Commentaires sur Le chirurgien préféré de la télé-réalité accusé par 7 femmes supplémentaires d’opérations ratées

31 Octobre 2012
1 637
12 377
4 664
Les pauvres! j'espère qu'elles auront gain de cause.
Voilà pourquoi la banalisation des pratiques de modification corporelle telles que la chirurgie esthétique ou les injections me rend dingue.
C'est potentiellement mortel, b*rdel de b*te!!!


La seule bonne chose que je vois dans cette histoire, c'est que ces femmes sont encore de ce monde, mais vu la gravité des faits, certaines auraient tout aussi bien pu succomber, par exemple, à une infection généralisée (les compresses oubliées par exemple).

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Enfin, pour rappel, ces pratiques, avec ou sans anesthésie, doivent être mûrement réfléchies et non un caprice.
Je ne suis pas en train de vous dire de ne pas y avoir recours (je l'ai déjà fait: d'où mes conseils, que j'ai appliqué strictement à moi-même avant de me permettre de vous les donner ici).
Mais pour rappel les conséquences, outre la douleur (croyez moi, ce n'est pas une partie de plaisir et pourtant je ne suis pas douillette), peuvent être très lourdes, irréversibles.
- les Brasilian Butt Lift et autres lipofillings ont un taux de mortalité à deux chiffres (par embolie graisseuse notamment).
- les injections dans le visage ne doivent pas être commencées trop jeune. Le botox affaiblira vos muscles (logique, cela paralyse), conduisant paradoxalement à ce que vous voulez éviter: un plus fort relâchement de la peau. L'acide hyaluronique n'est pas évacué comme on le prétend, il se déplace dans le visage. Si on commence à 20 ans, à 30 ans, on a une tête de fugu en crise de panique (vous savez, ce poisson qui se gonfle d'eau). Veuillez noter que les injections d'hyaluronidase (qui dissout l'AH) ne fonctionnent pas forcément comme prévu et dissoudront très probablement en priorité l'AH naturellement produit par vos tissus (et donc: aspect raplapla, peau relâchée, etc, et ce n'est pas toujours réparable, pas si facilement).
- la technique des fils d'or (pour retendre le décolleté, par exemple) devrait être tout bonnement interdite: ils se cassent à l'intérieur de vous, et il est impossible d'extraire tous les morceaux par la suite. Je me demande si on sonne ensuite aux portiques de aéroports avec ça? :ninja:
-les implants de silicone et autres peuvent se retourner, se casser, se déplacer, fuir ou encore "transpirer" du silicone, et peuvent interdire certaines pratiques sportives. Ils doivent être surveillés tous les ans et changés au moins une fois dans votre vie. Si vous vous en faites poser, vous devrez toujours avoir au moins de quoi payer une opération en urgence pour les faire enlever ou remplacer, en cas de problème.
- les lipoaspirations sont faites pour enlever de PETITES poches de graisse résistant aux sport et aux régimes, les opérations commando où on vous enlève 10 kilos, mais au secours!!! c'est dangereux!

Voilà, à côté de ça, avec le ou la bon-ne praticien-ne, une modification peut aussi améliorer votre vie (j'ai fait une rhinoplastie par complexe qui me rendait très malheureuse et impossible à faire passer avec une thérapie). Et de toute façon, c'est votre corps, donc votre choix :) et personne n'a à vous juger là-dessus. Vous n'en serez pas moins une bonne féministe si vous avez recours à ces pratiques.
Faites le juste en sécurité si vous devez le faire, car, comme pas mal de choses ayant trait à la santé des femmes, j'ai l'impression désagréable que beaucoup de risques sont passés sous silence et pris à la légère.
 
Dernière édition :
19 Avril 2017
8
82
1 064
30
Je suis allée chez un chirurgien réputé faire une liposuccion, une procédure normalement tres fiable et peu de risque. Aucun facteur de risque de mon côté (pas de cigarette, pas de surpoids importants, analyse sanguine parfaite). Et pourtant.. j'ai eu une necrose de la peau sur le ventre, des deux cotés. Ma peau es devenu noire et a fini par tomber pour laisser place a d'enormes cicatrices style brulure sur 8x10cm. Ca a été tres douloureux, j'ai eu un arret de travail de 3 semaines, et aujourdh'ui encore je vais chez le dermato faire des injections de cortisone et azote liquide plusieurs fois par an (tres douloureux aussi car brule la peau) pour améliorer l'aspect de ces cicatrices.
Je voulais une taille plus marqué, ben la en tout cas tout le monde me regarde avec ca sur le ventre !
 
30 Janvier 2009
4 569
14 040
5 944
32
Lille
Je crois qu'il faut vraiment se dire qu'une opération doit être motivée par un bénéfice/risque important... Même bien faite, une opération peut mal tourner.

J'ai bien peur que l'expertise demandée va montrer des manquements dans le suivi post op, des erreurs d'inattention, mais finalement peu de fautes dû à une chirurgie non faite aux données acquises de la science.
 

Illyria

Cat Loveuse
31 Janvier 2015
3 757
23 316
3 374
@Absol-626 Je trouve tes propos blessants.

Je peux comprendre (et je suis contente pour toi) que tu ne te sentes pas concernée par le sujet. J'espère de tout coeur que tu ne le seras jamais.

On est bien d'accord qu'il y a un vrai sujet sur la quasi omniprésence de la chirurgie esthétique dans les médias depuis plusieurs années (qui est à mon sens très problématique) mais on ne peut pas résumer cette discipline comme un caprice cher à payer.

La chirurgie esthétique quand elle est bien réfléchie, que les patients sont bien conseillés et informés des risques et surtout de l'imperfection des résultats qui est quasi systématique dans ce genre d'opération, est une discipline qui peut grandement améliorer la qualité de vie des gens qui y ont recours.

Je pourrais parler des opérations que j'ai choisi de subir pour réparer mon corps suite à une grosse perte de poids, mais ce serait encore dire qu'il y a les chirurgies esthétiques "légitimes" et les autres alors que mon propos serait plutôt "attention à bien se renseigner, peser le pour et le contre et connaître les risques, bien communiquer avec son chirurgien sur ses attentes et prendre sa décision en connaissance de cause".

Une fois tout cela respecté les chirurgies esthétiques peuvent améliorer la qualité de vie des patients, que cette amélioration soit physique, psychologique ou fonctionnelle. Et à mon sens, il n'y a personne qui devrait juger l'argent dépensé pour y avoir recours, surtout pas en le mettant en parallèle avec des causes plus nobles comme le fait de payer des études à ses enfants. Ca n'a juste rien à voir en fait. On ne choisit pas de recourir à la chirurgie esthétique par hasard, parce qu'on ne sait pas trop quoi faire de son argent :erf:

Edit: j'espère ne pas te paraître trop désagréable dans ce message, c'est un sujet qui me touche personnellement donc j'ai fatalement tendance à être à fleur de peau là-dessus. En tout cas j'ai essayé d'expliquer sincèrement mon ressenti et ma pensée.
 
Dernière édition :

Illyria

Cat Loveuse
31 Janvier 2015
3 757
23 316
3 374
@Absol-626 Je comprends ton point de vue, cependant, voilà là où je veux en venir quand je parle de classification un peu arbitraire:

Parmi les opérations que j'ai faites, il y en a 2 qui ont été jugées esthétiques par la cpam car ne rentrant pas dans les critères de prise en charge et qui, pourtant, sont bien consécutives à ma perte de poids et à ma peau en trop suite à cette perte. A ce titre, ces opérations sont donc jugées "de confort" et prennent le terme "d'esthétiques" plutôt que réparatrices, et pourtant on peut noter le même mécanisme de gêne fonctionnelle/psychologique que pour quelqu'un qui n'a pas eu de perte de poids mais qui a ce problème tout de même et le même mécanisme aussi que pour les autres opérations qui ont été qualifiées de réparatrices.

Je parle là de ptose sévère de la poitrine (jamais prise en charge par la cpam sauf si elle est réalisée en même temps qu'un autre acte pris en charge comme la réduction mammaire ou l'augmentation mammaire en cas d'absence totale de glande mammaire, mais là encore la réduction mammaire est prise en charge à condition de retirer au moins 300g sur chaque sein, s'ils retirent 290g c'est foutu et ça passe en esthétique) + de sein vidé (ceci peut arriver consécutivement à un allaitement par exemple, sans forcément qu'il y ait eu perte de poids) j'ai donc eu en premier une pose de prothèse histoire d'avoir du volume car je n'avais plus rien du tout, puis malheureusement je n'ai pas supporté les prothèses (une complication pas dangereuse pour ma santé mais qui me laissait beaucoup de douleurs. J'étais parfaitement au courant que cela pouvait arriver mais c'est sûr que je n'aurais pas pu prévoir que j'allais faire partie des 1% à qui cela arrive en - de 6 mois) donc je les ai fait retirer et j'ai fait légèrement remplir avec ma propre graisse (méthode de lipofilling: on fait une lipo à un endroit du corps et on filtre puis injecte la graisse dans les seins). J'ai eu la chance d'être très bien conseillée et avertie par ma chirurgienne sur le fait qu'il est impossible d'avoir un résultat parfait, et fort heureusement ma chirurgienne est quelqu'un de très professionnelle.
Psychologiquement parlant, je n'aurais pas pu supporter de rester avec une poitrine vide et tombante. Je suppose que certaines n'auraient eu aucun problème avec ça, mais cela changeait tellement mon corps que je ne m'y reconnaissais pas.

Du coup, pour en revenir à ce que je voulais essayer de relever:
En quoi le fait de vouloir se faire refaire la poitrine parce qu'elle est absente ou presque absente ou tombante ou les 2 après une perte de poids serait plus légitime que de vouloir se la faire refaire parce qu'elle est absente ou tombante "naturellement"? Dans les 2 cas, la répercussion psychologique est avérée, au point d'ailleurs que la CPAM prend en charge les augmentations mammaires dans certains cas (en général, bonnet A ou inférieur à A). Du coup, je ne comprends pas bien pourquoi ce serait plus légitime alors que le mécanisme qui donne envie de passer par la chirurgie est le même.

Je ne sais pas si tu vois où je veux en venir?

Pour en revenir à la rhinoplastie, je pense pour le coup que tu minimises trop la composante psychologique du complexe. Pour la plupart, il ne s'agit pas d'un petit complexe de rien du tout ou de vouloir ressembler à Kim K, mais bien de quelque chose qui leur gâche la vie depuis de longues années. Là encore, la CPAM prend en charge sous certaines conditions ( mais je ne suis pas experte dans le domaine contrairement aux chirurgies dites réparatrices après amaigrissement massif).
Evidemment, il existe toujours les cas les + extrêmes de personnes voulant ressembler à quelqu'un de connu avec des demandes et des attentes déraisonnables et des mises en danger lors de multiples opérations dont le risque dépasse largement le bénéfice (à mon sens, ce genre de chirurgie ne devrait pas être autorisée pour le coup, je te rejoins sur le fait que certains praticiens manquent cruellement de déontologie juste pour se faire du fric).
Les chirurgiens tels que celui dont on parle dans cet article sont des arnaqueurs. Ils ont en face d'eux un public vulnérable dont ils profitent, et ce sont à mon sens les êtres humains de la pire espèce, mais oui c'est clair qu'il ne faut pas blâmer les victimes dans l'histoire car il s'agit bien d'un rapport de force entre un chirurgien diplômé et "sachant" avec sa blouse blanche en face d'une personne très souvent perdue et en demande d'informations et de renseignements de la part d'un supposé expert en la matière.

En fin de compte, même pour les chirurgies dont j'ai bénéficié et qui ont été qualifiées de "réparatrices", la limite est ténue car il aurait suffit d'une mini différence sur l'allure de mon corps après cette perte de poids pour que la chirurgie soit dite "esthétique/de confort" alors que concrètement j'ai les mêmes répercussions que tout un chacun qui a perdu beaucoup de poids (par exemple, il existe un critère de "tablier abdominal recouvrant au moins partiellement le pubis" pour définir la gêne fonctionnelle pour avoir droit à une abdominoplastie, critère qui ne prend absolument pas en compte les différences morphologiques de tout un chacun qui font qu'un tablier peut être très gênant et lourd sans pour autant recouvrir le pubis, notamment lors d'une perte de poids massive où les graisses restent localement accrochées à la peau et ne pendent pas forcément franchement).

Enfin, tout cela pour dire que je pense sincèrement que définir la légitimité d'une opération esthétique reste très délicat car cela touche aux personnes et fatalement, chaque personne vit les choses très différemment. J'ai désormais une petite poitrine qui tient bien, petit bonnet B mais que j'adore, et je suppose qu'il y a des femmes qui s'y sentiraient très mal.

Pour finir, je dirais que pour avoir été opérée 3 fois depuis 2020 et ayant encore 2 anesthésies à faire, les risques anesthésiques encourus sont de plus en plus minimes et les complications post-opératoires très bien gérées à condition d'avoir un chirurgien sérieux bien évidemment. Du coup, ça ne me choque pas qu'on veuille passer par la chirurgie pour une question d'apparence car même si la société globalement et la CPAM plus spécifiquement reconnaît mes opérations comme des opérations réparatrices, il n'en reste pas moins qu'elles n'étaient absolument pas nécessaires à ma vie et que j'aurais très bien pu vivre avec cette peau sans que ça ne menace ma santé. C'est clairement des opérations de confort, mais pour moi le confort n'est pas forcément superflu on va dire.
 

Illyria

Cat Loveuse
31 Janvier 2015
3 757
23 316
3 374
@Absol-626 Y'a pas vraiment de mal, je sais que de l'extérieur les opérations qu'on subit peuvent apparaître très "futiles" alors qu'en réalité c'est plus complexe. Mais c'est vrai que je voulais quand-même te dire que ça pouvait être perçu comme un peu dur quand on est concerné(e).

Je ne te considère pas vraiment privilégiée, mais si tu ne souffres pas trop de tes complexes c'est un point positif. Après, on peut aussi en souffrir et ne pas souhaiter passer par la chirurgie comme tu l'exprimes très bien et c'est parfaitement ok aussi de toute façon. J'arrive parfaitement à comprendre cela. Il m'a fallu personnellement du temps aussi pour accepter la "rançon cicatricielle" de mes opérations: je change mon corps, oui, mais ça laisse des traces indélébiles (les cicatrices) et il faut être prêt à les accepter, ce qui n'est pas évident pour tout le monde. J'ai eu un délai d'un an et demi entre la prise de date de l'opération et l'opération en elle-même pour mon bodylift (abdominoplastie circulaire) et c'était très bien car la cicatrice est énorme et je trouve qu'il est tout de même difficile d'accepter cela.

Je dirais aussi pour ma part, que bien que j'ai fait le choix de passer par la chirurgie esthétique, il est évident que dans un monde idéal, notre apparence physique ne devrait pas générer de complexe au point de nous rendre incapable de le surmonter à part en le changeant/supprimant chirurgicalement. Et c'est bien évidemment malheureusement beaucoup trop le cas, trop souvent, et surtout pour les femmes.
Parfois je me dis que pour certaines opérations, si la société foutait moins la pression aux femmes pour rester belles et jeunes, j'aurais sûrement moins de difficultés à supporter mes défauts physiques et je n'aurais peut-être pas fait toutes les opérations (même si j'aurais sûrement fait la plupart vu que dans mon cas c'est avant tout motivé par une gêne fonctionnelle à l'habillage ou pendant le sport etc...).

Et comme toi, je suis très très inquiète de la banalisation de la chirurgie de manière générale sur les RS mais aussi dans les émissions TV. Les personnes les plus vulnérables sont exposées en permanence à des corps retouchés (que ce soit par des filtres ou chirurgicalement) et en même temps, on fout la pression aux femmes pour s'accepter comme elles sont et les blâme d'être trop superficielles, tandis qu'on leur présente des solutions "efficaces et simples" à la tv avec des images de gens avant/après qui zappent totalement la souffrance post-op et les risques/complication.
Bon, on ne changera pas le monde avec cette discussion mais c'est clair que la chirurgie esthétique reste de la chirurgie et ne doit jamais être pratiquée sans réflexion!
 
31 Octobre 2012
1 637
12 377
4 664
@Absol-626 je comprends qu'on puisse avoir de la méfiance ou des réticences par rapport à des opérations, à l'anesthésie, je trouve ça même sain de se poser des questions et de prendre ça au sérieux.
En revanche, je trouve tes commentaires blessants et jugeants (même si je me doute que tu n'as pas forcément eu ces intentions! :fleur: ).

Une personne qui a recours a une opération de chirurgie esthétique fait bien ce qu'elle veut de son argent. Pour la mère de famille qui a dépensé 5K, pour tout t'avouer, oui, à première vue, à moi non plus, cela ne me paraît pas indispensable dans sa situation financière. Maintenant, on n'est pas dans sa tête, peut-être qu'en effet, elle pourrait s'améliorer en gestion financière (je n'en sais rien, sa façon de gérer ses finances ne me regarde pas), mais peut-être aussi qu'elle était tellement malheureuse comme elle l'était que pour elle, ça valait le sacrifice (je pense que dans sa situation, elle a du pas mal se priver et galérer pour réunir la somme). Quant aux gens qui gagnent largement de quoi payer (c'est mon cas, 5K n'est pas une grosse somme pour tout le monde), la question ne se pose pas non plus: riche ou pauvre, nous sommes libres de dépenser notre argent comme nous le voulons.

Je suis très heureuse de lire que tu ne ressens pas le besoin de subir une modification par chirurgie, et je te souhaite que cela soit toujours ainsi <3 (sincèrement :fleur: )
Du coup, de ton point de vue, de ton ressenti par rapport à ton propre corps, je comprends tout à fait que tu ne comprennes pas que quelque chose qui te paraisse à toi "pas indispensable" le soit pour d'autres. Or, c'est le cas: nous somme toutes différentes, nous avons tous des parcours et des vécus, des ressentis différents. C'est tout l'intérêt d'être uniques :) Pour te donner un exemple assez simple, parfois, un complexe t'empêche de vivre; genre, vraiment. Un complexe peut nuire énormément à ta santé mentale, ta vie sociale et même ta vie pro (par exemple, tu ne veux jamais attirer l'attention sur toi à cause de X ou Y, du coup, tu ne prends pas la parole en réunion et tu ne te mets jamais en avant lorsqu'il le faudrait, BAM la promotion te passe sous le nez chaque année).
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Moi aussi, j'aimerais que l'on soit dans un monde idéal où le body-shaming n'existerait pas, mais il ne faut pas rêver, c'est encore loin d'être le cas et en attendant, si une solution pour réparer les dégâts existe, elle mérite d'être prise en considération si la personne le souhaite.

Je ne dirais pas que c'est une solution de facilité en plus: je ne connais personne, je dis bien personne, qui n'a tenté de résoudre un complexe autrement, avant de passer à la case chirurgie.
Ce n'est pas facile car il faut l'argent déjà (bon, ça, la difficulté du budget, ça dépend des gens, 5K ça a dû être dur pour la pauvre dame de l'article par contre) , donc travailler pour l'argent et économiser un certain temps (à moins d'être rentière mais c'est rare d'être une si riche héritière lol).
Ensuite, il faut trouver le bon chirurgien, encaisser les rendez-vous, et les gens relous qui te font la morale au lieu de s'occuper de leur propre vie (je ne parle pas de toi hein, c'est général :fleur: ).
Après, les suites opératoires sont plus ou moins difficiles, plus ou moins douloureuses (pour le nez: on a des hématomes, mais on ne souffre pas si tu veux tout savoir :) ), et voilà. Il faut être prêt aussi psychologiquement à ce que quelque chose rate. Dans mon cas, j'étais tellement mal mentalement que j'étais prête à prendre tous les risques. C'est horrible d'en arriver là, mais c'est une conséquence assez commune du harcèlement... et ça ne se contrôle pas.

Enfin, dans le cas où une opération est plus ""caprice""" que motivée par un complexe profond ou autre: personnellement, moi non plus je n'irais pas me faire un truc "juste comme ça", et comme si j'allais me faire faire les ongles. Mais ... encore une fois, même dans ce cas "ni indispensable pour la santé physique, ni indispensable pour la santé mentale", ce que les autres font de leur corps, ne regarde qu'eux, point.

Morale de l'histoire: plus d'encadrement, plus de sensibilisation aux risques, étendre l'interdiction de la publicité aux réseaux sociaux qui ne sont pas contrôlés ou presque, et pour le reste, tant qu'on ne sera pas dans une société plus bienveillante, je ne vois pas comment la discipline pourrait disparaître, en fait.
 
20 Octobre 2017
1 953
34 333
1 664
Après je pense qu'il faut dissocier l'opération faite pour "réparer" un complexe (j'en ai moi-même fait une, donc je comprends tout à fait) des multiples opérations non nécessaires qui finissent par te faire ressembler à un cyborg (je pense aux candidates de télé-réalité, d'ailleurs c'est d'elles dont on parle). Concernant la seconde option, je pense qu'on ne peut absolument pas l'analyser sans prendre en compte sa forte composante patriarcale. Les femmes représentent 85% des personnes qui ont recours à la chirurgie esthétique, elles sont aussi les premières concernées par les injonctions à la beauté.

C'est impossible de dire "la chirurgie esthétique peut être nécessaire et réparer des complexes qui font souffrir" (vrai) sans prendre aussi en compte le fait que ce business connaît d'immenses dérives et ne prospère finalement que sur la pression qu'on met sur les femmes pour être belles et éternellement jeunes. Que tu aies envie de te faire refaire la poitrine ou le nez parce que ton complexe te fait souffrir, aucun problème, je l'entends (même si ton complexe vient bien de quelque part, en l'occurrence des normes de beauté actuelles). Mais que tu enchaînes les opérations sans même savoir pourquoi et que tu dépenses des dizaines de milliers d'euros là-dedans, au péril de ta propre vie, et au risque de se retrouver avec d'énormes séquelles... (ces opérations sont loin d'être anodines) On n'est plus du tout dans le même cas de figure. Et c'est là qu'une analyse féministe prend, selon moi, tout son sens. Parce que combien d'hommes se retrouvent dans ces situations ?
 
24 Janvier 2013
2 355
10 718
4 694
Je rejoins assez @Chat-au-Chocolat ce que je trouve d'autant plus inquiétant c'est que les femmes qui ont recours à de multiples opérations ne les font pas en Europe et je questionne grandement l'éthique de ces "entreprises" chez qui tu réserves ton créneau d'opération puis te rends en Turquie ou en Tunisie (entre autre) ou tu as une consultation assez expéditive avec le chirurgien (si tu as vraiment une consultation, c'est même pas toujours le cas). J'avais vu un reportage sur une femme qui était allée en Turquie parce qu'elle voulait depuis toujours une poitrine plus grosse. Sur place, la veille de l'opération elle voit pour la première fois le chirurgien, qui lui dit que bon, elle a quand même du gras ici et là et qu'il pourrait faire une liposuccion en même temps, ce que la patiente accepte (donc elle décide moins de 24h avant de faire une opération supplémentaire qui n'était pas raison de sa visite :lol: ). Tout ça pour reprendre l'avion moins d'une semaine après une chirurgie comme ça :lol:
J'avais aussi vu une vidéo youtube d'une fille qui racontait son expérience (et qui fait parti des gens qui font tout un tas d'opération, elle veut maintenant faire le BBL et elle fait tous les 6 mois des injections depuis quelques années alors qu'elle à 25 ans :hesite: ) elle a été au Maroc, a rencontré le chirurgien le matin même de l'opération quand il lui a demandé quel taille d'implant elle voulait et il lui a conseillé de prendre la plus grosse parce qu'il avait des patientes qui revenait pour avoir la taille du dessus. Et elle a repris l'avion 4 jours après ça (elle a aussi fait une liposuccion en même temps) :lol:
Je trouve ça édifiant, et le pire c'est qu'elle est "influenceuse" (vite fait, elle est un peu connue en Suisse romande) et qu'elle décrit ça comme une "bonne expérience" et elle recommande même de faire ça plutôt que de payer 5'000 francs de plus pour faire l'opération en Suisse. Il y a tellement de chose à dire au niveau des manquements durant ces "consultations", je ne sais même pas par ou commencer. Mais je doute un peu qu'elle soit au courant des risques induits par les implants, est-ce que ça a seulement été abordé et est-ce que le chirurgien c'est assuré que sa patiente avait bien compris? Probablement pas.
Cela dit, visiblement pas besoin d'aller bien loin pour trouver un chirurgien qui travaille mal.
Je pense que c'est assez important d'avoir aussi le tourisme esthétique en tête quand on parle de chirurgie. Il y a quelques années, avant que ça devienne vraiment à la mode de partir en Turquie pour ça, j'avais vu une émission de "ça commence aujourd'hui" sur la chirurgie esthétique. Et une femme venue témoigner disait avoir un énorme complexe sur son nez qui l'empêchait de vivre. Mais, les trois chirurgiens qu'elle avait consulté n'avait pas voulu l'opérer et avait recommandé une psychothérapie parce qu'ils ne voyaient pas comment améliorer son nez qui était déjà "bien". Il y a fort à parier qu'aujourd'hui elle sauterait dans un avion pour aller voir un chirurgien qui s'en fiche un peu du résultat (et de l'éthique aussi au passage :lunette: ).
D'ailleurs l'influenceuse que j'ai mentionné avant ne veut pas se faire opérer en Suisse parce que le chirurgien qu'elle a vu pour le BBL a dit qu'elle n'aurait pas le volume désiré avec cette opération et qu'il conseillait de mettre des implants, mais comme elle ne veut pas de ça elle va aller dans un pays hors Europe :lunette:

En vrai je me demande si des séances de psy obligatoire avant une opération ne serait pas une bonne idée :hesite: (mais peut-être que ça existe déjà :hesite: ), je suis sure qu'il y a plein de personnes qui ne jugerais plus nécessaire une opération, entrainant ainsi moins de risque pour leur santé :hesite: et pour les personnes sure d'elles, ça les renforcera dans le fait que c'est un choix appropriée pour elles. J'ai par exemple lu hier (parce que je dois faire un travail là dessus), que les femmes qui consultent pour un désinfibulation ou "reconstruction" du clitoris après une excision, ont trois mois de sexothérapie obligatoire avant de confirmer leur choix et... 60% renoncent à l'opération car la thérapie à permis de régler leurs problèmes. Ces séance avaient été implémentée après s'être rendu compte du faible taux de satisfaction post-op.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes