Cinq personnages féminins qui n'ont pas dû être violées pour devenir badass

30 Mai 2016
209
2 356
814
30
Saint-Éloy-les-Mines
POURQUOI ILS ONT FAIT ÇA À SANSA ?
Excusez le coup de gueule dès le début de post, mais dans le genre rape and revenge caractérisé, étant un peu au courant de l'arc narratif de Sansa Stark dans les livres du Trône de Fer (sans les avoir lus #shame), où elle apprend la manipulation tout en se construisant (alors qu'elle sortait d'un contexte très violent et oppressant pour elle, mais c'est une façon de dépeindre une princesse de conte de fées qui se réveille dans un cauchemar) et en devenant jour après jour plus maligne, diplomate et à l'aise en société,
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Genre, ils trouvaient qu'elle n'en avait pas assez chié comme ça ? Les humiliations publiques, les coups, le fait d'être déshabillée en public, son premier mariage forcé, les approches bien glauques du type qui voulait pécho sa mère #pedobear, et la souffrance morale qu'elle a subie tous les jours, c'était pas suffisant pour eux ?

Heureusement, il existe en fiction des personnages féminins forts qui n'ont pas eu besoin de souffrir pour être badass, j'en vois quelques-unes :
Matilda Wormwood de Roald Dahl, qui, bien qu'elle vive dans une famille d'incultes fiers de l'être qui la délaissent complètement, est de toute façon une petite fille aux capacités intellectuelles extraordinaires, et pleine d'humilité et de bonté aussi.

Lyra Belacqua dans la saga À la croisée des mondes de Philip Pullman, c'est une gamine forte en gueule et aventureuse, et ce, bien avant de perdre son ami Roger, de découvrir que sa mère est un monstre narcissique et arriviste, et d'avoir dû s'éloigner physiquement de son dæmon (une expérience horriblement douloureuse pour elle). Dès le début des livres, on voit qu'elle ne se laisse pas emmerder :cretin:

Claire Beauchamp Randall Fraser, d'Outlander. Même débarquée au XVIIIe siècle au milieu d'Anglais et d'Écossais machos, elle a un fort caractère, est sûre de sa science, et ne se laisse pas marcher sur les pieds depuis le début de sa série. Bon, c'est sûr, on peut supposer que c'est (un peu) son passé d'infirmière de guerre qui l'a rendue ainsi. À noter que c'est son mari, Jamie, qui a subi maintes violences physiques et sexuelles (la dernière fois que je m'étais sentie aussi mal à l'aise devant une série, c'était quand Ramsay torturait Theon dans GoT...).

LaDonna Batiste-Williams dans Treme. Là on parle d'un cas un peu différent des autres, car
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
, mais elle montre depuis le début de la série une volonté de fer, notamment quand il s'agit de mener sa vie comme elle l'entend. Même constat pour la cheffe cuisinier Janette Desautel, de la même série, qui n'a pas subi de traumatisme profond (il me semble).

Luna Lovegood dans Harry Potter, c'est un personnage qui subit le harcèlement scolaire mais elle n'est pas définie par ça (plutôt par sa gentille "bizarrerie"), et c'est sa coolitude qui est mise en avant dans les romans. Luna je t'aime :ravenclaw:

Margaery Tyrell dans GoT, c'est l'archétype de la fille heureuse, qui a été élevée dans une famille infiniment riche, elle a été "formée" par sa dévouée grand-mère (Olenna, je t'aime), et elle reste un des personnages féminins les plus forts de la série : intelligente, forte en manipulation, et capable de plier l'équivalent fantasy de l'empereur Caligula à sa volonté.

Brienne of Tarth, toujours dans GoT, a subi moqueries, quolibets et humiliations durant son enfance à cause de sa laideur et de sa grande taille, mais sa volonté de porter l'armure et de se battre avec une épée est visiblement antérieure à cette période, et ne résulte pas du comportement indigne des garçons envers elle. Apparemment, Lady Bri voulait juste être... elle, sans filtre, et je trouve ça beau.
 
7 Août 2018
1 577
8 832
1 174
Et bien je ne dois pas regarder/lire ce genre de choses alors.
(Dis moi si je dois te déciter, je suis sur téléphone donc je ne vois pas ta signature)

Je suis d'accord avec toi. Quand j'ai vu le titre de l'article, je me suis immédiatement dit "Ah bon ? Les seuls personnages féminins badass ont été violés ?" Parce que je n'ai pas eu cette impression. Je n'ai pas eu l'impression de voir tant de personnages féminins violés puis devenir badass. Ou alors je dois regarder en majorité la minorité de films qui ne présentent pas ces personnages-là.

Il y en a qui ont subi un viol et deviennent d'un coup hyper combattif et fort, nourris par un profond sentiment de vengeance. Mais j'ai aussi l'impression que ceux qui sont badass après un viol l'étaient déjà avant (exemple du personnage de Kill Bill dont je ne me souviens jamais du nom et qui se trouvent pourtant dans l'article pour dire "même elle, elle tue son violeur en premier". Ben oui mais elle, on a organisé un assassinat contre elle car elle était si dangereuse que la tuer était très difficile !) et que le viol n'a fait qu'exarcerber cette partie de leur personnalité.

Et puis j'ai aussi eu l'impression que dans l'article il y avait pas mal de confusion entre avoir vécu un viol et le fait d'avoir vécu un traumatisme. Tous les traumatismes ne sont pas des viols. Et on trouve beaucoup de "sans avoir vécu de traumatismes", "bien qu'une attaque d'alien soit déjà un traumatisme (mais un viol ? On n'a pas vu le même film si c'est le cas)" dans l'article.

Et puis, personnellement, hommes ou femmes, je préfère savoir pourquoi un héros ou une héroïne décident de botter le derrières d'autres personnes un jour... et le traumatisme reste une explication assez logique (qui n'est pas toujours un viol) à une soudaine combativité.

Enfin, vu le nombre de femmes qui se font violer, c'est assez logique de les mettre en scène dans des films, et notamment de leur donner des désirs de vengeance, plutôt justifiés. Ce n'est pas que pour être badass il faut avoir été violée. C'est que certaines femmes violées retirent une force de ce traumatisme et deviennent badass ! En soi, ces femmes cessent d'être des victimes en repliquant (répliquer n'est pas la seule manière de ne plus être une victime et être une victime n'est pas équivalent à être une sous-être humain, je le précise) et rendent la monnaie de leur pièce à ceux qui ont osé passer outre leur consentement et leur dignité.

Finalement, présenter une femme violée comme une femme combative, ce n'est pas dire "les femmes doivent être violées pour etre combatives" mais "une femme violée peut être combative et même sacrément badass".

Je comprends que cela puisse déranger d'avoir l'impression de ne voir que des femmes violées au cinéma, même chez les badass. Mais j'ai juste une impression et une analyse différente.
 
30 Mai 2016
209
2 356
814
30
Saint-Éloy-les-Mines
@BarbieDroguée <3 aussi alors. :hugs:
L'autre jour, j'ai vu une fille d'une de mes classes vertes lire du Roald Dahl (peut-être bien Matilda, justement). Comme quoi, les enfants de nos jours ont des lectures saines, contrairement à ce que les esprits chagrins prétendent. Du coup, je lui ai conseillé de lire les autres bouquins du même auteur car ce n'était pas encore fait :d
 
22 Avril 2018
1 612
12 461
1 674
Barcelone
J'aime pas cet article. J'ai l'impression qu'en ce moment je critique beaucoup la ligne édito (et j'en tire aucun plaisir) mais là je le fais quand même parce que ça me semble important, et ça heurte un truc en moi.

Déjà, le titre : 5 persos féminins qui n'ont pas DÛ être violées pour devenir badass.
Hum, personne ne DOIT être violé, à n'importe quelle fin. Ca peut sembler être l'évidence, mais il est apparemment bon de le rappeler puisque on en arrive à lire des titres pareils sur un média féministe.
De plus, si on devient soit disant badass après une agression, c'est que cette force dormait en nous depuis tout ce temps. On a pas eu BESOIN du viol pour l'être. Tu sais pas que t'es forte jusqu'à ce que t'ai besoin de l'être.

Par ailleurs, si le cinéma parle beaucoup de femmes agressées sexuellement, c'est probablement parce que beaucoup de femmes le sont dans la vie, tout simplement. Je préfère qu'on montre effectivement des femmes qui ont vécu ça et qui s'en défendent/se construisent avec/en tirent une forme de force, que des femmes qui le subissent toute leur vie/ne s'en réparent d'aucune façon (même si ce schéma existe aussi, et qu'il doit être d'avantage représenté pour le coup).
Du coup c'est quoi le problème en fait? On représente des femmes agréssées et fortes, mais aussi des femmes qui n'ont pas été violées et qui sont fortes quand même (l'article en énumère genre 1% mais en vrai il y en a des tas, car la badasserie* et la force d'une femme peut prendre mille formes différentes).
Si le soucis, c'est qu'il y aurait trop de femmes fictives représentées qui auraient subi des viols, bah je suis pas d'accord avec ça. Quand on regarde la proportion des femmes violées ou agressées dans le monde, ça me paraît normal que ce soit un sujet/une thématique récurrente, parce que malheureusement nombreuses d'entre nous sont celles qui peuvent s'identifier à ces histoires.
Pour rétablir un équilibre plus proche de la réalité, la solution serait peut-être de parler d'avantage de parsonnages ayant subi des agressions sexuelles autre que le viol.

*D'ailleurs c'est quoi être badass? Si je suis la logique de l'article, j'ai l'impression que lorsqu'il s'agit de femmes violées, c'est quand elles cherchent à se venger. Lorsqu'il s'agît de femmes non violées, c'est avoir du caractère, sortir des stéréotypes féminins.
Ca serait bien d'appliquer la même définition à toutes. De là, on saurait qu'il y a au moins autant de femmes non violées et badass dans le cinéma, que de femmes violées qui le sont aussi. Tout dépend ce qu'on entend par "badass", et selon moi, la définition est fort large. A tel point que de nombreuses femmes peuvent entrer dedans.
 
20 Mars 2016
806
3 742
1 764
Hit Girl
HitGirl-05-cvrA.jpg


On pourrait même parler de Lara Croft, du moins à ses débuts, quand elle n'était qu'une exploratrice de cavernes.

Et pour rester dans les comics: Gamora, Wonder Woman, Lyra, Sif, Valkyrie, Thundra, Red Sonja pour celles qui me viennent à l'esprit.
 
18 Juin 2013
5 172
55 792
5 624
OK... Ce qui me choque un peu avec le "Rape and Revenge", c'est que ça peut être un peu culpabilisant pour les survivantes de viol du monde réel. Dans le monde réel, on peut avoir diverses façons de réagir à un viol (ou à un traumatisme quelconque). Montrer une meuf débordant d'innocence qui se transforme instantanément en guerrière impitoyable après un viol, c'est une possibilité mais il y a sûrement d'autres personnes qui ont d'autres réactions (comme écrire dans leur journal intime, ou pleurer, ou demander de l'aide à une amie), et c'est parfaitement valable.

J'espère que je ne me suis pas mal exprimée. J'adore les femmes badass, c'est génial de montrer des guerrières dans les fictions. C'est juste ce schéma qui me gêne. :confused:
 
9 Janvier 2018
812
6 298
1 054
32
@Greeen
Perso, j'ai été extrêmement choquée de la scène de coma dans Kill Bill. Celle où le mec de garde laisse des mecs violer des personnes dans le coma, dont Black Mamba, et en fait commerce. Je crois que, bien que la séquence soit courte et ne se présente que sous forme d'évocation, c'est la scène qui m'a le plus choquée du film - bien plus que les torrents de ketchup qui parcourent les deux parties du film.
Tarantino avait-il besoin d'une telle scène, pourtant très accessoire ? Je ne crois pas. Je la trouve malsaine et voyeuriste.
On peut critiquer le personnage de Black Mamba, tueuse à gage depuis des lustres, elle-même portée sur la violence (gratuite avant son mariage, animée par la vengeance après). Mais ça n'excuse pas cette scène où le viol est évoqué.
D'ailleurs on voit bien que c'est du cinéma : aucune femme ne réagirait de façon si expéditive si elle apprenait avoir été violée pendant un coma. Aucun homme non plus, d'ailleurs.
Je suis contre la banalisation des viols et agressions sexuelles dans la fiction.
 
22 Septembre 2012
30
258
1 599
Alors moi je vais dévier un peu du sujet de départ, pour questionner l'emploi de plus en plus fréquent, notamment sur Madmoizelle, du terme "badass".
En fait, j'ai toujours un peu tiqué par rapport à ce terme, à la mise en valeur un peu systématique des personnalités "badass", sans vraiment parvenir à identifier pourquoi, et je pense avoir mis le doigt dessus : est-ce que le fait de valoriser et de mettre ainsi en avant des personnes "badass", c'est-à-dire en gros des personnes, et donc principalement des femmes ici, qui ont des qualités traditionnellement associées aux hommes (force, courage, détermination, etc.), ce n'est pas aussi au fond, d'une certaine manière, dévaloriser et mépriser les valeurs dites "féminines" (bienveillance, prudence, empathie, gentillesse, sensibilité, etc.) ?

Loin de moi évidemment l'idée de vouloir critiquer les femmes fortes, courageuses, déterminées, qui doivent exister, peuvent et doivent être des modèles, et permettent de bousculer les stéréotypes de genres, ce qui absolument utile et nécessaire.

Mais est-ce que l'on ne pourrait pas voir également comme des qualités, voire comme une force, le fait d'être empathique, bienveillant.e, prudent.e, gentil.le, surtout dans notre société où ce n'est pas forcément la plus facile des postures...? Et cela, que l'on soit un homme ou une femme

Et est-ce qu'il ne serait pas aussi judicieux de valoriser davantage ces qualités, qui ont à mes yeux autant de valeur que les qualités dites "masculines" ? Car le sexisme et les inégalités hommes-femmes, et même filles-garçons, ont aussi souvent comme origine cette valorisation des qualités "masculines"/dévalorisation des qualités "féminines". On peut le constater dès l'enfance. Qui n'a pas entendu ces remarques : "Fais pas ta fillette/gonzesse !", "C'est un truc de filles", "Il pleure comme une fille !", etc. ? Toutes ces phrases qui montrent le mépris qui peut exister pour tout ce qui est féminin, ou considéré comme tel, et qui constitue, je pense, une des causes du sexisme et de l'homophobie ordinaires présents dans notre société.

Enfin voilà, petite réflexion personnelle que j'avais envie de partager (sans hostilité aucune, qu'il n'y ait pas de méprise :-) )
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes