Aider les anorexiques et boulimiques (surtout sur toulouse)

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Marion31, le 20 janvier 2016.

  1. Marion31

    Marion31
    Expand Collapse

    Ce soir, j'ai décidé de créer un groupe fermé : https://www.facebook.com/groups/1542146992769198/

    Non, on ne choisi pas d'être anorexique parce qu'on a une furieuse envie de ressembler à Kate Moss et que tout dérape. On devient anorexique parce qu'on s'embrouille avec nos parents, parce que les études ça n'est pas trop ça, parce que notre copain nous a laissé tombé, parce qu'on se sent salies par la nourriture pour mille et une raisons. On veut tout contrôler alors qu'on ne contrôle plus rien. On se rassure en mettant en place des rites, en mangeant des portions ridiculement maigres que certaines vomiront par la suite.

    Non, on ne choisi pas d'être boulimique, on ne mange pas trois paquets de chips en une demi heure par pure gourmandise mais parce qu'on cherche du réconfort, on a un manque à combler et on le comble avec de la nourriture plutôt qu'avec de la drogue ou de l'alcool. C'est le contraire de l'anorexie : on ne contrôle rien en ce qui concerne l'alimentation.

    C'est pour cela que de nombreuses anorexiques passent ensuite par des périodes de boulimie avant de se stabiliser.

    70% des boulimiques ont un poids normal («invisibilité» du trouble).
    L’anorexie touche une adolescente sur 2 400 ; 9 filles pour 1 garçon.
    4 % des anorexiques meurent chaque année.
    10 à 15 % des anorexiques sont menacés de mort.

    On meurt de cette maladie.

    Et oui, une femme avec des formes c'est magnifique. Mais je n'ai pas compris pourquoi j'avais été insultée dans la rue par des femmes qui devaient croire que j'avais un peu trop forcé sur le régime pour plaire aux hommes.

    Il y a beaucoup de malentendus, il est désormais essentiel que la vérité soit.

    J'ai créé ce groupe pour que l'on s'AIDE les unes les autres. Que l'on soit anorexiques, boulimiques, anciennes malades, dans la rechute, proches d'un malade ou simplement curieux d'en savoir plus.

    J'ai été anorexique 4 ans. C'est désormais fini. Et vous savez ce qui m'a guérie ? Non, pas les médicaments qui donnent faim. Non, pas le valium. Non, pas la chambre d'isolement. Ce qui m'a guérie, c'est la PAROLE et l'ECRITURE, bref, le PARTAGE. Partageons pour sauver des vies.

    Et n'oubliez pas : VOUS ÊTES BELLES.
     
    Sovah, Laurelin, Sigmundette et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  2. Joh'zy

    Joh'zy
    Expand Collapse

    Voici ma "petite expérience" en bref :
    Depuis toute petite sportive vers l'âge de 16 ans, (après un peu plus d'approfondissement sur ma vie et l'aide D'UNE bonne psychologue l'anorexie était bien présente depuis l'âge de 14 ans si ce n'est plus tôt, mais non visible et inconsciente) Mais voilà qu'à l'âge de 16 ans je suis tomber au plus fond du fond de cette maladie la descende fut très rapide !

    En gros : en 3 mois plus de 10 kilos perdu durant ces derniers j'ai commencer à avoir comme seul meilleurs amis l'anorexie, boulimie et isolement je ne jurais que par ça et avais une impression de tout contrôler et de satisfaction bref je vous en passe ! *Et voilà que les 2 mois d'été j'ai perdue 15 kilos ! Je me suis retrouver au plus bas 30/34 KILOS
    (Quand j'y repense maintenant ! 0.o)
    Ce qui m'a provoquer de sérieux problèmeS me faisant passer plusieurs fois tout proche de la mort.. car décelé comme anorexique/boulimique sévère + bradycardie à 30 batt/minute+ tout les symptômes : froid glaciale, cheveux qui tombe, ongles et tout le corps et défenses immunitaires absentes et d'autres problèmes plus complexe.. Je me suis vu faire : 1mois 1/2 de réanimation puis 7 mois d'hospitalisation... En passant par pleins de choses : sonde, medoc etc..etc...
    Il m'as fallut trouver LA bonne personne qui m'as vraiment aidé à surmonter tout ça et me dire que "JE VEUX VIVRE !" C'est tout d’abord l’écriture et une excellente psychologue qui à su réellement me comprendre grâce à mes écris que tout les jours elle lissait (car matin/midi et soir j’écrivais) puis tout doucement ,mais surement (certes avec des rechute dans les premiers mois) j'ai pu remonter la pente et pouvoir enfin profiter de la vie, me remettre à mes passions dont la musique & photographie et VIVRE TOUT SIMPLEMENT ! A tout ceux et celles qui lutte chaque jour contre cette maladie beaucoup reviennent de loin, mais chacun peut s'en sortir !!

    Garder espoir, force ! Garder en tête qu'il est possible de s'en sortir et de combattre cette petite voie qui vous dit que le contrôle est entre vos mains ! Certes ça peut prendre du temps, comme ça peut être court pour s'en sortir à chaque personne cela reste différent donc ne vous baser pas sur ça !
    A tout ceux qui ne l'on pas vécu où ne sont pas vraiment renseigner sur la chose, il ne s'agis pas de savoir si être maigre c'est beau pour ceux qui ont cette maladie c'est beaucoup plus profond avec chacun sa raison suite à son passer. Tout le monde sait que être dans littéralement la maigreur n'est pas "agréable à l’œil" mais une fois de dans on ne fait plus attention c'est d'autres choses qui nous préoccupe (le rapport au contrôle et bien d'autres) c'est un "cercle vicieux et infernale" MAIS d'où l'on peut en sortir la preuve même !!! Pour vous donnez une idée : Je suis Heureuse, j'ai pleins de projets pour mon avenir ! Vis avec passion, Bonheur ! J'ai la joie de vivre, même si quelques problèmes qui sont la cause de mon anorexie/boulimie tous ne sont pas régler j'ai appris à vivre avec et m'affirmer et purée je pensais tellement dans les débuts que c’était insurmontable hors que j'avais tout faux ça demande de la persévérance, de travailler sont mentale et ça compréhension des choses, mais aujourd'hui j'ai la vingtaine et je suis combler de Bonheur et d'Amour ! :taquin:

    Désolée pour le roman ^.^ , mais c'est un sujet qu'il ne faut pas laisser de coté et je trouve ça super que tu puisse booster la visibilité de ton groupe !
     
  3. Marion31

    Marion31
    Expand Collapse

    Ta réponse m'a fait chaud au coeur et j'ai lu la fin avec un sourire qui allait d'une oreille à l'autre :)
    Malheureusement, je rencontre trop de jeunes filles (ou plus âgées d'ailleurs. Ou des garçons d'ailleurs. Bref.) qui n'ont pas assez de recul pour se rendre compte qu'elles ne sont pas anorexiques, mais qu'elles sont des personnes ayant comme symptôme l'anorexie. Un jour une psychiatre m'a dit : "vous savez, vous vous dissociez de votre maladie. L'anorexie et vous ne font pas qu'un". Et la j'ai compris, et j'ai du quoi fallait que je me batte.
    Je me sens obligée d'aider ceux qui sont dans cette galère. Et puis je fais pas ca comme si c'était une BA, tu vois ? Je leur parle juste comme j'aurais aimé qu'on me parle au moment ou j'étais au plus mal...
     
  4. Sovah

    Sovah
    Expand Collapse
    Futur Drag King

    Je remonte un vieux sujet mais je voulais dire que c'est vraiment cool c'que tu as fait @Marion31 , parce que ça m'aidera peut être un peu personnellement.
    C'est difficile d'en parler à son entourage, même avec toute la bonne volonté du monde ils sont toujours un peu démunis face à ce genre de troubles, et du coup tout le monde finit par se sentir mal : ils se sentent coupables de rien pouvoir faire, de pas savoir quoi dire, et nous on se sent seule et coupable aussi de les mettre dans cette position. Heureusement j'ai une bonne psy, mais c'est difficile de se sentir obligée de la fermer devant les parents/les potes pour pas inquiéter et du coup d'avoir personne avec qui parler de ça..
     
  5. Marion31

    Marion31
    Expand Collapse

    @Sovah j'ai connu aussi les non dits dont tu parles. J'étais tellement dans une atmosphère spéciale en HP que quand je suis sortie de l'hôpital et qu'on a pris notre premier repas en famille depuis longtemps j'ai parlé d'un schizophrene que j'avais rencontré la bas... Et la, silence de mort et regards de biais. Le pb avec la maladie, c'est qu'il y a trop d'idées reçues, c'est tabou alors que ca devrait pas l'être. Je pense que c'est très important de parler, parler, parler... Dire tout ce qu'on a sur le coeur et tout ce qu'on sait pour aider d'autres et pour s'aider soi même, en adaptant bien sur son discours a la personne qui nous ecoute (je n'ai pas parlé de la même façon a ma petite soeur de 13 ans et à ma meilleure pote)
    Et c'est en parlant avec ce schizophrene que je me suis rendue compte que non, les personnes schizophrene n'ont pas plusieurs personnalités (a la dr jekyll et Mister hyde), qu'ils sont sensibles, terriblements sensibles, plus que les autres mais c'est ce qui fait qu'on les trouve vrais et attachants. Et depuis 6 mois, trois êtres vivent dans un petit appart à toulouse : une fille qui a guéri et qui aime ses nouvelles fesses meme si elles sont zebrees de violet, un grand brun qui a ete atteint de schizophrenie et leur poisson combattant jean paul (oui, nous sommes donc trois combattants) !
     
    Sovah a BigUpé ce message
  6. Hudson Saul

    Hudson Saul
    Expand Collapse

    Bonjour,
    Personnellement, (comme beaucoup je crois), je cumule : boulimique depuis toujours, j'ai fait une dépression de presque un an qui a failli plomber mes études (si j'avais du repiquer mon année, j'aurais abandonné) et m'a fait prendre 20kg (pour un total de 115kg)
    La lutte contre la dépression et la boulimie m'a rendue à la limite de l'anorexie (ou y étais-je? je saurais pas dire) : à l'étranger pour 4 mois, je ne mangeais plus et faisais 1heure de sport par jour : 40kg de moins en 4 mois
    Regarder son corps maigrir est hypnotisant...
    J'avais de la marge, heureusement, car sans ça, coupée du monde comme je l'étais, je me serais desséchée dans le coin d'une chambre

    Aujourd'hui, je contrôle encore méticuleusement ce que je mange (demandez moi ce que j'ai mangé à la même date l'an passé, je le saurai), et, sans la nourriture comme réconfort, je me suis découvert une bipolarité assez handicapante que j'essaie de gérer au quotidien
    Je gère le tout en notant mes repas (contrôler qu'on en a fait un complet et se rassurer : non, on n'a pas mal mangé), faisant du sport le plus souvent possible (c'est un défouloir efficace) et en acceptant SYSTÉMATIQUEMENT les sorties : c'est ma façon à moi de me botter le cul et me forcer à rester active :)

    Je sais qu'il me faut en parler et je l'ai fait :
    - à ma mère qui considère que j'exagère (à mon âge je peux pas avoir fait de vrai dépression après tout, je connais rien de la vie)
    - à mon petit ami, quand je l'ai rencontré, qui n'a jamais envisagé que je puisse ne pas être tout à fait "guérie" et qui, aujourd'hui, quand je fais des crises de boulimie, tente de m'arracher la nourriture des mains (conséquence, je dois me cacher pour manger, bonne ambiance) et m'a dit, lors d'une crise de larmes : "je supporterai pas ça longtemps, fais toi soigner". Avec lui, je me cache pour manger et pleurer
    Heureusement je suis entourée d'une meilleure amie qui me comprend et d'un meilleur ami qui, faute d'avoir vécu la même chose que moi, est à l'écoute et tente vraiment d'appréhender ce que je dis
    Mais est-ce trop demander que d'être soutenue par sa famille et son compagnon de vie ? Normalement oui mais ce n'est pas parce qu'on en a pas qu'il faut baisser les bras \o/

    Bref, de ce que j'ai vécu et vis aujourd'hui, pour toutes celles qui lisent ce topic sans oser s'en mêler ("non mais ça compte pas, je suis pas VRAIMENT malade", "toutes les filles sont comme moi de toute façon, c'est juste que moi j'ai pas leur force" etc...) :
    Ne minimisez pas votre mal-être : se sentir mal n'est pas normal
    Les courbes sont belles et les vôtres AUSSI
    Vous n'êtes pas un poids pour les autres et ce n'est pas que par politesse qu'on vous demande comment ça va
    Dites OUI : oui quand on vous propose de vous voir, de sortir etc. Non nous n'êtes pas trop fatiguées, non vous n'allez pas mettre en danger les performances du lendemain, non vous n'allez pas vous baffrer et quand bien même vous le feriez : ce n'est pas grave et si, vous avez envie de voir des gens

    Et pour finir, si vous avez eu la force de lire tout le pavé que j'ai écris, c'est que vous avez une bonne dose de courage et de volonté, ne minimisez pas votre force :)

    Bonne journée à tous !
     
    Sovah a BigUpé ce message
Chargement...