Oceane

Équipe madmoiZelle
Merci infiniment @Oceane pour cet article, et pour ce passage

On devrait le dire à tous les ados d'aujourd'hui, quand on leur demande de s'orienter et de choisir une voie, définitivement, très (trop) jeunes, sans leur donner toutes les cartes en main qui plus est; en les orientant malgré eux alors qu'il pourrait y avoir d'autres choix qui les intéresseraient mais qui sont tus car jugés négatifs, nuls, encore à l'heure actuelle malheureusement.

Merci pour cet article qui donne une bouffée d'espoir à tous ceux un peu paumés, comme moi, qui se sont mal orientés et qui se cherchent désormais.
<3
 
Moi aussi, j’ai du me réorienter pendant mes études et ça n’a pas été facile de le comprendre, et ensuite, de l’admettre non plus... j’étais dans une licence théâtre parce que toute ma vie je n’avais aimé que ca et je me suis dit qu’aider les gens par le théâtre ça pourrait être cool ! Je me suis donc retrouvée dans une licence avec des potes qui ont arrêté progressivement et je me rendais compte que je ne me reconnaissais PAS DU TOUT dans les gens qui faisait cette licence avec moi... tout le monde était à fond et moi je me faisais chier... j’avais des notes pas ouf et je n’avais plus envie de venir en cours. C’est seulement durant la 3e année que je me suis rendue compte que je ne voulais pas continuer. Ça me dégoûtais même du théâtre cette licence... Mais arrêter pour faire quoi? Ma réorientation m’a fait beaucoup pleurer, il y avait beaucoup d’incertude... et puis un jour mon père m’a dit « de toute façon, je ne comprend pas pourquoi tu ne deviens pas assistante sociale, tu serais très bien là dedans je suis sure ». Je suis donc aller au CIO pour tout de même voir toute les possibilités et rien que de me dire « 3 ans d’etude, Encore! » je me rendais malade. Mais j’ai finalement passer le concours d’entrée en formation tout en finissant ma licence et en septembre j’entrais en formation. (Avant ça, j’ai fait ma pseudo dépression parce que je serais « vieille » (24 ans) a la sortie du diplôme). Et bah je peux vous dire que cette réorientation a été salutaire ! Je me sentais bien, j’avais envie d’apprendre, j’aimais ma classe en général et j’avais des bonnes notes parce que je comprenais ce que j’apprenais et pourquoi je l’apprenais ! Bref, maintenant j’ai 24 ans, je viens d'avoir mon diplôme et j’ai commencé mon premier travail et je ne regrette absolument pas !! Voilà ! Merci pour cet article
 
Hello à tous,
Déjà merci @Oceane d'avoir fait cette article qui m'a permi de cogiter pendant un week-end dessus ^^
Je vous explique ma situation qui est très compliquée.
J'ai actuellement 19 ans donc cela fait 2 ans que je suis sorti d'un bac S avec mention et comme beaucoup de lycéens je ne savais pas quoi faire apres le bac. Je me suis tout naturellement tournée vers des orientations qui correspondaient aux matières où j'étais bonne à l'école et sous l'influence des professeurs j'ai postulé en prépa. À ma plus grande chance, j'ai été victime de ce qu'on appellait "erreur apb" à l'époque. Je me suis donc retrouvée en plein milieu du mois d'août à m'inscrire dans une licence qui m'attirait pas plus que ça. Cependant, au bout de quelques mois de cette licence, je me suis rendue compte que finalement celle ci me plaisait pas mal.
Malheureusement, mes parents n'étaient pas de cet avis et étant bonne en sciences au lycée, ils m'ont poussé (ainsi que le reste de ma famille) à m'inscrire dans une autre filière à la fac. Donc de me réorienter. Perso, je voulais faire de la biologie de base mais mes parents pensaient (et pensent tjours d'ailleurs) que cette filière est bouchée. Ils m'ont donc influencé pour que je m'inscrive dans une licence en rapport avec la santé (pas médecine, je ne suis pas folle ) car voyez vous à la fin tu ressors avec un très beau salaire. Cette année, je suis donc en première année de cette licence qui ne m'enchante pas, au point où pour tenir le rythme, je ne dors pas la nuit (genre vraiment).Je suis sans arrêt stressée et j'ai l'impression horrible d'être en PACES. Je passe mon temps à bosser et mes repas se résume à mon livre de cours et des pâtes. Je comprends que pour mériter quelque chose il faut travailler. Mais à quoi cela sert il de travailler pour quelque chose où tu ne t'épanouira pas .... Malheureusement, je suis résignée à finir mon cursus car j'ai déjà "perdu trop de temps" .
Tout ce pavé pour dire que l'orientation est quelque chose de très difficile surtout à nos âges où on ne se connaît pas encore totalement et où les parents ont une grande influence. Et aussi que l'orientation c'est la Vôtre et pas celle de vos parents ou de vos amis. Allez vers ce que vous aimez et non vers les domaines où les gens vous pensent bons.
Merci d'avoir pris le temps de me lire
 
Rares sont ceux qui peuvent dire, à la sortie du bac, qu'ils sont sûr de leur choix d'orientation.
Personnellement, après une terminale S menée tant bien que mal jusqu'à un diplôme obtenu de justesse, je ne savais pas du tout quoi faire de ma vie. Aimant bien les enfants et les chevaux je me suis lancé dans une année de prepa pour tenter les écoles de psychomotricité. J'avais en tête de travailler dans le domaine de l'equitherapie. Finalement cette année m'a confirmé mon peut d'intérêt pour les études scientifique.
En rupture avec ma famille, j'ai choisi de partir loin pour faire "comme tout le monde", une fac... De sociologie... Autant dire que quand tu ne sais pas pourquoi tu y va tu n'y reste pas longtemps...
Finalement, après avoir discuté et cogité de longues nuits, je me suis rendu compte qu'il n'y avait qu'une chose qui m'intéressais et pour laquelle j'étais pas trop mauvaise, c'est l'équitation.
Je me suis renseignée, j'ai montée mon projet de formation, défendu mes arguments devant mes parents et trois ans après le bac je me lançais dans l'aventure.
Aujourd'hui je suis enseignante depuis 7 ans, j'ai une licence pro en management des établissements équestres et j'envisage de poursuivre d'ici 2/3 ans sur un instructorat.
La réorientation ce n'est pas un drame, même si on a l'impression d'avoir perdu beaucoup de temps, on a parfois besoins de mûrir pour trouver sa voie et définir ses projets en toute connaissance de cause.
De longues études s'étaient l'assurance d'un bon salaire et d'un emploi "comme tout le monde". Aujourd'hui j'ai un job atypique mais qui me correspond et dans lequel je m'épanoui malgré les contraintes.

On passe bien plus de temps au travail qu'avec sa famille, ses amis, alors autant aimer ce que l'on fait le plus possible non ??
 
B

Baldece

Guest
J'ajoute ma pierre à l'édifice des orientations "difficiles", je ne sais pas si tous les chemins mènent à Rome mais je veux croire que, aussi tortueuses et obscures soient-elles, ces routes atypiques recèlent leur lot de leçons et d'apprentissages, de rencontres :)

[SPOILER="Lost in orientation" ou un gros pavé]Depuis le primaire je voulais faire de la mode, parce que les paillettes, la créativité, le sensuel et tellement plein d'autres langages dans ce domaine m'attiraient à fond. Rétrospectivement je pense aussi que l'ego devait jouer aussi, j'étais très marquée par ces designer-stars et je pense que jusqu'au collège je mourrais d'envie d'être connue et reconnue, riche et célèbre, tout ça tout ça.
A la fin du collège me voilà prise dans un Bac Arts appliqués, où j'ai appris plein de trucs cools et tout, mais arrivant en terminale au moment des voeux... Le doute. Je ne savais pas si finalement j'avais toujours envie de la mode, d'autant plus que tout au long du lycée on n'avait pas eu de sujet abordant ce domaine ou celui du textile en général... Dans le doute, et parce que "j'ai quand même fait ce bac pour ça", j'ai décidé de tenter le BTS Design de Mode. A ce moment là j'avais encore bon espoir que ça marche, que ça m'intéresse...
Mais voilà, dès la première année j'ai compris que j'étais passée à autre chose et que cette industrie/domaine d'expression n'était pas pour moi, finalement le lycée et d'autres expériences m'avaient fait mûrir et ce n'était tout simplement pas ma voie, ou pas de la mode "dure", à la limite... MAIS. Mr Daron est quelqu'un de très arrêté dans ses principes, et il a beaucoup insisté pour que je "finisse ce que j'avais commencé", histoire d'avoir un diplôme. Entre-temps j'avais commencé à broyer sérieusement du noir à la moitié de mon année, mais bon, d'accooord, je vais voir ce que je peux faire, c'est vrai qu'avoir déjà ce diplôme ne pourra pas me faire de mal et même m'ouvrir des portes si j'envisageais de côtoyer la mode de loin en loin plus tard...
Mais un bac et deux ans d'études supérieures plus tard... j'étais déglinguée. Complètement paumée, toute ma deuxième année mon moral a fait des montagnes russes, j'allais en cours 2 ou 3 semaines avant de rester cloîtrée chez moi des semaines entières, à me morfondre sans bien savoir sur quoi. Finalement, à la fin de mon BTS (que je n'ai pas validé totalement) je n'ai pas eu le temps de réfléchir à ma réorientation (j'avais la tête sous l'eau toute l'année, impossible de me projeter) sauf pour la fac.
J'étais bonne en Histoire au lycée et c'est une matière que j'ai toujours adoré, continuant d'apprendre pendant mon BTS. Et puis, "la fac d'histoire, c'est tellement général !" alors emballé, c'était pesé.
Manque de bol Paul, la fac n'était pas pour moi non plus. J'ai retapé ma première année, et jusqu'en mars dernier j'étais en train de foirer ma deuxième... Toujours la même recette, absentéisme en masse, regains de motivation et auto-persuasion à coup de "mais si, c'est tellement général, un jour je vais savoir pourquoi je suis ici, la lumière de l'utilité de cette licence me sera révélée !".

Et puis en mars j'ai fait un voyage qui m'a remis les idées en place : j'étais perdue, pas de diplôme à presque 23 ans. Mais j'ai réalisé que je n'étais pas à ma place dans cette licence... Sans rire, je me disais vraiment inconsciemment "vivement que j'ai 30 ans/des gosses/un truc d'adulte qui justifie un changement de vie aux yeux de mon entourage". J'ai arrêté la fac pour me consacrer à un projet qui me tenait vraiment à coeur à 100%, à savoir un an en working holiday visa en Nouvelle-Zélande. Tant pis si je perdais mon petit quotidien "normal" d'étudiante, l'appart, la vie en ville, etc, pour revenir chez papa-maman et affronter les réflexions et peurs de tout mon entourage, tout ça pour travailler et économiser pour un vrai but : j'étais mo-ti-vée !
Bon après il s'est trouvé que je partais seulement 3 mois après pour le pays des kiwis, un mois après avoir arrêté la fac on me proposait un billet AR gratuit en échange d'un service, accompagner un groupe d'adolescents qui allaient faire une partie de leur scolarité en Nouvelle-Zélande.. Le karma doit peut-être exister après-tout ?

Tout ça pour dire qu'en ce moment je suis en pleine année de césure, et pourtant je n'ai jamais autant été bien ! Je fais des tas de rencontres de personnes qui se sentent à l'étroit dans leur vie, ou qui se questionnent, sont en plein chambardement intérieur ou simplement veulent voir leur vie d'après une autre perspective. Ca va de l'ingénieur-chimiste qui veut faire une reconversion de céramiste à son retour en France, à la personne qui veut s'intéresser à la permaculture, à la fille poussée par un parent dans des études de cadre sup et qui finalement veut faire esthéticienne... Y a tous les âges, tous les parcours, et c'est super inspirant !

Pour ma part, depuis l'arrêt des cours j'ai réalisé que je dessinais... beaucoup. Que c'était ma manière de questionner le monde ou ce qui me fascine, m'obsède, et que si je gardais toujours deux feuilles en cours (une pour la leçon, une pour le dessin pour éviter de salir mon cours avec moult gribouillis)... c'était peut-être parce que ça appelait plus d'attention de ma part.
Et j'ai réalisé qu'à chaque fois que j'entendais parler d'artistes, d'amis d'amis ou de parfaits inconnus qui avaient fait ou faisaient les Beaux-Arts, de la BD ou simplement vivre de leur art, j'éprouvais une sorte de jalousie teintée de regrets... Comme si je leur en voulais d'avoir tenté un truc que je leur enviais secrètement, d'avoir réussi là où je me disais que c'étaient toujours les autres qui avaient ce courage-là, d'oser voire de réussir et d'avoir du succès.

Ca m'a fait prendre conscience d'une certaine lâcheté de ma part, et surtout de ma peur. Celle qui accompagne une envie secrète et profonde, qu'on met du temps parfois à admettre face à soi-même... Du coup voilà, à mon retour en France je vise les Beaux-Arts ou la BD, mais surtout à me renseigner sur ces deux voies... J'aurais encore un an de ""césure"" (retour après les phases d'admission), que je devrais mettre à profit en travaillant (parce que motivée comme jaja pour une reprise d'études qui m'enthousiasme vraiment), en continuant à explorer mes envies, et également préparer et travailler les potentiels dossiers de candidature.


Sur ce, j'envoie mes meilleures pensées pour tous.tes celleux qui galèrent, ou qui ont trouvé la lumiè-leur voie, qui n'osent pas encore formuler leurs aspirations profondes ou qui ne les ont pas encore "trouvées", qui n'ont pas un entourage très compréhensif ou confiant, ou au contraire qui sont bien entouré.e.s. J'ai foi en nous :supermad::unicorn::rockon::cheer::free:
[/SPOILER]
 
Bonsoir,

j'ignore si quelqu'un me répondra car cet article date un peu mais j'ai l'impression que le voyage est ce qui te permet d'avoir des révélation sur toi-même. J'ai souvent lu des témoignages de personne qui se sentait essoufflé dans leur étude ou totalement à côté de la plaque, ils ont décidé de voyager en échange universitaire, en permis travail-vacance, ou en gap year et ça les a quasi transformés. Est-ce que ça fait systématiquement ça à tout le monde ?
 
  • Big up !
Reactions : Elleama and Oceane
Ohlala mais je tombe sur cet article pile poil bien ! J'arrive un peu après tous ces messages mais j'ai envie d'apporter mon petit pavé à l'édifice.

Comme tout le monde ici je me cherche. J'ai fais une licence de sociologie parce que j'ai vu de la lumière, et que je ne savais pas quoi faire d'autre. ça me plaisait pas mal mine de rien puisqu'aller en cours n'était pas une torture, loin de là. Je lis encore de la socio sur certains sujets, mais je sais pas quoi en faire au niveau du boulot, je pense aussi que j'ai un manque de confiance en moi qui fais que dès que je veux passer à l'action tout s'écroule lamentablement dans ma tête, je ne me sens pas capable de faire des trucs dans un contexte professionnel. Dès qu'il y a un enjeu du style "j'ai fais des études dedans donc je dois être opérationnelle" ça me fais flipper de ouf !
Ensuite j'ai enchaîné sur un service civique, qui m'a moyen bof plu, on faisait pas grand chose, c'était un peu long et j'ai pas eu le sentiment que ça m'ait tant servi que ça.
Puis je suis revenue à mon amour de la lecture, j'ai fait un DUT Info com spécialité Métiers du livre pour faire bibliothécaire. Mais au final... Je ne sais plus. Là ça fait un peu plus d'un an que je l'ai eu, et je suis partie un mois en Irlande, c'était le meilleur mois de ma vie. Cette expérience m'a transformé, mais j'ai un sentiment d'inachevé, un mois c'était trop court, à la fois du point de vue de la pratique de l'anglais, et aussi de la découverte de moi même. Je suis toujours "sous la coupe" de Papa Maman, bien au chaud mais pas très libre et pas très moi non plus.
Depuis j'ai fais des petits boulots, j'ai un peu de sous de côté mais je flippe total à l'idée de repartir à l'étranger, je me prends énormément la tête et ça me fait stresser, pour l'instant je n'arrive pas à faire les choses concrètes comme réserver mon billet et mon logement...
Là je suis en stage plus ou moins dans ma branche, mais dans une administration publique, pas payée et je me fais profondément chier, jamais je n'ai eu autant le sentiment de m'être autant trompée dans ce que je faisais. Autant auparavant dans mes autres choix j'ai rencontré des gens inspirants qui me donnait envie d'être pareil, avec qui je me sentais bien. Autant là... Vraiment pas du tout.

Je dessine aussi de plus en plus (coucou @Baldece), ça me fait rêver les gens qui sont illustrateurs, j'ai pensé faire une école de graphisme ou de dessin mais je me trouvais bien jeune en sortant du bac, et puis "c'est pas un vrai métier", "y a pas de boulot là dedans". Et puis c'est vraiment un de mes plaisirs, d'un côté j'ai pas envie que mon plaisir soit un boulot MAIS c'est quand même ce que j'aime faire donc...
J'ai l'impression d'avoir trop de choix et de pas savoir choisir, ça, combiné au manque de confiance en soi, c'est pas facile...

@Blue-summer-sky moi ça m'a vraiment aidé, j'étais dans une bonne dynamique en revenant, ça m'a ouvert aux autres et ça m'a fait prendre confiance. Je ne suis partie qu'un mois, les bénéfices ont été énormes, je pense que ça me ferait du bien de partir plus longtemps. D'ailleurs si vous voulez lire mon expérience elle est juste ici : https://www.madmoizelle.com/benevole-auberge-de-jeunesse-en-irlande-977265
Je ne peux pas assurer que ça le fasse à tout le monde, j'imagine qu'il y a une part de chance à rencontrer les bonnes personnes et vivre de bonnes expériences mais globalement je n'en entends que du positif !
 
  • Big up !
Reactions : Delah

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes