui - pas de citation !
18 Janvier 2016
1 301
16 128
3 854
D'autant que pour avoir travaillé en psy ça existe déjà (Désolé je suis sur mobile et le mode spoiler bug)

Tw validisme et psychophobie.

Je me suis que dans notre équipe mobile (on faisait le lien entre l'intra hospitalier et l'extra hospitalier comme les CMP) on a été choqué de certaines prises de décisions.
On avait une dame qui avait eu 3 enfants, 3 enfant placés des la naissance car elle était atteinte de troubles psy et son mari était violent (comme si c'était sa faute...). Au lieu de l'accompagner pour trouver un logement seule et la sortir de la et lui donner des soins, les services sociaux placés les enfants des la naissance. Nous on était là pour défendre la mère (et honnêtement elle s'en sortait pas si mal). Un des psychiatres des services sociaux poussait même pour la faire stériliser...de force ! Heureusement le psychiatre de mon service était pas con et super contre.
Et du coup pourquoi elle faisait des enfants par la suite ? Parce qu'on lui retirait les premiers et qu'elle avait des traumas...(les enfants aussi d'ailleurs).
On a bataillé et elle a finit par les récupérer mais bon c'est chaud.

Donc voilà malheureusement aussi l'état des services psy et autres en France. Et encore cette histoire elle date de quelques années. Depuis mes handicaps ne me permettent plus de travailler donc j'imagine que c'est pire !!
D'autant que le médecin en question des services sociaux, il a eu des plaintes au cul par la suite de mineurs de sa famille pour pedocriminalité...il n'avait pas de troubles psy. Ca l'a pas empêche d'être maltraitant.
 
22 Avril 2022
2
17
4
Pour répondre, bien sûr que si on dit encore des personnes avec des troubles de type Asperger, je travaille justement au quotidien avec des personnes qui en sont atteintes et je suis en lien régulier avec des psys spécialisés pour les accompagner au mieux dans leur travail, c'est mon job : je m'occupe de personnes en situation de handicap pour les réinsérer dans le monde du travail. Donc déjà ne pas juger là-dessus merci.

Ensuite je ne dis pas qu'aucune personne avec un handicap doit avoir d'enfants, par contre dire automatiquement qu'elles peuvent et doivent passer outre le handicap c'est d'un égoïsme ! Le droit d'un l'enfant à avoir une enfance heureuse passe au-dessus du droit d'être mère, c'est comme ça. Si une personne avec des troubles psys ou physiques ne se pose pas du tout la question de comment son enfant va vivre son handicap, c'est déjà un manque criant de pensée au bien-être du futur humain. Si par contre elle pèse le pour et le contre, se fait accompagner, test des traitements éventuellement pour adoucir les crises (dans le cas de la bipolarité), alors là y a pas de problème.

Exemple tout bête sur mon beau-neveu : sa mère est bipolaire, elle a imaginé qu'avoir un enfant la "sauverait" sans réfléchir au conséquences. Résultat elle ne lui a jamais fait à manger en 11 ans, ne fait rien à la maison, ne joue même pas avec lui, rien. C'est le père qui doit s'occuper de tout. Un enfant n'est pas un médicament, elle n'était déjà pas capable de s'occuper d'elle-même sans son mari (et je ne dis pas ça de façon péjorative attention), mais se mentir à soi-même et à son enfant en pensant qu'enfanter va régler le problème c'est égoïste. Le père est sous l'eau, et l'enfant ne l'aime pas.

Et à vrai dire je vais même aller plus loin, même sans maladie il FAUT se poser la question de la vie qu'on peut offrir à son enfant. Je viens d'une lignée entière de bipolaires, ça remonte à 2/3 générations, que des gens qui ont frappés et maltraités. Si ma mère s'était posée ne serait-ce que la question, sachant qu'elle frappait déjà son mari avant de nous concevoir, et qu'elle avait cherché notre bonheur plutôt que le sien, alors soit elle se serait fait aidée soit on ne seraient pas nées dans des souffrances terribles.
Personnellement j'ai des épisodes de violence très fortes, et je sais que je frapperais mes enfants si j'en avais, car ils me feraient sortir de mes gonds. Donc j'ai rayé cette possibilité de ma vie, peut-être en attendant des traitements plus efficaces dans le futur.
 
5 Août 2021
699
5 925
554
32
Je suis d'accord avec vous sur la discrimination des parents neuroatypique ou avec des troubles mentaux. C'est hyper contreproductif.
Déjà ça donne des enfants placés injustement (c'est hyper traumatisant pour les enfants: dénigrement du parent, coupure total avec le quotidien: la famille, les amis, l'école, les lieux de vie et les possibles négligences et maltraitances en foyer ou en FA) alors qu'un parent bipolaire n'est pas forcément maltraitant.
Ensuite ça pousse les parents à éviter tout aide par peur que leurs enfants finissent placés.

Pareil pour le parent victime de DV: au lieu de l'aider à sortir de là, de lui proposer un logement, une aide psy, une aide pour retrouver un travail, on place les enfants. Alors que ça coûte super cher (8000€ par enfant), plus cher que de loger une famille, des séances de psy et RdV. Je veux dire: si le placement est la seule solution il faut le faire, c'est évident. Mais si c'est un parent en difficultés parce-que victime de DV ou fragilisé par une pathologie ou par la pauvreté (ou un mix de tout) il y a d'autre solutions plus efficace pour les enfants et le parent.

Au passage je salue l'initiative de cette série d'article car c'est super important de ne pas en faire un tabou.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes