Question (pas si) con différence entre transgenre et transsexuelle

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Nbaelo, le 23 octobre 2015.

  1. Nbaelo

    Nbaelo
    Expand Collapse

    Bonsoir. :hello:

    Je me demandais : Quelle est la différence entre une personne transgenre et une personne transsexuelle ?

    Merci :top:
     
    Lis a BigUpé ce message
  2. Nbaelo

    Nbaelo
    Expand Collapse

    Merci pour cette explication :)
     
  3. Morpheme

    Morpheme
    Expand Collapse

    J'ai toujours cru comprendre que transsexuel désignait une personne ayant subit une réassignation chirurgicale (parce que ca réfère au sexe, pas au genre) ? Du coup c'est en rien approprié pour désigner une personne transgenre parce qu'évidement toutes les personnes trans ne passent pas par là. Pis de toute manière ca se fait vraiment pas de désigner quelqu'un.e par ce qu'iel a entre les jambes ou pas, on n'en sait rien et ce n'est pas nos affaires, donc y'a pas de raison d'utiliser ce mot (très dérogatoire et arriéré, donc).
     
    Lunafey, Lis et Lafastod ont BigUpé ce message.
  4. Nbaelo

    Nbaelo
    Expand Collapse

    D'accord, merci pour vos réponses ^^
     
  5. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    Je dirais que les 2 termes ne recouvrent pas tout à fait la même réalité. Je vais essayer d'être le plus complet possible - et le plus neutre.

    Le terme "transgenre" désigne en principe toute personne qui se sent d'un genre différent de celui qui lui a été assigné à la naissance. Lorsque l'on naît en effet, on nous assigne un genre, qui est écrit sur notre carte d'identité, et qui conditionne la manière dont on nous perçoit. Une personne assignée fille à la naissance sera perçue comme une fille, avec toutes les conséquences que ça peut avoir - certains environnements sont très souples sur les normes imposées au genre, d'autres beaucoup moins. En principe donc, si on se sent d'un genre différent de celui qui nous a été assigné, ce qui peut être l'autre genre binaire (assignée homme qui se sent femme, assigné femme qui se sent homme), ou alors un genre non-binaire (genre neutre, genre fluide, bi-genre...), alors cela suffit à faire de nous une personne transgenre. En pratique, toutes les personnes qui se sentent d'un genre non-binaire ne se revendiquent pas transgenres, souvent parce que le genre dont elle se sentent n'est pas très éloigné sur le spectre du genre "assigné". Par exemple, par mal de personnes qui sont assignées filles à la naissance et qui se sentent demi-girl (qui est un des genres non-binaires), ne se revendiquent pas transgenre, car il y a assez peu d'écart.
    Je tiens à dire que le sentiment de genre ne peut pas être nié de manière logique. Si tu te sens homme alors que tu es assigné femme, alors personne ne peut te nier ce fait. Le problème tient dans l'idée qu'on se fait d'être un homme ou une femme. Si par exemple l'idée qu'on se fait de ce qu'est un homme est qu'un homme a un pénis, alors si tu te sens homme et que tu n'as pas de pénis, on te dira "tu n'es pas un homme".

    Cette représentation qu'on se fait de ce qu'est un homme ou une femme mène doucement à ma deuxième définition, celle du terme "transsexualité".
    Ce terme est plus ancien que le premier et à été forgé pour désigner les personnes qui se sentent de l'autre genre (binaire) que celui qui leur a été assigné à la naissance. Le fait que les genres binaires sont associés, dans les représentations collectives qu'on se fait de ces genres, au corps dit mâle et femelle, a conduit à considérer les personnes qui se sentaient homme ou femme alors que leur corps ne correspondait pas sexuellement à la représentation qu'on se fait de ces genres comme des personnes souffrant d'une pathologie mentale. Ces personnes ont été désignées comme "transsexuelles". La transsexualité est donc un terme de psychiatrie désignant donc une maladie selon la nomenclature des maladies psychiatriques, maladie définie dans cette nomenclature comme "le fait de se sentir du genre opposé à celui de notre corps". Le fait que homme soit associé à un certain type de corps dans la société, et femme pareil, conduit donc selon cette même nomenclature à de la dysphorie, c'est-à-dire à un sentiment persistant que notre corps devrait avoir un pénis/des seins/une vulve/pas de seins... Ce qui est logique, les personnes transgenres étant élevées dans une société où on leur inculque que tel type de corps = tel genre, vont si elles se sentent de tel genre développer facilement une dysphorie, même si en pratique toutes les personnes transgenres ne souffrent pas de dysphorie.

    Aujourd'hui, j'aurai tendance à te conseiller d'employer le terme de "transsexuel-le" uniquement pour les personnes qui se revendiquent comme telles, et d'utiliser le terme de "transgenre" si tu n'es pas sûr-e. En effet, les personnes qui se voient comme transsexuelles - et qui le sont - sont principalement les personnes qui ont/veulent faire une transition pour cause de dysphorie, c'est-à-dire que ces personnes ne "changent" pas seulement de genre par rapport à celui qu'on leur a donné à la naissance, mais changent aussi de "sexe", c'est-à-dire qu'elles reconstruisent leur corps selon l'image qu'on a dans la société de leur genre. En effet le terme de transsexuel classe les personnes trans* comme des malades mentaux, ce qui est perçu comme oppressif étant donné qu'être trans n'est pas forcément, clairement une maladie, vu

    Je terminerai en disant qu'il ne faut pas tomber dans l'écueil de "les personnes transgenres sont subversives, alors que les personnes qui font une transition/transsexuelles sont des moutons qui suivent le diktat de la société et des psychiatres", où à l'inverse "les personnes transgenres, spécialement les personnes non-binaires, sont des enquiquineurs qui veulent juste faire leurs intéressants alors que nous transsexuels nous sommes des vrais trans". Personnellement, en tant que personne à la fois transgenre et à la fois sujet à la dysphorie, j'ai tendance à ne pas me définir comme transsexuel parce que le fait que je me sentes homme, que je suis un homme, et que j'ai envie que mon corps soit plus masculin selon les standards sociaux que j'ai intégré, je ne considère pas cela comme étant une maladie. Je considère ça comme étant mon problème, quelque chose que je veux régler, mais pas comme une maladie.

    Enfin, ne pas oublier non plus que les personnes trans subissent toutes de l'oppression parce qu'ielles sont trans (pas parce qu'ielles sont des hommes/des femmes/ont fait une transition/n'en ont pas fait/ne veulent pas en faire). D'où l'utilité du terme-parapluie "trans", même si après il faut réussir à faire la distinction entre ce qui concerne certaines personnes trans et pas d'autres selon d'autres critères - je vous renvoie au cours sur l'intersectionnalité, l'inclusivité et le croisement des oppressions :P).
     
  6. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse
    It's my party, and I cry if I want to.

    J'aimerais profiter de cette question pour vous faire part de ce qu'on m'a dit, dans le cadre de mes études, et peut être obtenir des précisions de la part de madz plus aux faits... ?

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  7. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @CaraNougat J'ai dit "transsexualité" mais il est vrai que le vrai nom psychiatrique est "transsexualisme" ou "syndrome de Benjamin", du nom de celui qui l'a identifié en tant que problème psychiatrique.

    Selon la loi française en effet, on ne peut changer son état-civil uniquement si on est "transsexuel-le" selon la définition médicale de transsexuel-le, c'est-à-dire personne qui se sent homme alors qu'il a un "corps de femme", ou inversement, ET qui veut faire "correspondre" son genre à son corps. Corollaire : seules les personnes ayant fait une transition/réassignation sexuelle peuvent demander leur changement d'Etat-civil, puisque on est vraiment une femme/un homme selon la loi que si notre corps correspond à l'image que la société s'en fait.

    Ainsi la loi est essentialiste, vu qu'elle base l'identité homme/femme sur le corps plutôt que sur le discours de la personne tient sur elle-même. Le problème est que des personnes transgenre n'ont pas forcément la volonté ou la possibilité de faire une réassignation sexuelle, pour plusieurs raisons (qui peuvent se recouper) :

    -ces personnes se sentent effectivement du genre opposé à celui assigné à la naissance, mais n'ont aucune volonté de changer leur corps qu'ielles considèrent comme leur convenant très bien
    -ces personnes ne peuvent pas pour des raisons financières effectuer une transition, ou alors ça serait beaucoup trop long et leur apparence resterait mêlée trop longtemps, les exposant à la discrimination à l'embauche (par exemple, si on est un homme transgenre et qu'on commence à prendre de la testostérone, il faut assez rapidement avoir fait/faire une mastectomie, car sinon, tu as des seins ET une barbe, et je te laisse imaginer les problèmes de transphobie auxquels tu peux faire face).
    -ces personnes ne veulent pas procéder à une chirurgie génitale qui entraînerait leur infertilité (oui apparemment le désir d'enfant des trans, l'Etat s'en carre le fion).
    -ces personnes n'ont pas été considérées comme étant trans par les psychiatres qu'ielles peuvent avoir vu, soit parce que le psychiatre est un con (ça arrive, rarement mais ça arrive), soit parce qu'ielles sont handicapés mentaux (et donc pas assez intelligent-e-s pour savoir) ou souffrent d'autres maladies psychiatriques sur le dos desquelles on met leur transidentité.
    -ces personnes ont une condition médicale qui les empêche de transitionner (par exemple le problème de certains produits pour la transition female to male qui favorisent les cancers des ovaires)

    Même si on n'est uniquement dans le cas en gras, pour moi, l'identité de genre est une construction sociale, il me semble donc complètement légitime de pouvoir changer son Etat-civil même sans transitionner, même sans vouloir transitionner.... tout simplement parce que dans l'absolu, ce M ou F ne change rien de crucial pour t'identifier, ou du point de vue de la loi... enfin, devrait.
     
  8. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse
    It's my party, and I cry if I want to.

    @AngelTen Richard II : Merci de m'avoir répondu :)

    En fait, en plus du choix des termes, c'est surtout la liaison avec les chromosomes qui m'a surprise. Je suis à peu près au courant des conditions du changement d'état civil et de problèmes et nuances que ça peut soulever dans ma situations des personnes transgenres (enfin, mes connaissances sur ce point se limitent à ce que "Assignée garçon" publie ). Mais c'est justement faire sortir cette situation du ressenti pour le justifier par des spécificités physiques identifiées qui m'avait interpellé dans le discours de l'enseignante.

    Du coup je me demandais si l'information était à prendre comme fair pour toutes les personnes se déclarant transgenres, si ça concernait une catégorie spécifique de personnes (j'ai vu qu'il y avait beaucoup de termes liés à la question du genre), voire si ce critère n'est pas reconnu par les concernés.
     
  9. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    l'histoire des chromosomes me semblent complètement étrange en fait. Ca peut être pertinent dans le cas des personnes intersexes de parler de chromosomes, mais sinon, je vois pas quel est le fuck en fait ?
     
    AprilMayJune, Adios Badmoizelle et CaraNougat ont BigUpé ce message.
  10. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse
    It's my party, and I cry if I want to.

    @AngelTen Richard II : J'ai aussi trouvé ça très bizarre justement, mais ce n'était pas simple de soulever ce point (il y avait une sorte de débat en cours). Du coup, je me demandais si j'étais inculte ou si ses propos étaient vraiment étranges.
     
Chargement...