Atelier d'écriture (technique)

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par Shield, le 19 avril 2014.

  1. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    Bienvenue sur l'atelier technique du forum  :fleur:

    Ici, on propose des sujets d'écriture autour de contraintes formelles. Le but de l'exercice est donc de se conformer aux règles d'écritures proposées, et pour le reste, vous êtes libres de le traiter comme bon vous semble!

    Comme pour l'atelier thématique, l'idée c'est de proposer des textes courts mais si vous voulez écrire des pages et des pages, allez-y!

    _

    Si vous voulez recevoir une correction pour vous améliorer, il suffit de le mentionner à la fin de votre post. En retour, vous vous engagez à aider au moins une autre personne (qui en a également fait la demande explicite) à progresser en proposant votre propre feedback.

    Si vous avez des idées pour améliorer le forum écriture en général ou cet atelier en particulier, n'hésitez pas à en parler ici.

    _
    Sur ce, à vos crayons, et je vous souhaite d'être très inspirées! :renne:

    [​IMG]
     
    Takeo a BigUpé ce message
  2. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    Sujet 1 : Proposez un court texte en employant le plus d'allitérations et/ou d'assonances possibles.

    (du 19 avril au 3 mai)

    _


    Rappel :
    L'assonance est est une figure de style qui consiste en la répétition d'un même son vocalique (phonème) dans plusieurs mots proches.
    Exemple : avec le phonème /i/ : « Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire », Phèdre de Racine.

    L'allitération est une figure de style qui consiste en la répétition d'une ou plusieurs consonnes.
    Exemple : avec la consonne /s/ : « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? », Andromaque de Racine.

    > Ces procédés sonores permettent de produire un effet harmonique (par la répétition du même son) ou suggestif (harmonie imitative).
     
    Assia.D a BigUpé ce message
  3. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    Petite première participation :P

    --

    Je pensais à des effets percutants quitte à ce que je me répète fallait que ça reste dans nos têtes et tes soupirs essoufflés qui me snobent et nous sidèrent et nos regards mêlés, mêlés à la poussière suis moi sans un bruit j'entends déjà trop le son de ta voix, j'avais en tête nos deux ombres mêlées à la lumière plus qu'un effet de style une silhouette qui nous poursuit sans cesse il faut que ça s'arrête il faut que ça s'arrête mais bien sûr ça continue tu entends on ne respire déjà presque plus pourtant pourtant il y avait du potentiel cette conversation aurait pu atteindre le septième ciel et collé au plancher nos ombres portées par pas grand chose flottent mollement sur la moquette du salon de tes parents.
    J'avais des choses à dire il est déjà trop tard ton regard se fait flou il est sept heure moins cinq pétards et nos yeux rouges qui ne doivent rien à la tristesse tout est fini et nos corps lasses se délestent de trop d'année passée à idolâtrer tout ce stress si facilement confondu avec la passion nos corps fondu l'un dans l'autre entretenant l'illusion, fausse noblesse et faux style des amants qui meurent déjà à peine quelques mots d'amour murmurés dans le péristyle, nos snobismes s’enlaçaient se croyant immortels ils n'étaient que dociles. Nous étions deux au sein de ce non sens sensuel sans savoir si c'était possible de s'enfuir sans oser le tenter sans vouloir le risquer il fallait qu'on soit jeune fatalement tes coups de minuit sur ma peau résonnent ça s’appelait de la passion ça s’appelait de la passion mais ça n'en avait que le nom, non, ne me contredit pas, c'est à mon tour de parler à ton tour d'encaisser jusqu'à faire glisser ta carcasse au sol sur le carrelage de la salle de bain cette fichue baraque ne ressemble plus à rien. Fallait-il qu'on s'aime fallait-il, qu'on s'en souvienne.
    J'avais des choses à te dire j'avais préparé un texte, simple prétexte, simple réflexe de survie, parce que c'était toi parce que c'était lui, parce qu'il fallait bien en finir parce qu'il y a des histoires que personne ne voudra jamais écrire on était là à regarder le plafond fonce-dé et dans mes silences tu comprenais la lassitude d'un corps blasé plus même bon à une partie de sexe en mode pilote automatique relation tautologique de deux ados accros aux narcotiques il faut bien devenir adulte et s'affirmer finalement on aura eu le mérite d'essayer, je me casse et le bonjour à tes parents, n'oublie pas d'éteindre les lumières en sortant.

    --

    Critiques bienvenue bien sûr ^^
     
    Morwie, Mooogoooo, rycbarm et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    @Mircea Austen : Je crois que je n'ai repéré qu'une faute d'accord (et je ne sais pas si c'est volontaire ou non?) : "nos corps lasses" > "las" pour le masculin.

    Sinon tu as un style déjà très marqué, c'est très oral et ça marche bien, on dirait du slam! Et tu as un vocabulaire riche, c'est cool.
    Personnellement, je n'aime pas trop les expressions populaires maintenues en l'état, je trouve ça dommage qu'elles ne soient pas subverties ("atteindre le septième ciel", "les coups de minuit (...) résonnent") alors que par ailleurs tu sais bien jongler avec les mots et construire tes propres images. Après c'est peut-être une histoire de préférence et j'imagine que ça peut être un choix justement de les conserver telles quelles pour renforcer l'oralité du texte.

    Sinon, une question, par curiosité : pourquoi avoir supprimé toute la ponctuation mais avoir quand même conservé les "." ?

    Et "parce que c'était toi parce que c'était lui" c'est une référence à Montaigne? :P
     
  5. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    Yep pour Montaigne :P

    Et pour la ponctuation j'ai tout simplement hésité entre les deux t'as bien remarqué le truc :P A la base y'en avais aucune, juste un point par paragraphe. Ensuite j'ai décidé de remettre des points uniquement quand ils servaient non pas le rythme mais la compréhension du texte. Je voulais une fluidité et ne pas comprendre et devoir relire la phrase aurait abimé cette fluidité. Un texte fleuve en virgule aurait aussi été possible je pense…
    Et oui pour les expressions populaires c'était pour l'oralité :P C'est un "slam" supposément prononcé par une ado. Et puis je cache pas être influencé par mes lectures du moment qui sont plus Houellebecq et Despente que les classiques :P De façon générale j'aime bien varier les effets de vocabulaire entre très relâché et plus soutenu ^^

    Merci pour le commentaire en tout cas j'espère avoir moi aussi des choses à lire !
     
  6. madmoizelleelsa

    madmoizelleelsa
    Expand Collapse
    Guest

    Lorsque la perruche pouffa devant la désolante déclaration du maudit des Enfers, tout un chacun entendit son gloussement.
    Son sourire surplombe l'assemblée, sans se soucier des démons indignés. Voilà que le plus gras se lève, ruisselant de sueur. Il braille, de toute sa bedaine et de toute l'ardeur de son haleine d'ail, contre le perroquet, criant  " Canaille ! Coquin ! Carambouilleur ! " . D'autres démons rallient le railleur, et tour à tour tonnent tous tel des tyroliens, intolérants devant l'hilarité de la bestiole.
    L'animal alors agressé, ne comprend pas leurs cris. Pourquoi récrier leur création ? Pourquoi réprimer leur oeuvre ?
    L'oiseau pourtant rit, ricane et se gondole. Il trouve tout ça si drôle ! Les voir vociférer le fait s'esclaffer. A qui la faute de ce faux pas; lui, il s'en fout, il n'est qu'un insignifiant piaf. Il contemple les hommes, impatient d'admirer leur incontournable échec.
     
    Chapati et Sasha. ont BigUpé.
  7. Mac.Aaron

    Mac.Aaron
    Expand Collapse
    O_O

    Eh bien à mon tour alors ! Je vais d'abord commencer par donner mon avis un peu, et puis je partage ma petite tentative !
    (Je vais essayer de ne pas faire un pavé, promis)


    Alors, @Mircea Austen on sent vraiment un style particulier, c'est cool ! Il y a quelque chose de sensoriel dans ce texte avec ce rythme sans ponctuation.
    Par contre, à deux reprises, j'ai eu l'impression d'être coupée dans l'élan de tes phrases, "nos ombres portées par pas grand chose flottent" et " murmurés dans le péristyle" (je m'en veux de couper ton texte et n'en garder que des morceaux, j'me sens comme un boucher). Pour ces deux parties, j'ai vraiment eu la sensation d'être stoppée net, pourtant l'idée est bonne, j'adore ces ombres portées, mais, "par pas" en vue de toute la longueur et du rythme de la tirade, ça me bouscule.
    Et j'ai tellement l'impression que le péristyle est venu se perdre là, ça contraste tellement avec le verbe murmurer je trouve, dans la sonorité en tout cas.
    Enfin bref, je vais résumer, ton texte est vraiment intéressant à lire, surtout a déclamer, mais y'a des petits passages qui bouscule le lecteur, et ça n'a pas l'air volontaire. En revanche, les expressions un peu plus familières ne me dérange pas, ça donne du peps justement !


    Et donc pour @Søren (que je n'arrive pas a mentionner...): Il y a du rythme, c'est bien écrit, j'ai pas grand chose a redire en tout cas, faudra voir avec les gens plus qualifié que moi !
    J'aime beaucoup la simplicité avec laquelle tu amènes du rythme, avec ces sonorités justement. Y'a de la vie dans le texte, et son sens correspond assez bien à la façon dont tu as écrit. Peut être marquer encore un peu plus le rythme des événements "frappants" (hihi :happy:), mais bon, je chipote, et là n'est pas l'exercice.

    @madmoizelleelsa grâce à toi, j'aurais appris "Carambouilleur" j'aime beaucoup ! Ton texte est sympa, agréable à lire, cool quoi !

    Donc, mes braves, voici l'heure de mon pitit texte (court, mais plus n'aurait pas forcément été plus judicieux)

    _____________


    C'est ainsi. S'en satisfaire serait sans doute moins sot que d'essayer sans cesse de se délester par sanglots. Sensible. C'est  ce qu'elle est. Trop. Terriblement elle s'en torture jusqu'à sentir dans ses côtes monter une puissante douleur . Ne pas craquer, ne pas craquer,  ç'eut  été sans compter sur son habitude a fluctuer. Quel cœur défectueux ! Crispée, elle s'accroche, se cramponne et, comme une ancre,  sombre. La surface. L'atteindre, là sera son salut. Laisser au sol les idiotes idées. Sous l'eau. Que les flots les emporte, les transporte. Dorénavant elle saura sourire, il le faut. Elle posera les mots, y déposera les fardeaux et autres boniments qu'elle s'inflige stupidement. Il n'y a pas de raison, il n'y a plus de raison, elle l'a abandonné il y a bien longtemps maintenant. ​

    Un nouveau temps, non celui qui court, empli de tourment, mais celui qui sourit, irradie et fascine.​
    Imagine.  ​

    Il sera radieux, elle sera heureuse. Page blanche n'aura plus lieu, au silence elle dira adieu. Une étrange brume se dissipe en volutes, libre, elle s'envole, virevolte,  et au bout de sa plume, comme une encre, sombre.​


    _____________

    La critique est la bienvenue !
    Surtout en matière orthographique, j'ai des soucis à ce niveau là...
     
  8. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    @Sren "Il gémit, geint et s'agit" dieu que j'aime les allitérations en g :d J'aime beaucoup aussi le regard d'un passant-narrateur sur une rue, c'est très urbain. "se fixe et se crispent tandis qu'il s'agrippe" ça sonne bien aussi. Jolie conclusion :P Au niveau du rythme j'ai moins accroché, à cause du vocabulaire peut être et en même temps j'aime que cet exercice pousse à utiliser du vocabulaire moins courant alors il faut savoir ce qu'on veut hein ! vilaine lectrice je suis :d

    Edit : j'avais ps vu mais merci aussi pour ton avis, dommage que tu n'aimes pas le style oral, une prochaine fois peut être :P

    @madmoizelleelsa ça me rappelle les fables de la fontaine un peu :P un peu trop court pour pour créer une ambiance par contre dommage, comme quoi l'art de la "fable" est difficile…. disons que ton texte m'a mis en appétit j'aurais aimé en lire plus ce qui est plutôt cool du coup je pense :d

    @Mac.Aaron Merci pour ton avis déjà ! Niveau orthographe je serais assez mal placée pour te conseiller, j'aime beaucoup l'usage de tes allitérations en "r", ça fait toujours son petit effet mais là elle est bien rythmé j'aime bien, après j'ai plus été influencé dans ma lecture par l'exercice de style que par le fond, du coup j'ai pas eu spécialement d'empathie pour ton personnage, mais sur des textes courts de toute façon on peut pas créer des perso de ouf non plus :P
     
  9. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai l'approbation de mon ami pour ce texte, donc je le publie ici (mais j'avais aussi une autre idée alors peut-être que je participerai deux fois :shifty:.).

    Je reviendrai sur ce que vous avez posté quand je serai seule, mais c'est vraiment cool que vous soyez déjà plusieurs à avoir participé, et avec des textes si différents et personnels !

    _

    C'est un tango en trois temps : on s'attend, on s'étreint, on s'éteint.
    On s'entrevoit entre deux intervalles de lassitude neurasthénique - l'autre est un instant d'inattendu : il trouble, il tétanise, il attise une étincelle d'intérêt inextinguible dans l'âtre d'un fantasme fertile. On invente trente prétextes pour entrer en contact, pour s'entretenir. On s'enchante - on présente ses atouts pour se captiver, on maintient un territoire d'incertitude pour s'intriguer. On tisse une toile d'attraits et de mystères, trame ténue qu'une broutille pourrait détruire. On se flatte de s'être rencontré; on protège un interstice pour s'attacher sans s'entraver. Courte distance - discontinuité interminable -
    On s'entrelace subrepticement. Au travers des ténèbres, on feuillette les taches, les entailles et les cicatrices. On s'entiche des cavités et des aspérités, des contours et des détours - de tous les traits particuliers de cette contrée fantastique. On se tourne et se tord, se tend et se traverse, se tourmente avec tendresse. On se heurte, on s'enchevêtre, on se meurtrit. Exaltation - Transe hystérique - lente tension jusqu'au petit trépas -
    On se fatigue. On ne tient plus le rythme. On halète. On s'est tant frotté l'un à l'autre qu'on est entré en combustion. Détritus centenaires d'un anéantissement spontané, on se dématérialise en volutes montant dans l'éther - éternels dans cette atténuation prématurée de l'être. On s'est contenté d'une minute pour atteindre l'altérité - pour oblitérer tout le reste.
    C'est un tango solitaire.

    _

    Critiques bienvenues!
     
    Cellunaire et Little.Monster ont BigUpé.
  10. minibambi

    minibambi
    Expand Collapse
    A bouffé du clown

    court texte, ça pouvait être un poème ^^ ? ça me semblait aller de soit avec allitérations et assonances


    Reflet

    Pluie fine flaque duplique
    La ville reflet graphique
    D’une fresque catholique

    La larme lamentation
    Lourde lacération
    La ligne de l’horizon

    Sépare les serments
    Des sourdes sincérités
    Simulations reflets


    critiques bienvenues :d !
     
  11. madmoizelleelsa

    madmoizelleelsa
    Expand Collapse
    Guest

    Salut tout le monde !

    Tout d'abord, un gros MERCI pour tous vos compliments qui font vraiment plaisir :d

    @Mac.Aaron, la vérité c'est que je ne connaissais pas ce mot non plus avant de le trouver dans un dictionnaire de synonymes en ligne : je le trouvais original, alors je l'ai intégré à mon texte, voilà tout !
    Les allitérations donnent à ton texte une grande fluidité, j'aime bien ! Et la fin, imagée, mystérieuse et poétique est plutôt réussie.

    @sren C'est vrai que j'aurais du mettre " il s'en fiche ", je n'y ai pas pensé sur le coup :dunno: Alors, pour la perruche et le démon, j'explique : il n'y rien à expliquer ! :rire: La première phrase qui m'est venue à l'esprit était " Quand la perruche rit, le carnage est joli." Ne me demande pas pourquoi, je ne le sais pas moi même :rire: Ensuite, les démons sont venus d'eux-mêmes, et au fur et à mesure de mon " brodage " j'ai trouvé que la première phrase du coup était décalée par rapport au reste : je l'ai modifiée. Voilà !
    Ensuite, la critique de ton texte  --> :top:
    Je l'ai trouvé intéressant.

    @MirceaAusten : J'ai vraiment AIME ton texte :jv:
    J'adore cette fluidité, ce style sans ponctuation qui m'a surprise au départ quand même, mais on s'y fait vite !
    La fable, tiens, je n'y aurais pas pensé...et c'est vrai que mon texte est un peu court, j'étais à court d'idée.

    @Shield : le texte-publié-par-toi-mais-c'est-pas-toi est bien rythmé et respecte superbement la contrainte technique, mais je n'ai pas compris la fin.. ?

    @Khalea : C'est vrai que ton texte est tout petit, mais en tout cas il est d'assez bonne qualité :)  J'ai juste "beugué" sur le verbe " flairer " : l'image de la truffe d'un chien est venue brouiller toute l'ambiance !

    @minibambi : Ton poème est bien rythmé, c'est triste aussi, mais c'est joli :)
     
  12. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    Si, si, c'est mon texte, je voulais juste dire que mon ami l'a lu et validé, désolée si j'ai pas été claire :P
    J'ai un faible pour les fins mystiques et un peu hermétiques :shifty: (et dans mes dissert, c'est presque pire :lol:.)
    Je voulais croiser l'image de la friction qui crée du feu, et de l'amour intense qui consume, qui nous fait tellement aimer l'autre qu'on en vient à oublier le reste du monde, et finalement on est deux mais paradoxalement on est aussi un peu tout seuls vu qu'on devient l'autre et qu'on se complaît dans ce qui est comme nous.

    _

    @Søren : j'ai beaucoup aimé ton texte, il est vraiment drôle! J'adore ce genre de décalage entre un récit un peu soutenu et une anecdote grotesque. Et tu as une écriture très fluide, c'était vraiment agréable à lire.
    Si je devais apporter une critique, ça serait peut-être de faire un peu attention aux adverbes en "-ment" et aux participes présents, qui peuvent être assez lourds quand on en met plusieurs côte à côte.

    madmoizelleelsa : Ton texte était drôle aussi, sur le mode de l'absurde cette fois, mais j'ai trouvé l'entrée en matière assez abrupte (quelle "désolante déclaration"? quel "maudit des Enfers"?), comme s'il était coupé.
    Sinon, une faute d'accord : "tels des Tyroliens" - il faut aussi une majuscule aux noms qui renvoient à une personne de certaine nationalité. Sinon "L'animal alors agressé, ne comprend pas leurs cris" : il manque une virgule après "animal" pour l'apposition de la proposition participiale.

    @Mac.Aaron : j'aime beaucoup le passage de l'image aquatique à celle de l'écriture. Et j'aime aussi l'allitération en /k/ autour du verbe "craquer" :P
    J'adhère moins aux phrases nominales, surtout celles avec seulement un nom ou une préposition + un nom.
    Sinon, quelques fautes, outre l'accord relevé par Søren:
    "ç'eut  été" : c+e ou +i = /s/ (ceci) (alors que c+ a/o/u = /k/ : car, cours, cuir). Il n'y a donc pas besoin de cédille: "c'eut été" est la forme correcte.
    Et "il n'y a plus de raison, elle l'a abandonnée"(puisque le COD est avant le verbe).

    @Khalea : pourtant tu te débrouilles bien ! ça donne envie d'en lire plus :P :winky:
    J'aime bien justement ce "flaire mon odeur", ça fait assez primitif, mais comme l'aube "écarlate", et le souffle. Je trouve que ça contribue assez à l'érotisme de ton texte.
    Sinon, je ne suis pas sûre que ça fonctionne niveau construction, "relaxé de quelque chose", je pense qu'il faudrait le tourner autrement.

    @minibambi : j'aime bien les images urbaines/mélancoliques! Et c'est une bonne idée d'écrire un poème.
    Par contre, je bloque un peu sur l'aspect phonétique de ton texte. Ce qui me gêne, ce sont les "e" en milieu de vers, devant les consonnes (parce que du coup, vu que tu écris en vers et non en prose, ils sont censés se prononcer). Quand je lis à haute voix, ça donne : "plui-euh fin-euh fla-queuh duplique", c'est pas très élégant.
    Après, je n'aime pas trop les rimes en -ique et en -ion à l'oreille (du coup je trouve qu'elles passent mieux dans des textes humoristiques).
    Sinon, pourquoi ne pas faire rimer tout ton dernier tercet ("serments")?
     
Chargement...