Exercices de confiance en soi

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par Feudartifice, le 7 novembre 2016.

  1. Feudartifice

    Feudartifice
    Expand Collapse

    Salut les girlz

    Au passage je vous conseille la chaine de "Salut les girls" une super youtubeuse qui tourne en dérision le monde de youtube

    bref, fin du HS
    à toute les filles qui ont déjà été suivies par un psy ou un coach, bref quelqu'un pour les aider à avoir plus confiance en elles ou qui ont juste lu des livres et appliqué à ce sujet BIENVENUE

    Je vous propose de partager vos exercices de confiance en soi
    tout le monde nous dit que cette confiance n'est pas inée
    très bien, alors dites moi un peu comment on la travaille concrètement ?

    Merci
     
    Mindala Jinka et Eugenye ont BigUpé.
  2. Feudartifice

    Feudartifice
    Expand Collapse

    Personne ?

    Bon ben j'inaugure alors.
    Souffrant de phobie sociale, il m'est très difficile de sortir seule, prendre les transports etc... sans ressentir d'angoisse intérieure.
    Je déteste qu'on me regarde et élabore toutes sortes de stratagèmes pour être la moins vue possible.

    Aujourd'hui, j'ai senti qu'il y avait quelque chose qui évoluait en moi, ce qui m'a fait énormément plaisir.
    J'ai commencé à expérimenter le "JMENFOUSDETARACE"
    ça consiste en quoi le "JMENFOUSDETARACE" copyright ?
    C'est en avoir rien à faire du regard des autres, ne pas se prendre la tête si quelqu'un te regarde avec un sourire en coin du genre je me foutrais bien de ta gueule parce que...t'es moche - parce que t'as les cheveux bleus - parce que tu porte des chaussures ultra moches et déchirées - parce que t'as dépassé ton rouge à lèvres etc etc ça se décline à l'infini

    Et croyez-moi, c'est pas facile.
    J'ai un peu réussi aujourd'hui parce que j'étais accompagnée durant ma sortie
    mais j'ai pas pu m'empêcher de surveiller si les gens autour de moi dans le métro me regardaient ou pas ?
    et quand ils me regardaient me poser 10001 questions en me demandant si elles sont pas en train de se foutre de ma gueule
    ensuite j'ai essayé d'analyser la situation avec distance en me mettant en tête que meme si ces personnes se foutent de ma gueule en face de moi ou derrière mon dos, je DOIS m'en foutre parce que concrètement ça va rien changer à ma vie, ça va pas me faire gagner plus d'argent, ça va pas me rendre plus belle etc etc
    et ça ne sert strictement à rien de me rendre malade pour ça parce que c'est plus ou moins inévitable puisqu'on vit dans un monde de cons alors faut faire avec
    et j'essaye de développer le sentiment que je vaux 10000 fois que ces personnes qui se foutent gratuitement de la gueule des autres.

    C'est pas facile mais je sens que ça peut marcher
     
    Lanfear, Mindala Jinka et Eugenye ont BigUpé ce message.
  3. Feudartifice

    Feudartifice
    Expand Collapse

    Je vous fais un petit mix de ce que j'ai pu trouver sur le net en plus léger :)

    1. Pour bénéficier des bons remèdes, il faut poser le bon diagnostic.
    Le manque de confiance en soi peut provenir de 3 causes distinctes qu'on peut schématiser en une pyramide en trois parties.
    1. Le socle, c'est l'estime de soi ==> autrement dit l'estimation de notre propre valeur par nous même
    2. La partie intermédiaire, c'est la confiance en soi ==> autrement dit mes compétences personnelles
    3. La partie supérieure, c'est l'affirmation de soi ==> autrement dit mes compétences relationnelles
    Ce qui fait qu'on peut:
    • être sûr de soi dans ses relations interpersonnelles et souffrir d'une faible estime de soi
    • s'estimer et n'avoir qu'une confiance limitée dans ses talents

    Donc dans ce cas là:
    Apprendre à se faire confiance, ça signifie développer la confiance dans ses compétences, ses talents
    ça passe par changer le regard qu'on pose sur ses actions et ses capacités
    Le travail doit se faire au niveau des cognitions dans un premier temps, ça consiste à modifier le regard sur soi, sur ses émotions.

    Voici 4 façons de procéder pour augmenter sa confiance en soi:

    Accroître son expertise
    : Il est plus judicieux de renforcer ses compétences dans une discipline plutôt que de s'attaquer à ses incompétences réelles ou supposées. Le but étant d'acquérir de l'expertise dans le(s) domaine(s) où nous nous estimons qualifié et dans lesquels nous éprouvons du plaisir, car ce n'est qu'associé à une émotion positive (fierté, gaieté, légèreté d'esprit...) que le sentiment d'expertise produit de la confiance en soi et la renforce durablement, ce qui modifie notre comportement général.

    Interviewer ses proches
    : L’idée est de choisir un ami, un collègue, un membre de sa famille, et de lui expliquer que nous avons besoin de son aide pour y voir plus clair en soi. « À quel moment, dans quelles circonstances, dans quel domaine m’as-tu trouvé ou me trouves-tu compétent ? » Poser la question et noter les réponses, sans les commenter, permet non seulement de se voir de l’extérieur, de développer un sentiment de sécurité (« Je ne suis pas seul, je peux obtenir de l’aide quand j’en ai besoin »), mais également de découvrir des talents et des compétences singulières dont nous ne soupçonnions pas l’existence ou que nous considérions comme « normales ».

    Lister ses actes:
    Il s’agit de prendre du recul afin de modifier son schéma cognitif de base (« Je ne me sens pas capable de… »). Pour cela, commençons par lister, sur une feuille, tous les actes de la journée au cours desquels nous nous sommes senti défaillant (couple, famille, travail), en expliquant en une phrase la cause de ce sentiment. Sur une autre feuille, même exercice, mais en version positive : quels sont les actes dans lesquels nous nous sommes senti capable et pourquoi. Dernière étape : relire plusieurs fois les deux listes, de manière à intégrer la double vision des choses. Pratiqué régulièrement, cet exercice « déglobalise » le sentiment d’incompétence, car il introduit de la nuance, des exceptions, et met en lumière certaines compétences.

    Établir des objectifs réalistes
    : Contrairement à ce que nous croyons trop souvent, le perfectionnisme n’est pas l’apanage des personnalités ambitieuses ou sûres d’elles. Il touche une grande partie d’entre nous et s’exprime plus fréquemment sur le mode du reproche (« Je ne fais pas assez bien ! ») que sur celui de l’encouragement (« Je dois faire encore mieux »). Être perfectionniste, c’est se fixer des objectifs inaccessibles ; le sentiment d’impuissance ou d’incompétence que nous en retirons contamine tous les autres domaines de notre vie. Pour sortir de ce piège, il est nécessaire de faire le tri entre objectif réalisable (mener une réunion professionnelle), momentanément irréalisable (dialoguer avec mon ado) ou durablement inaccessible (racheter ma société). En notant cette distinction par écrit, avec ou sans l’aide d’un proche. L’idéal est de justifier chaque « objectif » en précisant les moyens dont nous disposons ou dont nous pourrions disposer et les compétences sur lesquelles il est peu raisonnable de compter (gagner au Loto pour racheter ma société…

    Source: http://www.psychologies.com/Moi/Se-.../4-exercices-pour-oser-agir/4Lister-ses-actes
    avril 2011
     
Chargement...