Mais en fait, je crois que je ne vois pas vraiment le problème qu'il y a avec le fait de vendre son corps (tant que bien évidement ça résulte d'un choix éclairé et consenti).

Alors oui, peut être qu'au départ la prostitution est plus un échappatoire face à un ultimatum qu'un réel choix. Mais comme il est dit dans le documentaire mis en lien précédemment, celles (qui sont libres, nous ne parlons pas de prostitution forcée ici hein) qui commencent ce métier n'y restent pas si elles n'y trouvent pas leur "compte". Le choix est peut être là ....

Et puis question choix, on lui demande à l'ouvrier qui passe ses journées debout le dos courbé à retourner dans le bon sens des croissants défilants sur un tapis roulant (true story) s'il a eu le choix ?

Ce même ouvrier qui vend son corps, qui loue sa force de travail à un patron, qui lui vend ses bras et dont le salaire sert à maintenir sa forme pour qu'il puisse retourner bosser le lendemain ; on l'accuse de porter atteinte à la dignité humaine en louant son corps et de servir le grand Capitalisme lui ?
 
augustine-p;3954253 a dit :
Mais il y a des personnes pour qui le sexe n'est PAS sacré. Pour qui utiliser son sexe pour vivre n'est pas un problème,qui sont absolument détachées de ça. De quel droit se permets-on de les traiter en gamins irresponsables et stupides,incapables de se prendre en charge et de réfléchir à leur condition?
Pourquoi vendre son cul serait moins digne que bosser dans un abattoir ou récurer des toilettes? Pourquoi autant de stigmatisation,de clichés qui colle à la peau des travailleur-se-s du sexe?

Vouloir abolir la prostitution,ce n'est ni plus ni moins vouloir voir disparaitre les putes,en faisant tout pour leur compliquer la tâche.

Moi même,j'ai déjà reçu des propositions,le contexte de ma vie fait qu'il m'était et m'est toujours impossible d'accepter ( en couple et amoureuse ),mais célibataire et sans attache,j'aurais accepté mais sans aucun problème.
Est ce que selon vous cela signifie que je suis une pauvre fille stupide,qui mérite d'être sauvée et remise dans le "droit chemin"?
Mais où est il question de les traiter de gamins irresponsables à remettre dans le droit chemin chépakoi? O__o

Il n'est absolument pas question de dignité! Crois moi, il y a une ENORME différence entre le fait de devoir nettoyer des toilettes, ce qui est absolument désagréable cela dit on est d'accord, et le fait de subir des pénétrations non désirées, aussi détachée du sexe puisses tu l'être.
La plupart du temps tu vas zapper et passer à autre chose après acte (ce qui est d'ailleurs mauvais signe d'un point de vue psychologique...), mais en multipliant les expositions à des situations qui peuvent """déraper""" (nan parce que, poser ses conditions n'empèchent pas qu'elles soient outrepassées hein), tu te retrouves aussi rapidement à devoir vivre avec de lourds traumatismes... (que la plupart du temps tu vas refouler refouler refouler jusqu' à ce qu'ils te pètent à la gueule, et à ce moment là précisément tu te dis "humrf, ouais bon, c'est quand même pas éxactement pareil que de nettoyer les chiottes...")

En quoi est ce mal de vouloir faire disparaître les putes? Putain moi j'te l'dis, un monde où se prostituer ne serait pas une option car on aurait pas peur de creuver la dalle toute seule, ben je serais pas contre hein!
Un monde dans lequel il n'est pas graver dans les esprits masculins qu'un consentement sexuel ça s'achète non plus.
Et enfin un monde dans lequel les hommes ne revendiquent pas un "droit à la bombasse" inaliénable...

Enfin tu dis que tu as refusé car "amoureuse et en couple", ce qui signifie au passage que la sacralisation du sexe, tu l'as un peu quand même (et franchement c'est PAS DU TOUT un mal. C'est grace à ça que tu peux protester contre une main au cul ou un viol, entre autre...), qu'est ce qu'on doit en comprendre? Que les putes pour être satisfaites de leur activité doivent être bouffées par leur travail au point de s'interdire une vie privée/amoureuse?
 
illithia;3954600 a dit :
Mais en fait, je crois que je ne vois pas vraiment le problème qu'il y a avec le fait de vendre son corps (tant que bien évidement ça résulte d'un choix éclairé et consenti).

Alors oui, peut être qu'au départ la prostitution est plus un échappatoire face à un ultimatum qu'un réel choix. Mais comme il est dit dans le documentaire mis en lien précédemment, celles (qui sont libres, nous ne parlons pas de prostitution forcée ici hein) qui commencent ce métier n'y restent pas si elles n'y trouvent pas leur "compte". Le choix est peut être là ....

Et puis question choix, on lui demande à l'ouvrier qui passe ses journées debout le dos courbé à retourner dans le bon sens des croissants défilants sur un tapis roulant (true story) s'il a eu le choix ?

Ce même ouvrier qui vend son corps, qui loue sa force de travail à un patron, qui lui vend ses bras et dont le salaire sert à maintenir sa forme pour qu'il puisse retourner bosser le lendemain ; on l'accuse de porter atteinte à la dignité humaine en louant son corps et de servir le grand Capitalisme lui ?
Moi oui, j' accuse ce dernier aussi, absolument.
Surtout quand le patron qui le fait bosser est en haut d'une pyramide où il est nécessaire d'essorer toutes les couches du dessous pour que ce soit possible.

Cela dit, "il n'y a pas de différence entre vendre son bras ou vendre son sexe" (puisqu'apparemment on dirait que les putes "vendent leur sexe" et qu'elles ne repartent pas avec...), c'est juste... WOW!
Pourquoi si peu de femmes acceptent de le faire alors? C'est très lucratif pourtant...
 
chandernagor;3954090 a dit :
altheea;3954049 a dit :
Si la prostitution est "illégale" tout prostitué(e) est en infraction face à la loi et par conséquent n'a aucun moyen de se protéger des abus, vu que s'il/elle va porter plainte y a de forte chance que lui aussi se retrouve poursuivi....Résultat certains client/e en profitent et pense que le fait de payer leur donne tous les droits sur le travailleur/euse sexuelle, y compris celui d'être violent, humiliant, de le voler etc...
Les abollitionistes ne proposent pas de rendre l'exercice de la prostitution illégale, mais plutôt de punir les clients qui achèteraient les services de prostituées. C'est les clients qu'il s'agit de stigmatiser, pas les travailleuses du sexe!
J'affirme! J'ai vu une émission où une prostitué(française?) porte plainte car son client voulait plus que le tarif et l'a donc agressé.
Elle n'a pas hésité à porter plainte, avec le soutient des policier.

Mais ce qui me fait rire, c'est qu'à chaque événement mondial(foot, olympique) ils font le "ménage"(je me souviens de cette euthanasie massive de chien je ne sais où... si ce n'était que ça, je pense que c'était pire) et au lieu que les associations se bouge les fesses, on en parle limite avec un approbation...
Moi je dis, on devrait faire un raide, ou je ne sais quoi, enfin quelque chose merde! C'est bien là bas, que des enfants utilisent des drogues dure très jeune, on va obliger de TRèS jeune fille à se prostituer! Et on ne fais rien? Ah bah oui! Le foot, c'est un truc d'homme! Et puis, la prostitution, c'est le plus vieux métier du monde!(bah tu la payais avec quoi avant? Il donnais surement de quoi manger, ex: du poisson. Conclusion: c'est le poissonnier le plus vieux métier! :mad:)
Après, oui, je sais que 'y'en a qui font ça par plaisir!(c'est bien le seul taf que tu fais voulu parce que tu l'aime! j'aime le commerce, mais c'est pas toujours rose :sweatdrop: même si el poste me plait...) Mais j'aimerais bien savoir si c'est des (pardon pour l'expression, mais un chat est un chat, et je respecte mais je pense aussi) grosses cochonnes qui profite de leur statue, ou est-ce qu'elle font se boulot et sont en condition travail?(la second me parait plus plausible, mais bon, j'me demande quand même).
Enfin, bon, là n'est pas la question: la prostitution a été à  70% obligé, imposé, et tant que la mentalité ne changera pas(3 "amis" à mon ...frère , qui se sont "taper" un prostituer, et il déclare "elles servent à ça! c'est des putes!"... et il pense pareil de son amie d'enfance...) ça ne changera pas... ils pensent que c'est des ratés, et puis, ce sont des émigrés, et ainsi de suite...
Ce n'est pas marrant, je repense à pretty woman(:icon_4laugh:) où... machin chouette (:sweatdrop:) dit qu'à son premier client, elle a pleuré... il faut aimer le sexe, et aimer donner du plaisir, c'est à prendre au sérieux! Mais le sexe n'est plus taboux, le sexe n'est plus secret, le sexe... c'est relou...

Enfin bon, encore une histoire qui sera étouffer, que je vais entendre à table "bailleser bailleser!" que c'est tant mieux, etc... Et que ma mère et ma grand mère trouvent ça normal(ça combat le viole! Mon cul oui u_u)
Bref, je suis la seul féministe dans la famille à combattre ses choses dite normal... et merde je parle encore de moi >_<!

Mais il y en a, c'est pas comme dans pretty woman ("je dis où, je dit quand, je dit avec qui!")... nan sérieux j'adore se film!
 
Mais il n'est absolument pas question de sacraliser le sexe, la sacralisation du sexe n'a rien à voir avec la position abolitionniste. On se fout que les gens aient du sexe à 2, à 3, à 12 si ils veulent, dans quelque position que ce soit, chez eux à l'hôtel ou ailleurs, avec des hommes des femmes, des trans, des bi, des sado maso, peu importe! Mais à partir du moment où l'argent entre en jeu, ça change la donne. On ne parle plus de désir ni de plaisir, mais de commerce du corps.

Dire que le sexe est anodin est en revanche faux, et même dangereux. Comme l'a dit une Mad' plus haut, c'est justement parce que ce n'est pas anodin que l'on peut porter plainte pour une main aux fesses. C'est beaucoup plus difficile pour une main sur l'épaule voyez-vous. Et tant mieux! Je vous conseille à ce sujet les travaux de la psychiatre et victimologue Muriel Salmona, qui explique très bien pourquoi dans les cas d'agressions sexuelles, les victimes sont 80% à connaître par la suite un stress post-traumatique (physiquement détectable dans le cerveau, IRM à l'appui), alors que dans le cas d'une agression non sexuelle, les chiffres sont bien moins importants.

Je n'essaies pas du tout de placer le sexe sur un piedestal ou je ne sais quoi, mais entre la sacralisation et l'anodin, il y a un juste milieu à respecter. Je pense que souhaiter placer le désir et le respect du désir de l'autre au centre des relations humaines (que l'autre soit son mari depuis 20 ans ou le premier inconnu dans une soirée), ce n'est pas tomber dans la dictature.

On traite les abolitionnistes de puritains alors que la prostitution est la chose la plus réactionnaire qui soit. C'est la mise en place factuelle de la dichotomie mères/putes. Soit ce qui fait que la femme n'est pas considérée comme un être humain à part entière mais une catégorie d'individus divisée en deux, d'un côté les respectables, de l'autre celles qui ne sont bonnes qu'à ça. Quand les hommes vont voir une pute pour lui demander une chose "qu'il ne peut pas demander à sa copine parce qu'il la respecte trop", ou parce que "je ne peux pas demander à la bouche qui embrasse mes enfants de me faire ça", je trouve qu'il y a un ENORME problème.

Les hommes prostitués répondent également dans l'immense et écrasante majorité à la demande de clients hommes. On peut argumenter pendant des heures sur la place des clients femmes au milieu de tout ça, il s'agit d'une goutte d'eau au milieu du système prostitutionnel. Les hommes forment la masse de la clientèle, et passer ça à la trappe, c'est ne pas comprendre comment ça fonctionne et se borner à des explications superficielles.

Mettre un focus sur les prostitué(e)s heureu(x)ses, c'est à mon sens regarder par le petit bout de la lorgnette. Les prostitué(e)s volontaires et assumé(e)s dans un pays où l'éducation des femmes est ancrée ne sont pas légions... Elles ne sont absolument pas suffisamment nombreuses pour répondre à la masse de clients, de là part la traite humaine. Tout le monde est d'accord pour dire que les prostituées forcées, c'est horrible, mais peu nombreux sont ceux qui admettent que prostitution et traite sont liées de manière intrinsèque.

Je connais les arguments du Strass, les revendications de Morgane Merteuil au nom des prostitués qui revendiquent leur "métier". Mais j'entends aussi la voix des autres, celles justement qui ont du mal à se faire entendre, parce qu'elles mettent à jour une vision trop sordide de la prostitution, ce que personne ne veut entendre.

On me rétorque que je suis mal informée, je ne le crois pas. Excusez-moi de prendre en compte ce genre de témoignage:  http://melange-instable.blogspot.fr/2012/12/comment-je-travaille.html

et de penser que ça, c'est la réalité de la prostitution pour le plus grand nombre de personnes "en activité". Excusez-moi de penser que caissière, ce n'est peut-être pas moins dur, mais qu'il y a moins de chance de finir avec un stress post-traumatique et carrément moins de chance de finir par se déconnecter de son intimité.

Enfin je reprends ici les arguments d'une prostituée qui réponds point par point à certains arguments (en spoiler, mon pavé est déja suffisamment long comme ça! ^^), notamment sur le pouvoir de dire "non":


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

 
Justement non, on ne les entends pas... Les prostitué(e)s pour la réglementation ont fait des manifs, participent aux débats tv, aux émissions sur le sujet où elles peuvent s'exprimer de leur voix propre.  Que dire de l'émission de France 3 " Ce soir ou jamais" qui reçoit en guest star le proxénète 'Dodo la Saumure'  pour venir nous expliquer la bouche en fleur ""Je préfère le terme souteneur au terme de proxénète." parce qu'il "soutient" moralement ses recrues... C'est-y pas mignon...

Il y a un paradoxe même dans ton discours je trouve, à dire que c'est un métier somme toute parfaitement digne mais que tu ne peux exercer car tu es maman et en couple. Où est le problème si justement il n'y en a pas? De quelle nature est le frein?

La Suède a choisit l'abolition, depuis la mise en place des lois là-bas, les sondages montrent que les hommes trouvent beaucoup moins normal d'avoir accès au sexe par l'argent, les mentalités ont changées grâce au positionnement abolitionniste du pays et par la mise en place d'une éducation à l'égalité.

On dit  que le problème n'est que déplacé, en même temps ça me semble un peu normal sachant que la Suède est le seul pays à avoir mis en place ce système! C'est comme un tout petit ilôt au milieu du système prostitutionnel. Si les pays alentours se bougeait un peu les fesses pour faire de même, ça donnerait peut-être autre chose!

Il est aussi bon de savoir que les Pays-Bas, avec la réglementation, est devenu le paradis des proxénètes et la plaque tournante du trafic humain en Europe, que là-bas les prostitué(e)s ne sont pas plus protégés qu'avant, et que la dernière trouvaille de certains est d'aller recruter à la sortie des lycées... Pendant ce temps-là, en Suisse, après presque cinq ans de réflexion, le gouvernement vient de décider qu'il était tout à fait ok de se prostituer à partir de 16 ans du moment que c'est "librement consenti" (c'est vrai qu'à 16 ans on est bien mature et tout, surtout sur le plan sexuel... ah ah). Et en Allemagne, où les bordels sont légions, les femmes (et pas vraiment la gente masculine, tiens, c'est bizarre ^^) peuvent se voir proposer de jolies propositions passant par le pôle emploi... Attention si on refuse c'est qu'on veut pas trop bosser! faut pas refuser trop souvent sinon on te coupe les aides financières! Sinon, si vous êtes un homme, vous avez la chance de pouvoir profiter des promos, spécial brunes ou blondes, une fellation achetée, une offerte! ;) Et vive les soldes! Dans la joie et la bonne humeur, toujours bien protégés (ou pas)!


Je pense que les prostituées ont le droit d'être aidées, d'avoir le respect qui leur est dû comme tout un chacun, qu'elles n'ont pas être imposés ( du fait même d'un parti pris abolitionniste par l'état), mais je pense que dire "oui, avoir des relations sexuelles c'est un métier, règlementons tout ça bien propre et cautionnons le bon droit des clients", c'est un recul sur les droits humains, les droits des femmes et la notion du respect de l'autre (qui a déja du mal à se faire un place dans l'esprit de tous sur tant d'autres plans).


Si Muriel Salmona est ta psychiatre alors il serait sûrement intéressant d'en discuter avec elle, qui a en main des données bien plus pro que les miennes... Elle est elle-même une abolitionniste convaincue, elle a d'ailleurs fait un article à ce sujet, très bien sourcé: http://blogs.mediapart.fr/blog/muriel-salmona/051012/pour-mieux-penser-la-prostitution-quelques-outils-et-quelques-chiffr
 
anonymette;3955213 a dit :
chandernagor;3954090 a dit :
altheea;3954049 a dit :
Si la prostitution est "illégale" tout prostitué(e) est en infraction face à la loi et par conséquent n'a aucun moyen de se protéger des abus, vu que s'il/elle va porter plainte y a de forte chance que lui aussi se retrouve poursuivi....Résultat certains client/e en profitent et pense que le fait de payer leur donne tous les droits sur le travailleur/euse sexuelle, y compris celui d'être violent, humiliant, de le voler etc...

Les abollitionistes ne proposent pas de rendre l'exercice de la prostitution illégale, mais plutôt de punir les clients qui achèteraient les services de prostituées. C'est les clients qu'il s'agit de stigmatiser, pas les travailleuses du sexe!
J'affirme! J'ai vu une émission où une prostitué(française?) porte plainte car son client voulait plus que le tarif et l'a donc agressé.
Elle n'a pas hésité à porter plainte, avec le soutient des policier.
Je pourrais te répondre qu'elle a sans doute eu du bol, car en l'absence de loi concernant le statut, ben si il/elle va porter plainte c'est la loterie, soit il/elle tombe sur un/une flic sympa qui va l'aider soit il/elle peut tomber sur un gars qui la mettra en cabane au moins 24h pour racolage.  Sans compter que même si tous les policiers étaient sympas, la peur des conséquences possibles d'un statut illégal resterait toujours.

En fait tout mon discours n'est pas de dire "la prostitution c'est bien ou mal" c'est de dire , "ça existe, le manque de loi met des gens en danger, pourquoi ne pas légiférer pour éviter ça".
 
Aux filles qui affirment que vendre des services sexuels c'est anodin, et qui seraient pour une banalisation de cette profession, est-ce-que vous réalisez vraiment ce que vos propos impliquent?

Parce que les discours sur la désacralisation du corps et sur la relativisation des conditions d'exercice, ils sont intéressants, mais si on les applique de façon cohérente, c'est nettement moins réjouissant...
Je ne sais pas si vous avez déjà lu des clients évaluer leur expérience comme n'importe quel autre service, mais c'est vraiment dérangeant. C'est dérangeant de voir évaluée très factuellement la profondeur d'un vagin ou d'un rectum, par exemple.
C'est dérangeant aussi de savoir que les prostituées sont soumises aux lois de la concurrence et qu'elles doivent se caller sur les pratiques et les prix de leurs collègues pour rester compétitives. Est-ce-qu'on peut parler de véritable consentement quand on accepte certaines pratiques uniquement pour faire face à la concurrence? Quand on ne peut pas se permettre de refuser des clients sous peine de manquer d'argent? C'est ça la "libérté sexuelle", selon vous?

Et puis, si on va au bout de la logique et qu'on considère que la prostitution est un travail comme un autre, est-ce-que ça veut dire que Pôle Emploi pourrait relayer des annonces pour être call-girl ou travailler dans une maison close? (et il se passerait quoi, pour une personne en fins de droits?).

Pour moi c'est ça les conséquences possibles de vos discours, si toutefois vous restez cohérentes jusqu'au bout.
Alors pour être bien claire, je n'ai aucun problème avec le fait de désacraliser le vagin et la sexualité. Je pense même que c'est une des clés pour lutter contre le viol. Ca n'est pas le fait de baiser contre de l'argent qui me fait tiquer. Mais considérer cette activité comme une profession ordinaire, et considèrer qu'il s'agit d'un service comme un autre, oui, ça revient à réifier le corps d'une personne et à nier son consentement. Parce qu'on ne peut pas parler de VRAI consentement quand la donnée "argent" entre en compte.
Alors vous allez sans doute me répondre que payer une prostituée ne donne pas le droit au client de la traiter comme un objet. Non, c'est évident. Mais estimer que tarifer des rapports sexuels c'est pareil que tarifer des services de guide, de caissière ou de serveuse, ça autorise les mecs à être des clients et à en revendiquer les prérogatives.

Ah oui, et dernière chose, est-ce-qu'on peut arrêter d'invoquer le cliché du gentil client respectueux en manque d'affection? Déjà parce qu'on ne sait même s'il existe, et ensuite parce que de toutes façons on s'en fout. C'est pas parce que t'es gentil que t'a plus le droit de te payer une prostitutée.
 
Dernière édition :
augustine-p;3955684 a dit :
Bah déjà je ne l'exerce pour plusieurs raisons :

- J'ai déjà un revenu régulier
- Mon homme ne le supporterais pas,je suis fidèle
- Et je veux devenir journaliste

3 raisons déjà ;)

Et on en fait quoi de celles qui ne veulent pas faire autre chose,être "réinsérées?" Les autres Morgane Merteuil?
C'est une question qu'elle a posé à la porte parole d'OLF sur Canal +,pas eu de réponses,mais je serais curieuse de savoir...
Là encore je trouve la réponse paradoxale. Si c'est un métier, en quoi la prostitution est elle une infidélité?? Pourquoi ton homme ne le supporterait-il pas, après tout le sexe n'est pas sacré, et c'est toi qui décide non?

Evidemment qu'il n'y a pas eu de réponse, il n'y a pas grand chose à répondre...

A la base, si elles ont vraiment "choisi", c'est alors qu'il s'agit d'un choix mûrement réfléchi et elles savaient très bien qu'elle faisait quelque part le choix d'être en marge: elles (ou ils) ont choisi de s'en accommoder, pas dans le sens où ça ne leur pose aucun problème mais dans le sens où clairement, elles(ils) ne se sont pas dit : "je vais faire ça, pour l'instant je vais pas avoir de statut mais très bientôt tout me laisse à penser que ça va le faire, y'aura plus qu'à régler la paperasse".
 Ce n'est pas non plus comme si elles étaient boulangères et que soudain on leur disait "vous n'avez plus le droit, il faut stopper la profession" sur du vent. Mettre en place un projet d'abolition ne stoppe pas tout comme par enchantement. L'éducation à plus d'égalité et de respect du désir de l'autre est un travail de longue haleine, qu'elles se rassurent leur gagne-pain n'est pas encore en péril!


Une loi s'établit selon un projet de société, elle est pensé pour le plus grand nombre et le plus en accord possible avec les droits humains. Il ne s'agit pas de faire du cas par cas, un peu comme lorsqu'on on vote, la majorité l'emporte. Or en matière de prostitution, la grande majorité ce sont des femmes qui veulent s'en sortir...
 
Sauf qu'un statut légal ne veut pas forcément dire "employé", on pourrait concevoir par exemple un statut "d'indépendant" en gros un travailleur sexuel pourrait se déclarer comme une personne vendant un service et étant son propre patron.

Dire que c'est une profession qu'on peut ne pas percevoir comme dégradante et pouvoir la choisir ne veut pas forcément dire non plus qu'on estime que tout le monde doit accepter de le pratiquer. Prenons un exemple très différent.

"Je comprends qu'on puisse désirer devenir thanatopracteur (embaumeur) qu'avoir les mains dans des cadavres peut être une chose consentie et épanouissante pour certains...Mais il ne me viendrait pas à l'idée d'imposer cette profession à quelqu'un qui serait contre."

Au passage je rajoute que je suis opposée aux proxénétisme, donc non je n'imagine pas un bordel qui "recruterait" des filles via l'ANPE.

En fait je le répète, je suis juste pour que les gens qui pratiqueraient puissent se déclarer pour avoir un statut "d'indépendant" qui les protégerait via la loi.

Après je ne fais pas d'amalgame et je ne dis pas qu'il n'existe pas de cas de prostitution dramatique et que c'est forcément cool, loin de là. En fait je dis juste qu'il existe énormément de cas différents et variés de prostitutions et que si dans de nombreux cas ça craint car ce sont des filles non consentantes il y a aussi un paquet de cas de filles qui assument la profession et ne la trouve pas pire que d'autre .


Naturellement pour en revenir à l'article, je suis plutôt contre ce qui se passe au Brésil qui relève du proxénétisme de masse j'ai l'impression.


Sinon j'ai deux articles qui résume assez bien ma pensée:
- http://www.acontrario.net/2011/02/11/mauvaise-humeur-le-feminisme-anti-putes-me-gave/
- http://www.acontrario.net/2011/08/26/petite-lettre-aux-copains-et-copines-putes/
 
altheea;3956001 a dit :
Sauf qu'un statut légal ne veut pas forcément dire "employé", on pourrait concevoir par exemple un statut "d'indépendant" en gros un travailleur sexuel pourrait se déclarer comme une personne vendant un service et étant son propre patron.
Mais je ne vois pas bien ce que ça change... Qu'elles soient employées ou auto-entrepreneures, les prostituées resteraient des prestataires de service, au même titre qu'un médecin, un avocat ou un guide indépendant, par exemple. Ca n'est pas ça qui enleverait aux clients leurs prérogatives de clients et ça ne les protègerait pas plus de la pression financière non plus...

Pour ce qui est de l'ANPE, en Allemagne, des femmes se sont vues proposer des tafs de call-girls par exemple. C'est des trucs qui peuvent potentiellement arriver si on va au bout de la logique qui veut banaliser la prostitution.

C'était surtout ça le fond de mon propos : quelle que soit la forme qu'elle prend, si on décide de banaliser la prostitution, il faut être bien conscient de ce que ça implique... Donc soit on va jusqu'au bout de la logique et on accepte les aspects que j'ai énoncés précédemment (ce que je suis personnellement incapable de faire, mais après tout chacun voit midi à sa porte), soit on admet que non, se prostituer ça n'est pas aussi anodin que n'importe quelle autre prestation de service.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes