Ces petits éléments qui marquent une enfance à la campagne

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 27 mars 2014.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Shadoow

    Shadoow
    Expand Collapse
    [url=http://http://www.youtube.com/watch?v=4besUaZWHDc]www.youtube.com/watch?v=4besUaZWHDc[/url]

    Ahhhh les pneus dans la cour de récré. Encore maintenant je crois que ça pourrait m'amuser !
    Dans le Beaujolais on n'est pas en reste concernant les clichés de la campagne ;)
     
  3. Ma_thilde

    Ma_thilde
    Expand Collapse
    Keep Calm and Love On. 

    Aaaaah les poupées de mais !!! :tears: Que de souvenirs !

    Et aussi jouer a la marchande avec des fruits ou des légumes, qui peuvent pas être mangés.

    Faire des tours de vélo (infiniment).

    ....
     
  4. Glouns

    Glouns
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    Quoi y a qu'à la campagne qu'on avait des pneus dans la cour de l'école?

    J'ai grandi à la campagne où j'ai vécu jusqu'à mes 24 ans. Je peux vous dire que ça me manque souvent.

    Le truc qui me perturbe vraiment c'est ne plus devoir dire bonjour aux passants. J'ai un espèce de traumatisme d'enfance, dans mon village je devais dire bonjour à  toute personne plus âgée que moi que je croisais, et gare à moi si untel disait à mes parents que je ne lui avait pas dit bonjour! Aujourd'hui j'habite en ville et j'hésite encore parfois à dire bonjour aux gens que je croise.

    Sinon, en tant que campagnarde j'ai eu un peu de mal à m'habituer à utiliser les transports en commun (genre "où c'est qu'on met le ticket dans le bus?"), je ne dors jamais mieux que dans le noir et le silence les plus complets, j'aime les dimanche à glandouiller au soleil sur la terrasse et pareil que SPP, je suis habituée à voir des chats vagabonder de jardin en jardin (et à tout tenter pour rentrer chez nous!).

    Je sais que ce ne serait pas bon pour moi de vivre à la campagne aujourd'hui (difficulté à avoir une vie sociale, à trouver des activités, tout ça tout ça) mais j'apprécie d'autant plus de rentrer dans mon village depuis que je suis citadine forcée!
     
    adita a BigUpé ce message
  5. Sugart

    Sugart
    Expand Collapse
    The boobs are real, the smile is fake.

    Une fois, je me suis étalée de tout mon long dans un gros buisson d'orties que mes parents n'avaient pas eu le temps de couper en tombant. C'était super. J'ai fait pareil dans un rosier, aussi :cretin:

    Sinon, la magie de la campagne, c'est aussi aller à l'arrêt du car nous emmenant au collège et au lycée le matin, l'hiver, dans le noir parce que la commune ne voulait pas installer de lampadaires sur la route qui menait à chez moi (ils ont fini par en mettre l'année où je suis partie de mon patelin pour les études...).
    Mais aussi, s'allonger au milieu de la route en été, activité sans risque vu qu'il n'y a pratiquement aucune voiture qui passe. Passer à travers les champs à pieds parce que c'est plus court que de passer par la route (protip : à éviter quand le champ en question est un champ de tournesol, presque aussi agréable que les orties <3). Faire des promenades sur un chemin surplombant la campagne et admirer la vue. Faire des cache-cache en rampant dans les blés. Rester de longues heures entre copains assis sur la berge, les pieds dans l'eau de la rivière. Aller à l'aventure dans un moulin abandonné en haut d'une colline et redescendre en se laissant rouler le long de la pente.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Plus j'y pense et plus je veux que mes enfants soient élevés comme moi, à la campagne, je trouve ça quand même plus rigolo que la ville. Même si on râle à l'adolescence parce qu'on est loin de tout, quand on prend du recul, on se rend compte qu'au final, c'est vraiment le top. Sauf pour le shopping, mais maintenant, y'a Internet.
     
    soph63, Ignis Aurae et Lunafey ont BigUpé ce message.
  6. Lune Bleue

    Lune Bleue
    Expand Collapse
    Pcchhhhhhhhhhhhh

    Je ne vis pas vraiment en ville, mais pas vraiment à la campagne non plus... en banlieue en fait. Mais petite, j'avais un grand jardin et une rivière (enfin, un gros ruisseau ^^) à deux pas de chez moi. Mais si je n'ai pas connu les pneus dans la cour de récré, j'ai connu le coup des copains de vacances à qui on essaie d'expliquer où on vit, sans succès. Je vous refais le dialogue:
    Copine de vacances: J'habite en Bretagne, et toi?
    Moi, six ans, aucune notion de géographie: A Va**** (nom de mon village que personne connait)
    Copine de vacances: euh... c'est où? Genre, plutôt au sud de la France, au nord?
    Moi: euuuh... ben c'est à Va**** quoi...

    Je savais que j'habitais près de Lyon, mais l'idée que Lyon était plus connu que Va**** ne m'a pas traversé l'esprit. Quand à savoir si je vivais au sud ou au nord, euh...
    Cette anecdote aura donc au moins eu le mérite de m'apprendre ça ^^

    Et puis j'adorais aussi passer à côté d'un champ et cueillir quelque chose au passage (moi, c'était pas du maïs mais des grains de blé en général, j'adorais les grains de blé crus)

    @Glouns Oui ça fait bizarre les transports en commun en ville! Moi la première fois que j'ai pris le métro j'étais petite, c'était pour rendre visite à mes cousines en banlieue parisienne. Donc je monte dedans, il y a quelques places libres, et je m’assois à côté d'une dame en lui disant: Bonjour! avec un grand sourire. Elle a eu l'air assez surprise... Ma mère, qui était avec moi, m'a expliqué que ça se faisait pas trop, habituellement. Moi, j'ai trouvé ça nul et quand j'ai demandé pourquoi, elle n'a pas su quoi répondre...

    @Sugart oui la joie des chutes dans les buissons d'orties! Et mon petit frère, qui avait la technique pour attraper une feuille sans se piquer (c'est les bords de la feuille qui piquent, pas le dessous ni le dessus), me menaçait parfois avec ça pour jouer quand je l'embêtais :cretin:
    Oh et puis je me souviens aussi que j'avais été choquée, une fois, quand mes cousines parisiennes étaient venues chez moi, d'apprendre qu'elles n'avaient jamais vu d'orties :yawn:
     
    #6 Lune Bleue, 27 mars 2014
    Dernière édition: 27 mars 2014
  7. fofy63

    fofy63
    Expand Collapse

    Moi, je donnerais n'importe quoi pour retourner dans mon Auvergne adorée... si seulement y'avait du taf...
    Fière d'être une campagnarde!
     
    soph63 et Lilodo ont BigUpé.
  8. nathanalie16

    nathanalie16
    Expand Collapse

    Dans ma cour d'école, y'avait pas de pneus, mais y avait des orties, alors on jouait à se battre avec les orties. J'ai souvent perdu...:halp:
     
  9. Modesta.

    Modesta.
    Expand Collapse
    Non, pas maintenant.

    J'ai beaucoup aimé l'article :).

    J'ai haï la terre sur laquelle j'ai grandi pendant mon adolescence. Je détestais profondément la Picardie avec sa pluie, son ciel qui semble être à 4m du sol tant il est chargé, les rafales de vent, l'accent (on ne parle pas assez de l'accent Picard), l'odeur de l'usine à betterave... Mais il y a deux choses qui ont toujours trouvé grâce à mes yeux : la forêt et les cathédrales.

    Petite j'aimais assez. Je ne savais pas qu'il y avait tant d'écoles où on pouvait jouer avec les pneus ! Pour ma part je me rappellerai toujours des choses suivantes :

    - entendre les chiens qui aboient le soir.
    - les rassemblements de chasseur sur la place du village.
    - la GROSSE TEUF quand c'était la fête au village.
    - marcher dans les bouses.
    - les orties (forcément) et les mûres que je mangeais à en être écoeurée. D'ailleurs ces fruits poussent sur des buissons de Satan entre les épines et les énormes araignées qui s'y cachaient.
    - le bruit des tondeuses les premiers jours de beau temps et l'odeur d'herbe coupée partout dans le village, mon odeur préférée à tout jamais.
    - jouer avec les moutons ou les vaches, les poules...
    - l'ennui.
    - la similarité des fringues dans la cour du collège. Forcément, puisqu'on s'habillait tous dans les mêmes boutiques de la petite ville la plus proche.
    - le Brrrrrmmmmbrbrbrbbmmmmmmouuuuuuummmmmmouuuuuuummmmmm des mobylettes des kékés du village qui s'amusaient à faire le tour de la place ou du pâté de maison tout l'après-midis.
    - les énormes bouquets de fleurs que je ramenais de mes ballades au printemps.
    - l'arrivée au lycée où se retrouvaient tous les ados issus de tous les petits villages du coin et donc la découverte de bleds dont je n'avais jamais soupçonné l'existence.
    - les problèmes de réseau (en 2003 ça servait assez rarement d'avoir un portable en Picardie. En 2014 on peut s'en servir un peu plus souvent mais toujours pas partout).
    - les potées improbables que j'inventais avec ce que je trouvais dans le jardin/forêt/pré quand je jouais à faire la cuisine.
    - et vraiment, la forêt, elle me manque tellement. La voir changer toute l'année, y aller pour cueillir des champignons, des fleurs, espérer voir des animaux, m'y perdre...
    - la consécration à l'obtention du permis de conduire car ça voulait dire qu'enfin on allait pouvoir rendre visite aux potes sans avoir à demander aux parents de jouer au taxi.


    Je vais pas continuer la liste sinon je n'arrêterais jamais. J'ai toujours voulu vivre en ville, le silence le soir me déprimait et puis j'ai toujours été frustrée de ne pas avoir d'endroits où sortir en bas de chez moi, de ne rien avoir à regarder d'autre que les poules depuis ma fenêtre. Et franchement j'en profite, j'adore la vie en ville. Mais la cambrousse c'était bien aussi, je me sens de plus en plus nostalgique avec le temps.
     
    adita a BigUpé ce message
  10. helline

    helline
    Expand Collapse
    Cyan-Tiff-Hic

    En Mayenne aussi on a des pneus à l'école, je me rappelle que mon premier bisou de mon amoureux c'était dedans d'ailleurs ^^
     
  11. Yehudi

    Yehudi
    Expand Collapse

    "Jamais je ne surestimerai ta douleur" : sous-estimerai plutôt, non ?
     
  12. Freyga

    Freyga
    Expand Collapse
    DREAM ONNNNNNNN !

    Les pneus de voitures et tracteurs je l'ai avait oublié. Moi je viens de la campagnes Tarn & Garonnaise et nous aussi dans mon école primaire on s'amusait avec.

    Et les chats partout ... Surtout chez moi, j'en avais plus de 25 (enfin ça avait tendance à fluctuer). A l'école j'étais principalement perçu comme "la fille timide un peu bizarre qui a pleins de chat"... je leur donnais des nom de légumes
    :chaton:
     
Chargement...