A toutes celles qui ont raté une année.

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Mr Mojo Risin, le 30 août 2012.

  1. Mr Mojo Risin

    Mr Mojo Risin
    Expand Collapse
    Freedom & Soul

    Bonjour à toutes !

    Je n'ai pas pour habitude d'ouvrir des topics sur mes problèmes personnels mais je dois avouer que cette fois je suis un peu perdue.

    Je viens d'achever ma première année de fac (licence information communication) et comme beaucoup de gens, j'ai raté mon année. Je sais que ce n'est pas la fin du monde mais j'ai eu beaucoup de mal à m'y faire : pour la première fois j'ai échoué dans mes études et j'ai totalement perdu confiance en moi. Je m'apprête à refaire mon année, mais avec beaucoup de pessimisme.
    J'ai l'impression que je ne l'aurais jamais, car même si au premier semestre je n'ai pas réellement travaillé (la folie de l'indépendance, les fêtes, tout ça) j'ai tout de même réussi à avoir 8.5 de moyenne contre une moyenne ridiculement faible que je ne citerai pas au semestre 2, alors que j'avais bossé comme une dingue.
    Ce deuxième semestre me reste en travers de la gorge : je n'avais jamais autant étudié et pourtant j'ai eu des notes ridicules dans des matières très importantes.

    Bref, je ne vais pas m'étaler, mais dans quelques jours je vais donc tout recommencer et je n'arrive pas à m'y faire. Je suis dépitée par avance à l'idée de re-suivre les mêmes cours, dans les mêmes amphi, avec les mêmes profs, de me retrouver avec des gens de 18 ans alors que j'en ai 22, de devoir repasser les mêmes oraux... Et surtout, même si je n'ai que 8 matières en tout à rattraper, j'ai l'impression que quoi que je fasse je vais me planter. Cette année me parait insurmontable.

    J'ai quelques amis de ma promo qui ont aussi échoué mais on en parle jamais, c'est presque un sujet tabou.

    J'ai besoin de savoir comment ceux qui ont échoué aussi dans leur cursus scolaire ont vécu la chose.
    Je m'adresse donc à celles qui ont raté une année (ou plus !) dans leurs études supérieures, que ce soit à la fac, en BTS, en DUT, en école... ont réussi à surmonter cela, comment elles ont fait pour ne pas refaire les mêmes erreurs, comment elles ont réagi face à leur échec.


    Je me disais que partager vos expériences pourrait aider celles qui, comme moi, ont besoin d'être rassurées et éclairées. :fleur:
     
  2. Business Class

    Business Class
    Expand Collapse
    I am very busy.

    J'aurais pu écrire tout ceci il y a quelques années... Je n'ai pas pour habitude de parler de ma vie personnelle sur Mad mais je sais à quel point ces moments peuvent être difficiles alors je te souhaite tout d'abord de réussir à digérer rapidement cet échec et d'aller de l'avant :fleur:

    Pour ma part, j'ai redoublé ma L2. En partie à cause du fait que la fac a été bloquée de longs mois (cours sur Internet, programmes bouclés, partiels complètement chamboulés) mais mon échec est surtout justifié par mon manque cruel de motivation. J'adorais ce que je faisais (une licence d'anglais) mais j'étais assez perdue quant à mon futur, je savais déjà que je ne me destinerai pas à l'enseignement (orientation plébiscitée par 70% de mes camarades).

    Je me suis posée deux questions, la première étant "Est-ce que je continue ?" Est-ce que tu aimes ce que tu étudies ? Est-ce que tu te vois continuer jusqu'à la L3 ? Est-ce qu'il n'y a pas une autre licence qui te passionnerait plus ? Pour ma part, j'avais déjà validé ma L1, j'aimais ce que je faisais et je ne me voyais pas étudier autre chose. Surtout : je me sentais capable de compléter cette licence. Est-ce que c'est ton cas ?

    Si tu choisis de persévérer dans ta voie actuelle, ce que j'ai fait : "Comment rendre cette année "utile" quand même ?" Dans mon cas, je n'avais que peu de matières à rattraper (mais c'était les plus importantes), je me suis donc retrouvée avec un emploi du temps ultra light. Je savais que j'allais m'emmerder (et j'avais donc de fortes chances de ruminer cet échec et de déprimer) alors j'ai voulu m'occuper de manière intelligente. J'ai répondu à une offre de stage un peu par curiosité... et c'est ainsi que j'ai trouvé ma voie. (Sortez les violons :lol:)

    Tout ça pour dire que depuis cette expérience-là, j'aime croire qu'il y a toujours une possibilité de transformer un échec en réussite. Pas forcément à travers un stage, mais tu auras du temps à revendre, profites-en pour faire des choses que tu as envie de faire depuis longtemps, des projets, des hobbies... Je me demande parfois "Et si je n'avais pas redoublé, est-ce que j'aurais trouvé ma voie ?". Peut-être, sûrement puisque je suis intimement persuadée d'être faite pour ça, mais disons que cet échec a "accéléré" les choses.

    Je ne sais pas si j'ai répondu à tes questions mais je te souhaite bien du courage !
     
  3. Reminiscence

    Reminiscence
    Expand Collapse
    Détendue

    Salut,

    Comme toi j'ai raté non pas une, mais 2 années de fac. J'ai d'abord raté une matière en L1, j'ai du donc faire une L1/L2 l'année d'après, j'ai eu ma L1, mais pas ma L2 (logique). L'année encore d'après (3ans après mon bac donc) j'ai fait un semestre d'IUT puis un second semestre de L2 (que je n'ai pas validé). Cette année (4ème année post-bac), j'ai fais une école d'ingénieur et j'ai rattrapé les matières de L2 qui me manquait. J'ai eu ma L2, mais je sais pas encore si j'ai mon année d'école d'ingé (bac+3). Et l'année prochaine je rentre (enfin!!) en L3 de physique.

    Au début je gérais plutôt bien le fait d'avoir redoublé, mais l'écart des années s'est creusé, et j'ai commencé à très mal le vivre (sachant que tous mes amis vont rentrer en M2), et à me sentir très nulle. Cependant, je pense que (dans mon cas), c'était un mal nécessaire, car en sortant du bac je ne savais pas trop quoi faire et j'ai choisis cette filière par élimination. Il m'a fallu 4 ans pour commencer à l'apprécier, et surtout comprendre comment m'organiser et comment travailler pour réussir à l'université. Au final, je me sens toujours nulle, mais j'ai trouvé une forte motivation pour l'année prochaine.
    Pour essayer de pas trop déprimer, essaye de te dire que cette année peut te permettre justement d'améliorer tes résultats, et surtout de bien maitriser tes bases, car c'est la clé de la réussite et c'est ce qui m'a manqué pendant longtemps! Dis toi que ce passage est l'un des plus difficiles, et qu'une fois maitrisées tu prendra plus de plaisir dans ce que tu fais.

    Voilà voilà, désolée du pavé, j'espère t'avoir un peu aidé, et si tu as d'autre question, n'hésite pas :)
     
  4. Bonesfree

    Bonesfree
    Expand Collapse
    I <3 zombies

    COURAGE !! Je suis dans le même cas mais on est fabuleuses quand même ! Vaut mieux rater son année de fac et avoir de la répartie et être intelligente que d'avoir ses années et rien dans le ciboulot.
     
  5. Tennessee

    Tennessee
    Expand Collapse

    Bonjour,

    Alors je passe en M1 cette année mais je devrais avoir fini mes études depuis deux ans comme mes amis.
    J'ai fait deux PCEM1(première année de médecine) la première année j'ai été très mal placé, après avoir bossé comme une dingue. Poussée, par mes amis et mes parents, je tente une deuxième année car "comme ça je n'aurais aucun regret" . Je savais bien que je n'avais pas le niveau mais on m'avait donner tellement d'espoir, j'étais une battante et j'avais eu l'habitude d'avoir tout ce que je voulais.Faire une deuxième année a été une grossière erreur, que je n'arrive toujours pas à me pardonner. J'y ai perdu des plumes, mon amour propre, et toute confiance en moi.

    Après ses deux années d'échec, j'ai passé mon été à me lamenter sur mon sort puis ça a été le moment de me poser les réelles questions sur ce que je voulais réellement faire de ma vie. Il fallait que je me rende à l'évidence: que non seulement je n'étais pas faites pour les maths et ni dans quelques matières scientifiques qu'elle soient. Il fallait que je grandisse et vite et oui , les rêves de petite fille ne se réalisent pas toujours.[​IMG]

    J'ai donc décidé de poursuivre mes études dans les ressources humaines ou les matières scientifiques ne sont pas prioritaires. Ayant un bon relationnel, je sais que je vais pouvoir m'épanouir dans cette voie[​IMG].

    Médecine a été un réel échec, mais je pense que cela m'a appris à être plus méthodique, organisée et surtout cette épreuve m'a forgé le caractère.

    Ok, je ne serais jamais sage femme mais cela ne m'empêchera pas de travailler dans un hôpital en tant que RH ou bien de regarder mes séries préférées grey's ect. [​IMG]

    Il faut que tu es confiance en toi et donnes tout ce que tu as pour réussir cette année. Ne regarde pas derrière toi car c'est du passé. Essaie d'être entouré des bonnes personnes(familles et amis) qui sauront te motiver, dans les moments difficiles.

    Courage!!!
     
  6. Mr Mojo Risin

    Mr Mojo Risin
    Expand Collapse
    Freedom & Soul

    Vous êtes des anges <3 Je me sens comprise et moins seule.

    J'ai atrocement peur de reprendre la fac, j'angoisse beaucoup, j'ai l'impression que c'est ma première rentrée ! J'ai vraiment peur de me planter mais je me dis que comme j'aurais que 6H de cours au premier semestre, j'aurais du temps libre pour étudier, regarder des documentaires, lire les ouvrages... Je compte vraiment faire un effort, j'ai envie d'être studieuse et appliquée, mais j'ai peur que mes méthodes de travail ne soient pas bonnes... C'est encore flou dans ma tête, je ne comprends pas ce que j'ai fais de faux pour me ramasser comme ça.

    Et bien évidemment j'invite encore celles qui ont aussi vécu ça à venir témoigner :)
     
  7. mimichocolate

    mimichocolate
    Expand Collapse

    Je n'ose pas écrire pour le moment le parcours chaotique que je vie à la fac depuis que j'ai eu mon bac mais je me reconnais dans vos histoires.

    J'ai eu pas mal de redoublement et souvent j'ai perdu des années pour des moyennes de 9... par semestre ce qui peut être énervant, déprimant. J'ai vraiment déprimé..J'ai pleuré pendant des nuits et même arrêter de manger..C'est vraiment douloureux quand on a eu un parcours sans problème avant la fac.
    J'ai eu des doutes, je me suis remise en question.J'ai aussi coupé les ponts avec les gens qui m’entouraient et qui réussissait alors que je n'avançait pas, ce n’était pas de la jalousie uniquement le besoin d'éviter toute les questions sur mes études,les regard de pitié ou les regard qui me donne l'impression d’être complètement débile.
    Je ne supporte plus encore aujourd'hui de parler à mes proches de mes études, je m'énerve ou je fuis le sujet. J'ai même menti à des proches éloignés sur mon parcours parce que je ne supportais plus d'avoir à répondre aux questions sur mes études.

    Puis, j'ai décidé de voir les choses autrement,mon objectif est de réussir mon projet professionnel. Je ne pleure plus et je ne me lamente plus lorsque j’échoue,je me relève et j'avance. Je pense que je vais galérer pour obtenir un bon master 2, mais je n'abandonne pas. Je me dis qu'une fois dans le monde professionnel tout cela ne sera qu'un mauvais souvenir.

    Pour en revenir au sujet,l'important je crois c'est de rendre positif un échec. Il faut être capable de pouvoir en faire un "atout ". Je m'explique, il faut profiter du redoublement pour se perfectionner dans une langue, améliorer son orthographe ou sa méthode, un petit diplôme,si on a un semestre vide partir travailler a l’étranger, passer le permis, un job pour remplir le cv. ..En gros trouver quelque chose à mettre en valeur devant un prof pour un master ou devant un employeur.
    Je vais suivre ce post il est vraiment intéressant,bon courage à toutes!! Je vous souhaite de réussir;n'abandonnez pas vos projets!
     
  8. Erin.

    Erin.
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Est-ce que tes études te plaisent malgré tout ? Je trouve que c'est le plus important !

    J'ai redoublé ma L2, j'étais dans un cursus qui ne me plaisait pas des masses et je me tapais des vieilles notes pour des oraux que je pensais avoir plus ou moins réussi bref j'étais déprimée, aucune envie de me lever le matin pour aller en cours. Et donc j'ai redoublé (à 9 et quelques de moyenne sur les deux semestres haha la lose). Je voulais au moins avoir mon Bac+2 donc j'ai recommencé une année en ayant un nombre d'heures complètement ridicule (genre 10 au premier semestre et 3 au second, youhou).

    Et je me suis prise en mains, j'ai cherché ce dans quoi je voulais me réorienter, j'ai trouvé un petit job de vendeuse pour une marque que j'adore, j'ai gagné des thunes ( :d ) et trouvé ce que je voulais faire plus tard. Ah oui et point important, j'ai changé quasi toutes mes matières et ça m'a plutôt réussi vu que j'ai validé avec mention! Du coup j'ai +/- bossé pendant l'année et j'ai trouvé un stage de deux mois dans un concept store, ça m'a permis de rencontrer des tas de gens, de voir autre chose, ça m'a fait beaucoup de bien! Moi aussi c'était mon premier échec, mes parents étaient beaucoup trop optimistes "mais non tu ne vas pas redoubler, on te fait confiance" (hum hum) c'était un peu la honte de redoubler. Mais franchement je ne regrette absolument pas d'avoir "perdu" cette année, rien que pour les rencontres que j'ai faites ! Et là ben je change complètement de voie à la rentrée, j'espère de tout coeur que ça ira.

    Surtout ne te met pas la pression, ça arrive à tout le monde, ce n'est qu'un an, tu as l'opportunité de faire des choses à côté (trouve toi un stage ou un job?!) et de penser à ton avenir. Prends ça comme une opportunité et pas comme un échec. Courage, j'espère que ton année de redoublement sera aussi riche qu'elle l'a été pour moi. :fleur:
     
  9. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    Alors ,moi, j'ai raté une année mais pas vraiment pour les mêmes choses que vous.
    Il y a 2 garces de mon BTS qui, au départ, prétendait être des amies, qui ont dit des choses méchantes que j'aurais dit sur les autres. Bien entendu, c'était faux. Du coup, les autres m'ont mené la vie dure. J'ai tenu un semestre, le second j'ai craqué.
    Résultat, je vais aller à la fac et finalement, je ne regrette pas car ça a confirmé mon goût pour le droit.
     
  10. Fireheads

    Fireheads
    Expand Collapse

    Attention, ceci est un pavé autobiographique
    J'ai aussi échoué ma première année (il y a maintenant deux ans). Je suis en école d'architecture, le taux d'échec en première année était assez impressionnant. N'empêche que je pensais pas que ça m'arriverait, j'avais de bonnes notes au lycée, bac avec mention, je travaillais beaucoup et pourtant...
    Vis à vis de mes parents, c'est simple j'étais nulle. Ils ont eu plus de mal à accepter l'échec que moi je crois.
    Je pense qu'il faut surtout savoir si tu as envie de faire ça, personnellement, j'avais raté mon premier semestre et savais que c'était foutu pour la première année, donc la fin de l'année c'était un peu du n'importe quoi. Mais c'est vraiment ce que je voulais faire, je me suis juste démotivée toute seule parce que je n'étais pas assez douée : plus j'essayais moins ça payait !

    La deuxième première année s'est super bien passée, et j'ai vite relativisé quand j'ai vu la moyenne d'âge de la promo. J'ai toujours quelques regrets quand je vois tous mes amis qui commencent leur master alors que moi non je suis qu'en 3ème année... Mais bon j'ai passé le cap, mes études me plaisent, je pense que c'est l'essentiel, on est pas à une année près!

    Courage :fleur:

    Pavé, j'avais prévenu ;)
     
  11. Vic Odine

    Vic Odine
    Expand Collapse
    Paresseux immature et sarcastique

    Je vais raconter ma vie et ça va être long :cretin:

    Je n'ai pas ""perdu"" (j'insiste sur les guillemets) 1 mais 3 années en faculté.

    Je suis arrivée à la fac assez confiante: "tout" m'avait toujours réussi, même sans bosser des masses j'étais dans le trio de tête de la classe depuis le collège même avec des résultats très bas dans les matières scientifiques je caracolais en haut des classements généraux. Du coup j'ai entamé ma première année d'LEA sans appréhension aucune. Et pourtant: j'ai passé trois ans dans cette filière pour en ressortir sans diplôme. La première année était l'année du CPE, je n'ai pas subi ces grèves, je me suis mise en grève et j'ai activement participé. Honnêtement j'aurai tout de même pu mieux m'en tirer, au moins en anglais, mais là où certains utilisent la liberté de la fac, du premier appart' pour faire la fête mais j'ai choisi de l'utiliser pour militer. Résultat: échec en fin d'année, mon premier échec scolaire. Même si j'ai fais comme si de rien n'était, j'ai tellement été déboussolée que je ne me suis pas renseigné sur comment faire pour être AJAC, sur les rattrapages, je me suis d'emblée réinscrite en L1. Deuxième L1, j'essaie de bosser, de faire de mon mieux, je loupe très peu de cours et pourtant je ne suis qu'AJAC. J'intègre ma L2 sans y croire vraiment: je suis trop faible en allemand pour valider ma L1 de toute façon. Nouveau mouvement de grève, cette fois je ne retournerai quasi pas en cours de l'année. Ma situation familiale de l'époque a fait que "personne" n'a vraiment fait attention à mes échecs, et aussi, je pense que j'ai réussi à les "masquer" un peu.

    Après trois ans passés à la fac, je n'avais aucun diplôme mais pour autant je n'ai pas "tout perdu": j'ai appris beaucoup sur la vie, la politique, j'ai rencontré beaucoup de gens de filières différentes et je savais où me ré orienter. A la rentrée qui a suivi je me suis inscrite en L1 socio, sans même chercher à avoir mes équivalences. Parcours "sans fautes" jusqu'en M1, en bossant à côté et en donnant des cours dans ma matière: il suffisait que je trouve "ma voix" :happy:

    Evidemment ça a pas toujours été simple: j'avais 3 ans de plus que beaucoup d'étudiants (mais il y en avait de bien plus âgés que moi aussi), j'avais toujours cette peur de m'être encore trompée où d'être restée dans cette filière par confort (tellement que j'ai pensé à me ré orienter cette année, avant de finalement trouvé le M2 qui, je l'espère, me conviendra)...
    Mon ego en a pris un coup aussi: entre mon frère qui fait brillamment médecine et moi qui traîne mes années d'échec comme un boulet...Puis finalement j'ai su comment valoriser tout ça: malgré tout j'ai des sacrés bases en langues, j'ai eu (largement :cretin:) le temps de mûrir mon orientation, je suis arrivée dans mon nouveau cursus en connaissant la fac et ses contraintes (et j'ai pu être performante plus rapidement que les véritables L1), je sais rendre mon parcours logique lors d'en entretien...

    Au fond de moi je sais que je n'ai pas totalement digéré cette époque, pour autant je ne regrette pas: j'ai pu me poser les bonnes questions, faire les bons choix et aussi (et surtout?) apprendre de mes échecs.
     
  12. Mr Mojo Risin

    Mr Mojo Risin
    Expand Collapse
    Freedom & Soul

    Je remonte le sujet parce que j'aime bien lire vos réponses, elles me réconfortent :fleur:
     
Chargement...