Illithia;2633346 a dit :
OMG j'ai pas voulu tout lire j'ai eu la nausée...

Ce sujet me touche vraiment parce que j'en souffre au quotidien, d'être une fille qui pense plutôt comme un mec mais qui a choisi un bon vieux métier de filles...

Quand j'étais petite j'étais la parfaite princesse qui faisait de la danse, faut croire que c'est ma mère qui aimait me cantonner la dedans parce qu'après qu'elle soit décédée je suis passée du côté bleu : arrêté la danse pour faire du judo et échangé la robe contre le survèt. C'était p'têtre prévisible, je pense que ces gonzesses m'énervaient dans leur nunuchitudes vu que déjà petite mes Ken tabassaient leurs Barbies/princesses Disney.

Mais voilà après toute une adolescence d'incertitudes d’identité sexuelle et de sexualité j'ai découvert que j'aimais l'entre deux. J'ai pris ce que je trouvais bon chez les deux sexes et j'ai essayé de me construire avec ça. Mais les filles sont de loin celles qui m'énervent le plus à se dire féministes mais à prendre un malin plaisir à se mettre dans le rôle de la séductrice/victime/petite chose fragile pour attirer l'attention de Mr H...

Je trouve du coup que les femmes en font trop niveau séduction... même si je comprend d'un côté parce que la pression sociale est forte, mais une fille qui passe pas 20min devant sa garde robe, 30min devant son miroir et qui a pas une belle trousse de maquillage n'est apparemment pas une fille digne de ce nom... Mais donc d'un autre côté comment en vouloir à ces collègues de bureau qui se sentent obligés de sortir des remarques sur le physiques puisque visiblement on a passé 1h pour être tout en beauté, effectivement ils doivent penser que ça doit être pour être complimenté non ? C'est pas une généralité mais j'ai vu certaines filles se plaindre sur un site féministe qu'elles pouvaient pas mettre leur nouveau tailleur qui leur fait un cul de ouf sans avoir des compliments au bureau... ça me fait bizarre. Mais tout dans notre environnement social dit que les femmes doivent être au top au quotidien pour plaire et être les plus belles et d'un autre côté apparemment c'est pas pour plaire (enfin si mais juste un peu !) c'est pour notre bien être intérieur... Je trouve ça un peu hypocrite.
Si on veut vraiment équilibrer la balance je pense qu'il va falloir soit que les mecs fassent pareil (apparemment on tend vers ça c'est déjà le cas dans certains pays) soit qu'on fasse un peu de promotion de la beauté naturelle.

ça me tue de voir sans arrêt des filles superbes persuadées qu'elles le sont seulement avec 2 couches de fond de teint et 3 tonnes de mascara, en me disant que moi j'ai de la chance, je suis jolie au naturel... Alors que non je suis pas plus jolie au naturel, juste je m'assume comme ça alors au final personne me le reproche et j'ai pas plus de mal avec les garçons ni rien...

Le seul endroit où j'ai du mal c'est à mon boulot ! Parce que j'ai quand même choisi un métier de fille, genre coiffeuse... Et donc là le harcèlement à commencé, j'ai beau avoir une chevelure exemplaire et une tenue impeccable, et au fait, très bon travail mais il FAUT que je me maquille ABSOLUMENT sinon ça va pas du tout je suis trop blanche, je fais pas soignée etc.
Donc dans tes fesses le "c'est pour se sentir belle de l'intérieur", une coiffeuse doit être belle, donc maquillée et capable de tergiverser sur le c** de Adriana Karembeu des heures durant (ça passe encore, le sujet de conversation du client est roi). Mais j'aime pas le maquillage, je me sens mal maquillée et on risque plus de lire le manque de self-respect sur mon visage que le fait que "le orange vous va bien vous avez bonne mine".
D'autant qu'ils disent que c'est pour le client, mais le client s'en fout, en fait... Ils ont plutôt tendance à être à l'aise avec une personne naturelle, à moins nous parler du bébé de Céline Dion et plus d'expériences personnelles. Y'a même eu plusieurs clientes qui m'ont complimentée sur mon physique et qui m'ont dit qu'il était plaisant de voir une jeune fille naturelle...

Crotte de bique, les hommes ont même droit au jean troué, eux.

Parce que je suis une fille je n'ai pas le droit d'être ce que je suis, ou alors faut que je change de métier, ou de sexe.

Sinon je veux un Fluffling.
 

Justine_

Équipe madmoiZelle
Rebecco;2631540 a dit :
Oui mais maintenant je pense que l'on éduque moins les filles dans l'esprit " soit fragile et dépend d'un homme" parce que les mères d'aujourd'hui sont plus "féministes" que celles d'y a 30 ans ....
En fait, je ne crois pas que notre génération soit plus féministe, même un peu le contraire... J'ai l'impression que, comme nous avons été élevées par des parents qui eux-mêmes ont été élevés par les personnes qui ont fait bouger la condition des femmes dans les années 60/70, on ne s'est pas forcément rendus compte qu'il y avait encore des combats à mener, comme si l'histoire était finie, que les discriminations liées au sexe étaient anecdotiques.
Je crois même qu'on régresse un peu et que pas mal de gens de nos âges se désintéresse de la cause (mais c'est peut-être le militantisme en général qui recule ?)...
L'an dernier, j'ai eu l'occasion de bosser sur la question "femmes dans l'espace urbain" (pour schématiser) et parmi les panels de personnes rencontrées, les 18-26 ans tenaient les propos les plus rétrogrades et montraient une sorte d'intériorisation du sexisme ordinaire : c'est obligatoire pour une fille de se maquiller, c'est normal de devoir faire attention aux endroits où l'on se rend la nuit, c'est normal de se faire enquiquiner lorsque l'on porte des jupes, etc... C'était vraiment frappant (et déprimant)(je garde espoir en me disant que ce n'était qu'un échantillon) !

[]

Caliodë;2631618 a dit :
Comme toujours, un article très interessant.

Et je suis tout à fait d'accord avec @Kazzz :)
Merci bieng :)

antigonedream;2631641 a dit :
Big-uper et partager cet article ne suffis pas!!!
Je suis vraiment contente de cet article car depuis celui sur Storm, je me pause beaucoup beaucoup de question sur l'éducation genrée!
ça me semble absolument inégalitaire mais est-ce vraiment "mal" d'être une "fi-fille" très féminine ou un "solide gaillard", veut-on vraiment un intersexe?
Pourtant les réflexion genre "ah il est turbulant c'est bien un garçon"... ou les jouets trop sexualisés me font gerber.
Il doit bien y avoir un juste milieu, j'ai le temps d'y penser avant de me reproduire...
Mais j'ai été sur le cul l'autre jour quand je discutais justement de ça avec ma mère et mon beau père, ma mère a très vite rétorquer "Pffff tu aurais aimé peut-être que je t'envoie au rugby le vendredi?" Euuuuuh peut être si on m'avait pas bourrer le crane comme quoi c'était surtout pas un sport de fille à l'école... et "Si ton frère avait voulut faire de la danse il aurait put" Quand je vois la psychorigidité de mon frère sur la virilité je crois pas qu'on lui en ai vraiment laissé l?opportunité... Il en a parler une fois et a tout nier en bloc le lendemain et disant que c'était absolument une blague et qu'il voulait surtout pas faire de la danse... :s
Tu soulignes bien le problème : tout est tellement intériorisé que les remarques de type "rugby = garçon" sont spontanées chez ceux qui les disent, et ne choquent parfois même pas...
En revanche, en réalité, il existe des gens qui naissent intersexués... Et comme il n'y a aujourd'hui pas de place pour eux, trop de médecins/parents vont vouloir trancher (ouh le mauvais jeu de mots) et choisir l'un des deux sexes à la naissance... Au risque de se planter, et d'avoir choisi de donner à l'enfant un organe géntial de tel sexe alors qu'il se sentira appartenir à l'autre sexe.
J'aurais dû le linker dans l'article, mais si tu te poses des questions sur ces sujets-là, il y a l'excellent livre de Martin Winckler, "le choeur des femmes" (ou son blog, tout simplement) !


daffy duck;2631913 a dit :
On m'a toujours dit que je n'avais pas un comportement de fille/de femme. Mais d'un autre côté je ne pense pas non plus avoir un comportement de mec.

En fait je sais pas comment se sont débrouillé mes parents (d'autant plus que ma mère est très sexiste), mais je crois qu'on m'a surtout éduqué à être forte, indépendante, pas attaché aux choses superficielles (mode, bijou). Du coup j'ai grandit avec l'idée que j'étais moi, une chose sans sexe ( et d'ailleurs même les autres j'ai l'impression qu'ils ne faisaient pas attention à mon genre, j'étais invariablement à l'aise avec un garçon ou une fille), c'est bien dans la vie de tous les jours, mais dans les rapports sexués cela m'avaient posé des problèmes au début!

Sinon j'aurais aimé savoir en quoi cela nous sert, socialement (ou pour notre survis soyons fou) le fait de différencier à ce point les Hommes. Parce qu'il doit bien avoir une utilité à part assoir le pouvoir du zizi dans le monde. Je sais pas ex : l'homme doit être courageux pour chasser, protéger son clan des ennemies, la femme doit être douce pour éduquer les enfants blabla (j'invente)


By the way, un article divin comme à chaque fois.
Merci vous :) (j'me sens un peu neu-neu, mais ça me fait systématiquement plaisir)(autant qu'un épisode de dexter en mangeant un kitkat, c'est dire !).
Il y a plein d'interprétations sur les origines du pouvoir du zizi, des pseudo-biologiques, des psychanalytiques... Honnêtement, je n'en suis pas fan donc je ne suis pas assez renseignée pour pouvoir en parler (mais si c'est un souhait à faire entrer dans les suggestions pour un article prochain, tu le dis et j'irais me plonger en pleurant dans ces explications).
Ceci dit, socialement, ça sert surtout à garder les privilèges : si on parvient à l'égalité réelle, il y a à peu près la moitié de la population qui va perdre un sacré pan de ses privilèges.

mestizaje;2632764 a dit :
Encore une fois, merci @Justine_ pour tes articles !

Fiou, vaste sujet! Je vais m'atteler à la lecture des liens pour aller plus loin maintenant :)
Merci merci :)

Mouliskov;2632868 a dit :
Pour celle que ça intéresse, voilà un livre super que j'ai lu il y a quelques années: Du côté des petites filles d'Elena Gianini Belotti. Elle a notamment fait des recherches dans les écoles maternelles italiennes. Le livre date un peu (1970) mais il se lit facilement et pose beaucoup de jalons très intéressant.
Je me souviens encore d'un passage sur la punition de la violence. Si un garçon se comportait violemment, on le réprimandait mais sans le punir plus que ça, voire en riant du genre "Aah les garçons..." alors que les filles, bien sûr, sont sévèrement punies.
Je me suis toujours intéressée à cette question. Je crois qu'il y aura toujours du sexisme tant que l'éducation sera sexuée, tant qu'on aura une vision sexuée des individus. Je crois que la TV a aussi un impact énorme. Quand je regarde M6 je suis parfois à deux doigts de m'arracher les cheveux tellement la vision des individus qu'ils présentent est sexuée. Et bien sûr de même pour les pubs.
C'est un enjeu majeur mais la classe politique ne semble pas du tout s'en soucier...
Merci pour le livre, ça fait plusieurs fois que j'en entends parler, je vais sauter le pas et aller le lire :)
Et pour ta dernière remarque : d'où l'importance pour la myriade de mouvements féministes de forcer l'entrée de la politique... !

Navajo;2633322 a dit :
L'article est chouette mais j'aurais aimé un peu plus de profondeur, j'ai l'impression qu'il balaie des choses déjà très connues, mais sûrement en était-ce l'ambition ?

Enfin, j'ai totalement raconté ma vie, pour ne pas apporter grand chose au débat, mais si certaines filles ont des connaissances plus précises sur le sujet, je serai très heureuse de les entendre !
Qu'est-ce que tu imagines ? Quelque chose d'un peu plus sociologique et moins statistique ? Si tu as des attentes particulières, il y a un topic un peu perdu dans le coin "blabla général" il me semble, n'hésites pas (ou il y a moi en direct aussi)(OUAIS je fais mes courses quoi, je prends commande pour les futurs articles :))

Illithia;2633346 a dit :
Socialisation genrée : deux petits liens pour s'énerver en cette jolie fin de journée :

De nouveaux jouets, qui outre la couleur, n'ont pas l'apparence sexiste mais dont le descriptif l'est bien :
Les Flufflings débarquent en France - Le Baby Blog - Doctissimo

Et un psy qui ferait bien de lire ce billet :
La différence entre hommes et femmes est-elle une question d'éducation ? - le Plus
J'avais cru m'étouffer et mourir un peu à l'intérieur en lisant l'article du Plus...!
 
Merci merci merci ! :)
J'aime bien le fait qu'on ne remarque pas toute sortes de détails de "sexisme intégré" avant qu'on nous les mette sous le nez (pour ainsi dire haha).
 
Chouette article!
Ma copine est trans, c'est à dire qu'elle est née dans un corps de garçon et qu'elle a eu l'éducation qui va avec.
Les exemples cités et un tas d'autres détails sont effectivement très flagrants dans le cas d'une transition, parce qu'il faut réapprendre pas mal de choses.

Je suis contente de voir un article traitant de ce sujet sur Madmoizelle!
 
Si toutes cette éducation genrée n'existait pas, j'aurai peut-être réalisé plus tôt que mon genre ne correspond pas à mon sexe. Je suis trans aussi, mais né femme et j'ai eu une éducation de petite fille plutôt normale. J'ai jamais rien eu contre les barbies et tout ça, mais le fait qu'on oblige les filles à se comporter d'une manière douce m'empêche aujourd'hui d'être aussi masculin que je le voudrai parce qu'on ne change pas des habitudes aussi facilement. (Et btw mon pseudo a maintenant quelques années, quand j'étais encore "une fille", j'ai juste la flemme de le changer).

Sinon très bon article, beaucoup de parents/futur parents devraient le lire.
 
Mes parents étaient tellement persuadés que je serais un garçon que j'ai été élevée comme tel. Quand j'étais petite, je ne portais pas de robe, pas de petites ballerines, je ne jouais pas avec les poupées, ni avec les filles d'ailleurs. Ça a été comme ça jusqu'au collège, l'âge où je trouve que tous les enfants sont plus ou moins méchants avec les autres, du coup je n'étais pas acceptée par les garçons vu que j'étais une fille mais les filles ne voulaient pas de moi non plus, je n'étais pas une "vraie fille" (dans le sens que l'entend la norme et la société). Je me suis alors forcée a être plus féminine, à écrire avec un stylo plume à l'encre turquoise, à me maquillée, à mettre des chaussures de filles et plus des baskets...
Je pense, avec du recul, que ça n'a pas été une si mauvaise chose que ça le collège et la pression sociale qu'il y a pour être "normale". Aujourd'hui, j'arrive à être les deux. Je suis, parfois, masculine dans ma façon de penser, de parler avec les autres, dans mes choix de vie et même mes goûts cinématographiques, musicaux,.. mais ça m'empêche pas d'être aussi une fille à part entière qui sait porter des talons hauts, se maquiller et qui aime des "trucs de filles".

On est dans une société qui, je pense, à besoin de mettre chaque individu dans des cases et cette socialisation genrée lui facilite beaucoup les choses. J'espère vraiment que notre génération et celles d'après pourront faire en sorte que le changement continu. Il y a quand même eu une évolution depuis la génération de nos grands parents, il ne faut pas que ça cesse.
 
Cette société me révulse par ce côté sexiste, c'est terrible.

Petite, j'ai mis longtemps à comprendre cette histoire de genre/sexe. Je n'ai jamais eu de rose, puisque ma mère aimait beaucoup les autres couleurs et détestait cette couleur, simplement parce qu'elle la trouvait moche.
Mes jouets étaient des jouets, point. J'adorais jouer aux voitures et aux toupies autant que je pouvais aimer brosser mon chien et cuisiner des trucs infâmes avec ma dînette pendant des heures.
Je ne comprenais jamais pourquoi on disait que le cheval était pour les filles. Je détestais me borner à brosser bêtement une crinière quand les autres gamines ne faisait que ça sur une peluche alors que l'équitation est tellement plus. A 5 ans, j'étais habillée de rouge pourpre, ma couleur préférée (que j'avais choisi moi-même) et je chevauchais mon poney sans bride ni selle dans le pré et les bois, comme une vraie folle. Je débordais d'énergie parce que j'étais une enfant. Mes parents ont été heureux de me voir vigoureuse parce que cela était signe de bonne santé. Et même si ma mère regrettait parfois que je déteste qu'on me brosse les cheveux ou qu'on les natte comme une petite princesse, elle ne m'a jamais emprisonné dans un carcan. Pas de tout ce bazar, Dieu merci.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes