Club de lecture du mois d'Octobre: Japon

Sujet dans 'Forum Littérature / BD / Manga / Comics' lancé par Antonina V., le 1 octobre 2011.

  1. Antonina V.

    Antonina V.
    Expand Collapse
    I won't take the easy road

    Pour ce mois-ci, nous avons décidé de vous proposer un petit (ou grand!) tour en Orient, plus précisément au Japon. Afin de pouvoir confronter notre regard d'Occidentaux, l'imaginaire (peut-être faussé) que l'on se fait de ce pays à l'autre bout du monde, avec celui des auteurs qui y vivent: nous avons choisi une liste de romans dont les auteurs sont Japonais, plutôt représentatifs de la littérature contemporaine nippone.
    (Je le confesse, cette phrase est un peu alambiquée :erf:)

    En bref, formule découverte japonaise pour ce mois d'Orctobre ;)

    Les belles endormies de Yasunari Kawabata

    [​IMG][​IMG]

    Dans quel monde entrait le vieil Eguchi lorsqu'il franchissait le seuil des Belles Endormies ?
    Ce roman, publié en 1961, décrit la quête des vieillards en mal de plaisirs. Dans une mystérieuse demeure, ils viennent passer une nuit aux côtés d'adolescentes endormies sous l'effet de puissants narcotiques.
    Pour Eguchi, ces nuits passées dans la chambre des voluptés lui permettront de se ressouvenir des femmes de son passé, et de se plonger dans de longues méditations. Pour atteindre, qui sait ? au seuil de la mort, à la douceur de l'enfance et au pardon de ses fautes.


    La jeune fille suppliciée sur une étagère de Akira Yoshimura

    [​IMG][​IMG]

    Elle a seize ans, elle vient de mourir. Allongée sur un tatami, elle voit deux hommes arriver et offrir de l'argent à ses parents. Par-delà la mort, elle observe alors ce qu'il advient de son corps vendu à la science.Eichi et Sone se retrouvent par hasard. Voisins dans l'enfance, ils vivaient près d'un cimetière ouvert à tout vent, un fantastique terrain de jeux où ils faisaient parfois de terrifiantes découvertes. Mais Sone a déménagé à la mort de son père et personne n'a su ce qu'il était devenuDeux magnifiques récits à travers lesquels Yoshimura fait preuve d'une remarquable modernité d'écriture. Pour aborder le thème de la mort sans jamais se laisser gagner par le sinistre ou le morbide, il atteint une pureté de style dont la sonorité cristalline fait écho à l'étrangeté de son univers.


    La ballade de l'impossible de Haruki Murakami

    [​IMG][​IMG][​IMG]

    Oeuvre d'une ampleur exceptionnelle, placée sous le parrainage de Salinger et Fitzgerald, La Ballade de l'impossible est le livre qui a révélé Haruki Murakami. Un superbe roman d'apprentissage aux résonances autobiographiques, dans lequel l'auteur fait preuve d'une tendresse, d'un charme poétique et d'une intensité érotique saisissants.Au cours d'un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : «Norwegian Wood». Instantanément, il replonge dans le souvenir d'un amour vieux de dix-huit ans.Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s'est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux.Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l'aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaîtExtrait du livre :Quand je parle d'autrefois, il s'agit tout au plus d'il y a vingt ans et, à l'époque, je vivais dans un foyer d'étudiants. J'avais dix-huit ans et je venais tout juste d'entrer à l'université. Je ne connaissais rien de Tôkyô et, comme c'était la première fois que j'allais vivre seul, mes parents, inquiets, m'avaient trouvé ce foyer. On y servait les repas, et il était pourvu de divers équipements, aussi le jeune homme de dix-huit ans inexpérimenté que j'étais pouvait-il se débrouiller. Bien sûr, il y avait aussi le côté financier. Le foyer revenait bien moins cher que si j'avais vécu seul. Un matelas et une lampe de chevet suffisaient, il n'y avait rien d'autre à acheter. Si j'avais pu, j'aurais préféré louer un appartement et vivre seul comme bon m'aurait semblé, mais, vu les frais d'inscription et de scolarité de cette université privée et ce qu'il fallait par mois pour vivre, je n'avais pas le droit de m'entêter.



    Et parce que vous en demandez toujours plus, deux autres romans à découvrir si le coeur vous en dit:
    Kyoto, encore de Yasunari Kawabata
    Ma vie de Geisha, de Rande Brown et Mineko Iwasaki

    Enjoy :)
     
  2. lilydouce

    lilydouce
    Expand Collapse
    Chargement en cours

    Youpi!!!!D'abord parce que je n'ai plus rien à lire depuis quelques jours et que chez moi c'est impossible!Et ensuite parce que le thème m'inspire bien!

    Je file surfer sur internet pour les trouver à pas cher!
     
  3. ayla-ann

    ayla-ann
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    ça me tente bien tout ça :)
     
  4. celeste-san-2

    celeste-san-2
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres Guest



    Désolé , j'avoue qu'on a été un peu débordées par l'ampleur de la tâche ce mois-ci .... la Littérature Japonaise est tellement dense .
    Mais on va surement inclure Mishima tôt ou tard .... d'ailleurs tu viens de me donner une idée de thématique pour un futur mois ou Mishima collerait parfaitement , celui de l'homosexualité


    Mais si tu as un livre de Mishima qui te tiens à coeur, n'hésite pas en le mettre en avant sur ce topic , il pourrait en intéresser certaines ^-^
     
  5. Dyingsong

    Dyingsong
    Expand Collapse
    I solemnly swear that I am up to no good.

    Aaaaah Haruki Murakami, ça fait longtemps que je veux commencer à le lire, le club sera une bonne excuse :happy: (c'est pas comme si j'avais déjà 40 livres qui m'attendent pour être lu, et non je ne suis pas une acheteuse compulsive de livres....). Par contre j'espère avoir le temps, parce qu'avec les cours + les livres que je dois lire pour la fac, ça devient de plus en plus difficile de lire mes livres à moi :sad:
    En tout cas, encore un très bon thème :top: je n'ai jamais eu l'occasion de me mettre à la littérature japonais.
     
  6. Chaaw

    Chaaw
    Expand Collapse
    Guest

    Tu sais que les livres sont au même prix partout (neufs en tout cas) ? La réduction maximum que tu pourras avoir sera de 5%. Donc vaut mieux aller les acheter en librairie :)

    Sinon le thème me tente bien, si j'ai le temps j'essaierai d'en lire un ou deux :)
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest


    Confession d'un masque ! Au delà des questions de l'homosexualité on voit aussi un beau schéma des réactions pendant la guerre, les moeurs concernant les relations, dans un regard contemporain.

    Et puis ce livre est juste magique de toute façon !

    Mais sinon de Mishima y'a aussi des nouvelles, sympathiques, dans le recueil "Une matinée d'amour pur".

    Bon, je sais pas si c'est vraiment représentatif du Japon tout ça, mais ça reste intéressant hihi.

    Bon sinon j'vais essayer de lire un des bouquins proposé, ce mois-ci (parce que justement, je viens de finir Confession d'un masque" et j'ai envie de continuer dans ma lancée niveau littérature asiatique!)
     
  8. Yellow

    Yellow
    Expand Collapse

    Ma vie de Geisha et La ballade de l'impossible me donnent carrément envie ! Si je les trouve à ma bibliothèque, je vous rejoindrai :)
     
  9. chompi

    chompi
    Expand Collapse
    Soleil de mes nuits, feu de mes reins...

    Je suis un peu à la bourre moi, je suis seulement entrain de finir le club de lecture de Septembre :lol:

    Je commande ces livres ce soir et je vous rejoins !
     
  10. Reiko.

    Reiko.
    Expand Collapse
    Emplumée

    Super coïncidence, je viens d'acheter La Ballade de l'Impossible :joy: (445 pages en Poche)
     
  11. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Aaah la littérature japonaise! :d

    Je m'y suis un peu frottée il y a quelques temps, et à l'exception de quelques ouvrages, tous les livres que j'ai lus m'ont semblé... innaccessibles, comme s'il me manquait une clé pour les comprendre. Le style est assez épuré et les fins me paraissent souvent enigmatiques, comme en suspens... (je pense notamment à Kawabata Yasunari, ou Ogawa Yoko). En fait, je ne peux pas m'empêcher de faire le parallèle avec ces peintures à l'encre de chine sur papier de riz : le geste du pinceau est complexe, mais le trait est parfait dans sa simplicité et l'ensemble des creux et des pleins donne une sensation d'équilibre. Je pense que ces auteurs sont des sortes d'esthètes, il dépeignent un monde invisible dans lequel nous évoluons, avec leurs mots. C'est beau, mais personnellement ça ne me "nourrit" pas.

    En définitive, les deux auteurs que je retiens sont les deux Murakami (Ryû et Haruki). Ils sont plus modernes, on sent dans leur façon d'écrire une influence occidentale, sans pour autant renier leur propre culture. J'ai lu La Ballade de L'Impossible, que j'ai adoré, et de Murakami Ryû je voudrais recommander Les Bébés de la consigne automatique sur des enfants abandonnés dans une consigne automatique et qui sont élevés comme des frères. En grandissant ils prennent des trajectoires très différentes mais sont rongés par les mêmes traumatismes. , Love and Pop, sur des adolescentes japonaises qui s'affichent avec des hommes pour gagner de l'argent et se payer des fringues et du maquillage, et 1969, qui tranche complètement avec le style habituel de l'auteur plutôt sombre et pessimiste. Ici il est question de son adolescence en 1969, bercée par les idées et les chansons révolutionnaires importées d'occident.

    Concernant la sélection, j'ai donc déjà lu La Balade de l'Impossible, et Kyoto, mais ça fait déjà un moment donc je ne les ai plus trop en tête.
    Sinon, La jeune fille suppliciée sur une étagère me tente bien!
     
  12. lilydouce

    lilydouce
    Expand Collapse
    Chargement en cours

    Ne t'en fais pas!Je les achètes d'occasion!Là par exemple, 3 bouquins + 1 BD en lien avec le thème 17?(en comptant les frais de port)! :joy: Faut juste être très patient!
     
Chargement...