Expérience de Milgram : 50 ans plus tard, sommes-nous toujours capables de monstruosités ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 2 mai 2017.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    Kangourou de secte.

    La soumission à l'autorité est un biais cognitif connu, rien d'étonnant donc qu'il soit universel et intemporel.

    Et à ce jour, on ne sait toujours pas comment les combattre. Même les déconstruire ne nous libère pas de leur influence.
     
    Karamelle, ElectraHeart, just_in_case et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Stupéfiant.

    Bien sûr que ça existe toujours, la soumission aveugle à l'autorité ça s'observe notamment chez les téléspectateurs qui regardent des candidats se faire humilier «mais c'est de la télé t'inquiètes ya pas de risque»

    Une petite caméra cachée et un faux homicide, des nouilles dans le slip, une agression sexuelle-mais Maître Eolas ment, tout ça c'est pas sous le joug de la loi pénale, c'est juste de la télé. La télé c'est rassurant, Hanouna est rassurant, tout le monde le connait. C'est comme ton pote populaire et leader que personne ne soupçonne de pouvoir merder.

    Et ça pourrait expliquer le détachement dont on peut faire preuve en matant du porno violent (pourquoi pas du snuff, faudra voir si ça se mêle pas entre classique et snuff), tout en sachant qu'une bonne partie des actrices se font violer-mais une grosse prod ça fait figure d'autorité, si c'est sur un site connu c'est moins grave, c'est rassurant.

    Jcrois qu'on se trompe si on pense que Milgram = soumission à l'autorité étatique.
     
    Selinde, Shadeluna, Sinistre Lombric et 8 autres ont BigUpé ce message.
  4. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    Kangourou de secte.

    Excuse-moi, mais je ne vois pas trop le rapport entre la soumission à l'autorité et l'attrait pour les émissions télé malsaines. À ce que je sache, les gens regardent de leur plein gré sans qu'une autorité (ou qu'on prend pour telle) ne le leur ordonne.
     
  5. Spill

    Spill
    Expand Collapse

    @skippy01 tout le dispositif télévisuel (la façon dont le décor est agencé, le/la présentateur/trice etc.) constitue une forme d'autorité.
     
    Souuuuu, Shadowsofthenight, Papier Bulle et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    Kangourou de secte.

    Mouais, l'analogie est un peu tirée par les cheveux.
     
  7. Kino

    Kino
    Expand Collapse

    L'expérience a en réalité été reproduite plusieurs fois, pas nécessairement à l'identique (les "voltages" étaient plus faibles par exemple) mais dans un contexte très semblable. Il y avait même eu un documentaire sur France 2 mettant en scène un faux jeu télévisé qui était simplement l'expérience de Milgram légèrement déguisée. Les cobayes ne savaient bien évidemment pas que c'était faux, par contre le public, l'animatrice et la personne qui "subissait" les "décharges" étaient dans le coup. D'ailleurs le pourcentage de personnes qui allaient jusqu'au bout était bien plus élevé (autour de 80%, alors que l'expérience originale affichait 62%). Je précise que les cobayes savaient qu'il n'y avait pas d'argent en jeu car c'était une émission pilote de "test" (juste un dédommagement de quelques dizaines d'euros), donc ce n'est pas l'appât du gain qui a poussé à aller jusqu'au bout. De cette façon, on peut admettre que le contexte de l'émission télé constitue une forme d'autorité.

    C'est un phénomène classique, on se détache de la réalité, je présume que les cobayes se disaient "si quelqu'un me dit de le faire, alors c'est leur choix", d'une certaine manière c'est réconfortant puisqu'on ne prend pas position, c'est l'autorité qui s'en charge, elle doit avoir raison. Dans leur logique, c'est plus simple d'accepter afin d'éviter les représailles, mais c'est aussi égoïste (on prend le risque de sacrifier une vie pour son bien-être, ne pas risquer d'ennuis, mais c'est pas la nôtre donc tant pis).

    Et en effet, on peut élargir ça à bien plus de choses, même des activités passives comme regarder des humiliations (pornographie, télé-réalité...) : si on voyait ça dans la rue, ça serait révoltant. Mais si la puissante télé se le permet, d'un seul coup ça passe mieux, les gens se disent que c'est justifié alors qu'au fond ça reste tout aussi horrible. Sans ce phénomène la pornographie n'aurait pas un tel succès.
     
    Selinde, Cléo., Dysnomia et 13 autres ont BigUpé ce message.
  8. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Stupéfiant.

    @Kino la zone Xtrem! :d
     
  9. TinkLady

    TinkLady
    Expand Collapse

    Que les résultats restent les mêmes ne m'étonne pas trop... on apprend sans doute de nos erreurs collectives mais fondamentalement notre psychologie/subconscient est la/le fonctionne de la même façon qu'en 1950...

    Autre expérience : personne (ou pas grand monde) ne sortirait un flingue en pleine rue pour tuer de sang-froid un ouvrier. Personne n'irait foutre le feu à sa maison. Personne, pas une personne, mais une entité, un bonne grosse multinationale, à coup de délocalisation et de licenciements sauvages... met les gens à la rue, les poussent au suicide. Pourtant derrière ces multinationales, qui laisse faire ? Qui s'apprête à voter (contraints et forcés mais tout de même...) pour la réforme par ordonnance du Code du travail et la signature du CETA ? Mais bon, la figure d'autorité a dit que c'était le seul moyen de sauver la France (et vu le deuxième tour, c'est vraiment devenu le seul moyen... et on va le faire... )
     
    Selinde, Yaladaisa, Lis et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. leyatte

    leyatte
    Expand Collapse

    C'est très interessant. Ca me rappelle l'experience de Asch, qui démontrait le conformisme au sein d'un groupe qui prenait forme d'autorité.
    JE crois d'ailleurs que c'était dans les annés 50 aussi, et il y a eu des caméras cachées recemment sur le conformisme, et ça n'a pas beaucoup changé non plus!
     
    Selinde, Yaladaisa, Babitty Lapina et 3 autres ont BigUpé ce message.
  11. Ada Lovelace

    Ada Lovelace
    Expand Collapse

    Des éléments sont quand même à préciser par rapport à cette expérience, car ils sont intéressants et très révélateurs. Déjà, les gens ne faisait pas ça simplement parce qu'on leur avait demandé à la base, il y avait un "scientifique" en blouse blanche, qui répétait, "allez-y, continuez, il le faut" de nombreuses fois (jusqu'à un, et beaucoup de personnes posaient des questions sur les risques et on leur répétait constamment de ne pas s'inquiéter. On leur annonçait participer à une expérience scientifique. Donc ici, parlent-on vraiment d'une soumission à l'autorité ou plutôt d'une confiance en des "scientifiques"? Les gens étaient constamment rassurés quand ils s'inquiétaient, et plutôt qu'une "cruauté", cela montre qu'on a tendance à se rattacher à des personnes de confiance (dans notre culture occidentale, le scientifique, le médecin, représente souvent cette personne de confiance). La plupart des gens à la fin de l'expérience étaient mal à l'aise et anxieux, même si une faible proportion a exprimé un plaisir à donner les chocs (on peut parler là de cruauté).
    Un autre élément important était que les gens ne voyaient pas la personne à qui ils administrent les chocs (ils entendaient des cris pré enregistrés), l'expérience a été reproduite avec les personnes en visu et la proportion de personne administrant des forts voltages a drastiquement chuté. Et là encore, on retrouve un élément intéressant, cela montre qu'il est plus facile de se détacher d'une situation quand on n'est pas en contact direct avec celle-ci.
     
    Poisson Rose, Wallflower, Selinde et 9 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...