Facs en anglais : modernité VS anglicisation — Le Petit Reportage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 24 mai 2013.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. DatPotato

    DatPotato
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Au début je trouvais ça bizarre parce que je me suis dis que ça changerait pas grand chose pour moi, bonjooour l'étudiante en fac de langues.
    Après, les français ne sont pas très doués en anglais, et cela est bien dommage, mais "forcer" (oui j'ai mis des guillemets) des étudiants à recevoir des cours en anglais n'est pas la meilleure façon de procéder je suppose. Si on veut s'améliorer dans quelque chose, je pense qu'on devrait le faire de notre plein gré.
    Après je suis entièrement d'accord avec le dernier témoignage, j'aimerais passer mes journées à parler anglais ou vivre en Angleterre ou aux US mais ce n'est pas pour autant que je délaisse toute ma culture française, mon amour de littérature française et toutes ces choses là. J'ai peur qu'il y ait un délaissement du français, et c'est un peu triste.
    Je ne sais vraiment pas ce que cela va donner comme réforme.
     
  3. Hawley

    Hawley
    Expand Collapse
    Retraitée sans scrupules

    Je trouve ça bien, l'anglais est sous-représenté dans les étude supérieures et apprendre le vocabulaire anglais de sa branche peut être un énorme plus pour la suite, stages, Erasmus... Mais des universités entièrement anglophones, c'est peut-être pas la solution pour autant. Quand j'avais entendu parler de cette loi je pensais que ça consistait à intégrer plus de cours entièrement en anglais dans les écoles et facs, pas à créer des universités entièrement anglophones. Ca risque de créer de grosses scissions entre ceux qui sortiront des facs francophones et ceux qui auront fait leurs études entièrement en anglais.
     
  4. Nimedhel

    Nimedhel
    Expand Collapse

    Lol. L'anglicisation à outrance... Ca me fait un peu rire, parce que beaucoup de mots anglais viennent de l'ancien français... Et sont revenus dans notre langue par l'intermédiaire de l'anglicisation, justement (challenge, car, toast, pour en citer quelques uns). Merci mon cours d'histoire de la langue française, que je suis censée être en train de revoir d'ailleurs...

    Mais sinon, je trouve que c'est une bonne chose. Ca va permettre aux jeunes diplômés de trouver plus facilement un emploi au niveau international, puis, ne nous leurrons pas, il est plus facile de vivre en connaissant l'anglais, de nos jours, surtout si on travaille (ou si on vit à Bruxelles, hahaha).

    Bref, tout ça pour dire que c'est cool :d.
     
  5. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Sur le fond je trouve ça vraiment bien de dispenser des cours en anglais, mais effectivement je ne suis pas trop d'accord avec l'idée de faire des universités entièrement anglophones. Que certains cours du cursus se fasse 100% en anglais, pourquoi pas, mais je me souviens que c'était déjà le cas dans ma fac quand j'y étais.

    Après, penser que cela va mettre à mal la culture et la langue françaises euh... Je suis pas sure quand même... Le français reste la langue maternelle donc je vois pas trop comment il pourrait disparaître :chat:

    Mais pour redresser la barre du niveau d'anglais des français (et leur manque de confiance en eux), je pense qu'il serait vraiment + utile de faire des vrais cours d'anglais dès la maternelle, âge où l'on apprend beaucoup + vite et + durablement. Et pas les mêmes formules ("My name is... Give me that... How old are you ?") pendant 5 ou 6 ans... ;)

    Après, si proposer des cours en anglais à la fac provoque un tollé (que je ne comprends pas bien, j'avoue), j'imagine que proposer des classes de maternelles bilingues sera encore pire ! (mais je reste persuadée que ce serait la meilleure manière de permettre à nos enfants de parler couramment une autre langue que le français..)
     
  6. Zuko

    Zuko
    Expand Collapse
    Joyeuse et enjouée

    Je pense qu'il est intéressant, dans un même cursus/une même université, de dispenser certains cours en Français et certains cours en Anglais - par exemple des cours qui ont un rapport avec l'international (économie, histoire, littérature, science que sais-je). C'est un plus pour les étudiants de pouvoir être entièrement immergé dans une langue pendant un ou plusieurs cours, d'interagir en Anglais... C'est comme ça qu'on apprend le mieux !

    Mais de là à créer des universités entièrement en Anglais, bof. Car ça pénaliserait ceux qui ne sont pas doués pour les langues, et comme dit, après le niveau des étudiants "en Français" risque d'être considéré comme "moins bon" par rapport au même cursus en Anglais.

    Et pourquoi pas des cours en Allemand, en Espagnol aussi ? Même si c'est la langue internationale par excellence, l'Anglais est loin d'être la seule langue utile !

    Moi qui ai suivi des études de langues puis ai étudié aux Etats-Unis, je ne peux qu'encourager des études bilingues, mais attention le mieux est l'ennemi du bien !! :)

    Edit : après avoir lu les commentaires des autres Madz, je rajouterai : effectivement c'est pas parce qu'on apprend de nouvelles langues qu'on va d'un coup mal parler le Français ! Au contraire on comprend mieux le fonctionnement du langage ! Ça ne peut être qu'avantageux.
     
    #6 Zuko, 24 mai 2013
    Dernière édition: 24 mai 2013
  7. Hawley

    Hawley
    Expand Collapse
    Retraitée sans scrupules

    @laumie Oups, merci pour la précision ! J'ai lu un peu en diagonale. Ca me rassure du coup !
     
  8. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Moi, je pense qu'étudier une langue étrangère sauf ceux qui sont en fac de langue devrait être un choix surtout dans certains domaines où franchement ce n'est pas bien utile.
    Par exemple, en droit, il y a tout un pan entier où sauf si on veut aller dans l'international ou travailler dans une multinationale, on n'a pas besoin d'apprendre une langue étrangère sauf pour sa culture perso.
    L'exemple des gender studies de Claire ne me semble pas adapter puisqu'on ne peut pas chercher sur quelque chose dont on ignore l'existence: est ce qu'il y a quelques années vous vous en doutiez que ça pouvez exister?
    Peut être à la limite une vague idée mais c'est tout .
     
  9. Vintage Phonic

    Vintage Phonic
    Expand Collapse
    I have a woman's body and a child's emotion - Lizz Taylor

    Je pense que c'est plutôt une bonne chose, même si je suis persuadée que ceux de ma promo en France ne doivent pas sauter au plafond. Mais je vais prendre un exemple tout bête, le Québec. Ils sont littéralement encerclé par l'anglais (reste du Canada + USA) et ont été annexés par l'Angleterre depuis des siècles, ils ont des possibilités de cursus en Anglais, d'autres en Français, et ils parlent toujours Français, sans aucun souci. Alors après c'est sur il faut voir sur la durée, si ça marche vraiment ou pas (je doute qu'on ait de réponses concrètes avant une dizaine d'années, le temps que ça se mette en place et qu'on en voit les effets), mais pour le moment, ça me parait un peu un faux problème *dixit celle qui envisage un bimaster histoire/anglais*
     
  10. Peroxysome

    Peroxysome
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    L'idée est excellente, je pense qu'aujourd'hui on a tous besoin de maitriser un minimum l'anglais. Je suis en première année de médecine et malgré un programme chargé, je regrette de ne pas avoir de cours d'anglais, non pas parce que ça me rapporterait des points facilement (au contraire) mais parce que ça me paraît indispensable et aussi parce que je suis en train de perdre les petites bases acquises durant le collège/lycée.

    En revanche, je pense qu'avant de vouloir des jeunes qui parlent anglais, il faudrait leur apprendre le français.
    Je ne veux pas faire de généralité, mais quand on voit le niveau de français de certains, ça fait peur !

    Et puis je pense qu'il faudrait aussi se concentrer sur le primaire. On sait très bien que les enfants ont une plus grande facilité à apprendre une langue étrangère, alors pourquoi pas en profiter en leur proposant plus d'anglais ? (sous forme de jeux, lectures, théâtre, films etc.)

    Enfin je pense que c'est, encore une fois, tout le système qui est à revoir !
     
  11. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    Disons que bon, c'est mimi tout plein, ça part d'un bon sentiment (après tout, si on était tous bilingues comme nos cousins nordiques ça ouvrirait de nouveaux horizons à un paquet de monde) mais à mon avis, le jour où il va falloir mettre la main sur des universitaires français capables de dispenser leurs cours en anglais, avec le lexique approprié et tout ça, ben... on va se marrer, tiens. Ou alors, on va importer des profs, ce qui se fait déjà énormément dans tous les diplômes de langues, il y a au minimum 50% des enseignants de départements de langues qui sont originaires d'un autre pays, non francophone.

    Le danger, ce serait aussi d'empêcher l'accès à certaines formations aux étudiants avec un niveau d'anglais insuffisant, alors que la matière étudiée n'aurait rien à voir avec l'anglais. Là, ce serait un comble.

    En tant que bilingue français/anglais, je trouve ça très pratique, mais tout le monde n'en a pas forcément besoin, et il ne faudrait pas pénaliser des gens compétents par un enseignement de l'anglais obligatoire dont ils n'ont rien à cirer et qui ne va rien leur apporter. Dans la plupart des diplômes de LSH, on peut déjà choisir une option de langue (souvent obligatoire, même), ce qui me semble bien plus malin que d'imposer des cours en anglais. Avec le système déjà existant, on peut tout à fait choisir d'apprendre une autre langue, la perfectionner, et pas besoin que ce soit l'anglais à tout prix !
     
  12. Terry

    Terry
    Expand Collapse

    J'ai franchement du mal avec la sacro-sainte exception que constituerait notre langue. J'ai l'impression que l'on se met au statut d'intouchable, que l'on se ferme à l'Europe, sous prétexte qu'on aurait un patrimoine très riche.

    Quand je regarde les pays nordiques, je vois pas en quoi leurs langues nationales auraient "disparu", en quoi ils seraient "moins attractifs". C'est le combat de l’élitisme français face au vilain anglais populaire.




    Je suis contente que le projet soit passé, j'espère qu'on continuera dans ce sens. Même si il faudrait prendre le problème en amont pour l'apprentissage de l'anglais comme l'a signalé @billboard, c'est déjà un pas en avant. :)
     
    #12 Terry, 24 mai 2013
    Dernière édition: 24 mai 2013
Chargement...