Je suis un peu mitigée sur cette réforme. Parce que d'un côté, pour moi la fac, c'était justement l'endroit où l'on pouvait être sûrs de faire des études sup, et c'était pas plus mal, ça permettait d'avoir déjà un peu moins la pression sur le bac (déjà que le passer c'est pas agréable, si tu sais pas où tu vas derrière c'est encore plus la pression).
D'un autre côté, la fac, ça mérite aussi d'être dépeuplé. Avec 50% de réussite en L1, je pense que y'a un truc à faire là dessus. Et c'est vrai qu'ajouter une sélection, c'est pas plus mal, parce que je pense que des fillières comme psycho, qui récupèrent des gens motivés et doués, mais aussi tous ceux qui savent pas quoi faire après le bac... Il pourrait facilement y avoir 25% d'élèves en moins.
Par contre, il faut pas juste mettre une sélection, il faut aussi envisager de mettre ENFIN en valeur des parcours différents du bac-licence-master. Car à ce moment là de ma scolarité, perso, je savais pas quoi faire de ma vie, et on ne m'a proposé aucun autre parcours que le schéma typique.

Pour ce qui est des inégalités, je comprends bien l'idée que les femmes se sous-estiment de manière générale, et ne tentent même pas des choses qui seraient accessibles. Mais ça me dérange toujours un peu de dire "bon pas de sélection, parce que sinon elles viendront pas !". J'aimerais bien voir ce que ça va donner concrètement, et j'aimerais surtout voir que finalement, les femmes sont dans la place, et qu'on arrive au 50/50 ! :supermad:
 
Je n'approuve pas cette réforme qui risque en effet de créer des discriminations nombreuses entre les étudiants, mais au risque de passer pour une méchante, je crois quand même qu'une sélection à l'université serait utile... Mais pas comme elle est proposée ici! J'enseigne à des étudiants de L1 lettres modernes depuis cette année, et j'en vois plusieurs parmi eux qui se sont retrouvés là par défaut/par hasard (grâce à ce génial système APB...) et qui n'ont pas du tout un profil littéraire, qui ne s'intéressent pas particulièrement à la littérature, qui ne lisent que très peu et dont les compétences de rédaction ne sont pas très bonnes (du moins pas suffisantes pour valider, à terme, une licence de lettres.) Alors je comprends très bien que l'on puisse avoir envie de suivre des cours de lettres pour se cultiver etc. sans forcément avoir déjà un niveau de compétition, mais le problème, c'est que la plupart de ces étudiants n'auront pas leur licence, et que personne ne leur a dit suffisamment tôt pour qu'ils puissent réfléchir à une meilleure orientation et éviter de perdre du temps... Pour les étudiants qui viennent de familles aisées prêtes à les financer, ça ne pose pas spécialement de problème, mais pour ceux qui sont boursiers ou qui viennent de milieux plus modestes, ce "temps perdu" a un véritable coût que toutes les familles ne sont pas forcément à même de supporter. Les boursiers, en particulier, n'ont droit qu'à un seul redoublement (même s'ils changent de filière), donc multiplier les années d'études non validées leur pose un véritable problème... :erf:

Alors je ne cautionne pas le système Parcoursup qui a l'air bien aberrant comme il faut, mais je pense en effet qu'il faudrait un meilleur système d'orientation (et pas seulement au niveau bac) pour éviter ce genre de situations qui mettent les étudiants et leurs familles dans un sacré embarras (sans parler de la grosse déprime liée à l'échec qui vient couronner tout ça et faire souffrir des étudiants pourtant méritants et courageux.) J'ai l'impression qu'en "laissant" les étudiants aller dans certaines filières universitaires dans lesquelles ils ont beaucoup de chances d'échouer, on se montre malhonnête envers eux et on ne leur rend pas justice.

Idéalement, je pense qu'il faudrait repenser tout le système d'orientation, revaloriser les filières professionnelles trop souvent délaissées, et proposer un véritable système d'accompagnement des futurs étudiants pour les aider à faire leurs choix en effectuant un bilan honnête de leurs préférences, leurs aspirations et leurs capacités... Et Parcoursup est bien loin de proposer tout ça :sad:
 
L

LauraMarie

Guest
Personnellement, je suis pour une certaine sélection à l'université. Une sélection basée sur le mérite et les capacités.
Les universités sont bondées. Parmi l'ensemble des étudiants, il y a au moins un tiers (et encore je prends un chiffre assez bas) qui n'ont pas vraiment leur place. Je le vois très bien depuis des années dans ma fac. Je suis en fin de doctorat. Ça fait 9 ans que je fréquente l'université, donc bon... j'ai eu le temps de voir un peu les choses. En histoire de l'art/archéologie, la première année, on perd au moins 50% des étudiants. Alors certes, il y en a qui se réorientent, mais il y en a beaucoup qui laissent juste tomber. Ils viennent dans cette filière par défaut, parce qu'ils ne savent pas quoi faire, et parce que ça a un caractère un peu romantique ou pire, un côté Indiana Jones. Cependant, ces étudiants n'ont pas conscience de ce qu'est réellement la fac, ni même cette filière.
J'ai eu la chance d'être chargée de TD pendant deux ans pour des premières années (Licence 1), et j'ai ainsi pu discuter avec un certain nombre d'entre eux. C'est dingue de voir que beaucoup d'entre eux ne savent pas vraiment pourquoi ils sont là. Qu'on n'ait pas encore le sujet précis qu'on souhaite traiter plus tard, en master et doctorat, c'est un fait, mais qu'on ne sache pas pourquoi on est là, ça me dépasse complètement.
Si on ne sait pas, on a pas l'obligation de faire des études à l'Université. Tout le monde n'est pas forcément fait pour ça.
Une sélection à l'entrée de l'Université, selon moi, devrait être appliquée, mais uniquement basée sur le mérite, sur les capacités, et sur la motivation.
Ce n'est, bien sûr, que mon humble avis.
 
Avant j'étais plutôt pour la sélection à l'entrée de l'université, mais on en a discuté avec des enseignants-chercheurs,et effectivement les conséquences vont bien plus loin. Une des conséquences (entre autres) c'est l'augmentation des frais d'inscription, et à terme de plus en plus de prêts étudiants, et de dettes à rembourser, comme au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. On ne verra pas forcément les effets tout de suite, mais si on continue dans cette direction c'est probablement ce qui va se passer.
 
J'ai une vraie question au sujet des femmes à l'école : y a-t-il des Madz qui se sont vues découragées par des profs/conseillers d'orientation ou autre sous prétexte qu'elles étaient des filles? Parce que personnellement quand j'ai dis vouloir faire une école d'ingé je n'ai jamais eu aucune remarque, au contraire, j'étais plutôt encouragée, vus que mes résultats suivaient... Et à l'inverse, pour avoir parlé avec quelques copains et vu des camarades à l'époque, j'ai connu autant de mecs que de filles à qui on a dit "t'as des résultats pourris tu feras jamais rien de prestigieux" (pas dit comme ça non plus, mais vous voyez l'idée), du coup je suis un peu dubitative :dunno:
 
@Mullipa Personnellement, j'ai déjà entendu certaines personnes dirent ce genre de choses de façon un peu plus insidieuses que "c'est pas pour les filles", c'était plutôt "c'est pas un métier/des études qui permettent une vie de famille", par exemple. Or quand on a été socialisée en tant que fille, on a quand même plus tendance à se projeter avec une famille, et donc à se fermer des portes si on se dit que tel cursus est "trop long" et qu'à cet âge on se voit plus avec des enfants qu'encore à l'école, ou si on nous répète que le débouché desdites études, courtes ou longues, sera un sacré obstacle pour construire une famille. :erf:
Ou au contraire, le seul encouragement que j'ai eu par rapport à mon futur métier, c'était "au moins, si t'as des enfants, ce sera pratique" ! :yawn: Parce qu'après tout, que ça me plaise grave, on s'en fout, hein. Donc même dans les cas où on ne décourage pas (ouvertement ou non) certaines filières/études/professions, il y a sans doute une tendance à encourager plus fortement certaines orientations.
Au lycée, il y avait des filles de ma classe qui étaient très bonnes dans les matières littéraires et tout aussi bonnes en maths et en économie. Au niveau des compétences/résultats, aucune différence entre les deux, vraiment. Pourtant, quand on parlait d'orientation en classe entière, ces mêmes filles s'entendaient dire des trucs comme "ah, je te voyais plutôt littéraire, moi" de la part du prof (et non, c'était pas la prof de français qui essayait de recruter, même pas :cretin:). A résultat égal, on les encourageait plus à se tourner vers du droit, de l'Histoire, des sciences politiques, que vers une licence d'économie, par exemple.
 
Perso je trouve que les critiques passent quand même sous silence le nombre quand même important d'étudiants qui abandonnent en première année, et qui occasionne un gâchis de ressources considérables.
L'obsession d'envoyer tous les lycéens en fac c'est bien gentil mais dans la vraie vie il y a quand même un certain nombre de personnes qui n'ont rien à y faire. Soit parce qu'ils n'ont pas le niveau, soit parce qu'ils sont parachutés dans une filière qui ne les intéresse pas, soit parce que les études supérieures c'est tout simplement pas fait pour eux. On préfère envoyer les gens au casse-pipe plutôt que d'envisager d'autres possibilités et de faire évoluer nos mentalités vers autre chose que l'entrée dans les études supérieures dès 18 ans.

Et honnêtement je ne comprends pas trop ce que la problématique des filles vient faire là.
 
Merci pour cet article, j'avais conscience des risques d'avoir un accès plus difficile au supérieur pour les bacs pro et de manière plus générale les classes sociales moins favorisées, mais je n'avais pas pensé que la sélection pouvait aussi venir impacter particulièrement les jeunes filles du fait du biais d'éducation :erf:.

A part ça, deux trois idées en vrac. Sur la nécessité d'avoir une vraie refonte de l'orientation au collège et au lycée : 1000 fois oui! mettre en place des discussions avec des professionnels de tous milieux, des mini-stages, des projets de découverte... Il y a plein de métiers dont on n'a pas idée et il faut améliorer ça (ça aiderait aussi pour avoir des modèles féminins dans les métiers que les lycéennes ne s'autorisent pas à envisager).
Sur le taux d'échec en première année de licence : pour moi ce n'est pas très grave car même si des étudiants arrivent là par hasard et ne taffent pas tous sérieusement, je pense que ce n'est jamais du temps complètement perdu : se rendre compte que ce n'est pas sa voie et trouver quelque chose qui intéresse plus; y glaner une ou deux méthodes de travail; se rendre compte que ce n'est pas pour soi mais en repartir avec peut-être une ouverture sur le monde, ou au moins savoir que la formation existe et qu'ils peuvent y revenir plus tard
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Dernier point : je suis très inquiète de la vision générale de l'université que ces prémices de réforme sous-tendent.
D'autant plus que je vis dans un pays où ce type de transition s'est passé très vite, en quelques années:
Il y a une dizaine d'années, l'université était encore ouverte à tous, plus ou moins. 800€ l'année, pas trop de bourses d'Etat mais c'était "encore jouable d'étudier". Suite à la volonté de privatiser progressivement, de réduire les financements du supérieur et les priorités redéfinies pendant et après la crise, il y a eu instauration de plus de sélection sur dossier mais surtout augmentation rapide des frais d'inscription ( ce qui assure une sélection "sociale"). Aujourd'hui, on en est à 2500-3000€ l'année en licence, et jusqu'à 8000€ l'année en doctorat. A ça on rajoute le coup de la vie élevé (loyers démentiels), et la conséquence est que plein de jeunes n'ont plus accès aux études et que la précarisation a augmenté dans la tranche d'âge 18-30 ans... J'ai vraiment très très peur qu'on ne prenne ce type de direction :sweatdrop:.
 
Dernière édition :
J'enseigne en première année de fac, et j'avoue que je trouve ça très difficile d'avoir un avis tranché sur la problématique de la sélection pour l'entrée à l'Université. D'un coté je vois énormément d'étudiants qui n'en ont absolument rien à faire, d'autres qui ne sont là que parce que les parents ont poussés, ou encore qui ont voulu essayé mais à qui ça ne convient pas. Sur des classes d'une trentaine d'élèves inscrits, 4 ne viendront jamais, 4 ou 5 se réorienteront en cour d'année et 3 sont complètement perdu. Je faisais partie de cette dernière catégorie, et clairement les études de droit ont été un combat pour moi, après je ne savais pas réellement si j'étais faite pour ça ( et depuis j'ai bifurqué vers l'histoire du droit et la recherche qui me convient bien plus ) donc je ne suis pas sure que la sélection m'aurait ouvert les portes de la facultés. Inversement j'ai aussi le recul des amies qui ont réussis, mais qui n'ont pas réellement choisi ces études par vocation, elles ont leur master et ont pu passer des concours et/ou travailler dans le domaine du droit, mais au bout d'un moment ça resurgit ce problème d'orientation initial et elles ont abandonnées parce qu'elles étaient malheureuse.
Pour avoir beaucoup discuté avec les étudiants je pense qu'il faudrait surtout plus les aider à trouver leur voie au début, plutôt que de les laisser livrer à eux même. Oui les 3/4 des étudiants en droit échouent la première année mais il faut distinguer ceux qui s'en foutent, de ceux qui n'étaient pas certains de ceux qui se battent et finiront par y arriver donc le problème reste au niveau de l'élaboration des critères de sélection.
En revanche il y a une chose pour laquelle je ne suis pas parfaitement réfractaire au tri a l'entrée, chaque année j'ai au moins 3 étudiants qui sont là "pour les bourses". ( et ça se vérifie à toutes les échelles ) Certains le disent en l'assument même ! Je trouve cela complètement scandaleux et inadmissible que des personnes pareilles puissent non seulement profiter d'aide qu'ils ne méritent pas, mais qu'en plus ils prennent la place de certains qui désirent vraiment bosser.
En tout cas ce dont je suis sure c'est qu'il y a un problème dans les effectifs de l'université, ça se vérifie tous les ans, et qu'il faut faire quelque chose. La question reste celle du meilleur traitement, mais clairement avoir tous les ans une dizaine d'élèves fantômes ou qui profitent des aides du Crous ça ne me parait pas être une bonne chose. .
 
Avant j'étais plutôt pour la sélection à l'entrée de l'université, mais on en a discuté avec des enseignants-chercheurs,et effectivement les conséquences vont bien plus loin. Une des conséquences (entre autres) c'est l'augmentation des frais d'inscription, et à terme de plus en plus de prêts étudiants, et de dettes à rembourser, comme au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. On ne verra pas forcément les effets tout de suite, mais si on continue dans cette direction c'est probablement ce qui va se passer.
Pourquoi moins d'étudiants = frais d'inscriptions plus élevés ?
Vu le coût d'un étudiant sur une annee si il y en a moins on imagine que les facs auraient plus de ressources
 
Et pour quelqu’un qui envisage de reprendre la fac après une longue pause pour raisons de santé, concrètement ça peut se passer comment?
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes