Facebook expérimente sur ses utilisateurs

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lady Dylan, le 30 juin 2014.

  1. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

  2. Volver

    Volver
    Expand Collapse
    Princesse Consuela Banana Hamac

    "Méthodologiquement, l’expérience a ses limites : puisqu’elle est conduite par ordinateur, elle peut faire des contresens. Ainsi, si un statut dit « I am not happy » (« je ne suis pas heureux »), un être humain saura que c’est une phrase négative. Mais pour le logiciel utilisé, elle sera à la fois négative (« not ») et positive (« happy »)."

    (coucou je sais pas citer un article)

    L'expérience a des limites, c'est sûr, mais ce n'est certainement pas celle ci. La prise en compte de la négation est un problème qui se résoud facilement en traitement automatique des langues, et ça m'étonnerait très fortement qu'une étude d'une telle ampleur ait laissé ça de côté.
     
  3. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    Apparemment la personne qui le dit connaît le logiciel :

    "Perhaps not, says John Grohol, the founder of psychology website Psych Central. Grohol believes the study’s methods are hampered by the misuse of tools: Software better matched to analyze novels and essays, he says, is being applied toward the much shorter texts on social networks."

    (source, partie "Was the study well designed ?")​
     
  4. MelusineB

    MelusineB
    Expand Collapse
    Bouffe la vie fillette !

    "Tout se passe comme si la multiplication des discours critiques était sans effets aucun sur les comportements des utilisateurs. Comment dès lors comprendre que nous consentions aussi facilement à mener une vie sociale numérique que nous désapprouvons ?"

    (Le sociologue Dominique Cardon, qui résume très bien ma pensée.)

    Sinon il y a l'UFC Que-Choisir qui a saisit la justice récemment concernant l'utilisation des données personnelles faites par Facebook, une autre affaire à suivre...
     
  5. Volver

    Volver
    Expand Collapse
    Princesse Consuela Banana Hamac

    D'un côté, c'est un psychologue qui donne son avis sur un outil informatique, et visiblement il ne le connaissait pas avant la sortie de cet article.
    De l'autre côté, l'article ne détaille pas la méthode employée précisément.

    Quoiqu'il en soit, la négation se traite, c'est certain. S'ils ne l'ont pas fait, leur papier est pourri. Ce serait bizarre que PNAS les publie...

    Je ne sais pas quoi conclure :d
     
  6. Vekahere

    Vekahere
    Expand Collapse
    Je sers la science et c'est ma joie.

    J'allais poster sensiblement la même chose que @Volver . Du coup j'ai survolé le papier en question et :

    :hesite: Du coup je suis perplexe. Je ne connais pas ce système de "comptage", je viens de regarder vite fait, ça a l'air un peu plus complexe que "tiens y a un mot positif, je fais pas gaffe à la négation", vu que ça prend en compte pas mal plus d'aspects (pronoms etc), mais je ne sais pas à quel point ça inclue la syntaxe etc. Et si c'est que du counting pur... (en tout cas ça a l'air d'être tout-heuristique). J'aimerais bien l'avis de @Volver, si tu t'y connais en TAL du coup ? :) (ou d'autres)

       Quoiqu'il en soit, je doute qu'ils aient utilisé comme base de leur étude un outil qui serait peu fiable à ce niveau là, (enfin après, en recherche hein on sait jamais :drama::lol:)mais ça mériterait de se pencher un peu plus sur les résultats concrets et les autres refs j'imagine :hesite:. J'ai un peu la flemme là par contre :cyclope:

       Pas citer.
     
  7. MookieA

    MookieA
    Expand Collapse
    HA-HA-HOLIDAY [I]yeee :headbang:[/I]

    Je trouve cela aussi anormal qu'il fasse s'engager dans un procès pour que facebook supprime ces données, surtout celles qui ont été supprimées par les ordinateurs (mais ne le sont jamais vraiment). J'espère que la législation va évoluer. Déjà, Google reconnait un droit à l'oubli. Internet prend une place tellement importante dans nos vies, il y a besoin de certaines assurances pour la liberté de tous...

    (et Madmoizelle ? est-ce que Madmoizelle collecte des données sur ses utilisateurs ? hein ??? :ordi:)
     
  8. Sill

    Sill
    Expand Collapse
    Choubidoubidouwawa

    En fait je pense que l'ambition de cette étude n'était pas de voir si les statuts sur Facebook influençaient la vraie vie des gens mais si la nature émotionnelle des statuts influençaient la nature émotionnelle d'autres statuts. Ca ne veut pas dire que les gens qui postent les statuts en question ressentent bien l'émotion qu'ils reflètent. (Je ne sais pas si je suis très claire...) Enfin, c'est une avancée comme une autre pour la psychologie, il ne peut pas y avoir que des grandes découvertes, il en faut aussi de moins importantes et de moins signifiantes, ça permet de faire ensuite une méta-analyse et d'avoir une vue d'ensemble plus fiable. :)

    Sinon plus généralement, du point de vue éthique, il y a beaucoup d'études qui font débat. Le problème c'est qu'en prévenant les personnes, on risque de fausser les résultats, du coup l'étude perd tout son intérêt. C'est une question assez compliqué à traiter pour les psychologues!
     
  9. Azelais

    Azelais
    Expand Collapse
    Z'avez pas vu Mirza?

    "Il y  forcément une bonne raison pour lequel nous abandonnons notre droit à la vie privée, non? Mmmm oui, pour que les pubs soient plus adaptées et que vous dépensiez plus d'argent que vous n'avez pas à acheter des choses dont vous n'aviez pas besoin"

    Oui, ou alors pour que le service gratuit dont vous vous servez se paye d'une manière ou d'une autre ?

    Ça me tue de voir des gens venir en toute tranquillité hurler leur vie privée sur Facebook et ensuite s'indigner que ce soit lu, vu, entendu, enregistré par n'importe qui. Si tu veux pas que ça sorte de chez toi, tu ne vas pas t'inscrire sur le site d'une entreprise privée, qui par définition n'est pas une association ou une oeuvre de charité proposant ses services pour améliorer le bien-être commun.

    Tu bénéficies d'un service "privé", donc tu payes pour, c'est tout; et si on te demande pas de sous, bah tu te demandes comment tu payes alors et tu te renseignes, et si le concept (parce que sur FB le concept est quand même le même depuis le début même s'il y a régulièrement un élargissement des conditions) ne te plait pas, bah tu n'y vas pas et c'est tout.

    Bref, l'étude ne me choque pas plus que ça, dans la mesure où c'est justement précisé dans les conditions et où on sait à quoi s'attendre avec Facebook.... Comme c'est justement dit à certains endroits de l'article : si ça défrise quelqu'un, il ferme son compte et voilà. Ça n'effacera pas tout, mais ses informations futures resteront privées... Mais il ne faut pas s'étonner que des choses qu'on vient volontairement raconter sur une plateforme appartenant à une entreprise à but lucratif ( je crois que ça fait un petit bout de temps que tout le monde a compris que le but de FB  c'était quand même de gagner des sous) ne soient plus privées. :facepalm:

    (ce qui ne veut pas dire que je considère FB comme des anges innocents : c'est évident que la manière d'expliquer les conditions manque "légèrement" de clarté. Mais si les gens n'avaient pas aussi bien intégré le concept de l'économie de la gratuité, (et c'est ce qui me hérisse le poil) ils se poseraient aussi plus de questions au lieu d'attendre que le prochain scandale éclate pour savoir à quoi sert réellement leur compte).
     
  10. Caldra

    Caldra
    Expand Collapse
    Si tu savais...

  11. Freehug

    Freehug
    Expand Collapse
    Œil en goguette

    Les logiciels d'analyse de texte vont même bien plus loin que ça, ils sont capables en trois clics de reconnaître une phrase narrative ou argumentative, les champs lexicaux du texte classés par ordre d'importance, entre autre choses assez pointues, avec un très fort taux de fiabilité (je pense notamment à Tropes et à Lexico 3 qu'on utilise en analyse linguistique dès la L3 de lettres si la matière est au programme, et il y en a plusieurs autres). Ca m'étonnerait qu'une étude d'une telle ampleur se soit contentée de quelques lignes de code torchées au point de confondre négation et affirmation.

    Après, tout le monde le sait, si c'est gratuit, c'est toi le produit. Facebook c'est pratique pour organiser des événements, garder contact avec des amis à l'étranger, échanger des photos inoffensives et suivre l'actualité de sites qu'on aime (coucou Madmoizelle!). Forcément si on partage des trucs privés... Personnellement je détaggue toutes les photos un tant soit peu compromettantes (genre celle où tu n'as bu que deux bières, mais t'en as une à la main et un peu une sale tronche qui donne l'impression que tu as trop bu, celle où ta clope mal roulée ressemble à un joint...), et je poste jamais rien de personnel. Et mon compte n'est pas à mon vrai nom. Ca aide.
     
  12. Sill

    Sill
    Expand Collapse
    Choubidoubidouwawa

    C'est toujours intéressant de voir comment les individus s'influencent entre eux, parce que même si la base est fausse comme tu dis, l'influence, elle, est réelle. Enfin je comprends que ça ne passionne pas les foules cette étude, mais pour les chercheurs je pense que c'est intéressant. :)
     
Chargement...