J'ai regardé ces spots de pubs, et à chaque fois j'ai eu la gorge nouée, parce que ça rappelle bien trop de [mauvais] souvenirs.

Le collège a été la période la pire pour moi. Je crois qu'heureusement que j'avais une super famille et des amis en dehors du collège, sinon j'aurais vraiment pu tourner mal.
Déja, je suis petite en taille. Alors, je vous laisse imaginer les moqueries. Manque de bol pour moi, j'ai eu de la poitrine très tôt. Alors quand au collège certaines pleurent pour en avoir, ça attise forcément les jalousies. Les surnoms débiles, les moqueries pendant le cours de sport parce que ça se secoue, les regards et les mains mal placés des garçons.
Un jour, j'ai pris une main au cul dans la classe,en cours de techno. La veille, ce sujet avait été évoqué chez moi, parce que j'avais craqué et j'en avais parlé à ma mère. Ma réaction après cette main au cul a été de courir après le me dans la salle, et de lui en décoller une. Et là....qui sait qui se prend l'heure de colle? C'est moi, pour avoir couru dans la classe. Quand j'ai expliqué le pourquoi du comment à la prof, elle a rigolé, et n'a donné qu'un exo en plus au poseur de main. Mes parents sont devenus fous quand je leur ai raconté ça, et dès le lendemain, ma mère était dans le bureau de la CPE. Je n'ai pas fait l'heure de colle, et la prof ne sait quasi plus occupé de moi par la suite, vachement pédagogique hein? Et oui, elle n'a pas supporté qu'on remette en cause sa punition.

Mais le top, c'est la suite.... Depuis que je suis petite, j'ai des poils dans le cou (enfin, plus maintenant). et forcément, j'ai eu droit à des surnoms du genre "la chèvre". Un jour, j'étais en 5ème, en train de discuter avec des potes, quand un mec qui se prenait pour une kaïra débarque devant moi, et me tend un rasoir. Là, c'est simple, il s'en ai pris une, il avait la joue rouge. aprés ça, j'ai fondu en larme, je tremblais... J'ai fini dans le bureau du CPE, celle-ci a appelé ma mère, qui a débarqué de suite (elle bossait à la maison, elle a confié les petits qu'elle gardait à une collègue, et elle était là). Là, je vous explique pas la colère de ma mère, et par la suite celle de mon père. Déja, qu'on ait été si méchant envers moi, mais ensuite, et surtout, qu'un rasoir ait pu entrer dans un collège.
L'abruti qui avait amené le rasoir s'est excucé, il était super mal, il pensait pas que l'autre allait le faire, c'était un pari à la con. Il a écopé de plusieurs heures de colle. L'autre, en revanche, a été renvoyé une journée, avec convocation des parents. il a du comprendre la leçon, il ne m'a jamais fait chier par la suite. Moi, en revanche, j'ai perdu énormément de confiance en moi, déja que j'en avais peu... je voulais plus aller au collège, j'avais toujours une écharpe autour du cou pour cacher mes poils. J'ai fait de l'épilation électrique, une vraie torture, juste pour être "normale"....
Deux ans plus, quand une fille de ma classe m'a dit "ah non, je ne m'assois pas à coté de Mach 3 (classe, hein?? -_-)" je suis sortie de la salle en pleurant, au moment où un pion passait par là. Et hop, re dans le bureau de la CPE, qui connaissait mes antécédents et qui savait que j'étais super fragile à ce niveau-là. La fille a été convoqué, elle a du comprendre la portée de la chose, parce qu'après elle a été cool avec moi et me défendait. Ouais, des fois pour certains c'est pas méchant, suffit juste de leur expliquer que si, ça l'est.

La même année, j'ai vécu le racket, mes parents qui ne comprennent plus trop que je m'enferme... jusqu'au jour où mon meilleur pote de l'école, dont les parents étaient amis avec les miens, a parlé de ça, d'une pince à cheveux qu'on m'avait arraché de la tête et de la trouille que j'avais quand je croisais cette fille. Là, mes parents ont tenté de voir cette fille, enfin, la mère, mais celle-ci était totalement paumée. Ils en ont parlé avec des amis à eux, et ont fini par aller poser une main courante. La fille a été convoquée, et je me souviendrais toute ma vie du moment où elle m'a rendue ma pince. J'ai fini allongé par terre, devant le collège, il faisait nuit, les pions étaient plus là, y'avait que mes amis à côtés, et elle me menaçait avec son poing. Aucun de mes "amis" n'a bougé. elle m'a rendu la pince, et à chaque fois que je la croisais, j'avais mal au ventre.

quand le collège s'est fini, j'ai dit un grand Ouf!!! J'en pouvais plus, j'étais à bout. Au lycée, ça allait. Sauf quand tu met une jupe noir avec des bottes à talons, et que tu te tapes une réputation de pute par les filles autour... Génial non? Mais bon, je suis passée outre, et j'ai continué mon chemin. Le probleme, c'est qu'il y avait beaucoup de gens du collège dans mon lycée, donc dur dur d'aller de l'avant.
J'ai déménagé, et j'ai changé de ville et de lycée. Là, j'ai rencontré des gens cools, j'ai fait mon chemin, et j'ai laissé pisser. De peur, je me suis pas investie, je me taisais, et restait dans ma bulle. J'ai quand même gardé deux amis de cette période.

Tout ça est loin aujourd'hui, mais j'en ai toujours des séquelles. Je manque cruellement de confiance en moi, même si j'y travaille depuis. J'ai énormément de mal à faire confiance aux gens, à ne pas me sentir jugé. J'ai un côté où j'ai tout le temps peur qu'on soit en train de parler et de se moquer de moi.
Mais à côté de ça, ça m'a forgé un caractère. Je ne me laisse plus facilement faire. quand on me blesse, je le dis. Et surtout, surtout, j'ai appris à m'entourer des personnes, et à savoir que des gens dans la scolarité ne sont que des gens de passages;

Maintenant, en tant qu'éduc, je bosse avec des ados. Certains sont des victimes, d'autre des "bourreaux", et mon expérience passée me sert. ça permet de discuter avec les uns et les autres, de leur montrer la portée de la chose, mais aussi pour les victimes de les encourager à parler.
 
Wouaw... Si seulement le gouvernement Belge pouvait faire une campagne pareille... J'ai pleuré devant ces vidéos et encore devant les commentaires...

Quand j'étais en primaire, j'ai passé une année ce qui a eu comme résultat de me faire rejeter tant par les gens de mon ancienne année "va jouer avec tes nouveaux amis" que par les gens de ma nouvelle année "aller gamine va jouer avec les gens de ton âge"... Sans compter la violence, les élèves qui exactement comme dans la vidéo poussaient mes affaires par terre dès que la prof tournait le dos... A la moitié de ma 5eme (CM2), du haut de mes 9 ans j'ai dis à ma mère en pleurant que si je ne changeais pas d'école j'allais tomber en dépression... Elle m'a envoyé chez un psy qui a confirmé: oui à neuf ans j'étais au bord de la dépression... j'ai du changer d'école en plein milieu d'année (après les vacances de toussaint) et une fois dans ma nouvelle école j'ai du mentir, de peur qu'on ne découvre que j'avais passé une année et que tout recommence, je faisais exprès de faire des fautes pour ne pas avoir de trop beaux points, ne pas me faire remarquer...

J'ai eu ce groupe d'amies dont Sarah était le centre, c'était pas génial, je ne pouvais pas être moi même de peur de me faire repousser... Puis un jour on s'est rendu compte que Sarah était une manipulatrice qui nous montait les uns contre les autres pour rester au centre de l'attention... Quand après lui en avoir parlé elle a refuser de changer et continué à pourrir nos relations, on a refusé de rester son amie.... J'avais eu le malheur de lui confier mon secret quand je croyais qu'elle était mon amie... Elle a commencer à raconter des mensonges sur moi, révélé mon âge, que j'avais passé une année, m'a traitée de sale intello menteuse, ... J'avais peur de venir à l'école (de nouveau), la boule au ventre à chaque récré de voir ce qu'elle allait encore faire (de nouveau)... J'ai été rejetée, moquée, poussée dans les escalier, on a volé mes affaires, on les a mis dans la poubelle... La première fois quej'ai été amoureuse d'un garçon, alors qu'il m'aimait bien et qu'on était ensemble, elle a commencé à lui parlé et presque du jour au lendemain il a commencé à se moquer de moi et m'a laissé tomber... Ca a duré de la première à la troisième secondaire (5eme à 3eme pour les françaises...)... Puis par chance, en quatrième (seconde) on était plus dans la même classe et, moi qui était persuadée que toute l'école savait tout ce qu'elle avait dit sur moi, que tout le monde me détestait et méprisait, je me suis rendue compte qu'en fait non... J'ai commencé à être un peu moins timide, j'ai osé dire bonjour et aurevoir sans avoir peur, même réussi à me faire deux-trois amis dans la classe... Mais quand l'année suivante je me suis rendue compte que j'étais de nouveau dans sa classe j'ai éclaté en larme, téléphoné à ma mère en pleine crise de panique disant que je voulais changer de classe, incapable de respirer... Pour finir, je suis restée dans cette classe et me suis rendu compte que Sarah était passée à autre chose.... Ca m'a fait du bien, une partie du sentiment de peur est parti... Mais encore maintenant, alors que j'ai fini mes secondaires depuis 2 ans, je suis mal dans ma peau, manque de confiance en moi, ai peu d'amis et dès que je suis avec quelqun qui a une forte personnalité, quelqun de très sociable qui a tendance à être le centre de l'attention, je m'efface instantanément...

Ce qui m'est arrivé peut sembler banal, je ne sait même pas si mes profs l'ont remarqué, mais ça m'a marqué et je crois qu'il va encore me falloir de nombreuses années pour acquérir la confiance en moi et la force dont j'ai besoin pour avancer dans la vie... Alors merci pour cette campagne, j'espère qu'elle aidera beaucoup de gens...

Et j'espère aussi que le gouvernement Belge la prendra comme exemple...
 
Tristana;2861863 a dit :
Moi aussi, on m'a beaucoup emmerdée, entre autres, et cela s'ajoutait aux autres raisons à mon grand malheur, à cause de mes cheveux frisés. Je me souviens bien du diktat de l'époque, qui me semble tout de même moins important aujourd'hui: Les cheveux se devaient d'être lisses comme des baguettes, longs, avec une raie au milieu, droite comme la justice. Vous aviez le malheur d'avoir des cheveux frisés, c'était considéré comme une véritable tare. Quand j'y repense, mais quelle connerie. J'ai passé toute mon adolescence à essayer de lisser mes cheveux pour correspondre à cet idéal - pour correspondre à l'idéal des autres, et non pas le mien au final (et je n'ai jamais réussi, à les lisser). Aujourd'hui, je laisse tranquilles mes cheveux, je suis même plutôt contente qu'ils ne soient surtout pas raides comme la justice, mais j'ai encore du mal à me défaire de cette impression de porter une tare, d'avoir un véritable défaut tout entier implanté sur la tête. Surtout que même adulte, j'ai encore droit à des réflexions: "Tu voudrais pas les "raidir" ? "Tu veux pas aller au coiffeur ?" et ces putains de réflexions me font encore et toujours mal. J'ai l'impression que cela va me poursuivre toute ma vie. C'est une espèce de racisme de la part des gens. J'appelle ça le "racisme des cheveux frisés."

C'est fou mais j'ai aussi vécu ça ! Au collège tout un petit groupe de gens un peu plus vieux que moi qui dès qu'ils me voyaient me lançaient dès "hé mouton , hé caniche" , maintenant je réalise la bêtise de ces propos mais à l'époque ça me touchait beaucoup , je me détestais et je me suis mis à me lisser les cheveux .. Mais maintenant j'en suis fière , c'est tellement rare d'avoir des cheveux comme les miens et au final j'ai eu plus de compliments que de critiques. Alors vu la tronche de certains débiles qui m'ont fait chié (mais c'est 3 fois rien vu ce que certaines madz ont subis ...) aujourd'hui j'me dis que je suis bien au dessus de tout ça.
 
Yumiko-chan;2862093 a dit :
Cependant, j'ai eu des retours comme quoi elles se souvenaient de ma tronche et qu'elles avaient dit que j'avais l'air moins timide et moins conne qu'avant. Huit ans après.
Putain ça m'aurait démangé de leur sortir un bon : "Beh oui z'avez vu ^^ Vous par contre, ça s'est pas arrangé, toujours aussi connes :')"

C'est hallucinant le comportement des gens, la méchanceté gratuite, de quel droit on peut se croire tellement supérieur à d'autres personnes comme ça ? Le pire, c'est que ce genre de personnes, hautaines, méprisantes, connes, à marcher sur tout le monde, c'est elles qui se font des places au soleil en bouffant et écrasant tout le monde sur leur passage. Places au soleil oui, mais SEULES aussi, t'inquiètes pas vas. Les connasses paieront :)

 
Je dis ça sérieusement ; les gens qui se font harceler comme cela me font peur, car je suis sure que c'est le genre à se pointer avec une arme au bahut et tiens, le mec qui me gave depuis la 6eme si j'allais le buter. Comme aux Etats Unis par ex, les mecs qui tirent sur leur campus.
 
Vaut mieux tard que jamais !
Depuis que le Monde parle d'articles de cyber harcèlement et harcèlement à l'école, il était temps.
Je trouve la campagne extrêmement juste et m'a à nouveau replongé dans mes années primaires/collèges. J'espère qu'elle ouvrira les yeux de beaucoup de gens!

Pour moi, les pires années ont été le primaire et le collège. Le primaire, comme je parlais peu et avait des problèmes pour écrire, de enfants en plus de leur parents se sont mis contre moi et même certains parents avaient alerté tout le monde en disant que j'avais transmis un purpurat à leur fille...
Heureusement que mon établissement m'a protégée et c'est ma mère qui s'est rendue compte de quelque chose car je rasais les murs quand elle m'y emmenait et en a parlé avec la directrice qui se sont mis à bouger. Et de là, ils m'ont protégée.
 
Je voulais juste répondre à une Mad qui se demandait pourquoi l'élève qui réagissait contre les brimades subies par ses camarades était forcément beau et bien sapé.

Alors, détrompez-moi si j'avance une connerie monumentale mais j'estime qu'il est nettement plus simple de se rebeller contre des injustices et de protéger les persécutés lorsqu'on est un élève socialement intégré, apprécié, limite "populaire".

Or, le moche est plus souvent le harcelé que le chef de bande. C'est tout de même plus commun de voir un garçon mignon, avec des potes, que les nanas de sa classe adulent être écouté et respecté par tous les autres.
Le beau peut ouvrir sa gueule plus facilement que le laideron du coin. C'est triste mais quand même véridique. Les abrutis qui persécutent les autres ne vont pas se gêner pour ajouter à la liste de leurs victimes le "moche qui a osé ouvrir sa gueule pour défendre la grosse". Au contraire, s'ils se font recadrer par le "leader" de la classe au cercle d'amis infini, ils vont plus avoir tendance à faire profil bas.

Sinon c'est effarant de constater à quel point le harcèlement est répandu. J'ai vite fait été surnommée "Madame je sais tout" en primaire mais vu que j'avais du répondant ça n'a pas duré (et depuis quand avoir des bonnes notes est un défaut ? Namého.) Et en vous lisant, je me dis que j'ai vraiment eu de la chance.
 
En relisant un peu les commentaires, je me suis souvenue de mon propre passage à l'école primaire (aucune violence répétée ou harcèlement mais un isolement qui a toujours existé quels que soient les établissements successifs: primaire, collège, lycée, et fac...). Et du coup je me dis: mis y'a carrément un PROFIL de victime non? C'est génétique ou quoi? Pourquoi tu continues à te faire emmerder même en changeant de niveau/ville, doit y avoir une tête de victime, je ne vois pas d'autre solution. Et à part traîner avec d'autres perdus, y'a rien d'autre que la solitude.

(Et ces spots et vos témoignages n'ont fait que faire monter de grandes bouffées de violences en moi, je me dis que s'il n'y avait pas le cadre judiciaire je serais capable de tuer quelqu'un, pour de vrai, et du coup, ça m'étonne que ça n'arrive pas plus souvent que des victimes fassent justice eux-mêmes (la seule qui vaille, souvent) de manière plus définitive et efficace).


lisa-loup;2862317 a dit :
Tout ça est loin aujourd'hui, mais j'en ai toujours des séquelles. Je manque cruellement de confiance en moi, même si j'y travaille depuis. J'ai énormément de mal à faire confiance aux gens, à ne pas me sentir jugé. J'ai un côté où j'ai tout le temps peur qu'on soit en train de parler et de se moquer de moi.
Mais à côté de ça, ça m'a forgé un caractère. Je ne me laisse plus facilement faire. quand on me blesse, je le dis. Et surtout, surtout, j'ai appris à m'entourer des personnes, et à savoir que des gens dans la scolarité ne sont que des gens de passages;
Mais tellement... tellement que j'en suis agressive avec tout le monde, par "prévention". Dès que j'entends un rire je pense que c'est pour moi, un regard de travers et j’interprète. Le point négatif c'est que dès que j'ai eu l'occasion de passer de l'autre côté de la barrière je l'ai fait (au lycée) et je suis devenue une de ces moqueuses gratuites et méchantes, et je le suis encore, je déteste ces "victimes" et je leur fais payer le fait qu'elles me rappellent ce que j'ai été: les "moches", les "pas stylées", "mal sapées".
 
SilverSurfer;2866219 a dit :
Je dis ça sérieusement ; les gens qui se font harceler comme cela me font peur, car je suis sure que c'est le genre à se pointer avec une arme au bahut et tiens, le mec qui me gave depuis la 6eme si j'allais le buter. Comme aux Etats Unis par ex, les mecs qui tirent sur leur campus.

Je comprends pas ton post ... C'est bien parce qu'il y a de lourdes conséquences : dépression , suicide ou "pétages de plombs" comme à Columbine ou autres (mais s'agit il vraiment de ça ?) qu'il faut bien prendre en charge les personnes harcelées car elles deviennent la plupart du temps (très) fragiles.
Personnellement ce sont les gens qui harcèlent leurs semblables , qui leur font subir et vivre un enfer qui me font peur , je n'arrive pas à concevoir ce qu'ils motivent d'être aussi .. dangereux et cruels.
J'ai dû vraiment dû mal à saisir le sens de ton post.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes