fae;4951908 a dit :
Ce qui me dérange dans certains commentaires (et non pas l'article, soyons clairs) c'est que j'ai parfois l'impression qu'on ne peut pas avoir un ou des parents homosexuels et... mal le vivre. :dunno:
Je connais deux fille dont un des parents est homosexuel, et elles le vivent très mal, d'ailleurs l'une d'elle a carrément coupé les ponts avec ce parent.
Donc je pense qu'on peut très bien le vivre comme très mal le vivre :erf:. Et du coup, dans certains commentaires on dirait que ce côté négatif est totalement exclu, comme s'il s'agissait d'histoires inventées.

(Je précise quand même au cas où que je suis contre l'homoparentalité, au contraire, on peut aussi mal vivre le fait d'avoir grandi dans un foyer monoparental, par exemple.)
On est parfaitement d'accord, mais si on le vit mal c'est parce que les parents ne sont pas de bons parents, pas parce qu'ils sont homos.

On répète partout que les homos ne peuvent pas faire de bons parents. Ces témoignages servent à prouver que si. Que c'est pas avec qui on couche qui fait de nous des bons ou des mauvais parents. Quand on a des témoignages d'enfants d'hétéros qui vont mal, on dit jamais "c'est parce qu'ils sont sont hétéros".

Etre homo ne t'immunise pas contre la connerie hein, on jamais dit ça !
 
Eh bien, si toutes les familles recomposées pouvaient être comme ça, ce serait génial. Parmi mes amis beaucoup ont vécu l'expérience d'un divorce traumatisant et son encore partagés entre chacun de leurs parents. Personnellement j'ai la chance d'avoir une famille aimante qui fait tout pour que je sois heureuse. Et je ne dis pas cela parce que mes parents sont hétérosexuels mais bien parce que pour moi être une famille c'est avant tout une histoire d'amour tout d'abord entre deux parents ( hétérosexuels ou homosexuels) et ensuite le fait d'aimer ses enfants et de tout faire pour qu'ils soient heureux. Dans ce témoignage on sent une famille qui a vécu des moments difficiles mais une famille unie. Et en tant qu'enfant je pense que c'est important de sentir cela.
 
fae;4951940 a dit :
patriarcaca;4951931 a dit :
fae;4951908 a dit :
Ce qui me dérange dans certains commentaires (et non pas l'article, soyons clairs) c'est que j'ai parfois l'impression qu'on ne peut pas avoir un ou des parents homosexuels et... mal le vivre. :dunno:
Je connais deux fille dont un des parents est homosexuel, et elles le vivent très mal, d'ailleurs l'une d'elle a carrément coupé les ponts avec ce parent.
Donc je pense qu'on peut très bien le vivre comme très mal le vivre :erf:. Et du coup, dans certains commentaires on dirait que ce côté négatif est totalement exclu, comme s'il s'agissait d'histoires inventées.

(Je précise quand même au cas où que je suis contre l'homoparentalité, au contraire, on peut aussi mal vivre le fait d'avoir grandi dans un foyer monoparental, par exemple.)
On est parfaitement d'accord, mais si on le vit mal c'est parce que les parents ne sont pas de bons parents, pas parce qu'ils sont homos.

On répète partout que les homos ne peuvent pas faire de bons parents. Ces témoignages servent à prouver que si. Que c'est pas avec qui on couche qui fait de nous des bons ou des mauvais parents. Quand on a des témoignages d'enfants d'hétéros qui vont mal, on dit jamais "c'est parce qu'ils sont sont hétéros".

Etre homo ne t'immunise pas contre la connerie hein, on jamais dit ça !
Ben du coup je comprends pas où tu veux en venir. Et je comprends pas bien le problème de tes amies.

Tout le monde a le droit ou pas de mal vivre sa situation familiale mais perso je vois pas en quoi la sexualité des parents a à voir là-dedans. Mais si elles considèrent que c'est ça le problème, je veux bien les croire, j'ai pas toutes les infos (est-ce-qu'elles sont issues d'un premier mariage, comment est-ce-qu'elles ont été mises au courant de l'homosexualité du parent, comment s'est passé le divorce.. Plein d'éléments peuvent faire qu'elles l'ont mal vécu parce que ça a été mal géré plus que parce que leur père est homo)

Encore une fois, on dit pas que toutes les familles homoparentales sont parfaites. On montre que ce sont des familles comme les autres. Pour chaque témoignage d'enfant d'hétéro on va pas en brandir un autre en disant "Regardez ça peut aussi mal se passer hein !".
Nos commentaires c'est : "Arrêtez de vouloir faire croire qu'on ferait de moins bons parents que les hétéros", pas "On est de meilleurs parents que les hétéros".
 
  • Big up !
Reactions : Etp and Manea
Purée qu'est ce que je suis contente qu'il y ait cet article, je viens de voir les manifestants à la télé et... j'ai envie de vomir. J'ai juste envie de dire pourquoi ?? L'État a confirmé des milliers de fois très clairement que PMA n'était plus d'actualité et que la GPA ne l'avait jamais été, et même si c'est quelque chose dont j'aimerais qu'il ne soit pas écarté tout de suite ( surtout la PMA ), je comprends pas le motif de leur manif. J'ai l'impression qu'ils cherchent juste à ramener leur fraise, à se montrer, à se sentir uni et citoyens, bonnes gens qui se font courageusement les défenseurs de cette cause pure et si héroïque : la FAMILLE EN DANGER et des pauvres petits enfants qu'ils sont les seuls à protéger.
Quelle insupportable hypocrisie. J'ai voulu écouter leurs revendications, leurs réactions à leur manif dans l'espoir d'entendre des arguments clairs et justifiés qui, même s'ils auraient sûrement été pour moi contestables, m'auraient permis de les considérer et d'engager un vrai débat argumenté avec eux.
Au lieu de ça on se tape des phrases vides et répétées 1000 fois du type : " Ça ne passera pas, on ne laissera pas détruire/piétiner la famille ! ". Ayant suivi le déroulement des débats sur le mariage pour tous l'année dernière, j'ai remarqué que ces solgans sont pas apparus dès le début, mais qu'une fois qu'ils ont été scandés avec fierté par certains responsables de droite, ils n'ont plus quitté le débat public et maintenant les gens croient qu'il suffit de brandir ces slogans vagues pour justifier leur action.
" Ils détruisent la famille !!! " mais comment, pourquoi ? Quelle famille ? C'est triste que les journalistes ne cherchent pas leur faire argumenter leurs positions et semblent accepter avec nonchalance ce manque total de consistance sur un sujet aussi important et complexe. J'ai vu une manifestante de 20 ans qui, toute contente de passer à la télé, s'est écriée " On vient protéger les enfants, parce que sont pas des objets, on peut pas dire Ah je veux un enfant et l'avoir ! ". Consternant.
Donc quand plus tard t'auras envie d'avoir un enfant et que tu commenceras à essayer d'en avoir, tu deviendras une horrible mégère égoiste pour avoir osé désirer un enfant ? Ils ne se rendent même pas compte que le droit à l'enfant existe déjà, et que des gens qui ne sont pas prêts à en avoir un, des adolescents, des gens qui ne sont pas un couple, peuvent très bien user de ce droit tout simplement parce qu'ils en sont capables, biologiquement.  Il y a pas de tribunal qui juge de notre habilité à avoir un enfant au moment où on décide de le concevoir, ni de la validité de notre désir, et on peut très bien faire un enfant sur un coup de tête ou le garder alors qu'on ne l'avait pas désiré, sans que ces porte-drapeaux de la morale bien-pensante y trouvent rien à redire. Et on voudrait empêcher des couples qui malgré l'opposition de tous, malgré leur incapacité à concevoir, ont conservé ce désir d'avoir un enfant, l'ont murement réfléchi, pesé, sous prétexte que ce désir serait un caprice égoïste ? On peut être violent ou être un couple déjà séparé et en conflit, on peut ne pas avoir réellement désiré l'enfant, être adolescent... mais du moment qu'on a été capable de procréer, no problemo, les défenseurs de la famille ne voient pas l'utilité d'intervenir.
La capacité de concevoir biologiquement serait donc suffisante pour être capable d'élever un enfant, et inversement, si la " Nature " ne nous a pas doté de cette fonction, ben c'est qu'on n'est pas supposé en avoir ( cf le Destin, Dieu, toussa toussa ) .
D'accord, je veux bien accepter cet argument tant qu'il s'applique à tous et n'est pas bancal. Mais qu'est ce qu'on fait des couples stériles ? Pourquoi est-ce que, selon leur argument, les autoriserait-on à avoir recours à un moyen artificiel pour avoir un enfant ? En clair, sur un couple homo et un couple hétéro tous 2 incapables de procréer ( ensemble ou pas ), le 1e verra son désir d'enfant considéré comme un caprice contre-nature, un ubris égoiste tandis que pour le 2e ben... c'est normal quoi. Pas d'objection, pas de gêne, c'est évident parce qu'on en a l'habitue.
C'est ça qui me gonfle le plus. L'hypocrisie. La seule chose qui différencie ces 2 couples, c'est leur orientation sexuelle, et c'est ce seul paramètre qui fait changer la donne. Pas leur incapacité à procréer, on est d'accord. J'ai l'impression qu'ils ont une sorte de peur irrationnelle que les choses changent, une peur peut-être sincère pour les enfants car ce dont ils n'ont pas l'habitude, ce qu'ils ne voient pas souvent, ils le considèrent automatiquement comme nocif.
Mais ils savent bien qu'on ne construit pas des arguments et une crédibilité sur un sentiment déraisonnable, et ils s'appliquent donc à donner une apparence argumentée à leur peur. C'est ce que je trouve le plus répréhensible. Ce " je ne suis pas homophobe, j'adore les gays, d'ailleurs j'ai une amie qui... " à la Morano. En gros ils aiment bien les gays tant qu'ils restent bien dans leur coin et ne commencent pas à se balader main dans la main avec un gosse parce que oULALA c'est étrange, ça fait mal aux eux, c'est pas la famille à laquelle on est habitués... J'ai envie de leur dire : mais réveillez-vous ! Qui détruit les familles/la famille en dépossédant toutes celles qui ne sont pas composées comme sur la joulie affiche d'un papa, d'une maman, d'une petite fille rose et en robe et d'un petit garçon bleu si possible du même âge ( parce que c'est bien connu, tous les parents ont 2 enfants de sexe différents ET de même âge ) de leur titre de famille.
Bref, désolée pour ce roman mais j'avais besoin de m'exprimer, moi aussi, comme ces gens qui descendent dans la rue et se plaisent à monopoliser l'espace public pour combattre courageusement une loi inexistante et même pas à l'état de projet.
Après avoir vu toutes ces absurdités à la tv, je me suis sentie très seule et frustrée et je me suis réfugiée sur Madmoizelle pour voir un peu de bon sens et d'arguments justifiés et respectueux - même en opposition avec ce que je pense.
 
L

lafilleauxcheveuxdelin

Guest
J'ai juste envie de dire merci pour cet article ! La Manif pour tous me rend triste et désespéré mais je reprend espoir en l'humanité quand je recontre des gens, comme moi, qui soutiennent la cause des homosexuels et autres, ceux qu'on appellent "les pas normaux", il n'y à pas d'anormalité il y à juste de la différence et c'est beau.
 
Je suis hyper ennuyée par l'absence totale de la notion de bisexualité dans cet article.

Cette femme a vécu des années avec un homme dont elle était amoureuse et avec qui elle a eu deux enfants. Aujourd'hui elle vit avec une femme.

Sauf que, comme je l’ai appris bien plus tard, ce n’était pas du tout le cas ; ma soeur et moi avons été aimées, sans contrainte aucune, et ma mère a aimé mon père. En aucun cas elle n’est restée avec lui pour moi.
Eh bien alors ? Puisque ce n'était absolument pas une erreur de parcours, un égarement qui l'aurait éloignée de sa véritable orientation sexuelle, est-ce qu'on ne peut pas tout simplement admettre que c'est parfaitement normal d'aimer des femmes ET des hommes ?
Vous ne facilitez vraiment pas la vie des bisexuel-le-s en niant leur existence de cette manière :/

(Je prends appui sur cet article mais je parle de manière générale : si la mère de l'autrice se définit comme homosexuelle, c'est qu'elle est homosexuelle, y a pas à discuter. Mais eh, les bis existent aussi et je trouve dingue que dans une histoire pareille, à aucun moment le terme lui-même ne soit pas une seule fois employé)
 
Dernière édition :
Bonjour tout le monde !

Suite à toutes vos réactions, j'ai décidé de m'inscrire pour pouvoir y participer. Tout d'abord, merci encore à la rédac' pour m'avoir donné la chance de m'exprimer, et merci à vous de m'avoir lue et pour tous vos jolis messages et partages.
Nos avons tous et toutes des histoires de famille particulières, insolites, complexes et, effectivement, je suis fière de la mienne, parce que l'on surmonte chaque épreuve et chaque bosse sur la route en se serrant les coudes.
Pour répondre aux questions sur la bisexualité, je ne la nie absolument pas, pas une seconde, il est effectivement tout à fait normal d'aimer des femmes ET des hommes. Moi-même je ne me pose pas la question de la sexualité en terme de genre. Mais ma mère n'ayant jamais utilisé la dénomination de bisexualité, du moins pas à ce que je sache, je ne pouvais pas me permettre de parler pour elle. Ce qui ne veut aucunement dire qu'elle ou moi renions la bisexualité.

Le véritable message de cet article c'est que la véritable définition de la famille se fait en terme d'amour et pas en terme de genre ou de sexualité. Et je vous remercie infiniment pour l'accueil donné à mon témoignage ( même qu'en plus, ma maman, elle est fière, alors, double cool). :cupidon:
 
Je suis dans le même cas que cette personne, et je l'ai toujours très bien vécu. J'ai eu certes des problèmes avec ma belle-mère, mais c'était surtout la confrontation typique avec le beau-parent : je n'acceptait pas qu'elle ait une forme d'autorité parentale, qui selon moi ne revenait qu'à mon père et ma mère.
En clair, j'ai bien grandi, cette situation n'a jamais dérangé mon adolescence, et au contraire, je pense que ça m'a ouvert l'esprit. Ma mère a été heureuse avec mon père, elle l'est maintenant avec ma belle-mère, et même si je ne m'entendais pas avec celle-ci, au moins c'est une personne que ma mère aime.
 
Ce que j'aimerai faire comprendre aux gens contre le mariage gay etc c'est que :

Les personnes LGBT n'ont pas attendus qu'on leur dise "oui vas y c'est légal" pour avoir des relations, vivre ensemble, avoir des enfants.
Les anti semblent croire que tant que rien n'est légal, cela n'existe pas, et que dès que ce sera légal ça va être l'explosion.
Bah euh non. D'ailleurs au final, il me semble que le nombre de mariage gay n'a pas du tout été aussi important que prévu ...
En attendant au final, qui trinque vraiment ?
Bah les mouflets, qui grandissent dans un cadre juridique foireux ou inexistant. Donc donner un cadre légal à tout ça c'est justement protéger les enfants.
Parce que si on s'intéresse un peu à l'histoire, les couples homosexuels (et autres) ont toujours existé, depuis la nuit des temps et ce même s'il fallait se cacher et risquer gros.
 
  • Big up !
Reactions : Manea
Merci pour ce témoignage <3
J'avoue que ces connards de la Manif Pour Tous me sortent par les yeux...parmi eux il y a, malheureusement, mes parents. Ils ne cessent de me répéter qu'un couple homo ne peux pas rendre un enfant heureux, ne peux pas correctement élever un enfant, qu'il manquera forcément au gamin un modèle masculin/féminin etc... c'est vrai quoi, les LGBT+ vivent en autarcie, les gosses ne voient jamais personne à l'extérieur, on a pas d'ami.e.s et on envoie pas nos gosses à l'école...
ça me blesse de les entendre répéter ça sans cesse, de les entendre toujours déverser ce flot de stupidités, de haine, d'ignorance, de peur, l'autre jour je leur ai demandé "et si je tombe enceinte et que le père se casse, et que j'élève l'enfant seule?" "tu serais une très bonne mère, on ne se fait pas de souci pour l'enfant", pourtant, si je ne m'abuse il n'y aurait pas non plus de "modèle masculin", de père "représentant l'autorité" (oui parce que pour mes parents, l'autorité vient forcément du père, le mââââle dominant, alors que la mère c'est la tendresse et la douceur, qui quand l'enfant est turbulent s'exclame "je vais le dire à ton père!")...par contre si j'élève cet enfant avec une femme, alors là, le pauvre il sera traumatisé à vie et sera complètement inadapté socialement et manquera cruellement d'un mââââle dominant qui remettrait sa mère à la place qui lui revient, c'est à dire celle de la femme soumise à l'autorité masculine...
Ceci dit, venant de personnes qui s'imaginent que je suis bi parce que c'est "à la mode", ça m'étonne pas trop finalement...
Comme si l'orientation sexuelle déterminait ta capacité à être parent et à rendre un gosse heureux...

Au final je pense que la famille ce n'est pas ceux qui te donnent la vie, c'est plutôt ceux pour qui tu donnerais la tienne.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes