J'ai toujours considéré que payer soi-même sa lingerie "affriolante" (souvent bien plus chère que la lingerie "normale "), si on ne le fait que pour faire plaisir à son partenaire (Dans le cadre d'une relation hétéro) c'était une méga arnaque de plus et qu'elle m'énéèèrve puissance 10 (comme toutes celles liées à la sexualité, que je trouve encore pire que les domestiques type ménage etc) .
On gagne déjà moins, on doit déjà trimer plus, et griotte sur le cheesecake, payer l'équivalent de plusieurs heures (voire jours) de SMIC pour le male glaze de monsieur ? Perso ce sera sans moi, et s'il veut me voir en porter il a intérêt à 1- m'en parler avant (je suis pas une poupée à habiller à volonté, ou alors, cela s'appelle du mannequinat et c'est un métier pour lequel on paie), et 2- à payer lui-même la god damn tenue. Non mais oh.
 
J

JAK-STAT

Guest
Concernant le fait de lire des conseils sexo... il y en a sur Madmoizelle (même si c'est pas des conseils de style "mode d'emploi : faire une fellation en dix étapes"), du coup est ce que si on lit les articles sexo on s'inflige une charge sexuelle ? :hesite: où est la limite entre faire des trucs pour soi ou pour son partenaire (considérant que faire plaisir à l'autre, voir qu'il est content ça nous rend content.e aussi en théorie*) ? pourquoi on considère toujours que s'épiler, acheter de la lingerie, c'est pour faire plaisir à l'homme et que la femme peut pas aimer ça ? aussi je comprends pas en quoi le fait de vouloir donner du plaisir à l'autre serait un problème féminin vu que les mecs ont aussi une pression à être un bon coup (même si souvent ça dessert les deux personnes au final)

*edit: je parle pas de se forcer à une sodomie pour faire plaisir à l'autre, plutôt mettre de la lingerie, s'apprêter ect
 
Dernière édition :
Vous êtes dans le déni @Chblues et @Plumn ?

Oui la pression sociale et ce qu'on se prend dans la tronche dès qu'on y déroge ont un poids énormes sur nos comportements, pensées etc. Cela est ancré dès la naissance par l'éducation, la vie en société. Lorsqu'on déroge aux règles sociales les sanctions vont de la moquerie à l'assassinat...
Sans parler du fait que la tâche de déconstruction est extrêmement ardue et pénible.
Donc dire que les revues féministes placent les femmes en victimes: bah ouais victimes du patriarcat. Etre victime de quelque chose ce n'est pas infâmant, c'est juste reconnaitre les torts qu'on nous fait subir, c'est le début pour changer les choses: la prise de conscience.
 
Pour prendre un autre exemple, quand Yann Moix a fait scandale avec ses propos sur les femmes de 50 ans récemment, c'était quand même un peu blasant de voir des meufs réagir en mode «nous on est belles et desirables, regarde ce que tu loupes connard!!! :vex:», parce qu'encore une fois, ça revient à se placer dans une position de dépendance vis-à-vis du regard masculin. Comme si on n'existait qu'a travers la validation d'un homme et qu'il fallait absolument être reconnue comme belle pour vivre. Je suis d'accord pour dire que les propos de Yann Moix s'inscrivent dans un contexte toxique de dévalorisation des femmes et que c'est une logique extrêmement cruelle et injuste, je condamne tout ça sans réserve, y'a aucun soucis. Le truc c'est qu'une fois qu'on a dénoncé tout ça, pourquoi aller se vautrer dedans en quemandant de la reconnaissance? Perso, je trouve que la meilleure réponse à faire à Yann Moix c'est de s'en foutre et de vivre sa féminité à tout âge sans attendre son approbation en fait. Avec sa remarque il s'arrogeait le pouvoir de dicter comment les femmes devraient se percevoir elles-mêmes et finalement l'ignorer, continuer à vivre, se faire valoir pour autre chose que son physique, revient à lui enlever ce pouvoir. Parce qu'un jeu de pouvoir ça se fait à deux : celui qui l'exerce et celui qui s'y soumet. Le meilleur moyen d'y mettre fin c'est encore de s'y soustraire mais pour ça on peut pas éternellement se voir en victime. Je suis d'accord que c'est une étape nécessaire, mais il faut pas non plus se complaire dedans, sinon les choses ne changeront jamais.
Perso vieillir c'est quelque chose qui me fait très très peur précisément à cause de toute cette pression. Est-ce-que je compte attendre 50 ans pour pleurer toutes les larmes de mon corps sur ma jeunesse envolée et sur le sort réservé aux femmes de mon âge? Non, moi je préfère anticiper et me trouver des modèles de femmes inspirantes, charismatiques, actives qui ne laissent personne les empêcher d'être des femmes, quel que soit leur âge. Parce que je pense que plus on verra des femmes mûres incarner la réussite et l'influence plus on leur accordera de place dans la société à tous les niveaux. C'est aussi comme ça qu'on fait bouger les choses : en incarnant ce à quoi on aspire. Donc oui, c'est important de se reconnaître comme victime, mais si on veut transformer l'essai il faut le voir comme le début de quelque chose, pas comme une fin en soi.
 
Comme souvent j’ai tellement l’impression d’être entre les gouttes après cette lecture comme les autres articles sur les charges (mentale, émotionnelle, parentale,...).
C’est vrai que je prends quand même la pilule. (Et comme je l’achète avec l'argent du compte commun au final c’est lui qui en paye la majorité ce qui est aussi valable avec l’aspect financier des autres points)

A part 3 ou 4 culottes “jolies” j’ai que des ultra basiques blanches avec un stock de bleues foncées et de noires pour les règles. De ce point du vue là, ses sous-vêtement sont souvent plus classes que les miens (mais la, c’est charge mentale de mon côté parce que c’est moi qui lui choisie :P).

C’est moi qui passe son temps à mater son (magnifique) boule et lui qui s’en fou de mes poignées d’amour, de mon poids et des mes poils.

Les hommes qui ne bitent rien à la contraception se concentrent ils à Paris ? Lors des séances mixtes de préparation à l’accouchement avec ma sage femme, les hommes présent avait l’air de savoir comment ça marchait.

Je sais que j’évolue dans un milieu privilégié de ce côté (déconstruction plutôt poussée de mon entourage qui bénéficie d’un capital culturel supérieur à la moyenne, quartier “bobo”,..), que je suis plus âgée que la majorité des participantes (mais l’article principal étant sur Slate il n’a pas été rédigé spécifiquement pour ici) et que le "coût de ma féminité" est supporté par notre budget commun (et donc que c’est surtout lui qui le paye à cause de nos différence de salaire).

Est-ce, comme précisé, par @Mélusine94 je suis dans un déni n’ayant jamais vécue de sanctions alors que je me conformais pas à ces règles sociales ?

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
@Chblues Et à aucun moment tu comprends que toutes les personnes ne peuvent réagir avec violences à la violence ? Que l'effet de sidération existe ? Que quelque part rejeter la "faute", la "responsabilité" sur les personnes victimes du patriarcat, des aggressions (tu parlais du harcélement de rue par exemple), ce n'est pas quelque part noyer le poisson et éviter la réflexion ?
Le problème ce n'est pas les personnes victimes, ce sont les personnes qui aggressent !!!
Et encore une fois être victime, ne pas savoir réagir, être paralysé par la peur c'est humain, ce n'est pas infâmant !!!!
Dans des situations de crises, de stress, l'humain réagit de trois façons: la fuite, l'agression ou la sidération.
Le continu de ton discours ne tient pas car il sous-entend que les personnes victimes qui ne réagissent pas comme toi le font soi exprès, sont complaisantes, "ne savent pas se défendre". Mais est-ce qu'il y a un moment où on va se rendre compte qu'on ne devrait tout simplement pas être tenu de se défendre ?! On ne devrait pas être agressé-e point. On peut foutre la paix aux victimes et cesser d'essayer de trouver leur comportements honteux ?!
 
@Plumn Personnellement j'ai bien aimé l'article de Slate, que je trouve très juste, mais je te rejoins sur l'overdose de contenus féministes victimaires. C'est quelque chose que je ressens depuis que j'ai découvert le féminisme en profondeur, et il y a une vraie ambivalence là-dedans : autant je pense qu'on a besoin de l'analyse féministe pour dénoncer (et déconstruire) les inégalités, autant je trouve que le fait de pointer continuellement les inégalités dont sont victimes les femmes… tend à renforcer ces inégalités.

Exemples : est-ce qu'on se rend vraiment service à répéter que les femmes sont plus précaires que les hommes, qu'elles s'occupent d'une grande majorité des tâches ménagères et qu'elles ont la charge principale des enfants, qu'elles ont moins d'opportunités professionnelles, moins de pouvoir, moins d'argent, etc ? Est-ce qu'à force de répéter ces discours, on ne finit pas par s'enfermer nous-mêmes dans les rôles qu'on voudrait justement dénoncer ?
C'est comme quand certaines féministes déplorent, après l'instauration de mesures politiques qu'elles jugent discriminatoires, que cela va "encore pénaliser les femmes et les enfants". Mais bon sang, si on ne cesse jamais de voir les femmes comme des êtres fragiles, précaires et ayant besoin d'une protection extérieure, si on continue à les assimiler aux enfants comme on le faisait dans les années 50, si on continue à se vautrer dans une posture "victimaire", comment pourra t-on un jour changer les choses ?

Le féminisme a besoin de plus de role models, de discours « empowering », d’optimisme, de force. Oui pour analyser et dénoncer les inégalités, et oui aussi pour rappeler que ce n'est pas une fatalité, qu'on reste libre de notre destin (dans une certaine mesure, bien sûr), qu'il y a plein de femmes badass dans le monde. À force de bouffer du contenu féministe, parfois, j’avoue que je me sens plus en colère et découragée qu’autre chose, alors qu’avant… j'avais même pas conscience de mon genre, je ne me posais pas de questions et ne me mettais pas de limites. Donc ça peut avoir un effet pervers.

Mais c’est vrai que ce n’est pas facile, parce que les inégalités de genre sont une réalité et que de nombreuses femmes en sont victimes. Et il FAUT les dénoncer. Mais si on se contente de présenter un tableau obscur, en mode « c’est comme ça et pis c’est tout, telle est notre réalité », j’ai bien peur qu’on fasse du surplace et qu’on en soit encore au même point dans 50 ans…
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes