Ils doivent s'en rendre compte au bout de 8 ans si ça fait des économies ou pas. Même s'ils n’arriveront jamais à faire une méthodologie parfaite pour déterminer le montant de chaque dépenses t'as surement une bonne idée de la chose au final.

Puis c'est pas con un mormon.
Au delà même du coût par année le logement et le travailleur social c'est pour le réinsérer dans la société et ne plus à avoir à le prendre en charge (avec ou sans logement preté). Une fois réinséré il va payer des impôts comme tout les autres contribuables et participer à l'économie et à la communauté. Il est là l’intérêt.

Après l'Utah c'est pas la France et j'imagine que c'est autrement plus favorable pour multiplier les logements là bas qu'ici.
 
li-loo;4545870 a dit :
Il y a plusieurs paramètres a prendre en compte. Déjà combien coute un travailleur social en France? Je suis travailleur social, dans la fonction publique et j'ai un revenu annuel qui oscille entre 17000 et 20000€ (primes incluses, 2 ans d'ancienneté donc début de carrière, qui plus est dans le public donc mois payé que dans le privé).
ensuite effectivement le problème ne se résout pas que par du logement pur : dans ma ville, les hlm c'est minimum 2 ans d'attente, et le dalo 6 mois (c'est la loi il me semble, 3 mois renouvelable une fois). Avec bien sur toutes les démarches que ça impose : savoir a qui s'adresser (association, institution, assistante sociale, éducateur, psy...), où s'adresser, se rendre au lieu de rdv au jour et a heure dite (ce qui peut être compliqué pour quelqu'un vivant dans la rue depuis un certain temps).
et ensuite, il faut aussi que la personne puisse investir un logement fixe, vivre entre 4 murs, seul, enfermé ça peut être un sacré challenge quand on a longtemps vécu dans la rue.

ça reste une bonne idée, et le dispositif "housing first" est actuellement en expérimentation dans quelques villes de France, mais il s'adresse a des personnes avec des problématiques psychiques et pas que logementesques.

voila voila, mais sinon, dans l'idée c'est quand même super si on donne le temps et les moyens aux travailleurs sociaux de pouvoir accompagner aux mieux ce type de public.

pardon pour le roman.
C'est expérimenté dans quelles villes? C'est intéressant.

Moi je retiens plusieurs choses:
-l'Utah est un état assez peu peuplé, la majorité de la population vit dans la capitale. En gros ya moins de 3M de personnes qui vivent dans cet état. Faire un test à cette échelle est un pas intéressant
- toi qui a de l'expérience en la matière @li-loo penses-tu qu'il faudrait alléger les contraintes autour des logements sociaux? En fait j'ai l'impression que dans une ville comme Paris c'est d'une complexité sans fin, qu'il y a des détournements assez réguliers, et un manque cruel de places quand dans d'autres secteurs moins denses en population c'est plus "simple", est-ce une vue de l'esprit?
- vivant à Paris, j'ai trouvé ces 2 dernières années qu'il y avait de plus en plus de SDF, d'autant plus visibles qu'ils "campent" plus ou moins dans les stations de métro. A Hotel de Ville par exemple, un mec a dormi 6 mois au milieu d'un couloir quand d'autres se regroupaient sur le quai de la ligne 11. Avec tout ce que ça engendre aussi d'invectives avinées, d'odeur d'urinoir saturé etc. Apparemment il semble que la RATP les laisse faire, dans le sens où de toute façon ils n'ont nulle part où aller surtout avec la vague de froid qu'on a eu l'hiver dernier. C'est quand même plus que déprimant de se dire que la solution du moment c'est de laisser des gens camper dans la crasse du métro... :/
Mais la question, c'est aussi: y a-t-il de la place pour tout le monde dans cette fichue capitale? Et clairement non. Cette ville est saturée. On a donc un peu un phénomène de serpent qui se mord la queue, même si on récupère des logements, ce ne sera jamais assez, rareté = hausse des prix = exclusion d'un encore plus grand nombre de personnes = nouveaux SDF etc etc. Déprimant, parce que d'un autre côté on ne va pas obliger les gens à aller habiter ailleurs quand les grandes entreprises se sont toutes joyeusement entassées là... Finalement au-delà du problème de logement ya un gros souci d'aménagement du territoire à mon sens.

Bref désolée pour les digressions.

A priori dans l'article d'origine ils confirment qu'il n'y aurait pas de contrepartie exigée des SDF. C'est peut-être aussi comme ça qu'on construit une relation de confiance avec des gens habitués à une certaine idée de la liberté...
 

Mymy Haegel

Rédac chef de madmoiZelle
Équipe madmoiZelle
joulic;4546025 a dit :
Mais la question, c'est aussi: y a-t-il de la place pour tout le monde dans cette fichue capitale? Et clairement non. Cette ville est saturée. On a donc un peu un phénomène de serpent qui se mord la queue, même si on récupère des logements, ce ne sera jamais assez, rareté = hausse des prix = exclusion d'un encore plus grand nombre de personnes = nouveaux SDF etc etc. Déprimant, parce que d'un autre côté on ne va pas obliger les gens à aller habiter ailleurs quand les grandes entreprises se sont toutes joyeusement entassées là... Finalement au-delà du problème de logement ya un gros souci d'aménagement du territoire à mon sens.
Paris n'est pas vraiment saturée ! Apparemment, en juin 2013, 14% des logements parisiens étaient vacants (résidences secondaires, locations courte durée...) :erf:
 
mymy;4546069 a dit :
joulic;4546025 a dit :
Mais la question, c'est aussi: y a-t-il de la place pour tout le monde dans cette fichue capitale? Et clairement non. Cette ville est saturée. On a donc un peu un phénomène de serpent qui se mord la queue, même si on récupère des logements, ce ne sera jamais assez, rareté = hausse des prix = exclusion d'un encore plus grand nombre de personnes = nouveaux SDF etc etc. Déprimant, parce que d'un autre côté on ne va pas obliger les gens à aller habiter ailleurs quand les grandes entreprises se sont toutes joyeusement entassées là... Finalement au-delà du problème de logement ya un gros souci d'aménagement du territoire à mon sens.
Paris n'est pas vraiment saturée ! Apparemment, en juin 2013, 14% des logements parisiens étaient vacants (résidences secondaires, locations courte durée...) :erf:
En terme de logements, non ya une marge, mais soyons honnêtes dans les transports? dans toutes les activités possibles? c'est juste pas possible, on est beaucoup trop nombreux dans cette région parisienne. Quiconque a pris les RER A, B et les lignes 1, 2, 3, 4, 6, 11, 12, 13 de façon quotidienne voit de quoi je parle. On est trop centralisé dans ce pays (c'est mon dada la décentralisation, nos voisins européens Espagne, Italie, Suisse, Allemagne sont beaucoup plus futés en la matière et on ne retouve pas autant ces scènes surréalistes d'entassement dans des wagons puants) (oui je suis une persécutée des transports en commun)

EDIT: et je trouve le chiffre un peu bancal. Ya vacant et résidence secondaire, on ne peut pas réquisitionner de résidences secondaires alors que sur les vrais logements vides, le débat a du sens. Et puis résidence secondaire peut signifier pour certains qu'ils travaillent régulièrement sur Paris par exemple. Difficile de mettre ça au même niveau que rue de la Banque, il serait intéressant d'avoir le split entre logement vide et résidence secondaire.
 
Dernière édition :
deetz;4545251 a dit :
foune;4545236 a dit :
deetz;4545084 a dit :
Pourquoi est-ce que cela augmenterait leur nombre ?
Je ne sais pas si c'est à ça que pensait @Aalia    mais on peut imaginer que, même avec des contrôles, s'il "suffit" d'être sans abri pour obtenir un logement gratuit sans condition, un certain nombre de personnes mal intentionnées pourraient avoir envie d'en profiter.... Ou alors je suis bien trop pessimiste sur la nature humaine :hesite:
C'est ce que je pensais aussi qu'@Aalia voulait dire, mais du coup je demandai confirmation.
Et pour répondre à ça donc : je pense que personne n'a envie d'être sans abris pour avoir un "logement gratuit". Je ne sais pas à quoi ressemblent ces logements, mais je pense que ça n'aura jamais le confort de son propre appartement. Et ça me semble un peu fou de s'imaginer que des gens vont sciemment perdre leur job et se foutre eux-mêmes à la rue pour gagner un logement. C'est quoi le point positif ? D'accord, on ne paye plus de loyer. Mais on n'est pas chez soi, on est pas dans ses meubles, j'imagine qu'il doit y avoir tout un ensemble de règles à respecter. On a ce rendez-vous avec l'assistante sociale.
Ou alors, c'est peut-être moi qui suis naïve, mais je n'arrive pas à élaborer un plan crédible qui puisse profiter à des gens qui ne sont pas réellement SDF.
(Puis c'est quand même triste de toujours voir le côté noir de la chose dès qu'on aide les gens)
Si si, certaines personnes deviennent SDF par choix, parce qu'elles sont en rupture avec la famille, le travail, un peu tout.. J'imagine que dans une vie équilibré ça semble improbable de faire ce choix mais il y en a bien qui le font. il ne s'agit pas de parler d'abus mais la frontière est parfois mince dans la décision.
 
L

li-loo

Guest
@joulic c'est expérimenté dans paris, lille, toulouse et marseille.
plus d'info par ici

ensuite pour les logements sociaux, je ne pense pas que ce soit une question de conditions d'accès, c'est surtout une question de disponibilité et de disposition.
je m'explique : chaque commune de plus de x habitants doit fournir x% de logements sociaux (je suis nulle en chiffre, mais je crois que c'est autour de 20%). si ce n'est pas fait, les communes sont sanctionnées (amende). sauf que certaines communes préfèrent payer l'amende plutot que de fournir des logements sociaux.

ce qui m'amène ensuite à la disposition (et qui rejoint ce que disait @joulic) : on a un problème de localisation des logements. prenons une grande ville, bassin d'emploi. beaucoup de gens travaillent dans cette ville et cherchent donc à s'y loger. hausse de la demande = hausse des prix. du coup, avec la hausse des prix, les CSP inférieures vont habiter en banlieue pour payer moins cher le loyer. sauf que là, il faut un budget pour les transports :
    - donc soit on a des horaires "normaux" et on est bien desservi par les transports en communs, super! sauf que nous, une zone bien desservie ça se paye. les transports en commun ça se paie, surtout dans les grandes villes.
   - soit on est dans une zone moins bien desservie, ou on a des horaires décalés ("la France qui se lève tôt"), auquel cas il nous faut un véhicule, et tous ce qui va avec : le permis, l'assurance, les réparations, l'essence...

sauf que parfois, on n'a pas le choix : après 2 ans d'attente, si le logement qu'on nous propose est à 20KM de notre lieu de travail, on l'accepte. parce que c'est toujours mieux que rien et que de toute façon les loyers dans la ville sont trop élevés et que les HLM y sont saturés. et encore, ça c'est quand on a la chance d'avoir un emploi.

par contre, ce qui faciliterait les choses ça serait de "contrôler" les loyers, ou d'apporter des garanties aux proprios de manière à ce qu'ils puissent assouplir leurs conditions d'accès aux logements (3 fois le loyer, sérieusement???). Même si effectivement je comprends que louer un appartement est une source de revenu pour le propriétaire, et qu'avoir à expulser un locataire est long, laborieux et très cher, et que du coup ils sont hyper regardants.

ou encore mieux : que le revenu de base puisse être mis en place, ça permettrait de compléter les salaires des gens, et de leur faciliter la vie (alors oui on parle que de quelques centaines d'euros, mais franchement, 300 ou 400€ de plus par mois, je crache pas dessus)

et @aalia, "choisir" de devenir SDF n'est pas rien, tu confonds peut-être avec choisir de vivre de façon marginale?
ceux qui le font (puisque tu semble être très sure de toi, j'imagine que tu dois connaitre personnellement des personnes qui ont fait ce choix, si c'est le cas ça m'intéresse) ont une solution de repli : squat, hébergement chez des amis, véhicule... et ne sont pas complètement à la rue.

il y a aussi tous ceux qui ne le choisissent pas : migrants, parcours difficile (viré de la maison par exemple, divorce, perte d'emploi, fugue...) et pour lesquels c'est l'ordre inverse de ce que tu décris : je n'ai pas d'adresse donc pas de compte en banque, je ne peux donc pas trouver d'emploi, je ne peux donc pas payer de loyer, je ne veux pas être une charge pour ma famille (et puis j'ai un peu honte), du coup plus ça va et plus je m'enfonce dans la misère et la marginalité.
 
Dernière édition :
li-loo;4546212 a dit :
@joulic c'est expérimenté dans paris, lille, toulouse et marseille.
plus d'info par ici

ensuite pour les logements sociaux, je ne pense pas que ce soit une question de conditions d'accès, c'est surtout une question de disponibilité et de disposition.
je m'explique : chaque commune de plus de x habitants doit fournir x% de logements sociaux (je suis nulle en chiffre, mais je crois que c'est autour de 20%). si ce n'est pas fait, les communes sont sanctionnées (amende). sauf que certaines communes préfèrent payer l'amende plutot que de fournir des logements sociaux.

ce qui m'amène ensuite à la disposition (et qui rejoint ce que disait @joulic) : on a un problème de localisation des logements. prenons une grande ville, bassin d'emploi. beaucoup de gens travaillent dans cette ville et cherchent donc à s'y loger. hausse de la demande = hausse des prix. du coup, avec la hausse des prix, les CSP inférieures vont habiter en banlieue pour payer moins cher le loyer. sauf que là, il faut un budget pour les transports :
    - donc soit on a des horaires "normaux" et on est bien desservi par les transports en communs, super! sauf que nous, une zone bien desservie ça se paye. les transports en commun ça se paie, surtout dans les grandes villes.
   - soit on est dans une zone moins bien desservie, ou on a des horaires décalés ("la France qui se lève tôt"), auquel cas il nous faut un véhicule, et tous ce qui va avec : le permis, l'assurance, les réparations, l'essence...

sauf que parfois, on n'a pas le choix : après 2 ans d'attente, si le logement qu'on nous propose est à 20KM de notre lieu de travail, on l'accepte. parce que c'est toujours mieux que rien et que de toute façon les loyers dans la ville sont trop élevés et que les HLM y sont saturés. et encore, ça c'est quand on a la chance d'avoir un emploi.

par contre, ce qui faciliterait les choses ça serait de "contrôler" les loyers, ou d'apporter des garanties aux proprios de manière à ce qu'ils puissent assouplir leurs conditions d'accès aux logements (3 fois le loyer, sérieusement???). Même si effectivement je comprends que louer un appartement est une source de revenu pour le propriétaire, et qu'avoir à expulser un locataire est long, laborieux et très cher, et que du coup ils sont hyper regardants.

ou encore mieux : que le revenu de base puisse être mis en place, ça permettrait de compléter les salaires des gens, et de leur faciliter la vie (alors oui on parle que de quelques centaines d'euros, mais franchement, 300 ou 400€ de plus par mois, je crache pas dessus)

et @aalia, "choisir" de devenir SDF n'est pas rien, tu confonds peut-être avec choisir de vivre de façon marginale?
ceux qui le font (puisque tu semble être très sure de toi, j'imagine que tu dois connaitre personnellement des personnes qui ont fait ce choix, si c'est le cas ça m'intéresse) ont une solution de repli : squat, hébergement chez des amis, véhicule... et ne sont pas complètement à la rue.

il y a aussi tous ceux qui ne le choisissent pas : migrants, parcours difficile (viré de la maison par exemple, divorce, perte d'emploi, fugue...) et pour lesquels c'est l'ordre inverse de ce que tu décris : je n'ai pas d'adresse donc pas de compte en banque, je ne peux donc pas trouver d'emploi, je ne peux donc pas payer de loyer, je ne veux pas être une charge pour ma famille (et puis j'ai un peu honte), du coup plus ça va et plus je m'enfonce dans la misère et la marginalité.
Complètement en phase avec ton post

Merci pour le lien le boulot de cette asso Aurore mérite d'être connu, c'est très enthousiasmant je trouve! Donner le choix à la personne pour qu'il puisse réapprendre ce qu'est la vie "en intérieur", ça m'a l'air bien pensé. C'est dingue qu'on n'en entende pas plus parler. Merci en tous cas :top:
 
c'est quand même déguelasse de voir qu'ils logent les sdf uniquement pour une question de pognon, si ça leur coûté moins cher de les laisser crever dehors, ils le feraient sans hésité, c'est pourri, c'est honteux, ça ménerve... :scream:

enfin je suis quand même contente de savoir qu'ils auront un toit maintenant, reste plus qu'ils fasse pareil en France.... Hollande bouge ton cul !!!
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes